Affaire Skripal : L’Occident procède à l’expulsion de dizaines de diplomates russes en poste aux Etats-Unis et dans plusieurs capitales européennes

Après le Royaume-Uni, ce sont les États-Unis, l’Allemagne, la France, la Pologne et l’Ukraine, qui ont décidé d’expulser, d’une manière synchronisée, des diplomates russes en réaction à l’affaire de l’empoisonnement d’un ex-agent russe à Londres.

Simultanément, plusieurs pays dont la France, les Etats-Unis, l’Allemagne, la Pologne et l’Ukraine ont décidé de joindre l’acte à la parole et d’expulser, ce lundi, des diplomates russes suite à à l’empoisonnement de l’ex-agent double russe Sergueï Skripal et de sa fille, le 4 mars, dans la ville de Salisbury, dans le sud de l’Angleterre.

D’après les premières informations disponibles, l’Allemagne a décidé d’expulser quatre diplomates russes, alors que la France va en éloigner quatre. Quatre autres diplomates russes vont également être expulsés de Pologne ; 13 diplomates russes seront aussi expulsés d’Ukraine, alors les Etats-unis se sont appropriés le plus gros lot d’expulsés : 60 diplomates désignés persona non grata, 48 accrédités auprès de Washington et 12 relevant de la mission permanente de Russie à l’ONU.

Mi-mars, Theresa May, premier ministre britannique, avait annoncé l’expulsion de 23 diplomates russes -sur 59 diplomates accrédités-, estimant la Russie «coupable» de cet attentat.

Quatorze pays occidentaux font bloc derrière la Grande-Bretagne et d’autres expulsions de diplomates sont à venir.

De son côté, la Russie, qui nie catégoriquement son implication dans l’empoisonnement de l’agent double Sergueï Skripal va inéluctablement emboîter le pas aux pays occidentaux et faire valoir son droit à la réciprocité et expulser des dizaines de diplomates en poste à Moscou.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

Derniers articles de Etats-unis

Allez en Haut de la page
12 Shares
Share via