Câbles

Le Koweït interdit l’entrée de navires chargés de marchandises à destination et en provenance d’Israël

La ministre des Travaux publics et ministre d’État des Communications et des Technologies de l’information, Rana Al-Fares, a publié une décision ministérielle interdisant l’entrée de navires commerciaux chargés de marchandises à destination et en provenance d’Israël.

Dans le bulletin officielle daté du dimanche 5 novembre 2021 figure une décision surprise du gouvernement koweïtien d’interdire la circulation de biens et de marchandises à destination ou à provenance d’Israël via les ports du pays.

La décision signée par la ministre des Travaux publics et ministre d’État des Communications et des Technologies de l’information, Rana Al-Fares, et dont laquelle Israël est qualifiée de Palestine occupée comprend 3 articles :

Article I : Il est interdit aux agents maritimes immatriculés auprès du Département des agences maritimes du Ministère des transports de présenter des demandes d’autorisation d’entrée pour des navires étrangers en violation des dispositions des articles 2, 3 et 4 du décret émirien du 26/5/1957.

Article II : L’interdiction sus-mentionnée concerne tout navire en provenance d’autres ports voulant décharger une partie de leur cargaison dans les ports koweïtiens s’ils transportent à bord l’une des marchandises stipulées dans l’interdiction, avec l’intention de les expédier vers et depuis l’Etat de Palestine occupé (Israël) ou vers d’autres ports après son départ des ports koweïtiens.

Article III : Les personnes concernées au sein du Ministère du Transport doivent déférer toute découverte de violation des dispositions de la présente décision aux autorités d’enquête compétentes pour suite à donner.

Le gouvernement marocain met en place des mesures additionnelles contre le variant préoccupant Omicron

Le 26 novembre 2021, l’OMS a classé le variant B.1.1.529 comme variant préoccupant et lui a donné le nom de variant Omicron. Ce variant a depuis été découvert dans divers pays et diverses régions notamment en Afrique du Sud. Ainsi après la suspension de tous les vols directs passagers, à destination du Royaume pour deux semaines, le gouvernement marocain décide l’interdiction de tous les festivals et toutes manifestations culturelles et artistiques. 

Sur la base des dispositions juridiques relatives à la gestion de l’état d’urgence sanitaire et en renforcement des mesures préventives nécessaires visant à limiter la propagation du nouveau coronavirus, le gouvernement indique, vendredi soir dans un communiqué, avoir décidé l’interdiction de tous les festivals et toutes manifestations culturelles et artistiques.

Le gouvernement réitère son appel aux citoyennes et aux citoyens à adhérer fortement à «la campagne nationale de vaccination» et à poursuivre l’engagement responsable en prenant toutes les mesures de précaution, afin de préserver les acquis réalisés et contribuer au retour progressif à la vie normale dans le Royaume.

Il est à noter que l’émergence du variant Omicron a attiré l’attention du monde entier. 38 pays ont identifié des cas d’Omicron sur leur sol, rapporte l’Organisation mondiale de la Santé, qui assure qu’il est désormais répandu dans les six régions de l’organisation. « Je n’ai vu aucune information rapportant des décès liés à Omicron », a également déclaré Christian Lindmeier, un porte-parole de l’organisation basée à Genève, lors d’un point de presse tenu ce vendredi.

Création du «Cercle d’amitié Maroc-Israël»

Le «Cercle d’Amitié Maroc-Israël», présidé par Gabriel Banon, un ancien conseiller de Yasser Arafat, vient de voir le jour à Casablanca, indique un communiqué de cette Association, qui a été autorisée jeudi par les autorités administratives compétentes.

Lors de cette assemblée constitutive, les membres ont élu leur conseil d’administration :

  • Gabriel Banon – Président
  • Jacques Knafo – Vice-président
  • Mustapha Sehimi – Secrétaire général
  • Jean-Luc Martinet – Trésorier
  • Mohamed Berrada
  • Souad Mekkaoui
  • Nadia Salah
  • Valérie Benjio
  • Abdelkader Retnani
  • Naïm Guessous

Ce Cercle entend œuvrer dans le cadre de la Déclaration historique du 22 décembre 2020 signée entre la délégation américano-israélienne de haut niveau et le Maroc qui «a mis l’accent sur l’ouverture d’une ère nouvelle dans les relations entre le Royaume du Maroc et l’État d’Israël». Ce texte de référence souligne en particulier l’intention des deux pays «d’établir des relations fraternelles et diplomatiques complètes» en encourageant la coopération dans de nombreux domaines, note le Cercle d’Amitié.

Dans l’orientation donnée par le Roi Mohammed VI, le Cercle compte ainsi inscrire ses activités et son programme d’action dans cette même perspective, sur la base des principes énoncés dans cette Déclaration. Il se veut un cadre de dialogue et d’échanges axé sur le développement des relations culturelles, économiques et sociétales entre les deux pays et les deux peuples. Il a également pour objectif de promouvoir le référentiel des valeurs universelles pouvant accompagner les principes d’une paix juste et durable entre les Palestiniens et les Israéliens au Moyen-Orient.

Les statuts de l’Association sans but lucratif sont régis par les dispositions du Dahir n° 1.58.376 du 15 novembre 1958 tel qu’il a été modifié par le Dahir portant loi n° 1-73-283 du 6 Rabiaa I 1393 correspondant au 10 avril 1973.

L’Association a pour but de contribuer à la promotion et au développement des liens entre le Maroc et Israël. A ce titre, elle a pour objectifs :

  • D’œuvrer pour la coopération entre le Maroc et Israël dans la culture, les sciences, l’enseignement, la recherche, les arts et les actions caritatives israélo-marocaines;
  • L’échange d’expériences et d’informations d’ordre culturel et scientifique entre ses adhérents et ce par l’organisation de rencontres, séminaires et conférences, au Maroc et à l’étranger;
  • La création et l’entretien des rapports entre ses membres et le renforcement des liens avec d’autres associations similaires au Maroc et à l’étranger;
  • La diffusion des connaissances et d’informations relatives à la promotion de la coopération entre le Maroc et Israël.

Ce chewing-gum réduit de plus de 95 % la charge virale du Covid dans votre bouche

Alors que les personnes infectées par le Covid-19 ont des niveaux élevés de virus dans leur salive, des chercheurs ont développé un chewing-gum expérimental qui piège ces particules virales. La gomme peut aider à réduire la transmission virale lorsque les personnes infectées respirent, parlent ou toussent, rapporte Nancy Lapid pour Reuters. Des chercheurs de l’Université de Pennsylvanie ont publié les détails de l’étude ce mois-ci dans la revue de recherche Molecular Therapy.

Source Reuters, Medscape

Des chercheurs l’Université de Pennsylvanie ont mis au point une gomme contenant une protéine qui « piège » les particules virales et pourrait limiter la propagation des gouttelettes chargées de virus lorsque les personnes infectées parlent, respirent ou toussent.

« Un chewing-gum contenant des protéines piégeant le virus constituerait une stratégie accessible (y compris financièrement) pour protéger les patients de la plupart des réinfections virales orales en réduisant ou en minimisant la transmission à d’autres », ont annoncé les chercheurs.

L’utilisation de gomme pour réduire la charge virale dans la salive s’ajouterait aux efforts mondiaux de vaccination et pourrait être utile dans les pays où les vaccins ne sont pas largement disponibles ou abordables, souligne la même source. La gomme est fabriquée à partir de matériel végétal de qualité pharmacologique et a été développée pour répondre aux exigences de l’Agence américaine des médicaments.

Le chewing-gum a été testé dans des tubes à essai à l’aide d’échantillons de salive et d’écouvillons de patients hospitalisés atteints de Covid-19 et dont l’infection est confirmée.

La gomme contient des copies de la protéine ACE2 présente à la surface des cellules, que la protéine « Spike » du coronavirus utilise pour pénétrer dans les cellules et les infecter, précise l’étude américaine.

Au cours des expériences in vitro, les particules virales se sont liées aux récepteurs ACE2 de la gomme. La charge virale dans les échantillons a alors chuté de plus de 95%, ont déclaré les chercheurs.

La gomme a la texture et le goût des shewing gum classiques et peut être conservée pendant des années à des températures normales, selon Reuters. Mâcher du chewing-gum n’endommage pas les molécules de protéine ACE2, ont déclaré les chercheurs.

Service militaire 2022 : Laftit lance l’opération de recensement des jeunes

Agé(e)s entre 19 et 25 ans ? Abdelaouafi Laftit, ministre de l’Intérieur vous invite à vous connecter à partir du 13 décembre prochain sur le site www.tajnid.ma pour s’assurer que vos noms figurent bien sur les listes des appelés et pour remplir le formulaire de recensement. L’appel concerne aussi les jeunes MRE.

Le ministre de l’Intérieur, Abdelouafi Laftit, informe les jeunes âgés entre 19 et 25 ans à la date du 16 mai 2022 et qui remplissent les conditions légales requises pour l’exercice du service militaire, qu’un arrêté du ministre de l’Intérieur a été publié jeudi 02 décembre au bulletin officiel, fixant la période consacrée à l’opération du recensement qui se déroulera du 13 décembre 2021 au 10 février 2022.

A cet égard, la Commission centrale, présidée par le président de Chambre à la Cour de cassation, a procédé lors de sa réunion, jeudi 2 décembre, conformément aux dispositions de la loi 44.18 relative au service militaire et les textes d’application y afférant à l’arrêt des listes des personnes appelés à remplir le formulaire du recensement, tout en prenant en considération le principe d’égalité entre les citoyens et d’équilibre entre les régions, indique un communiqué du ministre de l’Intérieur.

A cette occasion, le ministre de l’Intérieur invite les jeunes qui recevront ces avis des autorités administratives locales à remplir le formulaire de recensement via le site www.tajnid.ma dès leur réception par eux-mêmes ou par un membre de leurs familles, et ce à partir du début de l’opération de recensement le 13 décembre.

Le ministre de l’Intérieur informe l’ensemble des jeunes remplissant la condition d’âge qu’ils peuvent, à partir de la date de lancement du recensement, s’assurer à travers le même site électronique si leurs noms figurent sur les listes des appelés à renseigner le formulaire de recensement pour accomplir le service militaire.

D’autre part, ajoute le communiqué, le ministre de l’Intérieur informe les jeunes, de sexe féminin et masculin, qui n’ont pas été invités à remplir le formulaire et qui désirent accomplir le service militaire, qu’ils peuvent le renseigner sur le même site, à compter du 13 décembre courant.

La même possibilité est garantie par la loi au profit des jeunes parmi les membres de la communauté marocaine établie à l’étranger, inscrits sur les registres consulaires et souhaitant accomplir ce service.

Le ministre de l’Intérieur informe enfin que les jeunes peuvent obtenir des informations relatives au service militaire soit auprès des autorités administratives locales les plus proches de leurs domiciles ou auprès des services de renseignement créés dans les préfectures, les provinces et les préfectures d’arrondissement ou encore à travers le site électronique www.tajnid.ma.

Premier pas vers l’obligation vaccinale, l’Allemagne impose un quasi confinement aux non vaccinés

Keys points :

  • Angela Merkel et son successeur Olaf Scholz ont annoncé ce jeudi 2 décembre le durcissement des restrictions visant les personnes non vaccinées contre le Covid-19.
  • Un quasi-confinement sera imposé aux allemands non vaccinés. Ils seront interdit d’accès, sur tout le territoire, aux bars, restaurants, théâtres, cinémas, salles de spectacle, de sports, mais aussi commerces non essentiels et marchés de Noël.
  • Seules les personnes vaccinées contre le coronavirus ou guéries d’une infection sont pour le moment autorisées à entrer dans les magasins et les événements culturels et de loisirs.
  • Un projet de loi sur l’obligation vaccinale, à laquelle Olaf Scholz et Angela Merkel sont favorables, serait soumis au parlement pour une entrée en vigueur en février ou mars.
  • L’Allemagne a vacciné 68,7% de sa population et 80% des adultes.
  • Les personnes non vaccinées sont déjà soumises depuis plusieurs semaines à des restrictions d’accès à la vie publique mais les règles sont à géométrie variable et ne couvrent pas l’ensemble des régions.

«La quatrième vague doit être brisée car nous n’y sommes pas encore parvenus», a déclaré la chancelière sortante Angela Merkel lors d’une conférence de presse.

Selon Reuters, le gouvernement fédéral allemand et les autorités des Länder sont convenus jeudi de prendre de nouvelles mesures de restriction pour tenter d’endiguer la quatrième vague de l’épidémie de COVID-19 et envisagent l’instauration d’une obligation vaccinale à compter de février prochain.

Le nouveau dispositif leur interdit sur tout le territoire l’accès aux bars, restaurants, théâtres, cinémas, salles de spectacle, de sports, mais aussi commerces non essentiels et marchés de Noël.

Ils doivent aussi désormais limiter leurs contacts, à domicile ou à l’extérieur, à deux autres personnes maximum d’un autre foyer.

Avant la réunion, le ministre sortant de la Santé, Jens Spahn, avait de qualifié le dispositif de « confinement, pour ainsi dire, des personnes non vaccinées ».

De nouvelles restrictions vont également toucher l’ensemble de la population, rapporte l’AFP :

  • La fréquentation des grands rassemblements, comme les matchs de football de la Bundesliga, devra être plafonnée à 30 % de la capacité d’accueil totale.
  • Les clubs et boîtes de nuit vont à nouveau fermer dans les zones où le taux d’incidence hebdomadaire dépasse 350, soit neuf régions sur 16, dont la capitale Berlin où la vie nocturne peine à se remettre des précédents verrouillages liés à la pandémie.

Vers une obligation vaccinale dans toute l’Europe ?

A rebours de ses promesses de campagne, le successeur d’Angela Merkel, a finalement cédé devant la pression importante sur le système hospitalier, annonçant qu’il se pencherait sur la vaccination obligatoire avant la fin de l’année pour une entrée en vigueur en février ou mars.

Selon le journal Libération, le taux d’incidence dans le pays (nombre de cas pour 100 000 habitants sur une semaine) se stabilise à 440 depuis deux jours. Mais la situation reste préoccupante avec près de 60 000 cas d’infections en moyenne enregistrés chaque jour. Le variant omicron a déjà mis le pied dans le sud du pays. Quatre cas ont été confirmés dans le Bade-Wurtemberg, et d’autres sont suspectés en Bavière.

L’armée a d’ailleurs été mobilisée pour transférer en avion des malades en soins intensifs vers le nord du pays, moins touché.

Alors que presque un tiers des Allemands ne sont toujours pas vaccinés, le gouvernement d’Olaf Scholz a décidé de ne plus ménager les réfractaires, accusés d’être responsables de la saturation des hôpitaux (90 % des places en soins intensifs sont occupées).

C’est dans ce contexte que l’Allemagne s’invite au débat autour de l’obligation vaccinale qui prend de l’ampleur ces dernières semaines en Europe.

L’Autriche a déjà annoncé le mois dernier qu’elle rendrait la vaccination contre le COVID-19 obligatoire à compter de février prochain.

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a estimé qu’une telle éventualité devait être discutée à l’échelle européenne, même si ces décisions relèvent des prérogatives des Etats membres.

«L’obligation vaccinale n’est pas le choix que la France a fait», a rappelé mercredi le ministre français de la Santé, Olivier Véran, en marge d’un déplacement dans un centre de vaccination parisien.

Alexandre Benalla : l’ancien garde du corps d’Emmanuel Macron condamné à trois ans de prison dont un ferme

Le tribunal correctionnel de Paris a condamné vendredi Alexandre Benalla à trois ans de prison dont un ferme. Cette partie ferme de la peine sera purgée en détention à domicile, sous bracelet électronique. L’ancien garde du corps de Macron avait été identifié par le journal «Le Monde» le 18 juillet 2018 sur une vidéo où il apparaissait, avec un casque des forces de l’ordre, en train de brutaliser une femme et un homme.

Avec AFP

Il était au cœur d’une tempête politique majeure du quinquennat d’Emmanuel Macron : Alexandre Benalla, l’ex-chargé de mission et ex-garde du corps du président français, notamment poursuivi pour des violences le 1er mai 2018, a été condamné à trois ans de prison, dont un ferme, par le tribunal de Paris ce vendredi après-midi. 

Le ministère public avait soutenu à l’audience qu’Alexandre Benalla et l’ex-employé d’En Marche !, l’ancien gendarme réserviste de 48 ans Vincent Crase, avaient « agi avec des policiers, comme des policiers et parfois à la place des policiers », alors que leur intervention n’était « pas nécessaire ». Les magistrats ont estimé qu’ils avaient commis des « violences illégitimes » sur, au total, quatre personnes dans le Quartier latin.

Dans ce dossier à tiroirs, Alexandre Benalla était en outre mis en cause pour avoir porté un pistolet sans autorisation en 2017 à Poitiers, ainsi que pour avoir utilisé, après son licenciement, deux passeports diplomatiques lors de onze voyages et réalisé un faux document afin d’obtenir un passeport de service.

1 2 3 160