Le ministère de l’Intérieur dément avoir autorisée une marche de Rabat à El Guergarat

Le Ministère de l’Intérieur vient de mettre fin au jeu d’escalade médiatique, par lequel le polisario tente vainement chaque année, d’influencer l’examen par le Conseil de sécurité de l’ONU du dossier du Sahara. Une source sûre au ministère de l’Intérieur a affirmé lundi qu’aucune autorisation n’a été émise pour organiser «la marche de la paix pour resserrer les liens de Rabat à El Guergarat» et que toute activité de ce genre sera interdite.

Le Ministère de l’Intérieur vient de mettre fin au jeu d’escalade médiatique, par lequel le polisario tente vainement chaque année, d’influencer l’examen par le Conseil de sécurité de l’ONU du dossier du Sahara.

Alors que les séparatistes menaçaient de transformer le poste frontalier de Guergarat en un Gdim Izik 2, en organisant une marche de protestation depuis les camps de Rabouni vers Guergarat, des rumeurs ont fait état d’une contre marche qui partirait de Rabat.

Suite aux informations véhiculées sur les réseaux sociaux sur l’organisation de cette contre marche appelée «marche de la paix pour resserrer les liens de Rabat à El Guergarat» à partir du 16 octobre 2020, la réaction des autorités marocaines ne s’est pas fait attendre. Une source sûre au ministère de l’Intérieur a indiqué ce lundi 5 octobre qu’aucune autorisation n’a été émise pour l’organisation de cette marche et que toute activité de ce genre sera également interdite.

Le Maroc qui renforce jour après jour son rôle de partenaire fiable de communauté internationale dans la lutte contre le terrorisme et le grand banditisme, gère avec sérénité et sagesse les provocations d’un groupe de séparatistes aux abois.

Bourita s’entretient par vidéoconférence avec le Secrétaire Général de l’ONU

Le ministre des Affaires étrangères, de la Coopération Africaine et des Marocains résidant à l’étranger, Nasser Bourita a eu, vendredi, un entretien par vidéoconférence avec le Secrétaire Général de l’ONU, Antonio Guterres, et ce en marge des travaux du débat de haut niveau de la 75éme session de l’Assemblée générale des Nations-Unies.

MAP

Le ministre a transmis au Secrétaire Général, les salutations et l’éstime du Roi Mohammed VI, ainsi que l’appui du Souverain à son action et son leadership à la tête de l’Organisation des Nations-Unies, particulièrement durant les circonstances exceptionnelles et difficiles de la pandémie de la Covid-19.

De son côté, le Secrétaire Général de l’ONU a chargé le ministre de transmettre ses chaleureuses et respectueuses salutations au Roi Mohammed VI. Il a exprimé sa gratitude et son appréciation au Souverain pour Son appui contant à l’action des Nations-Unies dans différents domaines, notamment le développement durable, les droits de l’Homme, les changements climatiques, le maintien de la paix et la stabilité et la sécurité en Afrique.

Nasser Bourita a rendu un vibrant hommage à l’action et aux initiatives de Guterres dans le cadre de la réponse collective à la pandémie de la Covid-19.

L’entretien a permis de faire le point sur la coopération fructueuse et multidimensionnelle entre le Maroc et l’ONU, notamment dans les opérations de maintien de la paix, les questions du développement durable, de l’environnement et de la lutte contre le terrorisme, ainsi que sur les questions globales et transversales.

La discussion entre Bourita et le Secrétaire Général de l’ONU a, également, porté sur les derniers développements concernant la question du Sahara marocain.

Enfin, l’entretien, qui a été cordial et chaleureux, a été l’occasion d’échanger sur les questions régionales d’intérêt commun, notamment la Libye, le Sahel et l’ensemble du continent africain.

La propagation du coronavirus dans les camps de Tindouf, en territoire algérien suscite de fortes inquiétudes au Parlement européen

La propagation du Covid-19 dans les camps de Tindouf, en territoire algérien suscite de fortes inquiétudes au Parlement européen qui s’interroge sur les mesures que compte prendre la Commission européenne à l’égard de l’Algérie pour protéger les populations séquestrées dans ces camps sous sa responsabilité.

Dans une question adressée à la Commission européenne sur la situation sanitaire dans les camps de Tindouf, liée en particulier à la propagation du COVID-19, l’eurodéputée Frédérique Ries révèle que des foyers de contamination ont été annoncés dans ces camps, rappelant que la pandémie qui frappe le monde entier ne ménage pas cette zone relevant du territoire algérien.

Selon des informations émanant de ces camps, précise-t-elle, la situation sanitaire y est déplorable en l’absence d’équipements de base pour accueillir les personnes contaminées et les malades sont confinés dans «des chambres d’isolement dans un état catastrophique».

La députée européenne relève que la responsabilité de la protection des populations des camps dans ce contexte de crise sanitaire incombe à l’Algérie qui les accueille sur son sol.

Elle demande à la Commission européenne si elle était au courant de la situation sanitaire alarmante dans les camps de Tindouf et de quelles informations dispose-t-elle sur la propagation du COVID-19 sur place.

La députée européenne interroge aussi l’exécutif européen s’il a abordé la question avec les autorités algériennes et quelles sont les mesures qu’il va prendre pour que l’Algérie garantisse la sécurité des populations dans les camps de Tindouf et leur protection contre le COVID-19 dans le difficile contexte sanitaire actuel.

Marocains bloqués à l’étranger : Nasser Bourita dénonce l’opportunisme politique des Pays-Bas

Le Maroc rejette «l’opportunisme politique» des Pays-bas sur le dossier du rapatriement des Marocains détenteurs de la double nationalité, en pleine crise de propagation de coronavirus, a affirmé jeudi le ministre des Affaires étrangères, de la coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger, Nasser Bourita.

Nasser Bourita a tenu ce jeudi 23 avril sa deuxième réunion avec la commission Commission parlementaire des affaires étrangères, de la défense nationale, des affaires islamiques et des MRE, pour discuter de la question des Marocains bloqués dans de nombreux pays en raison de la fermeture des frontières à cause de la pandémie du Covid-19.

Cette réunion très attendue par beaucoup de marocains qui avaient pointés du doigt le manque d’implication du département de Nasser Bourita dans le suivi de la situation de plusieurs milliers de leurs concitoyens en attente de rapatriement.

«Le droit au retour est un droit naturel et indiscutable. Or ce qui est évident n’est pas nécessairement approprié dans ce contexte exceptionnel”, a déclaré le ministre des affaires étrangère à la MAP à l’issue de cette réunion.

Abordant les prérequis du rapatriement des Marocains bloqués, Nasser Bourita a relevé que «l’opération doit se faire dans les meilleures conditions sans risque pour les bénéficiaires eux-mêmes, ni pour leur pays».

Le ministre a défendu l’action du gouvernement marocain dans le dossier en affirmant que le Maroc œuvre à mettre en place le plus tôt possible les conditions du retour de nos ressortissants «pour peu que le dispositif sanitaire soit prêt pour les accueillir».

Pour Nasser Bourita, la décision de rapatriement doit se faire sans surenchère et sans précipitation afin d’étudier avec sérénité l’impact de toute action sur le stratégie nationale de lutte contre la propagation du Coroanvirus.

D’après les données du ministère, ce sont plus de 22.000 ressortissants marocains qui, à ce jour, sont entrés en contact avec les différentes représentations diplomatiques du Royaume.

Le jeu malsain des Pays-Bas

Évoquant les conditions de déroulement des rapatriements d’étrangers devant les parlementaires, Nasser Bourita n’a pas caché sa colère et sa déception de l’attitude des Pays-Bas qui a fait preuve, selon ses propres mots, «d’opportunisme politique».

Le ministre a tenu a rappelé que le Royaume n’était pas contre le principe d’un retour de ses ressortissants dans leurs pays de résidence à la faveur de liens professionnels ou pour des considérations familiales ou de santé, loin de toutes arrières pensées politiciennes.

«Le Marocain chez lui jouit de tous les droits et assume toutes les obligations à l’instar de ses compatriotes. Il n’a pas besoin de la protection, ni de la tutelle de l’ambassade d’un pays tiers», s’est-t-il indigné .

«Si la Belgique a adhéré à cette logique, les Pays-Bas ont dès le départ affiché une attitude contraire et discriminatoire à l’égard des Marocains détenteurs de la double nationalité, avant de vouloir se poser en défenseur de leurs droits auprès de l’État marocain», a fait observer le ministre.

Ce n’est qu’après une trentaine de vols pour rapatrier les Néerlandais de souche que les Pays-Bas ont commencé à s’intéresser aux Marocains détenteurs de la double nationalité basés dans le nord du Royaume, a expliqué le responsable.

Il a à cet égard affirmé que le Maroc refuse que des parties étrangères réservent un traitement politiquement opportuniste afin d’exploiter la situation exceptionnelle actuelle pour revendiquer un droit qui n’a pas lieu d’être. Le débat que soulèvent certaines parties sur la question de la double nationalité «ne peut être que malsain avec des arrières pensées bien connues».

Sur le même registre, a noté Bourita, le Royaume veille à faciliter le rapatriement des étrangers bloqués sur son territoire et a répondu favorablement aux demandes formulées par plusieurs pays dans ce sens.

C’est le cas d’une quarantaine de pays qui ont également rapatrié des Marocains résidant chez eux.

Laâyoune: Le groupe Acwa Power distribue des denrées alimentaires et du matériel de désinfection

Le groupe Acwa Power, géant saoudien des énergies renouvelables et de dessalement d’eau de mer, a lancé une opération de distribution des denrées alimentaire et du matériel de désinfection au profit des habitants de la commune de Dcheira (province de Laâyoune).

Initiée en coordination avec le conseil communal de Dhceira et les autorités locales, cette initiative s’inscrit dans le cadre de l’élan de mobilisation nationale visant à atténuer les répercussions négatives du coronavirus sur les couches sociales défavorisées.

Le lancement de cette opération reflète l’importance de la responsabilité sociétale du secteur privé en cette conjecture difficile, a indiqué le président de la commune de Dcheira, Sidati Benmasoud qui a salué «un geste de solidarité de grande importance».

Acwa Power dirige un consortium international mandaté pour la réalisation et l’exploitation de la centrale solaire photovoltaïque Noor-Laâyoune I, implantée sur un site d’une superficie totale de 1.580 ha relevant de la commune rurale de Dcheira.

Le président de la commune de Dcheira a également appelé à «plus de mobilisation et de solidarité entre les différentes composantes de la population et à la coopération avec les pouvoirs publics dans cette circonstance exceptionnelle7.

Il a en outre souligné la nécessité d’adhérer pleinement aux mesures préventives et restrictives et aux règles de confinement, conformément aux exigences de l’état d’urgence sanitaire.

La réalisation de la centrale solaire photovoltaïque Noor-Laâyoune I d’une puissance projetée de 80 MW extensible a nécessité la mobilisation d’une enveloppe budgétaire de plus de 1,3 milliard de dirhams.

MAP

Sahara Marocain : Raclée monumentale du Conseil de Sécurité à l’Afrique du Sud qui a tenté, en vain, d’instrumentaliser le Coronavirus

Porte-voix de l’Algérie au sein du Conseil de Sécurité, l’Afrique du Sud a réussi à se faire ridiculiser ce jeudi à New York en adoptant un discours négatif et sclérosé, plaçant le pays en porte-à-faux avec les quatorze autres membres du Conseil de Sécurité, mais aussi en contradiction avec ses propres positions. La délégation sud-africaine a fini par être déboutée par le Conseil de sécurité, lui infligeant une raclée sans précédent qui sonne comme un rappel que le temps est à la solidarité et la compassion et non pas aux manoeuvres et à la division.

Lire ici

Sidi Hamdi Ould Errachid investit dans les ressources humaines de l’hôpital régional de Laâyoune et injecte 20 MDH pour la lutte contre le coronavirus

Le Président de la région Laâyoune-Sakia El Hamra, Sidi Hamdi Ould Errachid, a conclut ce jeudi deux conventions avec le ministère de la Santé pour renforcer les moyens humains et les prestations médicales de l’hôpital Moulay Hassan Ben Mehdi de Laâyoune.

L’offre de soins prodigués par le centre hospitalier régional Moulay Hassan Ben Mehdi de Laâyoune sera sensiblement améliorée après la conclusion de deux conventions de partenariat prévoyant le renforcement des ressources humaines des services d’urgence de cet établissement.

Aux termes de la convention qui engage le conseil de la région Laâyoune-Sakia El Hamra, la commune de Laâyoune et le ministère de la Santé, un staff de 5 médecins généralistes et de 25 infirmiers sera affecté aux services d’urgences de l’hôpital régional pour renforcer ses moyens humains et ses prestations médicales destinées aux habitants de la région.

La convention accorde également une grande importance au bien-être du personnel médical et des patients, à travers le renforcement de la propreté des différents services et bâtiments de l’hôpital, l’aménagement de salles de repos pour les médecins et infirmiers, la mise à leur disposition de la nourriture lors des gardes, outre la présence régulière d’une ambulance dans le service des urgences.

La convention conclue entre les deux conseils élus et l’association des ophtalmologues contribuera, de son côté, à améliorer les services médicaux rendus aux citoyens et à réduire les délais des consultations en mettant à la disposition de cette structure hospitalière de 07 médecins généralistes.

Le renforcement des ressources humaines de l’hôpital régional de Laâyoune intervient dans le contexte de la mobilisation de tous les partenaires pour améliorer l’offre de soins et lutter contre les risques de propagation du coronavirus.

Coronavirus : Le Conseil de la région de Laâyoune-Sakia El Hamra débloque 20 millions de dirhams

Le Conseil de la région de Laâyoune-Sakia El Hamra a débloqué 20 millions de dirhams (MDH) en vue de soutenir les efforts visant à réduire les effets du coronavirus.

Une partie de ce montant sera destinée à l’achat des denrées alimentaires de première nécessité au profit des familles nécessiteuses issues des provinces de Laâyoune, Boujdour, Smara et Tarfaya, indique un communiqué du conseil parvenu jeudi à la MAP.

Cette importante contribution financière concerne aussi l’appui des centres hospitaliers de la région à travers l’acquisition du matériel et des équipements médicaux nécessaires, ajoute-t-on.

L’achat et la distribution des denrées alimentaires et des équipements médicaux se dérouleront en coordination avec le wali de la région et les gouverneurs des provinces concernés.

Cet appui financier vient s’ajouter aux diverses initiatives déjà prises par le conseil de la région en vue de limiter la propagation de cette pandémie.

Il s’agit notamment de mettre à la disposition des autorités compétentes les divers équipements, matériel, infrastructures et ambulances dont dispose cette instance élue.

Depuis le début de son mandat, le conseil a mobilisé environ 31 MDH au profit des hôpitaux et des associations professionnelles s’activant dans le secteur de la santé, rappelle le communiqué. L’objectif est d’améliorer et faciliter l’accès des habitants de la région aux prestations médicales nécessaires et d’urgence.

Le conseil a aussi exhorté les citoyens à adhérer pleinement aux mesures préventives et restrictives et aux règles de confinement, conformément aux exigences de l’état d’urgence sanitaire décrété sur l’ensemble du territoire national.

1 2 3 39