fbpx

Câbles

Officiel : Mohammed ben Zayed Al Nahyane élu nouveau président des EAU

Le Conseil suprême des Émirats arabes unis a élu samedi Mohammed ben Zayed Al Nahyan, l’émir d’Abu Dhabi, président des Émirats Arabes Unis.

WAM

Le Conseil suprême des Émirats arabes s’est réuni aujourd’hui au palais Al Mushrif à Abu Dhabi, sous la présidence du Sheikh Mohammed ben Rachid Al Maktoum, vice-président et premier ministre des EAU et gouverneur de Dubaï, et a élu Mohammed ben Zayed Al Nahyan nouveau président des E.A.U succédant à son père décédé ce vendredi 13 mai.

Ont assisté à la réunion Mohamed ben Zayed, Sultan ben Muhammad Al Qasimi, membre du Conseil suprême et dirigeant de Sharjah, Sheikh Humaid bin Rashid Al Nuaimi, membre du Conseil suprême et dirigeant d’Ajman, Sheikh Hamad bin Muhammad Al Sharqi, membre du Conseil suprême et gouverneur de Fujairah, Sheikh Saud bin Rashid Al Mualla, membre du Conseil suprême et gouverneur d’Umm Al Quwain, et Sheikh Saud bin Saqr Al Qasimi, membre du Conseil suprême et gouverneur de Ras Al Khaimah.

«Le Conseil a exprimé sa pleine confiance dans le fait que le peuple des EAU restera, comme le souhaitaient Zayed et les fondateurs, un gardien fidèle de l’Union et de ses acquis à tous les niveaux» indique le communiqué officiel.

Après cette annonce, Mohammed ben Rachid Al Maktoumet et son fils, prince héritier de Dubaï, Hamdan ben Mohammed ben Rashid Al Maktoum, ont tenu à féliciter MBZ.

«Mon frère, Mohammed ben Zayed Al Nahyan, nous l’avons connu en tant que leader, et nous lui avons prêté allégeance en tant que président.» a écrit Al Maktoum sur son compte Twitter.

Emmanuel Macron réélu président de la France

/

Emmanuel Macron a battu pour la seconde fois Marine Le Pen dans la course à la présidence française. Une victoire plus serrée qu’en 2017, avec 58,2% contre 41,8% pour la présidence du Rassemblement National.

Avec agences

La présidentielle française a rendu son verdict ce dimanche 24 avril. Emmanuel Macron est reconduit pour un second mandat, récoltant 58,2%, contre 41,8% pour son adversaire Marine Le Pen. Un score moins bien qu’en 2017, quand Macron avait écrasé son adversaire de 66% contre 33%.

Abstention record

L’abstention a atteint 28 %, soit 2,5 points de plus qu’en 2017 (25,44 %), selon les estimations convergentes de quatre instituts de sondage, rapporte les médias français.

Jamais une abstention aussi forte n’a été enregistrée à un second tour d’une présidentielle, à l’exception du record de 1969 (31,3 %), quand les électeurs de gauche avaient, à l’appel du candidat communiste éliminé au 1er tour, massivement refusé de choisir entre « bonnet blanc et blanc bonnet » (Georges Pompidou et Alain Poher).

BFM TV divulgue les résultats avant l’heure

Alors que les médias français n’étaient pas autorisés à divulguer les résultats avant 20 heures, BFMTV publie un tweet dans lequel elle annoncé la victoire d’Emmanuel Macron avant de le supprimer.

La France redirige une commande de canons vers l’Ukraine initialement destinés au Maroc

Emmanuel Macron a révélé ce vendredi la nature des armes livrées à l’Ukraine, parmi lesquelles une batterie de systèmes CAESAR à l’Ukraine, prélevés sur la commande passée par le Maroc en janvier 2020.

Le Président français a levé le voile dans une interview donnée au quotidien regional Ouest-France, sur les armes livrées par la France à l’Ukraine. Emmanuel Macron a cité les missiles anti-chars MILAN ainsi que, et c’est une première, précise le site Meta Defense, des systèmes d’artillerie mobile CAESAR de 155mm, un canon réputé pour sa grande précision, sa portée et sa grande mobilité.

Selon la même source, cette déclaration paraissait étonnante, puisque la France n’avait jamais évoqué le détail de son effort pour livrer des armements, contrairement à d’autres pays européens. De plus, indique Meta Defense, l’Armée de Terre ne disposerait à ce jour que de 76 canons CAESAR, soit à peine le nombre requis pour remplir son contrat opérationnel vis-à-vis de l’OTAN.

Canon Automoteur CAESAR en Irak

L’annonce de Macron donc jeté le doute parmi les observateurs qui ont pensé que le président français s’était trompé, ou avait confondu avec d’autres types d’armes, notamment le missile anti-aérien SATCP Mistral, fournis également aux Ukrainiens.

Des sources concordantes confirment la livraison d’une batterie de systèmes CAESAR à l’Ukraine. Ces canons seront finalement prélevés sur la commande passée par le Maroc en janvier 2020 pour 36 systèmes CAESAR. Nexter, la société française qui produits ces armes serait entièrement concentrée sur cette livraison urgente pour l’Ukraine.

Selon Meta Defense, Paris aurait accepté de payer les pénalités de retard à Rabat pour les délais supplémentaires induits par cette décision. La valeur de la commande des canons CAESAR s’élève à 2,1 milliards de dirhams.

L’Elysée a par ailleurs indiqué qu’une quarantaine de militaires ukrainiens seront formée en France, à partir de samedi, pour la maniement de cette dernière livraison d’armes.

Le 13 avril dernier, le ministère des Armées avait indiqué que les livraisons de matériels militaires à l’Ukraine représentaient un montant de 100 millions d’euros.

Vente d’armes au Maroc : la France très loin derrière les Etats-unis

Dans son édition du 21 janvier 2020, la Tribune indique que les ventes des industriels d’armement français au Maroc s’élèvent de façon très modeste à 38,6 millions d’euros en moyenne sur une période de onze ans (entre 2,3 millions en 2017 et 89,9 millions en 2016).

En contrepartie, les américains ont enregistré des ventes records de 11,6 milliards de dollars rien qu’en 2018 et 2019.

La HACA autorise une radio dédiée aux juifs et au judaïsme

La Haute autorité de la communication audiovisuelle (HACA) a donné son feu pour la création d’une nouvelle radio dédiée aux juifs et au judaïsme, rapporte Maghreb-Intelligence. Le projet est porté par un homme d’affaires maroco-israélien, installé au Maroc depuis de longues années.

Il aurait fallu la signature des Accords d’Abraham pour voir se concrétiser enfin un média dédié à la redécouverte de la culture juive marocaine. Il s’agit d’une radio récemment autorisée par la Haute autorité de la communication audiovisuelle (HACA) que préside Latifa Akharbach.

Selon Maghreb Intelligence, cette nouvelle radio nationale, dont on connait pas encore le nom, est destinée à tous les Marocains puisque ses émissions seront émises 24 heures sur 24, en arabe classique, en français et en darija. Elle a pour principale mission, la promotion de la composante hébraïque comme affluent du patrimoine et de la vie des Marocains.

Le promoteur de ce projet médiatique est un homme d’affaires maroco-israélien influent au Maroc, connu pour son réseau d’établissements d’enseignement privé.

Il est à rappeler qu’avant même la normalisation de ses relations diplomatiques avec Israël, le Maroc, sous l’impulsion du roi Mohammed VI a toujours accordé une très grande importance aux questions ayant trait au dialogue des religions, des civilisations et des cultures, notamment à celle relative à la patrimonialisation et à la valorisation de la culture juive :

2010 : Lancement du programme de réhabilitation de 167 cimetières juifs au Maroc.

2013 :  Restauration de la synagogue « Slat El Fassyine » de Fès, classée au patrimoine mondial par l’Unesco et transformée en lieu de mémoire juive.

2016 : Signature d’un accord de coopération entre Archives du Maroc et le Musée français mémorial de la Shoah pour faire connaître l’histoire des juifs et du judaïsme dans les pays d’Afrique du Nord.

2017 : Rénovation du quartier juif de Marrakech, rebaptisé «El Mellah».

2019 : Construction d’un musée de la culture juive à Fès.

2020 : Restauration de «Bayt Dakira», haut lieu d’histoire, de culture et de spiritualité juive dans l’ancienne médina d’Essaouira.

2020 : Inscription de la culture juive dans les programmes scolaires.

D’autres médias dans les strating-blocks

Le premier projet médiatique concret post Accords d’Abraham au Maroc a été la signature d’un partenariat stratégique entre le Jerusalem Post et L’Observateur du Maroc et d’Afrique du groupe média marocain Global Media Holding. Depuis, plusieurs grands médias hébreux cherchent à s’installer dans le pays, notamment i24News., au moment où l’agence officielle MAP s’active pour installer son correspondant permanent à Tel Aviv.

Aziz Akhannouch accueille lui-même à la descente d’avion le premier ministre mauritanien

/

Les relations entre le Maroc et la Mauritanie semblent retrouver leur sérénité. A l’occasion de la tenue de la 8e session de leur haute commission mixte, le Premier ministre mauritanien, Mohamed Ould Bilal a atterrit ce jeudi à Rabat où il a été accueilli à sa descente d’avion par le Chef du gouvernement marocain, Aziz Akhannouch.

Le Premier ministre mauritanien, Mohamed Ould Bilal, est arrivé jeudi à Rabat pour une visite de travail au Maroc, au cours de laquelle il co-présidera avec le Chef du gouvernement, Aziz Akhannouch, les travaux de la huitième session de la haute commission mixte maroco-mauritaniènne. La dernière en date à été tenue en avril 2013, il y a neuf ans de cela.

A son arrivée à l’aéroport de Rabat-Salé, Ould Bilal, qui conduit une importante délégation gouvernementale, et dans un signe de volonté du Royaume de réchauffer ses relations avec son voisin du sud, a été accueilli à sa descente d’avion par Aziz Akhannouch.

L’invité du Royaume a été salué par des membres du gouvernement, notamment Mohammed Sadiki ministre de l’Agriculture, de la Pêche Maritime, du Développement rural et des eaux et forêts et Ryad Mezzour Ministre du Commerce et de l’Industrie.

La huitième session de la haute commission mixte maroco-mauritanienne se tiendra, sous la présidence de Aziz Akhannouch et Mohamed Ould Bilal, vendredi à Rabat, rapporte la MAP.

Les travaux de cette session ont débuté, mercredi, au niveau des hauts responsables, avec la participation des représentants des différents départements ministériels des deux pays.

«Cette session ouvre de nouveaux horizons pour la consolidation des relations de coopération entre le Maroc et la Mauritanie, et offre l’opportunité d’établir des partenariats fructueux dans de nombreux domaines, conformément aux orientations des deux Chefs d’Etat, le Roi Mohammed VI et Son Excellence le Président Mohamed Ould Cheikh El Ghazouani» souligne le communiqué officiel.

Taux d’activité des femmes : Wendy Sherman sort Aziz Akhannouch de sa torpeur

La déclaration de la secrétaire d’État adjointe américaine Wendy Sherman sur le recule du taux d’activité des femmes au Maroc, a fait réagir Aziz Akhannouch. Le Chef du gouvernement s’est engagé à augmenter ce taux de 50% en 4 ans.

Lors de sa visite officielle au Maroc ce 8 mars, la numéro deux de la diplomatie américaine, Wendy Sherman, a participé à la cérémonie de clôture d’une conférence organisée par l’AFEM fêtant la journée internationale des femmes. Dans son allocution, la diplomate a affirmé la volonté des États-unis à aider le Maroc à atteindre l’objectif fixé dans le nouveau modèle de développement de porter le taux d’activité des femmes à 45 % en 2035, contre 22 % actuellement, par le biais du programme POWER du Département d’Etat.

Mme Sherman a expliqué cette main tendue de Washington par la dégradation de ce taux sur vingt ans : « Le pourcentage de femmes marocaines dans la population active reste assez faible, l’un des plus bas au monde – et il est en fait plus bas qu’il y a vingt ans».

Piqué au vif, le très impopulaire Aziz Akhannouch, a entamé le Conseil de Gouvernement de ce jeudi en réitérant «l’engagement de son gouvernement à adopter une politique globale, qui prend en considération l’augmentation du taux d’activité des femmes à plus de 30% à l’horizon 2026, au lieu de 20% actuellement».

Disant la chose et son contraire, Akhannouch s’est également félicité du fait que «que le Maroc est considéré comme une référence en matière de promotion de la condition féminine».

Enfin, au vue de l’écart entre le chiffre de la responsable américaine et celui de Aziz Akhannouch, ce dernier aurait-il sciemment baissé le taux d’activité des femme en 2022 de deux points (22 à 20%) pour augmenter le taux de l’évolution futur espéré?

Urgent – Biden interdit toute importation de pétrole et de gaz russes aux États-Unis

///

S’exprimant depuis la salle Roosevelt de la Maison Blanche mardi matin, le président américain Joe Biden a finalement annoncé l’interdiction des importations de pétrole russe aux États-Unis. Depuis des semaines, le président ukrainien Volodymyr Zelenskyy et les législateurs du Capitole, démocrates et républicains, réclamaient cette mesure.

«Aujourd’hui, je vous annonce que les États-Unis ciblent une artère principale de l’économie russe. Nous interdisons toutes les importations de pétrole et de gaz russes.» a déclaré Joe Biden.

Biden a également déclaré que les États-Unis continuaient d’envoyer des armes et de l’aide humanitaire à l’Ukraine alors que la Russie poursuit son attaque contre les civils. Les États-Unis collaborent avec le Royaume-Uni, la France, la Pologne et d’autres pays de l’OTAN pour gérer la crise des réfugiés, qui s’aggrave de jour en jour.

https://twitter.com/le1info/status/1501238229206511621?s=21

«L’Ukraine ne sera jamais une victoire pour Poutine. Poutine peut être capable de prendre une ville, mais il ne sera jamais capable de tenir un pays et si nous ne répondons pas à l’assaut de Poutine contre la paix et la stabilité mondiales aujourd’hui, le coût de la liberté et du peuple américain, sera encore plus grand demain», a déclaré Biden. «Nous allons donc continuer à soutenir le courageux peuple ukrainien qui se bat pour son pays».

Grève dans le secteur du transport : Laftit rassure

Suite à l’appel à la grève lancé par certains professionnels du secteur du transport, le ministère de l’Intérieur annonce avoir pris les dispositions adéquates pour garantir le bon fonctionnement du service du transport sur l’ensemble du territoire national.

A l’effet de garantir le bon fonctionnement du service du transport sur l’ensemble du territoire national, les autorités territoriales et les services sécuritaires ont pris toutes les mesures et dispositions nécessaires pour assurer la mobilité des individus et le transport des marchandises, en veillant à traiter, avec fermeté et rigueur, toute tentative de porter atteinte à la sécurité et à l’ordre publics, aux droits des non-grévistes et au fonctionnement de ce service, indique un communiqué du ministère de l’Intérieur.

La coordination syndicale du secteur du transport routier au Maroc, composée de la Confédération démocratique du travail (CDT), l’Union générale du travail au Maroc (UGTM), l’Union marocaine du travail (UMT), l’Union nationale du travail au Maroc (UNTM) et la Fédération démocratique du travail (FDT), avait annoncé une grève des transporteurs de 72h, à partir du lundi 7 mars et jusqu’au 9 mars, pouvant être prolongée en cas d’absence de mesures favorables au redressement du secteur.

Les syndicats ont fustigé dans leur appel à la grève «la négligence totale de l’Exécutif des appels au dialogue qui lui ont été adressés par les syndicats du secteur, en vue de discuter et de résoudre les problèmes engendrés par la flambée des prix des carburants».

Le ministère de l’Intérieur affirme pour sa part que le droit de grève est constitutionnellement garanti, tout en insistant que son exercice ne devait pas toutefois attenter à la liberté de travail et de mobilité.

Les Etats-unis, le Royaume-unis, le Canada et la France exhortent leurs ressortissants de quitter «immédiatement» la Russie

Dans un nouveau communiqué publié ce samedi, le Quai d’Orsay recommande «instamment» aux Français de quitter la Russie en raison de la raréfaction des liaisons aériennes suite aux sanctions occidentales imposées contre la Russie. Paris a suivi le pas de Washington, de Londres et de Ottawa qui ont exhorté leurs ressortissants de quitter immédiatement la Russie.

«Compte tenu de la raréfaction croissante des liaisons aériennes, il est instamment recommandé aux ressortissants français, dont la présence et celle de leur famille n’est pas essentielle en Russie, de quitter le pays tant que cela est encore possible» a alerté ce samedi 5 mars le ministère des affaires étrangère français dans un communiqué consultable sur son site web. Jeudi déjà, le ministère avait relevé son niveau de vigilance, recommandant “fortement” aux Français de quitter la Russie.

Royaume-uni

Le gouvernement britannique a également exhorté les ressortissants britanniques en Russie dont la présence n’est «pas essentielle» à envisager de quitter le pays dans le contexte de la crise croissante en Ukraine.

«Le Foreign, Commonwealth and Development Office (FCDO) déconseille tout voyage dans l’ensemble de la Russie en raison du manque d’options de vol disponibles pour rentrer au Royaume-Uni et de la volatilité accrue de l’économie russe», a-t-il déclaré sur son site Web samedi.

«Si votre présence en Russie n’est pas essentielle, nous vous conseillons vivement d’envisager de partir par les autres routes commerciales.»

Le gouvernement a indiqué qu’il ne serait peut-être pas possible de prendre un vol direct vers le Royaume-Uni ou via les pays de l’UE, mais qu’il serait possible de voyager via le Moyen-Orient et la Turquie.

États-unis

Concomitamment, le département d’État américain a recommandé aux citoyens américains de quitter le pays «immédiatement».

Ce nouvel avis aux voyageurs a été émis samedi en raison de préoccupations accrues en matière de sécurité dans le pays, alors que les forces militaires russes mènent une «attaque non provoquée et injustifiée» en Ukraine, a déclaré le département d’État.

L’alerte met en garde contre «le potentiel de harcèlement contre les citoyens américains par les responsables de la sécurité du gouvernement russe, la capacité limitée de l’ambassade à aider les citoyens américains en Russie, le COVID-19 et les restrictions d’entrée connexes, le terrorisme, les vols limités vers et depuis la Russie et l’application arbitraire de la loi locale». Les citoyens américains doivent quitter la Russie immédiatement, met en garde le communiqué

Alors que les étrangers planifient de quitter le pays, le Département d’État a noté un nombre croissant d’annulations de vols à destination et en provenance de la Russie, des rapports de pénurie d’argent liquide, et que certaines cartes de crédit et de débit peuvent être refusées en raison des sanctions imposées aux banques russes, poursuit le communiqué.

Canada

Le Canada a émis la même recommandation à ses ressortissants tout en évoquant les mêmes raisons.

«Si vous êtes en Russie, vous devez quitter le pays tant que des moyens commerciaux sont disponibles» recommande le ministère canadien des Affaires étrangères dans un communiqué publié ce dimanche.

« Les sanctions contre Moscou et la réponse de la Russie pourraient avoir un impact important sur la disponibilité et la prestation des services essentiels. La disponibilité des vols est devenue très limitée», précise le communiqué.

Les services secrets ukrainiens SBU exécutent un membre de la délégation de négociation de leur pays

Les services secrets de l’Ukraine (SBU) ont abattu un membre du groupe de négociation ukrainien, Denys Kireev, soupçonné de haute trahison, annonce l’agence de presse ukrainienne Interfax.

«Lors de l’arrestation, le Service de sécurité de l’Ukraine, le SBU, a abattu un membre de la délégation de négociation ukrainienne, Denys Kireev. Il était soupçonné de haute trahison», rapporte l’agence de presse Interfax citant le président du conseil régional d’Odessa, le député ukrainien Oleksiy Honcharenko.

Ce dernier affirme dans une message publié sur Telegram que le SBU disposait de preuves irréfutables de la trahison de Kireev, notamment des conversations téléphoniques.

Le site d’information ukrainien Pravda.com.ua confirme à son tour l’information en citant des sources sécuritaires et politiques ukrainiens de haut rang.

«Parlons franchement : il était déjà un homme mort. C’était un agent. Vous savez pourquoi les agents sont tués.» s’est confié au journal l’un de ces interlocuteurs.

«Kireyev a participé aux négociations des délégations ukrainienne et russe à Gomel le 28 février. On ignore comment il s’est retrouvé dans la délégation ukrainienne et ce dont il était exactement responsable», ajoute la même source.

D’autres sources affirment que le négociateur ukrainien qui n’avait pas assisté au deuxième round des pourparlers avec les russes ce vendredi, avait été tué par une arme à feu à bout portant au centre de Kiev.

«Kireev a en fait été tué en plein centre de Kiev. Il a été littéralement exécuté, d’une balle dans la tête à l’entrée du tribunal de Pechersk», a écrit sur Twitter Maria Dubovikova, un analyste politique pro-russe.

Denys Kireev était considéré comme l’homme de l’oligarque Andrei Klyuev, un allié de l’ancien président ukrainien Viktor Yanukovych. Ce dernier, avait été destitué par le parlement en 2014, suite au violent mouvement de contestation, provoqué par sa décision de suspendre l’accord d’association entre l’Ukraine et l’Union européenne. Il s’est exilé en Russie avant d’être condamné par contumace en Ukraine.

Kryeyev était un banquier évoluant dans la galaxie d’Andrei Klyuev. De 2010 à 2014, il a été premier vice-président du conseil d’administration de l’Oshchadbank et, auparavant, il était directeur général adjoint de SCM Finance puis administrateur à la société autrichienne GROUP SLAV AG Klyuyev tout en étant membre du conseil de surveillance de l’Ukreximbank.

1 2 3 117