Câbles

Covid-19: Israël reconfine, des pays européens durcissent les mesures sanitaires

Plusieurs pays d’Europe, dont l’Espagne, la France et le Royaume-Uni, durcissaient vendredi leurs mesures pour enrayer une nouvelle vague de la pandémie de coronavirus, au moment où un second confinement généralisé entrait en vigueur en Israël.

AFP

En Espagne, la région de Madrid doit annoncer vendredi des restrictions drastiques pour enrayer l’épidémie. Ces mesures devraient concerner surtout les quartiers défavorisés du sud de la capitale et les villes des alentours, les plus touchés par l’épidémie.

Soumise au printemps à l’un des confinements les plus stricts au monde, l’Espagne, avec plus de 30.400 morts, a vu depuis juillet l’épidémie repartir au galop, jusqu’à devenir le pays ayant le nombre de cas rapporté à sa population le plus élevé de l’UE.

«Le nombre de places en soins intensifs ne suffit déjà plus pour le nombre de patients Covid», a expliqué à l’AFP Santiago Usoz, infirmier dans le service d’urgences de l’hôpital madrilène du 12 Octobre, précisant qu’il y a 32 lits pour 35 malades.

Ces dernières semaines, cette région centrale de 6,6 millions d’habitants concentrait un tiers des nouveaux cas et des nouveaux décès recensés en Espagne.

Mécontentement en Israël

Premier pays développé à imposer une telle mesure, Israël s’est reconfiné vendredi, au premier jour de la saison des fêtes juives, provoquant le mécontentement d’une grande partie de la population.

“Le système de santé a levé le drapeau rouge”, a déclaré le Premier ministre, Benjamin Netanyahu, pour justifier ce confinement de trois semaines, qui coïncidera avec les fêtes juives de Rosh Hashana (Nouvel An, célébré ce weekend), Yom Kippour (jour du pardon) et Souccot (fêtes des cabanes).

Mais cette mesure est davantage contestée que lors de la première vague de l’épidémie au printemps. “Le confinement est injustifié”, a lancé Tamir Hefetz, organisateur d’une manifestation qui a rassemblé 400 personnes à Tel Aviv jeudi soir. “Il nuit à la population et à l’économie, engendre du chômage et des suicides”.

Pays de neuf millions d’habitants, Israël a enregistré 1.163 décès dus au coronavirus. Entre jeudi soir et vendredi midi, 5.238 nouveaux cas de contamination ont été enregistrés, un record.

Alors que commencent les fêtes juives, les autorités religieuses juives françaises ont appelé les fidèles à la plus grande prudence.

Plus de 30 millions de cas de Covid-19, dont plus de 946.000 décès, ont été officiellement recensés dans le monde, selon un comptage réalisé vendredi par l’AFP.

Avec 197.655 décès, les Etats-Unis sont de loin le pays le plus endeuillé, devant le Brésil (134.935 morts) et l’Inde (84.372 morts). Ces trois pays regroupent plus de la moitié des malades comptabilisés dans le monde.

Pas de feu d’artifice à Londres

En Europe, où le nombre de nouveaux cas est désormais supérieur à ceux enregistrés en mars et avril, le niveau de transmission est jugé “alarmant” par l’Organisation mondiale de la santé (OMS), et conduit les autorités de plusieurs pays à resserrer la vis.

De nouvelles restrictions sont entrée en vigueur vendredi dans le nord-est de l’Angleterre, concernant deux millions de personnes: les rencontres entre personnes de différents foyers sont interdites, un couvre-feu est appliqué de 22H00 à 5H00 dans les lieux de divertissement.

Le gouvernement britannique n’exclut pas de recourir à un nouveau confinement général pour toute l’Angleterre, si les mesures locales ne suffisent pas. Les cas quotidiens ont dépassé les 3.000 depuis plusieurs jours au Royaume-Uni, pays le plus endeuillé d’Europe avec près de 41.700 morts.

Le maire de Londres Sadiq Khan a d’ores et déjà annoncé l’annulation du feu d’artifice du Nouvel an dans la capitale britannique.

La République tchèque a imposé vendredi le port du masque en classe aux étudiants et élèves de plus de onze ans. Avec un nombre record de 3.130 nouveaux cas jeudi, elle atteint en 24 heures un chiffre comparable à l’ensemble du mois de mars.

France : possible fermeture des bars

En France, le ministre de la Santé a annoncé que de nouvelles restrictions, dont «la possible fermeture des bars» ou «l’interdiction de rassemblements publics» seraient décidées dans plusieurs grandes villes, dont Marseille, Lyon et Nice.

A dix jours de son coup d’envoi, exceptionnellement à l’automne, le tournoi parisien de tennis de Roland-Garros ne recevra que 11.500 spectateurs quotidiens, contre plus de 40.000 habituellement.

Halte aux évènements ultrapropagateurs

Signe que les fêtes privées sont un des principaux vecteurs de contagion, le petit Etat américain du Maine a connu un événement “ultrapropagateur” du Covid-19. Les «traceurs de contact» ont pu faire remonter à un mariage, auquel ont assisté 65 personnes le 7 août, 177 personnes infectées et sept morts, dont aucun n’avait pourtant assisté à l’événement.

La province canadienne de l’Ontario a adopté des mesures dissuasives contre les organisateurs de rassemblements de plus de 10 personnes à l’intérieur des logements, et de plus de 25 personnes à l’extérieur: ils sont désormais passibles d’une amende minimale de 10.000 dollars canadiens (6.400 euros). Et chaque participant encourt d’une amende de 750 dollars.

Et c’est devant une salle vide que l’humoriste Jimmy Kimmel présentera dimanche soir à Los Angeles les Emmy Awards, équivalent des Oscars pour la télévision américaine, lors d’un show 100% virtuel, tandis que les heureux vainqueurs accepteront leur prestigieuse récompense depuis le confort de leur salon ou de leur chambre.

Faits marquants, nouvelles mesures, nouveaux bilans : un point sur les dernières évolutions de la pandémie de Covid-19 dans le monde.

AFP

Cap des 5 millions en Inde

La pandémie progresse à grande vitesse à travers l’Inde, qui a franchi mercredi le seuil des cinq millions de personnes contaminées après avoir enregistré un million de nouveaux cas en seulement 11 jours.

Second pays le plus peuplé de la planète avec 1,3 milliard d’habitants, l’Inde compte désormais un total de 5,02 millions de personnes porteuses du virus, juste derrière les Etats-Unis, avec 6,6 millions de cas de Covid-19.

Nationalisme vaccinal

La présidente de la Commission européenne a alerté mercredi sur les dangers du “nationalisme vaccinal”, alors que les Européens ont fait face en ordre dispersé à la pandémie de Covid-19 et que la recherche d’un vaccin fait l’objet d’une concurrence mondiale.

“Le nationalisme vaccinal met des vies en danger”, a souligné Ursula von der Leyen devant le Parlement européen, alors que des grandes puissances pré-réservent à grands frais des doses des vaccins anti-Covid en développement.

Plus de 936.000 morts

La pandémie provoquée par le nouveau coronavirus a fait plus de 936.000 morts dans le monde depuis fin décembre, selon un bilan établi par l’AFP à partir de sources officielles mercredi à 11h00 GMT.

Plus de 29,6 millions de cas de contamination ont été diagnostiqués.

Les États-Unis sont le pays le plus endeuillé avec 195.961 morts. Viennent ensuite le Brésil (133.119), l’Inde (82.066), le Mexique (71.678) et le Royaume-Uni (41.664).

Reconfinement envisagé à Madrid

La région de Madrid, épicentre du rebond de l’épidémie de Covid-19 en Espagne, a annoncé mercredi qu’elle envisageait de confiner les zones de la ville ou de la région enregistrant la plus forte hausse du nombre de contaminations.

Des “restrictions au niveau des rassemblements de personnes et aussi de la mobilité” seront annoncées “d’ici à la fin de la semaine”, a indiqué un responsable.

Perspectives mitigées de l’OCDE

La récession mondiale devrait être moins prononcée que prévu en 2020, estime l’OCDE dans ses perspectives économiques publiées mercredi, la réaction rapide et conséquente des Etats ayant permis de limiter les dégâts. Mais la reprise devrait être moins forte en 2021 qu’elle ne l’anticipait en juin.

L’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) table sur une croissance de 5% en 2021, après un recul de 4,5% en 2020.

Lourdes pertes pour le foot

Une perte de 14 milliards de dollars : c’est ce que pourrait coûter au football mondial la pandémie de Covid-19, responsable de perturbations de calendrier, de stades vides et autres pertes de droits télévisés, selon la Fédération internationale de football (Fifa).

460 milliards de pertes pour le tourisme –

La chute du nombre de touristes internationaux due à la pandémie a entraîné une perte de 460 milliards de dollars pour le secteur au premier semestre, estime l’Organisation mondiale du tourisme (OMT).

En cause, une chute de 65% du nombre de touristes internationaux sur la période, marquée par les fermetures de frontières et les restrictions pour les voyageurs.

L’OCDE revoit en hausse ses prévisions 2020 pour l’économie mondiale

L’économie mondiale est en train de se redresser plus rapidement qu’on ne le pensait juste avant le début de l’été après le choc provoqué par le nouveau coronavirus, en raison notamment du dynamisme de la reprise aux Etats-Unis et en Chine, a déclaré mercredi l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE).

L’économie mondiale devrait néanmoins connaître une récession de 4,5% cette année, un plongeon sans précédent dans l’histoire récente mais moins prononcé que la chute de 6% anticipée en juin dans les précédentes prévisions de l’OCDE.

Si l’épidémie due au coronavirus n’échappe pas à tout contrôle d’ici là, l’économie mondiale devrait renouer avec la croissance en 2021 au rythme de 5%, a ajouté l’OCDE, un niveau cette fois inférieur à la progression de 5,2% attendue en juin.

Cependant, une accélération de la propagation de l’épidémie ou un durcissement des mesures pour la contenir pourraient enlever 2 à 3 points de pourcentage aux prévisions pour l’année prochaine, a averti l’organisation basée à Paris.

Elle précise que ses prévisions se fondent sur l’hypothèse de foyers épidémiques contenus à l’aide de mesures ciblées localement à la place de confinements nationaux tels que ceux mis en oeuvre au printemps à travers le monde. Elle suppose aussi qu’aucun vaccin ne sera largement disponible avant le courant de l’année prochaine.

L’OCDE juge que les mesures budgétaires des gouvernements et les initiatives de politique monétaire des banques centrales pour soutenir les revenus des ménages et des entreprises ont contribué à éviter une récession plus profonde et devraient ainsi être poursuivies.

L’amélioration globale des prévisions de l’OCDE cache d’importantes disparités entre les grandes économies comme les Etats-Unis, la Chine et la zone euro, qui ont mieux résisté que prévu, et d’autres pays comme l’Inde, le Mexique et l’Afrique du Sud qui ont davantage souffert faute de maîtriser l’épidémie.

La Chine, où la pandémie est apparue et qui l’a contrôlée plus tôt, devrait être le seul pays du G20 à connaître une croissance de son produit intérieur brut cette année (+1,8%), alors que l’OCDE anticipait encore une contraction de 2,6% en juin.

Les Etats-Unis, première économie mondiale, devraient eux aussi afficher une performance moins mauvaise que prévu auparavant avec une contraction de leur PIB limitée à 3,8% au lieu de 7,3%.

Pour la France, l’OCDE prévoit une récession de 9,5% cette année, soit 1,9 point moins forte qu’en juin, avant une croissance de 5,8% en 2021 alors qu’elle l’attendait à 7,7% juste avant l’été.

Suez annonce un projet de cessions dans quatre pays pour 1,1 milliard d’euros

Suez a annoncé mercredi un projet de cession d’une partie de ses activités de déchets dans quatre pays européens à Propre, branche du groupe allemand Schwarz, pour une valeur d’entreprise de 1,1 milliard d’euros, une opération qui lui permettrait d’atteindre environ 40% de son objectif de rotation d’actifs fixé dans son plan stratégique Suez 2030.

Reuters

Le groupe français de traitement de l’eau et des déchets, qui cherche une parade face au projet de rapprochement lancé par Veolia, a précisé dans un communiqué être entré en négociations exclusives avec PreZero pour lui céder ses activités de recyclage et valorisation des déchets aux Pays-Bas, au Luxembourg, en Allemagne et en Pologne.

Ces activités, auxquelles le projet de cession donne une valeur d’entreprise de 1,1 milliard d’euros, ont généré en 2019 un chiffre d’affaires d’environ 1,11 milliard et un Ebitda d’environ 100 millions. Elles emploient plus de 6.700 personnes.

«Ce projet marque une étape majeure dans la réalisation de notre plan stratégique Suez 2030, présenté en octobre dernier qui prévoit de concentrer nos forces notamment en France et en Europe sur les activités et les géographies où l’on peut déployer nos innovations les plus prometteuses pour être le leader des services à l’environnement», a commenté Bertrand Camus, directeur général de Suez, cité dans le communiqué.

La transaction devrait être finalisée au cours du premier trimestre 2021.

Suez et PreZero ont aussi signé un «protocole d’accord» pour réfléchir à des «partenariats stratégiques pour promouvoir des solutions innovantes de gestion de déchets et accélérer le développement de l’économie circulaire en Europe».

Le conseil d’administration de Suez a rejeté la semaine dernière l’offre de Veolia, qualifiée «d’hostile et opportuniste», et apporté son soutien à la direction pour accélérer la mise en oeuvre du plan Suez 2030 afin de contrecarrer l’offensive de son concurrent.

Suez reste déterminé à finaliser le vente d’Osis à Veolia

Ce plan stratégique prévoit notamment un montant de “rotation d’actifs” (cessions et acquisitions) de trois à quatre milliards d’euros.

Les progrès enregistrés dans la mise en oeuvre du plan constituent “le socle de tout ce qui est création de valeur pour nos actionnaires et pour nos autres parties prenantes”, a estimé le directeur financier de Suez, Julian Waldron, lors d’une conférence téléphonique.

«C’est une stratégie, c’est une logique industrielle, c’est un projet industriel. Ce n’est pas de l’opportunisme, ce n’est pas du court terme (…). Le coeur de toute solution alternative, de tout futur de Suez, s’articule autour de notre plan stratégique», a-t-il également déclaré.

Alors que la presse faisait état ces dernières semaines de tensions au sujet du projet de vente à Veolia de la société Osis, spécialisée dans l’entretien de réseaux et des ouvrages d’assainissement et dans les services industriels sur site, Julian Waldron a également déclaré que Suez restait déterminé à finaliser cette transaction.

Le directeur financier de Suez n’a en outre pas confirmé des informations de L’Agefi selon lesquelles Suez pourrait porter son programme d’économies à un niveau compris entre 1,3 et 1,5 milliard d’euros sur deux ans au lieu d’un milliard sur quatre ans annoncés à l’automne 2019.

Veolia a proposé fin août de racheter l’essentiel de la participation d’Engie dans Suez (29,9% sur un total de 32%) pour 15,50 euros par action, soit un montant de 2,9 milliards d’euros, avant de lancer une offre sur le reste du capital de son rival. Veolia attend une réponse d’Engie d’ici au 30 septembre.

Après les annonces de mercredi matin, le cours de Suez se repliait de 0,33% à 14,96 euros vers 9h30 tandis que Veolia perdait 0,84% à 18,84 euros. Dans le même temps, Engie était quasiment stable (-0,04%).

Le Japon remplace un fils de politiciens par un fils de cultivateur de fraises

Stratège rusé en politique intérieure et, à l’extérieur, diplomate prudent et pragmatique, conservateur à la fibre nationaliste le Premier ministre du Japon Shinzo Abe, celui qui a marqué son époque par sa théorie de redressement économique baptisée « Abenomics» tire aujourd’hui sa révérence. Il cède sa place pour raisons de santé à son ancien bras droit, Yoshihide Suga, au bout de près de huit années d’affilée au sommet de l’Etat, de longévité pour un Premier ministre au Japon.

Avec AFP

Yoshihide Suga, 71 ans, le nouveau chef du Parti libéral-démocrate (PLD) au pouvoir au Japon, a été élu mercredi nouveau Premier ministre par le Parlement, en remplacement de Shinzo Abe. Ce dernier, âgé de 65 ans, a battu des records de longévité à son poste mais a choisi fin août de démissionner, ayant été rattrapé par une maladie inflammatoire chronique de l’intestin qui avait déjà été l’une des causes de la fin prématurée de son premier passage au pouvoir (2006-2007).

Quarante-huit heures après son élection triomphale à la tête du PLD, M. Suga a obtenu 314 votes à la chambre basse du Parlement, soit près de 68% des suffrages exprimés. Il a aussi récolté 59% des voix à la chambre haute.

Une majorité simple était requise pour l’emporter, et en cas de vote contraire entre les deux chambres, la chambre basse aurait eu le dernier mot.

Disposent d’une confortable majorité à la Diète japonaise (parlement), Yoshihide Suga s’est profondément incliné sous les applaudissements des parlementaires après sa victoire, mais ne s’est pas exprimé publiquement dans l’immédiat. Sa première conférence de presse en tant que Premier ministre était prévue dans la soirée.

Suga, fils de cultivateur de fraises

Yoshihide Suga, fils d’un cultivateur de fraises au parcours atypique, a fidèlement servi et conseillé Abe pendant de longues années, coordonnant la politique entre les ministères et les nombreuses agences de l’Etat.
Il connaît à ce titre tous les rouages de la puissante bureaucratie japonaise, mais n’a pas la stature internationale de son prédécesseur et souffre d’une certaine image austère.

«Des problèmes coriaces attendent le gouvernement Suga», avec en priorité la crise du coronavirus, a déclaré mercredi à l’AFP Shinichi Nishikawa, professeur de sciences politiques à l’université Meiji de Tokyo.

Abe, le troisième d’une lignée de politiciens de haut rang

Le premier ministre sortant est le troisième d’une lignée de politiciens de haut rang. Son grand-père, Nobusuke Kishi, était ministre pendant la Seconde Guerre mondiale. Suspecté de crimes de guerre, il fut arrêté mais jamais jugé par le Tribunal de Tokyo. Devenu Premier ministre, il avait signé en 1960 avec le président américain Dwight Eisenhower un traité de sécurité et de coopération, qui constitue encore aujourd’hui le fondement de l’alliance entre les deux pays.

Famille Abe

Son père, Shintaro Abe, s’était hissé jusqu’au poste de ministre des Affaires étrangères. À sa mort en 1993, le fils avait repris son siège au Parlement.

Préparé depuis le plus jeune âge au pouvoir, Shinzo Abe est parvenu à se hisser au sommet du pouvoir en 2006, devenant à 52 ans le plus jeune Premier ministre japonais et le premier né après la Seconde Guerre mondiale.

Kan Abe grand père de Shinzo Abe

Golf avec Trump, Super Mario… Cinq moments marquants de Shinzo Abe

Voici une sélection de moments marquants de son mandat sur le plan international.

Le tollé de Yasukuni

Le 26 décembre 2013, un an exactement après son retour au pouvoir, Shinzo Abe se recueille au sanctuaire shinto de Yasukuni à Tokyo, un lieu symbolique détesté par la Chine et la Corée du Sud car glorifiant le militarisme nippon que les deux pays ont subi dans la première moitié du 20ème siècle.

Depuis 2006, les chefs de gouvernement japonais successifs avaient soigneusement évité Yasukuni. Nationaliste désireux de réviser la Constitution pacifiste japonaise, M. Abe avait toutefois assuré que son geste visait à envoyer un message de paix.

A la place, il provoque un retentissant scandale diplomatique, s’attirant les foudres de la Chine et de la Corée du Sud, et même des remontrances des Etats-Unis, le plus proche allié du Japon.

A l’inverse de parlementaires de son parti et parfois de membres de son gouvernement, M. Abe a renoncé par la suite à se rendre à Yasukuni, se contentant d’y envoyer occasionnellement des offrandes.

Hiroshima et Pearl Harbor

Changement de décor pour un message de réconciliation, réussi cette fois-ci: le 27 mai 2016, Shinzo Abe accueille Barack Obama à Hiroshima, la première visite d’un président américain en exercice dans la ville martyre de la bombe atomique.

Cette visite historique, où M. Obama a notamment serré dans ses bras un survivant de Hiroshima et appelé à bâtir un monde sans armes atomiques, est l’un des succès dont M. Abe a tiré la plus grande fierté.

Fin 2016, toujours avec Barack Obama et dans le même esprit de réconciliation, Shinzo Abe s’est rendu à Pearl Harbor (Hawaï), lieu de l’attaque japonaise contre les Etats-Unis le 7 décembre 1941 qui avait précipité l’entrée des Américains dans la Seconde Guerre mondiale.

Super Mario à Rio

Le 21 août 2016 à la cérémonie de clôture des Jeux olympiques de Rio, Shinzo Abe, en tant que représentant du pays hôte des prochains JO d’été, apparaît déguisé en Mario, le plombier moustachu vedette du géant nippon du jeu vidéo Nintendo.

La surprise fonctionne à merveille. “Je voulais montrer au monde l’influence du Japon avec l’aide d’un personnage japonais”, a expliqué plus tard M. Abe. “Je n’étais pas sûr de la réaction du public mais j’ai reçu tellement d’applaudissements”.

Las, les JO de Tokyo-2020, que M. Abe rêvait en point d’orgue de son mandat, ont été reportés à 2021 en raison de la pandémie de coronavirus, et leur organisation dans un tel contexte s’annonce très délicate.

Golf avec Trump

Le 17 novembre 2016, neuf jours après la victoire de Donald Trump à l’élection présidentielle américaine, Shinzo Abe se précipite à New York pour le rencontrer, devenant ainsi le premier dirigeant étranger à être reçu par le président élu mais pas encore investi.

La stratégie de camaraderie de Shinzo Abe envers l’imprévisible milliardaire républicain pour garantir l’alliance entre le Japon et les Etats-Unis s’est globalement avérée payante.

Malgré des sujets récurrents de fâcherie, comme le déficit commercial chronique des Etats-Unis vis-à-vis du Japon, les deux chefs d’Etat ont vite noué des liens amicaux, agrémentant régulièrement leurs rencontres de parties de golf, leur passion commune.

Banzai pour l’empereur

Le 22 octobre 2019, le nouvel empereur du Japon Naruhito proclame solennellement son intronisation, au cours d’une cérémonie somptueuse et empreinte de rites immémoriaux au palais impérial de Tokyo.

Le Premier ministre japonais a félicité ce jour là le nouvel empereur, au nom de l’ensemble de la population du pays.

Après son discours, Shinzo Abe a crié trois fois “Banzai!” en levant les bras au ciel: une célèbre exclamation japonaise signifiant littéralement “10.000 ans” et revenant ainsi à souhaiter longue vie au nouveau souverain.

#AppleEvent : Apple lance ce mardi de nouveaux produits malgré la crise sanitaire

Apple devrait présenter ce mardi de nouveaux modèles de ses produits, notamment une montre connectée Apple Watch et une tablette iPad, qui devront permettre au groupe de soutenir ses ventes pendant la période des fêtes de fin d’année alors que l’action en Bourse a enregistré depuis le début de l’année un bond spectaculaire malgré la crise du coronavirus.

Reuters

Pour sa traditionnelle conférence de rentrée, dont le coup d’envoi est prévu à 17h00 GMT, le groupe californien a d’ores et déjà prévenu que les nouveaux modèles d’iPhone sortiraient avec quelques semaines de retard comparé au calendrier des années précédentes.

Les analystes s’attendent à ce que les nouveaux iPhone équipés de la 5G et d’autres produits soient dévoilés en octobre et commercialisés le mois suivant dans le cadre d’un nouvel événement.

En attendant, Apple devrait s’employer ce mardi à montrer que les produits comme l’Apple Watch permettent de fidéliser le client dans son écosystème, même en l’absence de l’iPhone, qui représente toujours une part importante des ventes du groupe.

Alors que certains redoutent qu’une sortie décalée de l’iPhone n’affecte les ventes du groupe pendant le trimestre des fêtes de fin d’année, Ben Bajarin, analyste chez Creative Strategies, estime que ces ventes ne seront pas perdues mais simplement reportées.

Malgré la crise sanitaire et les restrictions imposées par les Etats pour enrayer la propagation du coronavirus, le groupe californien a multiplié depuis le début de l’année les lancements de produits via des conférences en ligne, avec notamment un iPhone SE présenté en avril et vendu à prix réduit.

Le groupe a en outre présenté en juillet des résultats trimestriels supérieurs aux attentes, ce qui a soutenu le titre et lui a permis en août de devenir la première entreprise américaine cotée à franchir le seuil des 2.000 milliards de dollars de capitalisation boursière.

L’action Apple a gagné près de 54% depuis le début de l’année, contre un gain de 22% pour le Nasdaq.

Bob O’Donnell, directeur du cabinet TECHnalysis Research, s’attend à ce qu’Apple présente à la fois des montres connectées bon marché et des modèles haut de gamme équipés de nouveaux capteurs dédiés à la santé.

Covid-19: l’UE teste l’interopérabilité entre apps de traçage de six Etats

Six pays de l’UE, dont l’Allemagne et l’Italie, ont commencé à tester une infrastructure permettant de connecter entre elles leurs applications de traçage contre la propagation du nouveau coronavirus, a annoncé lundi la Commission européenne.

Ce système “passerelle” devrait commencer à fonctionner effectivement en octobre, une fois la phase d’essais terminée, selon l’exécutif européen.

La Commission “a donné le coup d’envoi de tests conduits entre les serveurs +back end+ (d’arrière-plan) des applications officielles de traçage de la République tchèque, du Danemark, de l’Allemagne, de l’Irlande, de l’Italie et de la Lettonie, avec un serveur +passerelle+ nouvellement établi” pour assurer leur interopérabilité, a expliqué l’institution dans un communiqué.

En pratique, ce système “permettra aux applications de fonctionner sans discontinuité même à travers les frontières”: avec une seule application, des utilisateurs pourront toujours signaler un test positif ou recevoir une alerte même s’ils voyagent à l’étranger.

L’application de traçage française “StopCovid”, mise en place par le gouvernement et qui n’a connu qu’un succès très mitigé, n’est pas associée à la phase de test du projet en raison de son architecture.

Les applications anti-Covid susceptibles de fonctionner par-delà les frontières d’un seul pays “peuvent constituer des outils performants dans le cadre des efforts que nous déployons pour endiguer la propagation du Covid-19 (…) Utilisées d’une manière suffisamment large, elles peuvent nous aider à briser les chaînes de transmission”, a souligné la commissaire à la Santé Stella Kyriakides.

“Les déplacements et les échanges personnels sont au cœur du projet européen et du marché unique. La +passerelle+ simplifiera ces déplacements et ces échanges en ces temps de pandémie et permettra de sauver des vies”, a indiqué le commissaire européen Thierry Breton, chargé du marché intérieur.

Les informations échangées entre les applications via le serveur passerelle “le seront dans un format +pseudonymisé+, elles seront cryptées, limitées au minimum requis et conservées uniquement le temps nécessaire pour assurer le traçage des infections”, a assuré la Commission.

1 2 3 123