Câbles

Botola Pro : Exit Maroc Telecom, Marhba inwi

Le nouveau président d’inwi, Azzedine El Mountassir Billah, marque le début d’une nouvelle ère de l’opérateur télécom en investissant un domaine que le leader du marché, Maroc Telecom, a historiquement dominé : le football. inwi, qui se définit comme étant un «Operateur Telecom global», annonce son partenariat avec la Fédération Royale Marocaine de Football (FRMF), en tant que Partenaire Officiel du Football National. Désormais, le championnat national professionnel portera, à partir de la saison prochaine, le nom de : « Botola Pro inwi»

Pur les non initiés, il s’agit d’une grande surprise que d’évincer Maroc Telecom du sponsoring et du naming du Championnat National professionnel de football. Partenaire historique du sport, Maroc Télécom a longtemps été une source permanente de financement des sports dits de haut niveau, notamment l’athlétisme.

Aujourd’hui, Maroc Telecom cède la place après dix années en tant que sponsor officiel du championnat professionnel du foot, 2011-2014 et 2015-2019, au plus jeune opérateur télécom national, inwi.

«Partenaire Officiel du Championnat National professionnel de football, l’opérateur apporte ainsi son soutien aux équipes nationales, en vue de prendre part au développement du football national et de hisser les couleurs du Maroc dans les grandes compétitions nationales et internationales.» a annoncé la filiale du groupe Al Mada dans un communiqué publié ce lundi 23 novembre.

inwi qui n’a pas dévoilé ni le montant du contrat de sponsoring ni sa durée, précise que son intérêt est porté par la popularité et les valeurs de la discipline sportive mais également par sa cible de prédilection, les jeunes.

«Le football, discipline sportive la plus populaire au sein du Royaume, est un vecteur de valeurs nobles favorisant l’esprit d’équipe, l’enthousiasme, le partage et le dépassement de soi-même ; autant de valeurs que l’opérateur partage au quotidien avec tous les Marocains.» souligne le communiqué d’inwi.

« Ce partenariat est également à l’unisson de l’intérêt que porte l’opérateur à la jeunesse marocaine, notamment en accompagnant les différents programmes qui encouragent l’éclosion de nouveaux talents » précise la même source.

L’opérateur dirigé par Azzedine El Mountassir Billah explique par ailleurs que ce partenariat avec le championnat professionnel de foot, s’inscrit également dans le cadre de l’élan de solidarité nationale induit par le contexte exceptionnel lié au Covid-19 et participe de l’engagement d’inwi à soutenir le football national à un moment où il est durement impacté par la crise sanitaire.

Football, 5G, Afrique, mobile money, transformation numérique… inwi est finalement décidée à en découdre avec la concurrence et jouer dans la cour des grands.

Vaccin contre le coronavirus: Ne pas mettre tous les œufs dans le même panier, dit Tedros (OMS)

 «Nous ne pouvons pas mettre tous nos oeufs dans le même panier», a estimé jeudi le directeur général de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), Tedros Ghebreyesus, évoquant la recherche d’un vaccin contre le coronavirus à l’ouverture du Forum de Paris sur la paix.

Reuters

Pfizer et son partenaire allemand ont annoncé lundi que leur vaccin expérimental était efficace à plus de 90% sur la base des premières données d’un essai clinique à grande échelle.

Coronavirus: Le vaccin de BioNTech sera «bien en dessous» des prix habituels du marché

BioNTech, qui a annoncé récemment des résultats prometteurs d’un vaccin développé avec Pfizer, prévoit de commercialiser les deux doses nécessaires à un prix inférieur à celui habituellement pratiqué sur le marché et qui sera adapté en fonctions des pays et des régions du monde.

Reuters

Ryan Richardson, directeur de la stratégie chez BioNTech, a déclaré lors d’un événement en ligne organisé par le Financial Times que le prix du vaccin, quoi doit encore obtenir toutes les autorisations réglementaires, reflèterait les risques financiers pris par ses investisseurs privés.

«Nous prévoyons (…) de fixer le prix de notre vaccin bien en dessous des prix habituels du marché afin de refléter la situation dans laquelle nous nous trouvons, et dans le but d’assurer une large distribution mondiale», a-t-il dit.

La Commission européenne doit donner mercredi son feu vert à la signature d’un contrat en vue de l’achat de plusieurs centaines de millions de doses de ce vaccin.

La France prudente quant à un éventuel vaccin contre le COVID-19

La France restait prudente mardi quant à l’éventualité de la mise au point d’un vaccin contre le COVID-19, après l’annonce par le laboratoire américain Pfizer et l’allemand BioNTech d’un vaccin potentiellement efficace à 90%.

«Il est trop tôt pour dire dans quelles conditions nous déploierons un vaccin alors même qu’aucun vaccin aujourd’hui n’a été validé», a déclaré le porte-parole du gouvernement français, Gabriel Attal, lors du compte rendu du conseil des ministres, où le président Emmanuel Macron a évoqué le sujet.

«Il faut être d’une très grande prudence dès lors que les données scientifiques ne sont pas connues, dès lors que l’ensemble des essais et des tests n’ont pas été réalisés», a-t-il dit. «Il faut être transparent avec les Français pour leur dire que le vaccin ne pourra pas être une solution à la deuxième vague que nous vivons

Gabriel Attal a rappelé que l’arrivée d’un vaccin faisait l’objet d’un plan européen et que 1,5 milliard d’euros étaient prévus dans le budget 2021 de la Sécurité sociale en France pour financer une campagne de vaccination.

OVH s’allie à Google dans le cloud

Le français OVH a annoncé mardi un partenariat avec Google qui lui permettra de puiser dans l’une des technologies du géant américain dans le cloud pour pouvoir compléter son offre alors qu’il ambitionne de bâtir une alternative européenne sur ce segment en forte croissance.

Les américains Amazon, Microsoft et Google dominent l’industrie du stockage des données avec une part de marché estimée à 60% au deuxième trimestre, selon des études de marché.

Cette domination suscite des craintes en Europe, notamment sur la protection des données sensibles des entreprises depuis l’adoption du Cloud Act aux Etats-Unis en 2018 et en l’absence de concurrent solide, hormis le chinois Alibaba .

Les pays européens, notamment l’Allemagne et la France, ont appelé de leurs voeux l’émergence d’une alternative européenne dans un secteur qui devrait afficher une croissance de 6,3% en 2020, selon le cabinet d’études Gartner, dopé par l’essor du télétravail en raison de l’épidémie due au coronavirus.

Face aux préoccupations accrues sur la sécurité et la souveraineté des données, le français OVH tente d’accélérer en signant une alliance avec le géant de la recherche en ligne Google lui donnant accès à sa technologie Anthos – une solution d’exploitation des clouds à destination des entreprises – qui sera exploitée par ses équipes sur ses propres infrastructures.

Cette alliance doit permettre à la société basée à Roubaix de compléter son offre de cloud privé qui promet un niveau plus élevé de contrôle et de sécurité, explique les deux groupes dans un communiqué commun diffusé mardi.

«En écoutant nos clients, nos partenaires et les décideurs publics en Europe, nous comprenons leur besoin d’un contrôle et d’une autonomie renforcés», déclare de son côté Thomas Kurian, le dirigeant de Google Cloud, dans le communiqué.

Les modalités financières du partenariat n’ont pas été dévoilées.

Née il y a 20 ans, OVH emploie 2.200 personnes et compte une trentaine de datacenter dans le monde. Le groupe fondé par Octave Klaba a généré un chiffre d’affaires de 600 millions d’euros en 2019.

Enfin le bout du tunnel : Les marocains bientôt vaccinés contre le coronavirus

C’est officiel, le vaccin contre le coronavirus sera bientôt administré aux marocains. Le Cabinet Royal a annoncé la bonne nouvelle ce lundi soir, après la tenue d’une réunion présidée par le Roi Mohammed VI sur le sujet. C’est dans les prochaines semaines que sera donc lancée une opération massive de vaccination contre le Covid-19. Elle couvrira les citoyens âgés de plus de 18 ans, selon un schéma vaccinal en deux injections. La priorité sera donnée aux personnels de première ligne et aux personnes vulnérables. Selon les résultats des études cliniques déjà achevées ou toujours en cours, la sécurité, l’efficacité et immunogénicité du vaccin ont été prouvées.

«Le Roi Mohammed VI, a présidé, lundi 09 novembre 2020 au Palais Royal de Rabat, une séance de travail consacrée à la stratégie de vaccination contre la Covid-19.» a annoncé un communiqué du cabinet royal publié sur la MAP et diffusé sur les chaînes télévisées nationales.

Le roi Mohammed VI a présidé cette séance de travail à laquelle ont participé :

  1. Fouad Ali El Himma, Conseiller royal
  2. Abdellatif Hammouchi, Directeur général de la Sûreté Nationale, Directeur général de la Surveillance du territoire national
  3. Abdelfattah El Ouarak, Inspecteur général des FAR,
  4. Mohamed Haramou, Commandant la Gendarmerie Royale
  5. Mohammed Abbar, Inspecteur du Service de Santé militaire des FAR
  6. Abdelouafi Laftit, Abdelouafi Laftit
  7. Nasser Bourita, Ministre des Affaires Étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger
  8. Saad Dine El Otmani, Chef du Gouvernement
  9. Khalid Ait Taleb, Ministre de la Santé

«Cette réunion s’inscrit dans le cadre du suivi continu par le Roi de l’évolution de la pandémie et des mesures prises dans le cadre de la lutte contre sa propagation et de la protection de la vie et de la santé des citoyens» , rappelle le Cabinet Royal.

C’est au cours de cette réunion, que le souverain a donné ses orientations en vue du lancement, dans les prochaines semaines, d’une opération massive de vaccination contre la Covid-19. Une décision qui s’est appuyée sur la base de l’avis rendu par le Comité national scientifique ad hoc soulignant que la campagne vaccinale est une réponse réelle pour mettre fin à la phase aiguë de la pandémie,

Le communiqué du Cabinet Royal qualifie cette opération de vaccination d’opération nationale, d’envergure inédite. Elle vise la couverture de la population par un vaccin en tant que moyen idoine d’immunisation contre le virus et de maitrise de sa propagation.

«Selon les résultats des études cliniques déjà achevées ou toujours en cours, la sécurité, l’efficacité et immunogénicité du vaccin ont été prouvées.» assure la même source.

Déroulement de la campagne de vaccination contre le Covid-19

Le Cabinet Royal a également préciser les grandes lignes du déroulement de la campagne nationale de vaccination contre le Covid-19.

Ainsi, cette opération devra :

  1. Couvrir les citoyens âgés de plus de 18 ans, selon un schéma vaccinal en deux injections.
  2. Donnera la priorité aux :
    • personnels de première ligne:
      • le personnel de Santé
      • les autorités publiques
      • les forces de sécurité
      • le personnel de l’éducation nationale
    • personnes vulnérables
    • personnes âgées
  3. Le reste de la population en dernier lieu

Pour le bon déroulement de cette opération nationale de vaccination d’envergure, le Roi a ainsi donné ses directives aux autorités compétentes pour veiller à :

  • l’accessibilité du vaccin, dans un cadre social et solidaire,
  • sa disponibilité en quantités suffisantes,
  • assurer une logistique médicale de transport, d’entreposage et d’administration du vaccin sur l’ensemble du territoire
  • mettre en place un système efficace de pré-enregistrement des bénéficiaires.

A cet effet, le Souverain a appelé à la mobilisation de tous les services et départements concernés, en particulier:

  1. le personnel de la Santé,
  2. l’administration territoriale
  3. les forces de l’ordre,
  4. Forces Armées Royales et ce conformément aux missions qui leurs sont confiées par Sa Majesté le Roi, Chef Suprême et Chef d’État-major général des Forces Armées Royales, dans le cadre de la lutte anti-Covid19.

Il est a rappelé que le Royaume a pu occuper un rang avancé dans l’approvisionnement en vaccin contre la covid-19, grâce à l’Initiative et à l’Implication Personnelle du Souverain qui ont abouti à la participation réussie de notre pays, dans ce cadre, aux essais cliniques.

Le vaccin chinois a été testé sur 50.000 personnes

Début novembre, Sinopharm Group le laboratoire chinois qui fournit le vaccin au Royaume en collaboration avec le laboratoire marocain, Sothema, a annoncé que l’échantillon de population concerné par l’essai clinique de phase III, dans des essais à l’étranger, a couvert 125 nationalités et 50.000 personnes.

Sinopharm a assuré que son vaccin s’avère être efficace contre toutes les souches de coronavirus connues et qu’aucun effet indésirable n’a été enregistré.

Au Maroc, pas moins de 600 membres des FAR, de la Gendarmerie royale, de la DGSN, de la DGST et de la DGED se sont portés volontaires pour les essais cliniques du vaccin chinois contre le covid-19. A leur tête figurent les noms de Yassine Mansouri, Abdellatif Hammouchi et Mohamed Haramou.

Aux Emirats Arabes Unis qui collaborent également avec Sinopharme sur le même vaccin, les émirs membre du gouvernement se sont également administrés le vaccin.

Deuxième vague du Covid, Brexit, boycott musulman, Macron relance «Choose France», une offensive commerciale pour attirer les investisseurs

Emmanuel Macron s’est lancé vendredi dans une offensive de charme auprès des investisseurs internationaux, présentant l’Hexagone comme une destination de choix en Europe passée la crise du coronavirus, ont déclaré des responsables français.

Avec Reuters

Alors que la France et une grande partie de l’Europe font face à une résurgence de la pandémie, le président français estime que son plan de relance de 100 milliards d’euros sera attractif pour les investisseurs, qui préféreront un “upside risk” (risque à la hausse) au Brexit de la Grande-Bretagne ou une Allemagne “stable”.

«Pourquoi on fait ça? Parce qu’on se rend compte que les compteurs de l’attractivité sont remis à zéro et que les CEOs (dirigeants d’entreprises) des grands groupes étrangers sont très attentifs à la réponse économique des pays face à la crise et regardent les différents plans de relance pour prendre leurs décisions d’investissement», a déclaré un conseiller d’Emmanuel Macron.

Le chef de l’Etat a organisé vendredi une conférence téléphonique avec les dirigeants des groupes Tata, Unilever, Coca-Cola et Zalando, entre autres, afin d’attirer de nouveaux investissements. Il s’agit d’une version virtuelle des sommets «Choose France» qu’il a tenus dans le passé avant les sommets de Davos.

Interrogés sur le calendrier de cette annonce, alors que le pays fait face à une deuxième vague de la pandémie qui a poussé les autorités à imposer un nouveau confinement, les responsables français ont déclaré que les investisseurs regardaient au-delà de cette nouvelle crise sanitaire et étudiaient dès à présent quels pays, à long terme, sortiraient renforcés de l’épidémie.

Transformation économique et écologique

«Toute l’Europe connait une reprise de l’épidémie. Les CEOs comprennent bien qu’il y a une reprise de l’épidémie et qu’il y aura plusieurs vagues comme celle-là», a déclaré l’un des responsables français.

«Ce qu’il est important de montrer c’est que la France n’est pas focalisée uniquement sur sa gestion urgente de la crise – on le fait massivement – mais il faut aussi pouvoir se projeter sur la transformation économique et écologique», a-t-il ajouté.

L’économie française a rebondi de 16% au troisième trimestre après une chute sans précédent de 13,8% au deuxième trimestre, liée au premier confinement. Le deuxième confinement devrait entraîner une contraction au quatrième trimestre.

Le gouvernement français a présenté en septembre un projet de budget pour 2021 destiné à sortir le pays de sa pire récession depuis la Seconde Guerre mondiale avec l’injection, dès l’année prochaine, de 42 milliards d’euros dans l’économie sur les 100 milliards de son plan de relance.

Paris a déjà mobilisé plus de 470 milliards d’euros en reports ou exonérations de taxes, dispositifs de chômage partiel et prêts garantis par l’Etat pour tenter de soutenir les entreprises et les ménages.

L’espoir des relocalisations

«Le Covid-19 pousse aussi les industriels à s’interroger sur l’allongement des chaînes de valeurs engendré par la mondialisation et certains envisagent de les raccourcir. Ce qui fait naître un espoir de relocalisations d’activités. Il y a également la prise de conscience par les Etats que la mondialisation a nettement augmenté la dépendance dans des secteurs comme la santé ou encore l’électronique. D’où les efforts des gouvernements pour regagner de la souveraineté en attirant des investisseurs étrangers», écrit LesEchos.

«Mais, dans un monde qui tend à se former en blocs – Chine, Etats-Unis, zone euro… – les relocalisations auront probablement lieu au niveau européen. Le Covid risque donc d’exacerber la concurrence entre les Etats-membres de la zone euro et notamment la concurrence fiscale. La baisse des impôts de production de 10 milliards d’euros peut être comprise comme étant un effort et un signal en ce sens», surenchère la même source.

1 2 3 130