Câbles - Page 3

Opération Marhaba 2021 : la RAM met les petits plats dans les grands

/

Une fois n’est pas coutume, la compagnie nationale Royal Air Maroc (RAM) a fait preuve d’une réactivité déconcertante, à l’annonce des très hautes instructions du Roi Mohammed VI à l’ensemble des intervenants dans le domaine du transport, pour faciliter le retour des MRE au pays à des prix abordables. Abdelhamid Addou, PDG de la compagnie a en effet annoncé peu après la diffusion du communiqué du Cabinet royal, un plan tarifaire exceptionnel qui prend en compte les destinations et le nombre de membres de la famille. Plus surprenant, ce plan tarifaire est d’ores et déjà implémenté dans le système de la RAM.

M. Addou a sur ses épaules la lourde responsabilité de déployer la volonté royale, celle d’accueillir dans les meilleurs conditions nos compatriotes, tout en gérant les contraintes des règles sanitaires, l’écoute des passagers, la gestion des ressources humaines et surtout l’optimisation des pertes financières.

La compagnie nationale Royal Air Maroc (RAM) a annoncé, dimanche, dans un communiqué publié par la MAP, la mise en place d’un dispositif qu’elle qualifie d’«exceptionnel» et d’«historique» pour faciliter le déplacement des Marocains résidant à l’étranger (MRE) en période d’Eté et ce, en application aux hautes instructions du Roi Mohammed VI.

«La compagnie nationale renforce son programme de vols et propose des prix très accessibles aux membres de la communauté marocaine établie à l’étranger. Ces offres ont été étudiées pour mettre en place une grille tarifaire exceptionnelle qui varie en fonction des destinations et du nombre de membres de la famille», indique RAM dans un communiqué.

Plan tarifaire de la période allant du 15 juin au 30 septembre 2021:

Destination Europe (hors Russie et Turquie) :

Famille de 4 membres et + : Billet aller-retour à 97 euros TTC par passager

Famille de 3 membres : Billet aller-retour à 120 euros TTC par passager

Famille de 2 membres ou passager seul : Billet aller-retour à 150 euros TTC par passager

Destination Amérique du Nord :

Famille de 3 membres et + : Billet aller-retour à 500 euros TTC par passager

Famille de 2 membres ou passager seul : Billet aller-retour à 600 euros TTC par passager

Destination Afrique, Turquie et Russie :

Famille de 3 membres et + : Billet aller-retour à 240 euros TTC par passager

Famille de 2 membres ou passager seul : Billet aller-retour à 300 euros TTC par passager

Destination Tunisie :

Famille de 3 membres et + : Billet aller-retour à 120 euros TTC par passager

Famille de 2 membres ou passager seul : Billet aller-retour à 150 euros TTC par passager

Destination Egypte :

Famille de 3 membres et + : Billet aller-retour à 150 euros TTC par passager

Famille de 2 membres ou passager seul : Billet aller-retour à 200 euros TTC par passager

Plan tarifaire disponible ce dimanche 13 juin

Dans son communiqué, la RAM indique que ces tarifs sont valables uniquement pour les billets achetés à compter de ce dimanche 13 juin et pour les vols opérés au départ de l’étranger et pendant la période allant du 15 juin au 30 septembre 2021.

Les vols sont désormais disponibles à la vente sur le site internet de la compagnie nationale (www.royalairmaroc.com) et à travers ses centres d’appel, ses agences commerciales ainsi que le réseau de distribution habituel, précise la même source.

Opération Marhaba 2021 : le Roi Mohammed VI mobilise la Fondation Mohammed V pour la Solidarité

Après avoir donné ses hautes instructions aux autorités compétentes et à l’ensemble des intervenants dans le domaine du transport et du tourisme, afin d’œuvrer à la facilitation du retour au pays des marocains résidents à l’étranger à des prix abordables, le Roi Mohammed VI s’attaque à la question épineuse de la gestion des flux et mobilise la Fondation Mohammed V pour la Solidarité ainsi que l’ensemble des représentations diplomatiques et consulaires du Royaume.

C’est une pluie de bonnes nouvelles qui est tombée ce dimanche et qui fait le bonheur des marocains résidents à l’étranger impatients de retrouver leur patrie. Après le communiqué du Cabinet royal annonçant les hautes instructions du roi Mohammed VI aux opérateurs du transport et du tourisme, suivi par l’annonce de la RAM de la mise en place d’un dispositif «exceptionnel» et «historique» pour leur faciliter le retour de nos compatriotes, le souverain sonne la mobilisation générale pour assurer une gestion exemplaire des flux et un accueil dans les meilleurs conditions.

En effet, dans un communiqué du cabinet royal publié par la MAP, on apprend que le Roi Mohammed VI a donné ses très hautes instructions à la Fondation Mohammed V pour la Solidarité, afin qu’un dispositif spécial d’accompagnement soit mis à la disposition des membres de la communauté marocaine résidant à l’étranger, à bord des navires opérant la traversée, en vue de leur assurer les meilleures conditions de traversée et de débarquement.

Ce dispositif a pour objectif de faciliter, pendant la traversée, l’ensemble des formalités administratives, douanières et sanitaires, afin que le voyage, l’arrivée et le séjour au Maroc se passent de manière sûre, fluide et satisfaisante, souligne le Cabinet royal.

Les autres modalités traditionnelles d’accueil et d’assistance déployées par la Fondation Mohammed V pour la Solidarité, au Maroc et à l’étranger, resteront en vigueur, précise la même source.

Instructions directes du souverain aux Ambassades Consulats Généraux du Royaume du Maroc

Pour compléter le dispositif d’accueil des MRE, le roi Mohammed VI a donné ses très hautes Instructions afin que les Ambassades et les Consulats Généraux du Royaume du Maroc à l’étranger se mobilisent dans cette opération.

Le communiqué du Cabinet royal indique que les représentations diplomatiques et consulaires sont appelées à faciliter toutes les démarches consulaires et administratives requises par les concitoyens marocains et les étrangers souhaitant visiter le Maroc, et à répondre de manière efficace à leurs demandes et attentes.

Opération Marhaba 2021 : le Roi s’insurge contre les spéculateurs du tourisme

Suite aux nombreuses plaintes de marocains résidents à l’étranger au sujet des prix extrêmement prohibitifs affichés par les différents opérateurs de transport, le roi Mohammed VI a donné ses instructions aux autorités compétentes et à l’ensemble des intervenants dans le domaine du transport, afin d’œuvrer à la facilitation de leur retour au pays à des prix abordables.

Ce qui s’est passé :

Depuis l’annonce de l’ouverture des frontières la réouverture « progressive » de ses frontières aériennes à compter de ce mardi 15 juin 2021, un vent de panique a gagné les marocains résidants à l’étranger.

Dépassé par les évènements, Nasser Bourita n’a pas pris la peine ni de préparer l’accueil des MRE ni de les écouter. Après avoir balancer des listes dans la presse et les réseaux sociaux, il a tourné le dos à une responsabilité qu’il n’a jamais pris au sérieux, celle de Ministre en charge des Marocains Résidents à l’Etranger.

Les marocains qui qui n’ont pas vu leur familles depuis deux ans et ceux qui n’ont pas pu jeter un dernier regard sur un parent parti à cause de la pandémie, se sont retrouvés piégés par les fake-news, les rumeurs et les charognards des transports.

Les réseaux sociaux ont été le dernier recours de ces marocains pour exprimer leur désarrois, leur colère ou leur peine à l’image de ce garçon en pleurs quand ses parents lui ont annoncé qu’ils ne pouvaient pas rentrer au pays.

L’irresponsabilité de Nasser Bourita et son insensibilité au désespoirs de ses compatriotes, a donné l’impression aux MRE que finalement ils allaient servir de pigeon aux spéculateurs du tourisme national. Pire, certaine croyance commence à s’installer selon laquelle les MRE étaient pris au piège du bras de fer entre le Royaume et ses adversaires.

Devant l’incompétence du gouvernement, le Roi Mohammed VI a du intervenir personnellement pour mettre fin à cette mascarade. Il a en effet ordonné à l’ensemble des intervenants dans le domaine du transport aérien, en particulier la compagnie Royal Air Maroc, ainsi qu’aux différents acteurs du transport maritime, de veiller à pratiquer des prix raisonnables qui soient à la portée de tous, ainsi que d’assurer un nombre suffisant de rotations, afin de permettre aux familles marocaines à l’étranger de rentrer au pays et renouer avec leurs familles et proches, particulièrement dans le contexte de la pandémie de la Covid-19.

Cette intervention de Mohammed VI, annoncée dans un communiqué du cabinet royal, concerne également tous l’écosystème du tourisme. En effet, le roi a exhorté les opérateurs du tourisme, aussi bien dans le domaine du transport que de l’hôtellerie, à prendre les dispositions nécessaires afin d’accueillir les membres de la communauté marocaine résidant à l’étranger dans les meilleures conditions et aux meilleurs prix.

Ce qu’il faut suivre

Les yeux sont actuellement rivées sur le ministère de l’Intérieur, le ministère du Tourisme et les autorités aéroportuaires pour la mise en œuvre des instructions royales.

Avec l’exclusion de l’Espagne et de ses deux conclaves Ceuta et Melilla, en plus de la gestion des flux, le respect des règles sanitaires et le contrôle des prix aux niveaux des opérateurs touristiques ajoutent d’autres contraintes au bon déroulement de cette édition très spéciale de l’opération Marhaba.

Moralisation du pouvoir judiciaire : adoption du projet de loi relatif à la composition de l’inspection générale des affaires judiciaires

Le Conseil de gouvernement, réuni jeudi, a adopté le projet de loi n°38.21 fixant la composition de l’inspection générale des affaires judiciaires, ses prérogatives et ses réglementations, ainsi que les droits et les obligations de ses membres.

Avec MAP

Ce projet de loi intervient en application des dispositions du paragraphe premier de l’article 53 de la loi organique n°100.13 relative au Conseil supérieur du pouvoir judiciaire (CSPJ), au sujet de la création d’une inspection générale des affaires judiciaires qui lui est affiliée, indique un communiqué publié à l’issue du Conseil de gouvernement.

Élaboré en accord avec le CSPJ et la présidence du Ministère public, ce texte vient répondre aux attentes de la réforme du système judiciaire en vue de renforcer la crédibilité et la confiance en la justice, l’indépendance et la moralisation du pouvoir judiciaire, les valeurs de probité et de transparence, la corrélation entre la responsabilité et la reddition des comptes et la gouvernance au sein des institutions judiciaires.

Il se veut la concrétisation de la volonté royale de réhabiliter et de moderniser l’administration judiciaire, d’améliorer sa gouvernance et son efficacité, de promouvoir les valeurs et principes de la responsabilité et de la reddition des comptes et de renforcer la confiance du citoyen dans le système judiciaire.

Pour rappel, après sa nomination le 22 mars dernier en tant que premier président de la Cour de cassation, Mohamed Abdennabaoui est devenu de facto président-délégué du Conseil supérieur du pouvoir judiciaire.

Le CSPJ créé par la constitution de mars 2011 a été installé en avril 2017, se substituant ainsi au conseil supérieur de la magistrature. Son appellation et ses prérogatives qui lui sont octroyées s’inscrivent dans la volonté du Royaume de garantir l’indépendance du pouvoir judiciaire.

Gifle à Macron: 4 mois de prison ferme pour l’agresseur

Le verdict est tombé. L’auteur de la gifle au Président français, Damien T, a été condamné à 18 mois de prison, dont 14 avec sursis.

Avec AFP

Le tribunal correctionnel de Valence a condamné jeudi Damien T. à 18 mois de prison, dont 14 mois avec sursis, avec mandat de dépôt, pour avoir giflé deux jours plus tôt le président Emmanuel Macron lors d’un déplacement dans la Drôme.

Le procureur de la République de Valence avait requis 18 mois de prison pour violences volontaires sur personne dépositaire de l’autorité publique. L’homme de 28 ans, qui a reconnu avoir donné cette gifle au chef de l’Etat lors de l’audience, a été incarcéré.

Cette gifle, « parfaitement inadmissible » est un « acte de violence délibérée », a soutenu le représentant du ministère public, face à l’homme de 28 ans, cheveux longs, tee-shirt vert et lunettes sur le nez, qui était jugé en comparution immédiate. Le procureur a réclamé un mandat de dépôt à son encontre, rapporte l’AFP.

Face au juge l’accusé a déclaré qu’il découvrait les images en même temps que vous. » Et d’ajouter : « Dans mes souvenirs, je ne me rappelais pas lui avoir tenu le bras. » Il a également raconté : « Dans la voiture, quand on attendait, on avait envisagé de faire quelque chose de marquant, de l’interpeller sur des sujets politiques, de prendre un gilet jaune ou un drapeau français, mais on s’est ravisés. »

Quant à son geste, « je pense que ma réaction était un petit peu impulsive, mais que mes paroles ont eu un impact pour Macron, tous les Gilets jaunes, et les patriotes », a-t-il expliqué. Et de lancer : « Quand j’ai vu son regard sympathique et menteur qui voulait faire de moi un électeur, j’étais rempli de dégoût. » « L’acte est regrettable, mais je n’ai aucunement envisagé de le commettre », a-t-il ajouté. « Cette claque n’aurait pas eu lieu si Macron ne s’était pas dirigé directement vers moi. […] Sinon, je l’aurais interpellé directement sur des sujets politiques. […] Il avait une démarche élective, ce qui m’a déplu. » « Je pense que beaucoup de monde ressent cette injustice. Je me suis senti investi », a-t-il également déclaré.

Emmanuel Macron reçoit une gifle lors d’un déplacement dans la Drôme

Le président français a reçu une gifle de la part d’un homme alors qu’il était en déplacement à Tain-l’Hermitage dans la Drôme, pour sa deuxième étape de son « tour de France des territoires ». Deux personnes ont été interpellés.

Ce mardi 8 juin, Emmanuel Macron, en sortant du lycée hôtelier de Tain-l’Hermitage dans la Drôme a décidé d’aller voir les personnes qui attendaient derrière une barrière, avant de rejoindre sa voiture. Le premier homme vers qui il est allé lui a porté une gifle avant d’être interpellé par les gardes du corps du président.

La scène a été filmée et postée sur les réseaux sociaux.

Selon la préfecture, une deuxième personne a été interpellée dans la foulée. L’entourage du président cité par l’AFP évoque une «tentative de gifle». Le président a continué sa visite, a précisé l’Elysée.

Avant de porter un coup vers le visage d’Emmanuel Macron, l’agresseur a crié : «Montjoie Saint-Denis, à bas la macronnie !».

«Cette fois-ci vous commencez à comprendre que les violents passent à l’acte ? Je suis solidaire du Président», a écrit Jean-Luc Mélenchon.

«Montjoie Saint-Denis, prononcé avant la gifle sur le Président : ce slogan est celui de l’extrême-droite royaliste. Exactement ce qu’est Papacito. Ça y est, vous la prenez au sérieux la violence d’extrême-droite maintenant ? Solidaire du Président», a écrit pour sa part le député Eric Coquerel.

https://twitter.com/ericcoquerel/status/1402246101445586951

Signature d’un partenariat entre l’INDH et l’Association JOOD

L’Initiative nationale pour le développement humain (INDH) et l’Association JOOD ont conclu, mardi au siège de la Coordination nationale de l’INDH à Rabat, une convention-cadre de partenariat dans le cadre du programme d’accompagnement des personnes en situation de précarité, rapporte une dépêche de la MAP.

Avec MAP

Signée par le Wali Coordonnateur national de l’INDH, Mohammed Dardouri et la présidente de l’Association JOOD, Hind Laidi, cette convention vise à définir le cadre général de partenariat et de coopération entre l’INDH et JOOD dans le cadre du programme d’accompagnement des personnes en situation de précarité.

D’une durée de trois ans, ladite convention ambitionne d’intervenir de manière proactive pour limiter et prévenir la propagation du phénomène de vagabondage à travers trois principaux domaines.

Il s’agit de la mise en place d’un mécanisme innovant d’identification des catégories cibles, la prise en charge des vagabonds en leur fournissant des services de soins et d’assistance sociale à travers la création d’espaces d’accueil d’urgence «SAS d’urgence» et des centres de soutien, et l’appui à leur réinsertion socioéconomique.

Cette convention-cadre sera déclinée sur le territoire national à travers la signature de conventions spécifiques entre l’association JOOD et les comités provinciaux de développement humain.

L’association JOOD est un mouvement citoyen bénévole qui a pour objectif d’aider les sans-abris, à travers des actions favorisant leur insertion professionnelle et sociale.