La Rédaction

Ryad Mezzour : ce qu’il faut retenir de la première sortie médiatique du nouveau Ministre de l’Industrie et du Commerce

/

Le nouveau Ministre de l’Industrie et du Commerce a effectué sa première sortie médiatique depuis sa prise de fonctions le 8 octobre dernier. Il s’est exprimé ce vendredi au siège de l’Institut des métiers de l’aéronautique (IMA), à Nouaceur, devant les membres du Groupement des Industries Marocaines Aéronautiques et Spatiales (GIMAS).

L’évènement

Ryad Mezzour, le successeur de Moulay Hafid Elalamy à la tête du Ministère de l’Industrie et du Commerce a entamé son mandat en se réunissant avec les opérateurs industriels de l’un des secteurs qui a le vent en poupe, l’aéronautique.

Le nouveau ministre a choisi le siège de l’Institut des métiers de l’aéronautique pour organiser une rencontre à huit clos avec le Groupement des Industries Marocaines Aéronautiques et Spatiales (GIMAS) consacrée à la feuille de route du développement du secteur aéronautique au Maroc.

La réunion a vu la participation de Karim Cheikh et Hamid Benbrahim El Andaloussi, respectivement président et président d’honneur du GIMAS.

Ce qu’il faut retenir

  1. Secteur aéronautique, une attention royale très particulière

Ryad Mezzour a déclaré aux médias que le secteur aéronautique jouit d’une attention «très particulière» du roi Mohammed VI. A ce titre, le ministre a souligné que l’agilité du secteur de l’aéronautique, on la doit aux avancées enregistrées grâce à la vision clairvoyante du souverain, ayant permis au Maroc de se doter d’une plateforme aéronautique de classe mondiale, d’acteurs de référence, de métiers nouveaux et de chaines de valeur qui se sont fortement enrichies et consolidées.

  1. Le secteur aéronautique va doubler sa capacité de création d’emploi et d’exportation durant les deux prochaines années

Le ministre a salué la résilience et la réactivité dont ont fait preuve pendant . Chiffres à l’appui, M. Mezzour affirme que le Maroc n’a enregistré aucune fermeture de site de production en activité et a même connu le lancement d’importants investissements malgré la morosité du secteur au niveau mondial, en raison de la pandémie du Covid-19.

Le ministre a argumenté la résilience et réactivité des les opérateurs du secteur aéronautique en rappelant l’opération de rachat, en plein crise sanitaire, de Bombardier par Spirit Aerosystems et la confirmation de l’extension de l’usine, en octobre 2020, l’inauguration du nouveau site de production LPF (pièces de réacteurs) ou encore l’accord conclu entre SABCA et PILATUS, pour la réalisation des aérostructures de l’aéronef PC-12.

  1. Positionner le Maroc dans la propulsion verte à l’horizon 2035-2040

«La première grande mutation attendue dans le secteur concerne le moteur aéronautique et les évolutions environnementales. Notre ambition est de positionner le Maroc comme un acteur important dans la propulsion verte, et nous ne ménagerons aucun effort pour y parvenir » a déclaré M. Mezzour.

Hamid Benbrahim El Andaloussi, président d’honneur du GIMAS a évoqué une deuxième phase de construction aéronautique au Maroc caractérisée par des «ruptures technologiques nouvelles» dont l’avion à zéro émission qui utilise l’hydrogène comme carburéacteur à horizon 2035-2040.

  1. Renforcer l’intégration des écosystèmes existants

Le nouveau ministre ambitionne de renforcer l’intégration des écosystèmes existants et de développer pleinement l’écosystème d’ores et déjà connecté à la locomotive historique Safran et, tout récemment, aux motoristes Rolls Royce.

  1. Un carnet de commande bien fourni

Interrogé par nos confrères de Médias24, M. Mezzour affirme avoir dans le pipe plusieurs entreprises qui souhaitent s’installer au Maroc.

«Des signatures très importantes ont eu lieu ou sont en cours. Il y a des choses qu’on ne peut pas annoncer tout de suite, mais ce que je peux affirmer, c’est qu’il y a de belles perspectives de développement pour le secteur de l’aéronautique. Et un beau carnet de commandes aussi» a-t-il révélé.

  1. 11.000 emplois créés dont 40% de femmes

Le secteur a créé, depuis 2014, dans le cadre du Plan d’accélération industrielle (PAI), plus de 11.000 emplois très qualifiés, s’est félicité le ministre.

Cette industrie poursuit-il, compte plus de 40% de femmes et participe donc à l’autonomisation de la femme. C’est un marqueur important du Maroc moderne. Nous sommes en droite ligne avec le Nouveau Modèle de Développement voulu par le souverain.

The big picture

En entamant son mandat ministériel par un focus médiatique consacré à l’industrie aéronautique, Ryad Mezzour s’inscrit dans la continuité de son prédécesseur. En effet, Moulay Hafid Elalamy avait effectué durant le temps mort de l’ancien exécutif un roadshow aux Etats-unis, dans l’objectif de densifier l’écosystème Boeing dans le Royaume.

Si Elalamy a balisé le terrain pour une offre industrielle aéronautique marocaine attractive et mature, Ryad Mezzour a la lourde tâche d’accompagner le redémarrage mondiale du secteur malmené par la pandémie et de mettre en oeuvre les nouvelles ambitions du Royaume dans la construction aéronautique.

Cyabra, Startup israélienne en cyber sécurité, première invitée de « Morocco 21 » le nouveau Cycle de conférences & Forum de NCA Holding

News Com Africa Holding (NCA Holding) annonce le lancement d’un cycle de conférences et un forum baptisé « Morocco 21 ». Le groupe média dirigé par Omar Dahbi a choisi pour le premier rendez-vous de cette nouvelle plateforme de partage et d’échange un sujet d’actualité, la Cybersécurité et les fake news.

Après le lancement de Ni9ach21, plateforme digitale de débat politique, social et économique, NCA Holding, acteur 100% africain de développement des médias et de la communication, dévoile son nouveau produit « Morocco 21 ». Il s’agit d’un cycle de conférences et d’un forum annuel qui seront axés principalement sur le nouveau modèle de développement.

«Au cœur de «Morocco 21», se trouve le nouveau modèle de développement, lancé par le Roi Mohammed VI et dont l’objectif est de permettre à la société marocaine de réaliser son plein potentiel face aux défis et aux opportunités de ce 21ème siècle. Ce nouveau rendez-vous permettra d’enrichir le débat avec une expertise internationale de haut niveau dans la perspective de mettre en œuvre les recommandations proposées dans le rapport de la Commission Spéciale sur le Modèle de Développement (CSMD)» souligne un communiqué de NCA Holding.

Un site web dédié à cette plateforme est accessible depuis cette adresse : www.morocco21.com.

Le Forum «Morocco 21»

L’évènement phare de « Morocco 21 » de NCA Holding est un forum annuel dont la première édition est prévue pour le mois de juillet 2022. Il sera l’aboutissement d’un cycle de conférences couvrant neuf axes stratégiques et thématiques sectorielles, à partir du mois de novembre 2021 jusqu’à début juillet 2022.

«Chaque mois, un expert international sera invité à partager son expertise sur l’un des chantiers essentiels soulevés par la CSMD. Une cinquantaine d’invités – experts, décideurs, dirigeants d’entreprises et acteurs de la société civile – viendront enrichir les échanges» précise le communiqué.

Le « Morocco 21 » Forum présentera ainsi en juillet 2022, la synthèse des travaux et des échanges de chaque conférence ainsi que le livre blanc et ses recommandations, avec la participation d’experts internationaux et de représentants marocains des institutions privées et publiques. Lequel livre blanc sera partagé avec tous les acteurs clés de la vie publique marocaine.

Trophée du Nouveau Modèle de Développement

Les organisateurs annoncent également le lancement du Trophée du Nouveau Modèle de Développement qui sera remis durant la soirée de gala qui clôturera le «Morocco 21» Forum .

#SaveTheDate : 25 Novembre à Casa, l’expertise israélienne dans la cyber sécurité et les deep fakes

Pour le premier rendez-vous du cycle de conférences « Morocco 21 »,  Dan Brahmy, CEO de Cyabra, une startup israélienne de premier plan dans la cyber sécurité et les deep fakes, partagera son expertise et ses best practices le 25 novembre prochain sur le thème « Le Tout-digital en toute sécurité : comment protéger les organisations des cyber attaques et des fake news ? ». 

Basée en Israël avec des bureaux à New York, Cyabra permet aux clients du secteur privé et aux agences gouvernementales, grâce au développement de solution de visualisation de données, de lutter contre la désinformation sur internet et les réseaux sociaux en prévenant et en surveillant entre autres les interférences dans les élections, les campagnes gouvernementales, les crises de santé publique.

Israël annule un avertissement aux voyageurs pour le Maroc vieux de 10 ans

/

Réunis ce lundi 25 Octobre au siège du Conseil de la sécurité nationale à Tel-Aviv, les responsables sécuritaires de l’Etat hébreu ont décidé d’annuler l’avertissement émis il y a dix ans jugeant la destination Maroc dangereuse pour les voyageurs israéliens. Cette décision a été prise à la lumière de l’évaluation de la situation selon laquelle le niveau de menace estimé au Royaume a diminué.

«Israël n’a plus d’avertissement officiel contre les voyages au Maroc» écrit The Jerusalem Post suite à la décision du Conseil national de sécurité portée aux média ce lundi.

En effet, dans son communiqué, le NSC israélien a déclaré que la décision avait été prise à la suite d’une évaluation de haut niveau selon laquelle le niveau de menace estimé pour les Israéliens au Maroc a diminué après l’accord de normalisation de l’année dernière entre les pays.

« Simultanément, il est conseillé de continuer à être en état d’alerte élevé tout en restant dans le pays », indique le communiqué.

L’avertissement de voyage pour le Maroc a été émis il ya plus d’une décennie par Israël.

Les deux pays ont annoncé la normalisation de leurs relations l’année dernière, après l’adhésion des Émirats arabes unis, du Bahreïn et du Soudan aux accords d’Abraham. Rabat et Jérusalem avaient auparavant des liens de faible intensité, avec des bureaux de liaison économique, qui ont été suspendus pendant la deuxième Intifada. Ces bureaux ont été rouverts cette année et pourraient se transformer en ambassades.

Affaire Pegasus : Macron exige d’Israël le même traitement que les américains et les britanniques

Emmanuel Macron ne décolère pas. La pression sur les épaules du Président-candidat s’accentue crescendo. Aux contraintes internes, présidentielles, crise sociale, économique et sanitaire, s’ajoute une pression externe inédite depuis la fin de la deuxième guerre mondiale. Dans le nouvel ordre mondial qui se dessine, la France est reléguée au groupe des pays en déclin face à l’émergence d’une alliance anglo-saxonne qui fédère ses intérêts stratégiques pour rétablir l’autorité américaine sur le monde. Le Brexit et l’emprise anglo-saxonne sur l’Otan n’étaient que les prémisses de ce mouvement. La naissance du pacte stratégique Aukus (de l’acronyme de Australia, United Kingdom and United States) excluant la France de la sécurité de la zone indo-pacifique et l’affaire des écoutes israéliennes sur les téléphones de l’exécutif français ont fini par réveiller le condescendant et suffisant monarque Emmanuel Macron qui s’essaye désormais à une politique étrangère plus rebelle que disruptive. Dernière manifestation de la colère macronienne, révélée par le journaliste israélien Ravid Barak, a été à l’encontre d’Israël et son logiciel Pegasus. Le président français a ordonné le gel d’une partie importante des contacts politiques, sécuritaires et de renseignement entre son pays et Israël et exige le même traitement que les américains et les britanniques.

Le successeur du marocain Meir Ben-Shabbat, le conseiller à la sécurité nationale d’Israël et Chef du Conseil national de sécurité, Eyal Hulata, s’est rendu secrètement à Paris ces derniers jours où il a rencontré à l’Elysée son homologue français Emanuel Boone, rapporte le site d’information Walla. L’objectif de cette visite était de donner des éclaircissements aux Français sur l’affaire du piratage présumé des téléphones de l’exécutif français par le logiciel Pegasus et de présenter une proposition de sortie de crise.

Le média israélien révèle qu’après le déclenchement de la crise en juillet, Emmanuel Macron a ordonné le gel d’une partie importante des contacts politiques, sécuritaires et de renseignement avec Israël, et surtout des visites réciproques jusqu’à ce que la question soit clarifiée. Et ceci malgré la visite du ministre de la Défense Benny Gantz à Paris pour présenter au ministre français de la Défense des conclusions préliminaires.

Eyal Hulata Conseiller à la Sécurité Nationale et chef du Conseil de sécurité nationale.

Face à la crispation française, Israël a désigné le Chef du Conseil national de sécurité, Eyal Hulata pour mener des négociations discrètes avec l’Elysée qui durent depuis plus de trois mois. Sa récente visite Paris était porteuse d’une première piste de sortie de crise entre les deux pays.

Parmi les clauses de cet accord est qu’Israël s’engage envers la France à ce que tout futur contrat d’exportation de services ou produits de cybercriminalité offensifs vers un pays tiers devrait inclure une clause interdisant le ciblage de numéros français. Une clause similaire à ce qui est appliqué aux États-Unis et à la Grande-Bretagne, apprend-t-on de Walla qui cite de hauts responsables israéliens.

L’Elysée est resté discret sur cette visite, toutefois, le site d’information américain Axios rapporte que les pourparlers avec Tel-Aviv se poursuivaient et que les responsables israéliens espèrent qu’une solution pour mettre fin à cette crise diplomatique pourrait être trouvée dans les prochaines semaines.

Réveil difficile de la France

S’endormant sur ses lauriers, reproduisant les mêmes schémas à l’identique depuis Mitterrand, s’enfermant dans une image désuète et passéiste de soi et se croyant être sur le chemin radieux de la puissance, la France se réveille sur le bruit assourdissant de l’écroulement de son aura et de son influence.

Cette impuissance de la France se manifeste par son incapacité à défendre ses intérêts en Europe et dans ses zones d’influence historiques. Paris est incapable de constituer un front unis au sein de l’UE pour contrer les multiples stratégies d’affaiblissement de l’Europe. Elle n’arrive plus à mener d’actions offensives militaires et économiques en Afrique sans l’appui financier de proxies notamment l’Allemagne, les Emirats arabes unis et l’Arabie Saoudite. Paris échoue à chaque fois quand elle tente d’agir sur le Moyen-Orient. Laquelle région est désormais sous la coupole d’israël.

La gueule de bois française est entrain de transformer profondément le pays et pervertir ses valeurs nobles. La démocratie, l’ouverture et l’humanisme laisse la place au «récationnisme» et à la haine communautaire, jadis nourris pour jouer le rôle de l’épouvantail, aujourd’hui adoptés par l’appareil de l’Etat sous le prétexte de la conquête de la souveraineté.

Mike Pompeo méconnaissable après avoir perdu du poids se présentera contre Trump en 2024

/

La perte de poids de l’ancien secrétaire d’État de Trump, Mike Pompeo, a suscité plusieurs commentaires des américains sur les réseaux sociaux. Il faut dire que l’ex-patron de la CIA qui multiplie ses sorties médiatiques et mondaines notamment aux côtés de Benjamin Netanyahu est méconnaissable tellement sa transformation est spectaculaire. Par ailleurs, sur Twitter, une rumeur enfle ce dimanche rapportant que Pompeo dit à qui le voudra qu’il se présenterait contre Donald Trump durant les primaires des élections de 2024.

Dubaï Expo 2020 : le Maroc lance sa marque d’investissement et d’export «Morocco Now»

Le Maroc a lancé officiellement dimanche dans le cadre de de l’Exposition universelle de 2020 (Expo Dubaï) sa marque d’investissement et d’export «Morocco Now». Cette initiative s’assigne pour objectif de faire rayonner le Maroc en tant que plateforme industrielle et exportatrice de 1er rang afin d’accélérer les investissements étrangers.

Le Maroc ambitionne, à travers cette nouvelle identité, à inviter les investisseurs à profiter d’une nouvelle plateforme d’investissement, caractérisée par la concurrence, a déclaré Youssef El Bari, directeur général de l’Agence marocaine de développement des investissements et des exportations (AMDIE).

Au cours des 20 dernières années, sous l’impulsion de SM le Roi Mohammed VI, le Maroc s’est doté d’infrastructures de commerce et de transport de 1er ordre et s’est définitivement inscrit sur la voie du décollage industriel, a rappelé M. El Bari.

Le responsable a notamment cité Tanger Med, première connexion maritime en Afrique et sur la Méditerranée et la 20ème au niveau mondial, ainsi que les progrès substantiels enregistrés par le secteur automobile, qui connaît la croissance la plus rapide au monde contribuant fortement à la croissance des exportations marocaines qui ont augmenté de plus de 150 MMD de dirhams entre 2010 et 2019.

En Parallèle, l’économie mondiale fait face à des mutations rapides à l’origine de nouvelles exigences pour les acteurs économiques, a-t-il fait remarquer, relevant que l’urgence environnementale, la pression des consommateurs et les nouvelles réglementations rendent indispensables l’adoption de productions décarbonées, alors que la crise de la Covid-19 a conduit à une réorganisation des chaînes de valeurs mondiales vers moins de dépendance globale et plus d’intégration régionale.

Le DG de l’AMDIE a rappelé que les énergies renouvelables, grâce à des investissements ciblés, ont représenté 37% du mix énergétique en 2020, avec un objectif de 52% en 2030, ajoutant que le Royaume a établi un pont pour intégrer le potentiel de croissance rapide de l’Afrique grâce à une offre à la production et à l’export compétitifs et un accès préférentiel à plus d’un milliard de consommateurs.

Dans ce contexte, “Morocco Now” constitue une plateforme industrielle à l’épreuve du futur pour saisir les opportunités d’un monde en mutation. Elle s’appuie sur une expérience réussie de la transformation économique faisant du Maroc une destination fiable à haut potentiel d’investissement et d’export.

Israël élève le statut de sa représentation diplomatique au Maroc

/

Israël a renforcé aujourd’hui sa représentation diplomatique au Maroc en élevant son bureau de liaison à Rabat au rang d’ambassade et son Chef, David Govrin, en rang d’ambassadeur.

La commission des nominations du ministère des Affaires étrangères israélien a nommé dimanche le Chef de son bureau de liaison d’Israël au Maroc ambassadeur permanent du pays auprès de Rabat, rapporte The Jerusalem post ce dimanche soir.

David Gorvin, le Chef du bureau de liaison de tel-Aviv à Rabat lui-même annoncé sur son compte Twitter sa nomination : « J’ai l’honneur de partager avec mes followers et amis du monde entier la nouvelle de ma nomination en tant qu’ambassadeur officiel de l’État d’Israël au Maroc », a annoncé David Govrin.

Dans son message, Govrin a remercié le Maroc pour ses efforts «pour établir la paix et la sécurité» et a ajouté qu’Israël poursuivra son travail «pour développer des relations conjointes au profit des deux pays frères».

L’agence de presse espagnole EFE, a été la première agence internationale à reprendre le tweet de David Gorvin. Dans sa dépêche, EFE révèle avoir contacté le ministère des Affaires étrangères israélien qui ne s’est pas encore prononcé sure cette nomination.

David Govrin, qui a dirigé la mission diplomatique à Rabat au cours des deux derniers mois, dirigera désormais l’ambassade entièrement rénovée, rapporte The Time Of Israel. M. Govrin, 58 ans, est diplomate israélien depuis 1989. Il parle couramment l’arabe, il a été ambassadeur en Égypte de 2016 à août 2020.

En août, le ministre des Affaires étrangères israéliens, Yair Lapid, a inauguré le bureau de liaison d’Israël dans la capitale marocaine. Il avait annoncé que le ministre marocain des Affaires étrangères Nasser Bourita devait arriver en Israël en octobre ou début novembre pour inaugurer l’ambassade du Maroc à Tel-Aviv.

1 2 3 389