fbpx

Câbles - Page 3

Carnet rose au foyer du Prince Moulay Rachid avec la naissance du «Prince Moulay Abdeslam»

Le 1e juin 2022 a été un jour de fête dans la famille royale. Le foyer du Prince Moulay Rachid vient d’accueillir son deuxième enfant : un petit garçon, que le Roi Mohammed VI, a baptisé du nom de «Son Altesse le Prince Moulay Abdeslam».

La Princesse Lalla Oum Kaltoum, épouse du Prince Moulay Rachid, a accouché le 1er Dou Al Qiida 1443 de l’Hégire, correspondant au 1er juin 2022, d’un petit garçon, que le roi Mohammed VI a baptisé «Prince Moulay Abdeslam».

C’est par un communiqué officiel publié tôt le matin du 2 juin, que le Palais Royal a annoncé l’heureux événement : «Le porte-parole du Palais Royal a le plaisir et l’honneur d’annoncer au peuple marocain que Dieu, le Donateur gracieux, a comblé, mercredi 1er Dou Al Qiida 1443 de l’Hégire correspondant au 1er juin 2022, SAR le Prince Moulay Rachid d’un nouveau-né qui a égayé l’illustre Famille Royale».

«Sa Majesté le Roi Mohammed VI, que Dieu L’assiste et Le Glorifie, a bien voulu baptiser le nouveau-né du nom de Son Altesse le Prince Moulay Abdeslam», souligne le communiqué.

«Moulay Abdeslam», un prénom dans la droite ligne de l’héritage alaouite

Comme l’a rappelé Jeune Afrique, le prénom choisi par le Roi Mohammed VI pour le nouveau-né princier est dans la droite ligne de l’héritage de la famille royale alaouite.

En effet, «Moulay Abdeslam» est un prénom qui a été porté, entre autres, par un des fils cadets du sultan Moulay Youssef, père du Mohammed V, roi libérateur qui instaura la démocratie et restaura la liberté, mais aussi par l’un des enfants de Mohammed III, prince érudit dont les talents de diplomate avaient contribué à résister aux tentatives d’occupation du royaume par Napoléon Bonaparte au début du XIXe siècle.

Moulay Abdeslam, deuxième enfant du couple princier

Mariés en novembre 2014, le prince Moulay Rachid, 51 ans, frère du roi Mohammed VI, et la princesse Lalla Oum Kaltoum ont eu leur premier enfant, prince Moulay Ahmed, le 23 juin 2016. Le frère ainé de Moulay Abdeslam fêtera ses 6 ans dans deux semaines.

Prince Moulay Ahmed avec son père le Prince Moulay Rachid – Juin 2020

#Monkeypox : Premier cas confirmé de variole du singe au Maroc

Un premier cas confirmé de variole du singe a été enregistré au Maroc, a annoncé jeudi le ministère de la Santé et de la protection sociale.

Avec MAP

«Il s’agit d’un cas en provenance d’un pays européen, détecté dans le cadre du protocole établi par notre pays depuis le lancement de l’alerte sanitaire mondiale», a précisé le ministère de la Santé dans un communiqué.

https://twitter.com/ministere_sante/status/1532307591413616641?s=21&t=BbGI_MuxYgLjKnPEJzYq4w

L’état de santé du patient est «stable et ne suscite pas d’inquiétude» a-t-il assuré, ajoutant qu’il se trouve sous surveillance médicale conformément aux mesures sanitaires adoptées en la matière.

Il a souligné que dès la confirmation des résultats des analyses de laboratoire, les centres national et régional des opérations d’urgence de santé publique ont lancé une enquête pour répertorier tous les cas contacts, afin de les surveiller et de prendre des mesures préventives pour éviter la propagation du virus.

Ces cas contacts n’ont montré aucun symptôme jusqu’à présent, affirme-t-on de même source, notant d’autre part que l’Organisation mondiale de la santé a été avisée au sujet de l’État de provenance du cas enregistré.

Le ministère de la Santé et de la protection sociale affirme qu’il continuera à communiquer avec l’opinion publique nationale sur les développements de la situation sanitaire.

Comment s’attrape la variole du singe ?

La transmission de la variole du singe à l’homme peut se produire par contact avec un animal ou un être humain infecté, ou avec du matériel corporel humain contenant le virus, assurent les virologues.

En ce qui concerne la transmission de l’animal à l’Homme, elle se fait via contact direct avec le sang ou les fluides corporels de l’animal, ou via des lésions externes. La consommation de viande mal cuite d’animaux infectés est aussi un facteur de risque.

En ce qui concerne la transmission inter-humaine, le virus Monkeypox (variole du singe) peut être transmis :

  • par contact direct avec les lésions cutanées ou les muqueuses d’une personne malade, y compris lors de rapports sexuels.
  • ainsi que par les gouttelettes respiratoires (salive, éternuements, postillons…). 
  • On peut également se contaminer au contact de l’environnement du malade (literie, vêtements, vaisselles, linge de bain…)

Il est donc important que les malades respectent un isolement pendant toute la durée de la maladie (jusqu’à disparition des dernières croutes, le plus souvent 3 semaines).

Le personnel soignant et les proches des cas sont particulièrement exposés au risque infectieux.

Il faut retenir que le monkeypox ne se propage «normalement pas facilement» entre les humains et nécessite un contact étroit. Aussi, l’institut Pasteur français souligne encore que le risque de propagation internationale est limité. Des études ont démontré que la transmission inter humaine était basse, le nombre moyen de cas causés par un sujet infectée (appelé R0) serait inférieur à 1.

La plupart des cas recensés jusqu’à présent concernent des hommes homosexuels et bisexuels.

La variole du singe se propage parmi les homosexuels dans le monde entier

Key points

  • 550 cas du #Monkeypox ont été officiellement confirmés par l’OMS dans 30 pays.
  • La plupart des cas recensés jusqu’à présent concernent des hommes homosexuels et bisexuels.
  • Les autorités sanitaires britanniques ont exhorté toute personne dont le test de dépistage du virus de la variole du singe est positif à s’abstenir de tout rapport sexuel jusqu’à ce que ses symptômes aient disparu.
  • L’Agence britannique de sécurité sanitaire a également recommandé aux personnes précédemment infectées de continuer à utiliser des préservatifs pendant une période de huit semaines après la disparition du virus afin de lutter contre l’augmentation des cas.
  • Avec 179 cas, la Grande-Bretagne est le pays qui compte le plus grand nombre de cas de monkeypox dans l’épidémie actuelle.

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a maintenant confirmé près de 550 cas de monkeypox dans plus d’une vingtaines de pays, le plus grand nombre se trouvant au Royaume-Uni. Si la plupart des cas recensés jusqu’à présent concernent des hommes homosexuels et bisexuels, les responsables de la santé soulignent que tout le monde peut contracter le virus par contact personnel étroit.

L’Agence britannique de sécurité sanitaire (UKHSA) a signalé le premier cas de l’épidémie actuelle le 7 mai chez un homme qui avait récemment voyagé au Nigeria, où la monkeypox est endémique. Ce cas a été rapidement suivi de deux autres cas qui partagent un même foyer et de quatre cas chez des hommes homosexuels et bisexuels, qui semblent tous avoir contracté le virus localement. Au 23 mai, l’UKHSA a signalé 70 cas confirmés en Angleterre et un en Écosse.

La dernière mise à jour de l'OMS faisait état de 179 cas confirmés. Après le Royaume-Uni, c'est en Espagne et au Portugal que le plus grand nombre de cas a été signalé, et dans plusieurs autres pays européens, au Canada, aux États-Unis et en Australie. Un décompte informel de Global.health, établi à partir de diverses sources, faisait état de plus de 599 cas confirmés ou suspects dans le monde au 31 mai.

Selon l'OMS, les cas recensés jusqu'à présent ont été identifiés «principalement mais pas exclusivement parmi les hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes». Parmi les cas de Global.health dont le sexe et l'âge sont connus, tous sauf trois sont des hommes jeunes ou d'âge moyen. Beaucoup des hommes touchés s'identifient comme gays ou bisexuels ou ont cherché à se faire soigner dans des cliniques de santé sexuelle. Plusieurs cas seraient liés à un sauna en Espagne et à un festival fétichiste en Belgique. De nombreux hommes ont déclaré avoir récemment voyagé à l'étranger.

La variole du singe

La variole du singe, qui est apparentée à la variole, n'est pas une maladie nouvelle. Malgré son nom, elle est le plus souvent associée aux rongeurs. Bien qu'elle soit principalement observée en Afrique centrale et occidentale, des cas isolés sont occasionnellement signalés en Europe et ailleurs, souvent chez des voyageurs. L'épidémie actuelle est la plus importante jamais observée en dehors de l'Afrique.

La vaccination contre la variole prévient également la variole du singe, et les cas de variole du singe ont augmenté au cours des dernières décennies depuis l'arrêt de la vaccination systématique contre la variole ; l'OMS a déclaré que la variole avait été éradiquée dans le monde entier en 1980. Cela signifie que seules les personnes âgées ont une immunité induite par le vaccin.

Moins grave que la variole, la variole du singe provoque généralement des symptômes semblables à ceux de la grippe (fièvre, fatigue, douleurs musculaires, etc.), un gonflement des ganglions lymphatiques et une éruption cutanée. L'éruption peut apparaître sur le visage, les organes génitaux, les paumes, la plante des pieds et ailleurs sur le corps. Les lésions peuvent être plates, surélevées ou remplies de pus, et peuvent ressembler à d'autres affections telles que l'herpès, la syphilis ou la varicelle. Dans l'épidémie actuelle, plusieurs cas ont d'abord présenté une éruption génitale, et certains n'ont pas signalé d'autres symptômes. La période d'incubation du virus peut aller jusqu'à trois semaines, et la maladie dure généralement de deux à quatre semaines.

Le virus de la variole du singe se transmet par un contact personnel étroit, y compris le contact peau à peau et les baisers. Les contacts étroits peuvent concerner les membres de la famille et les travailleurs de la santé. Le virus peut également se transmettre par les vêtements ou le linge de maison qui ont été en contact avec le liquide des lésions. Les autorités sanitaires affirment que la variole du singe peut être transmise par des gouttelettes respiratoires à faible distance, mais le virus ne semble pas se propager dans l'air sur de longues distances de la même manière que le coronavirus SRAS-CoV-2 à l'origine du COVID-19.

Les experts ont toujours pensé que le virus de la variole du singe ne se transmettait pas facilement entre humains, et l'on ne sait pas pourquoi il se propage maintenant de manière plus importante. Certains ont suggéré que le virus pourrait avoir évolué pour devenir plus facilement transmissible, mais jusqu'à présent, le séquençage génétique ne soutient pas cette hypothèse. Il est plus probable que le virus ait pénétré par hasard dans un réseau social ou sexuel et qu'il y ait trouvé des conditions favorables à sa transmission.

Variole du singe : les trois cas suspects détectés au Maroc sont négatifs

Les résultats de laboratoire des trois cas suspects de variole du singe enregistrés au Maroc sont négatifs, affirme mercredi le ministère de la Santé et de la Protection sociale.

MAP

Les trois cas suspects se sont révélés négatifs à l’issue des analyses de laboratoire effectuées à l’hôpital militaire Ibn Sina de Marrakech, précise le ministère dans un communiqué, ajoutant que les cas suspects placés sous surveillance médicale sont en bonne santé et pris en charge conformément aux procédures sanitaires en vigueur.

Il a assuré que, sur la base des données épidémiologiques, aucun cas confirmé de variole du singe n’a été enregistré au Maroc à ce jour.

Le ministère de la Santé et de la protection sociale a réagi rapidement en mettant en place un système de suivi épidémiologique et de surveillance des cas suspects de la maladie, les analyses de laboratoire étant réalisées à la fois à l’Institut national d’hygiène et dans les laboratoires militaires.

Il a été d’autre part procédé à la formation des cadres de la santé sur cette maladie qui n’a jamais été détectée dans le Royaume.

En outre, les services de la Direction de l’épidémiologie et de la lutte contre les maladies au ministère prennent les mesures nécessaires à cet effet, dans le respect des normes nationales et internationales de sécurité sanitaire.

Le ministère affirme qu’il va continuer à communiquer avec l’opinion publique pour l’informer de l’évolution sanitaire en lien avec cette alerte sanitaire mondiale.

Tedros Adhanom rempile à la tête de l’OMS

Les membres de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) ont réélu Tedros Adhanom Ghebreyesus au poste de directeur général à une forte majorité pour cinq nouvelles années, a annoncé mardi le président de l’Assemblée mondiale de la santé. Les alliés occidentaux n’ont pas pu trouvé un meilleur candidat que M. Tedros, voix de la science et de la médecine et instrument incontournable de la propagande médiatique et de la gestion par la peur de«s» pandémie«s».

Le directeur général de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), Tedros Adhanom Ghebreyesus, a été réélu mardi pour un second mandat de cinq ans, aucun autre candidat ne lui ayant contesté le poste dans un contexte de pandémie de coronavirus.

Le vote à bulletin secret, annoncé par Ahmed Robleh Abdilleh de Djibouti lors d’une importante réunion annuelle, a été considéré comme une formalité puisque Tedros était le seul candidat en lice.

Les ministres et les délégués se sont relayés pour serrer la main de M. Tedros, ancien ministre de la santé de l’Éthiopie, qui a dirigé l’agence des Nations unies pendant une période turbulente dominée par la pandémie de COVID-19. Le président a dû utiliser un marteau à plusieurs reprises pour interrompre les applaudissements.

Plusieurs pays, dont l’Allemagne et les États-Unis, ont rapidement adressé leurs félicitations.

Le ministre allemand de la Santé, Karl Lauterbach, a tweeté que Tedros avait obtenu 155 voix sur 160, qualifiant ce résultat de spectaculaire. «Félicitations, entièrement méritées».

L’Allemagne a récemment dépassé les États-Unis en tant que premier donateur de l’agence de santé de l’ONU.

Pour se faire réélire, concession et instrumentalisation de la guerre en Ukraine

Sous la direction de Tedros, l’OMS a d’abord vivement recommandé aux pays riches de renoncer aux injections de rappel en raison d’une disparité mondiale en matière de vaccins. Un groupe consultatif de l’OMS s’est ensuite prononcé en faveur d’un large accès à ces vaccins.

Il a aussi récemment critiqué la stratégie extrême de la Chine, le «zéro COVID», qu’il jugeait non viable. Elle a permis de sauver des vies de manière significative, mais a également entraîné des pénuries alimentaires.

Le chef de l’OMS n’a pas hésité à verser des larmes en évoquant la crise actuelle en Ukraine et la mort de son jeune frère, décédé d’une maladie infantile dans un contexte de guerre et de pauvreté il y a plusieurs décennies en Éthiopie.

«Quand j’ai visité l’Ukraine, j’ai vu en particulier les enfants… C’est l’image d’il y a plus de 50 ans qui m’est venue à l’esprit, si visible, si poignante. L’odeur, le son et l’image de la guerre. C’est ce que je ne veux pas qu’il arrive à qui que ce soit.»

Officiel : Mohammed ben Zayed Al Nahyane élu nouveau président des EAU

Le Conseil suprême des Émirats arabes unis a élu samedi Mohammed ben Zayed Al Nahyan, l’émir d’Abu Dhabi, président des Émirats Arabes Unis.

WAM

Le Conseil suprême des Émirats arabes s’est réuni aujourd’hui au palais Al Mushrif à Abu Dhabi, sous la présidence du Sheikh Mohammed ben Rachid Al Maktoum, vice-président et premier ministre des EAU et gouverneur de Dubaï, et a élu Mohammed ben Zayed Al Nahyan nouveau président des E.A.U succédant à son père décédé ce vendredi 13 mai.

Ont assisté à la réunion Mohamed ben Zayed, Sultan ben Muhammad Al Qasimi, membre du Conseil suprême et dirigeant de Sharjah, Sheikh Humaid bin Rashid Al Nuaimi, membre du Conseil suprême et dirigeant d’Ajman, Sheikh Hamad bin Muhammad Al Sharqi, membre du Conseil suprême et gouverneur de Fujairah, Sheikh Saud bin Rashid Al Mualla, membre du Conseil suprême et gouverneur d’Umm Al Quwain, et Sheikh Saud bin Saqr Al Qasimi, membre du Conseil suprême et gouverneur de Ras Al Khaimah.

«Le Conseil a exprimé sa pleine confiance dans le fait que le peuple des EAU restera, comme le souhaitaient Zayed et les fondateurs, un gardien fidèle de l’Union et de ses acquis à tous les niveaux» indique le communiqué officiel.

Après cette annonce, Mohammed ben Rachid Al Maktoumet et son fils, prince héritier de Dubaï, Hamdan ben Mohammed ben Rashid Al Maktoum, ont tenu à féliciter MBZ.

«Mon frère, Mohammed ben Zayed Al Nahyan, nous l’avons connu en tant que leader, et nous lui avons prêté allégeance en tant que président.» a écrit Al Maktoum sur son compte Twitter.

Emmanuel Macron réélu président de la France

/

Emmanuel Macron a battu pour la seconde fois Marine Le Pen dans la course à la présidence française. Une victoire plus serrée qu’en 2017, avec 58,2% contre 41,8% pour la présidence du Rassemblement National.

Avec agences

La présidentielle française a rendu son verdict ce dimanche 24 avril. Emmanuel Macron est reconduit pour un second mandat, récoltant 58,2%, contre 41,8% pour son adversaire Marine Le Pen. Un score moins bien qu’en 2017, quand Macron avait écrasé son adversaire de 66% contre 33%.

Abstention record

L’abstention a atteint 28 %, soit 2,5 points de plus qu’en 2017 (25,44 %), selon les estimations convergentes de quatre instituts de sondage, rapporte les médias français.

Jamais une abstention aussi forte n’a été enregistrée à un second tour d’une présidentielle, à l’exception du record de 1969 (31,3 %), quand les électeurs de gauche avaient, à l’appel du candidat communiste éliminé au 1er tour, massivement refusé de choisir entre « bonnet blanc et blanc bonnet » (Georges Pompidou et Alain Poher).

BFM TV divulgue les résultats avant l’heure

Alors que les médias français n’étaient pas autorisés à divulguer les résultats avant 20 heures, BFMTV publie un tweet dans lequel elle annoncé la victoire d’Emmanuel Macron avant de le supprimer.

La France redirige une commande de canons vers l’Ukraine initialement destinés au Maroc

Emmanuel Macron a révélé ce vendredi la nature des armes livrées à l’Ukraine, parmi lesquelles une batterie de systèmes CAESAR à l’Ukraine, prélevés sur la commande passée par le Maroc en janvier 2020.

Le Président français a levé le voile dans une interview donnée au quotidien regional Ouest-France, sur les armes livrées par la France à l’Ukraine. Emmanuel Macron a cité les missiles anti-chars MILAN ainsi que, et c’est une première, précise le site Meta Defense, des systèmes d’artillerie mobile CAESAR de 155mm, un canon réputé pour sa grande précision, sa portée et sa grande mobilité.

Selon la même source, cette déclaration paraissait étonnante, puisque la France n’avait jamais évoqué le détail de son effort pour livrer des armements, contrairement à d’autres pays européens. De plus, indique Meta Defense, l’Armée de Terre ne disposerait à ce jour que de 76 canons CAESAR, soit à peine le nombre requis pour remplir son contrat opérationnel vis-à-vis de l’OTAN.

Canon Automoteur CAESAR en Irak

L’annonce de Macron donc jeté le doute parmi les observateurs qui ont pensé que le président français s’était trompé, ou avait confondu avec d’autres types d’armes, notamment le missile anti-aérien SATCP Mistral, fournis également aux Ukrainiens.

Des sources concordantes confirment la livraison d’une batterie de systèmes CAESAR à l’Ukraine. Ces canons seront finalement prélevés sur la commande passée par le Maroc en janvier 2020 pour 36 systèmes CAESAR. Nexter, la société française qui produits ces armes serait entièrement concentrée sur cette livraison urgente pour l’Ukraine.

Selon Meta Defense, Paris aurait accepté de payer les pénalités de retard à Rabat pour les délais supplémentaires induits par cette décision. La valeur de la commande des canons CAESAR s’élève à 2,1 milliards de dirhams.

L’Elysée a par ailleurs indiqué qu’une quarantaine de militaires ukrainiens seront formée en France, à partir de samedi, pour la maniement de cette dernière livraison d’armes.

Le 13 avril dernier, le ministère des Armées avait indiqué que les livraisons de matériels militaires à l’Ukraine représentaient un montant de 100 millions d’euros.

Vente d’armes au Maroc : la France très loin derrière les Etats-unis

Dans son édition du 21 janvier 2020, la Tribune indique que les ventes des industriels d’armement français au Maroc s’élèvent de façon très modeste à 38,6 millions d’euros en moyenne sur une période de onze ans (entre 2,3 millions en 2017 et 89,9 millions en 2016).

En contrepartie, les américains ont enregistré des ventes records de 11,6 milliards de dollars rien qu’en 2018 et 2019.

La HACA autorise une radio dédiée aux juifs et au judaïsme

La Haute autorité de la communication audiovisuelle (HACA) a donné son feu pour la création d’une nouvelle radio dédiée aux juifs et au judaïsme, rapporte Maghreb-Intelligence. Le projet est porté par un homme d’affaires maroco-israélien, installé au Maroc depuis de longues années.

Il aurait fallu la signature des Accords d’Abraham pour voir se concrétiser enfin un média dédié à la redécouverte de la culture juive marocaine. Il s’agit d’une radio récemment autorisée par la Haute autorité de la communication audiovisuelle (HACA) que préside Latifa Akharbach.

Selon Maghreb Intelligence, cette nouvelle radio nationale, dont on connait pas encore le nom, est destinée à tous les Marocains puisque ses émissions seront émises 24 heures sur 24, en arabe classique, en français et en darija. Elle a pour principale mission, la promotion de la composante hébraïque comme affluent du patrimoine et de la vie des Marocains.

Le promoteur de ce projet médiatique est un homme d’affaires maroco-israélien influent au Maroc, connu pour son réseau d’établissements d’enseignement privé.

Il est à rappeler qu’avant même la normalisation de ses relations diplomatiques avec Israël, le Maroc, sous l’impulsion du roi Mohammed VI a toujours accordé une très grande importance aux questions ayant trait au dialogue des religions, des civilisations et des cultures, notamment à celle relative à la patrimonialisation et à la valorisation de la culture juive :

2010 : Lancement du programme de réhabilitation de 167 cimetières juifs au Maroc.

2013 :  Restauration de la synagogue « Slat El Fassyine » de Fès, classée au patrimoine mondial par l’Unesco et transformée en lieu de mémoire juive.

2016 : Signature d’un accord de coopération entre Archives du Maroc et le Musée français mémorial de la Shoah pour faire connaître l’histoire des juifs et du judaïsme dans les pays d’Afrique du Nord.

2017 : Rénovation du quartier juif de Marrakech, rebaptisé «El Mellah».

2019 : Construction d’un musée de la culture juive à Fès.

2020 : Restauration de «Bayt Dakira», haut lieu d’histoire, de culture et de spiritualité juive dans l’ancienne médina d’Essaouira.

2020 : Inscription de la culture juive dans les programmes scolaires.

D’autres médias dans les strating-blocks

Le premier projet médiatique concret post Accords d’Abraham au Maroc a été la signature d’un partenariat stratégique entre le Jerusalem Post et L’Observateur du Maroc et d’Afrique du groupe média marocain Global Media Holding. Depuis, plusieurs grands médias hébreux cherchent à s’installer dans le pays, notamment i24News., au moment où l’agence officielle MAP s’active pour installer son correspondant permanent à Tel Aviv.

Aziz Akhannouch accueille lui-même à la descente d’avion le premier ministre mauritanien

/

Les relations entre le Maroc et la Mauritanie semblent retrouver leur sérénité. A l’occasion de la tenue de la 8e session de leur haute commission mixte, le Premier ministre mauritanien, Mohamed Ould Bilal a atterrit ce jeudi à Rabat où il a été accueilli à sa descente d’avion par le Chef du gouvernement marocain, Aziz Akhannouch.

Le Premier ministre mauritanien, Mohamed Ould Bilal, est arrivé jeudi à Rabat pour une visite de travail au Maroc, au cours de laquelle il co-présidera avec le Chef du gouvernement, Aziz Akhannouch, les travaux de la huitième session de la haute commission mixte maroco-mauritaniènne. La dernière en date à été tenue en avril 2013, il y a neuf ans de cela.

A son arrivée à l’aéroport de Rabat-Salé, Ould Bilal, qui conduit une importante délégation gouvernementale, et dans un signe de volonté du Royaume de réchauffer ses relations avec son voisin du sud, a été accueilli à sa descente d’avion par Aziz Akhannouch.

L’invité du Royaume a été salué par des membres du gouvernement, notamment Mohammed Sadiki ministre de l’Agriculture, de la Pêche Maritime, du Développement rural et des eaux et forêts et Ryad Mezzour Ministre du Commerce et de l’Industrie.

La huitième session de la haute commission mixte maroco-mauritanienne se tiendra, sous la présidence de Aziz Akhannouch et Mohamed Ould Bilal, vendredi à Rabat, rapporte la MAP.

Les travaux de cette session ont débuté, mercredi, au niveau des hauts responsables, avec la participation des représentants des différents départements ministériels des deux pays.

«Cette session ouvre de nouveaux horizons pour la consolidation des relations de coopération entre le Maroc et la Mauritanie, et offre l’opportunité d’établir des partenariats fructueux dans de nombreux domaines, conformément aux orientations des deux Chefs d’Etat, le Roi Mohammed VI et Son Excellence le Président Mohamed Ould Cheikh El Ghazouani» souligne le communiqué officiel.