fbpx

Biden accuse Netanyahu de prolonger le conflit à Gaza

Partager

Dans une interview publiée mardi par le magazine Time, le président américain Joe Biden a affirmé qu’il y avait «toutes les raisons» de penser que Benjamin Netanyahu prolongeait la guerre avec le Hamas pour sa propre survie politique. Les déclarations du président américain augmentent la pression sur le Premier ministre israélien pour qu’il défie les critiques de la coalition et soutienne le plan de paix.

«La réaction de Biden au 7 octobre a été de fournir un soutien indéfectible à Israël. En une semaine, il avait déployé deux porte-avions dans la région. Discrètement, il a tenté de rallier l’Égypte et l’Arabie saoudite pour empêcher l’extension du conflit en une guerre entre Israël et l’Iran.», écrit Time Magazine dans sa dernière édition de ce mardi 4 juin 2024.

L’hebdomadaire américain a consacré sa couverture au candidat au présidentiel Joe Biden. Le poids de la guerre à Gaza dans l’interview a été à l’image de l gravité de la situation dans les territoires palestiniens.

Time Magazine estime que le président américain a réussi à à éviter une guerre régionale. L’alliance “pragmatique” de Biden semble avoir porté ses fruits le 13 avril, lorsque l’Iran a répondu à une attaque israélienne contre un bureau diplomatique satellite en lançant plus de 300 missiles et drones lors de sa toute première attaque directe contre Israël, écrit le journal. Les Saoudiens et les Jordaniens auraient fourni une assistance en matière de renseignement et ouvert leur espace aérien aux jets américains et autres. Avec Israël en tête, l’alliance ad hoc a réussi à abattre tous sauf quatre des projectiles, sans aucune victime. Plus important encore, cet épisode a contribué à éviter une guerre régionale.

Toutefois, le Time Magazine affirme que le Premier ministre Benjamin Netanyahu a augmenté le coût de l’engagement de Biden envers Israël à chaque tournant. Près de huit mois après le début du conflit, le nombre de morts à Gaza, selon le ministère de la Santé dirigé par le Hamas, a dépassé les 36 000 personnes, y compris un nombre inconnu de combattants du Hamas. Plus de 1,7 million de personnes ont été déplacées par les attaques israéliennes qui ont détruit une grande partie de l’enclave.

Le 20 mai, le procureur de la Cour pénale internationale a demandé une inculpation pour crimes de guerre contre Netanyahu, son ministre de la Défense et trois dirigeants du Hamas. Quatre jours plus tard, dans une démarche largement symbolique, la Cour internationale de justice a ordonné à Israël de suspendre ses opérations à Gaza. Human Rights Watch affirme qu’Israël a “imposé des punitions collectives à la population civile, privé la population civile d’objets indispensables à sa survie et utilisé la famine des civils comme arme de guerre.”

Un plan de cessez-le-feu en trois phases

Dans cet interview, le président américain Joe Biden a déclaré au Time Magazine «qu’il y a toutes les raisons» de conclure que le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu prolonge la guerre avec le Hamas pour sa propre survie politique.

Ces déclarations interviennent alors que Biden intensifie ses efforts diplomatiques pour mettre fin au conflit Israël-Hamas. Vendredi, il a annoncé ce qu’il a décrit comme un plan israélien en trois phases pour aider à mettre fin à la guerre à Gaza.

Ce plan, bien plus ambitieux que le dernier échange otages-prisonniers, envisage une première phase de six semaines au cours de laquelle des civils israéliens et des soldates détenus par le Hamas seraient échangés contre des prisonniers palestiniens, avant de passer à une deuxième phase où des soldats masculins seraient libérés pour un cessez-le-feu à plus long terme.

L’objectif serait ensuite de rechercher des arrangements sécuritaires et une reconstruction pour la bande de Gaza, mais Biden a reconnu dans l’interview qu’il restait des divergences majeures avec Netanyahu sur les détails. «Mon principal désaccord avec Netanyahu est : que se passe-t-il après Gaza ? Si les forces israéliennes y retournent, cela ne pourra pas fonctionner», a-t-il dit.

LIRE AUSSI  Royaume-Uni : Le parti conservateur au pouvoir enregistre la pire performance électorale de ses 190 ans d'histoire

Biden a publiquement appelé le Hamas et les membres extrémistes de la coalition gouvernementale de Netanyahu à engager sérieusement ce plan. Cette annonce a été suivie d’une intense activité diplomatique coordonnée, recueillant un soutien international considérable pour la proposition.

Cependant, Netanyahu est resté vague sur la proposition. Devant une commission de la Knesset lundi, il a déclaré que la guerre pourrait être «arrêtée pour le retour des otages», mais que la suite dépendrait de «discussions supplémentaires». Il a ajouté que Biden n’avait pas révélé tous les détails d’un éventuel accord.

Lorsqu’on lui a demandé si Netanyahu prolongeait la guerre contre le Hamas pour rester au pouvoir, Biden a répondu : «Il y a toutes les raisons pour que les gens tirent cette conclusion.» Il a ajouté que Netanyahu était sous une énorme pression concernant les otages et qu’il était prêt à faire presque n’importe quoi pour les récupérer.

Biden a également qualifié la proposition israélienne de “très généreuse” et a mentionné que des responsables de la Maison Blanche avaient élaboré un plan de reconstruction sur cinq ans pour l’enclave dévastée si la guerre prenait fin.

Netanyahu était sous une énorme pression concernant les otages et qu’il était prêt à faire presque n’importe quoi pour les récupérer.

Joe Biden, Time Magazine

Lundi, les dirigeants du G7 ont publié une déclaration soutenant le plan, tandis que les États-Unis ont fait circuler un projet de résolution au Conseil de sécurité de l’ONU pour obtenir son soutien et pousser le Hamas à accepter l’accord.

Les efforts diplomatiques de Washington, couplés aux critiques de Biden à l’égard du leader israélien, ont accru la pression sur Netanyahu pour qu’il rejette les demandes de ses alliés d’extrême droite de rejeter tout accord contingent à un cessez-le-feu durable.

Les efforts pour libérer les otages détenus par le Hamas sont devenus encore plus urgents après que l’armée israélienne a confirmé lundi la mort de quatre otages à Gaza. Israël estime qu’environ un tiers des 124 personnes encore détenues sont désormais décédées.

Le Maroc souligne l’importance des propositions présentées par Biden

Le Royaume du Maroc, dont le Souverain préside le Comité Al-Qods, a souligné dans un communiqué du ministère des Affaires Étrangères, l’importance des propositions présentées par le Président américain Joe Biden, visant à favoriser l’établissement d’un cessez-le-feu durable à Gaza, l’accès de l’aide humanitaire, la protection des civils, le retour des déplacés, ainsi que la reconstruction des zones détruites.

Le Royaume du Maroc «espère que les différentes parties concernées vont adhérer à cette initiative et s’engager à mettre en œuvre ses différentes phases», précise la même sources.

«Le Maroc continue de croire qu’une paix durable au Moyen Orient passe inéluctablement par une solution à deux Etats : un Etat palestinien, sur les frontières de juin 1967, avec Jérusalem Est comme capitale, vivant côte-à-côte avec un Etat israélien», conclut le communiqué.

Suite à cet appui du Maroc à l’initiative de Biden, le Secrétaire d’État américain, Antony Blinken, a exprimé la «gratitude» des États-Unis au roi Mohammed VI pour les contributions humanitaires du Maroc à Gaza. Tout en soulignant l’importance du soutien du Maroc à la proposition du président des Etats-Unis, visant à «parvenir à un cessez-le-feu durable à Gaza et à garantir la libération de tous les otages».

Mobilisation de la Maison Blanche

Par ailleurs, Biden a discuté avec l’émirent du Qatar ainsi qu’au Premier ministre qatari Mohammed ben Abderrahmane Al-Thani, l’exhortant à «utiliser toutes les mesures appropriées pour obtenir l’acceptation de l’accord par le Hamas». La Maison Blanche a tenté d’obtenir le soutien du président turc Recep Tayyip Erdoğan, qui soutient les objectifs politiques du Hamas.

Biden a également envoyé son principal conseiller pour le Moyen-Orient, Brett McGurk, au Caire, où il discutera de l’avancement de l’accord sur les otages et de la réouverture du passage de Rafah pour les livraisons d’aide. Le directeur de la CIA, Bill Burns, se rend quant à lui à Doha pour discuter également de la situation des otages.

Les responsables américains ont reconnu qu’il était inhabituel pour le président de soutenir publiquement une proposition visant à mettre fin au conflit après l’échec d’autres initiatives.

«Le président a estimé qu’au stade où nous en sommes dans cette guerre, dans les négociations pour libérer les otages, il était temps d’adopter une approche différente et de rendre la proposition publique, pour tenter de dynamiser le processus et catalyser un résultat différent», a déclaré John Kirby, porte-parole du Conseil de sécurité nationale.

Position du Hamas

Le Hamas a signalé sa «volonté de traiter positivement» la proposition, liant sa position au cessez-le-feu, suivi de la reconstruction de l’enclave dévastée proposée par Biden.

Le porte-parole du Hamas, Osama Hamdan, a déclaré mardi à Beyrouth que le groupe craignait qu’Israël ne reprenne la guerre après la libération du premier groupe d’otages et cherchait des assurances sur les termes du cessez-le-feu et le retrait ultérieur des troupes israéliennes avant de poursuivre les pourparlers.

«Ce qui peut ouvrir la porte à un accord — tant que cette position n’est pas claire, nous ne conclurons aucun accord», a-t-il dit. “Nous attendons maintenant une position israélienne claire sur cette question.”

Le Hamas a tué au moins 1 200 personnes, civils et soldats, en Israël le 7 octobre, et a pris environ 240 otages à Gaza, selon des responsables israéliens. La guerre de représailles d’Israël dans la bande de Gaza bloquée a tué au moins 36 470 Palestiniens, dont la plupart sont des femmes et des enfants, selon des responsables locaux.

Intelligence analyst. Reputation and influence Strategist
20 années d’expérience professionnelle au Maroc / Spécialisé dans l’accompagnement des organisations dans la mise en place de stratégies de communication d’influence.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

- Advertisement -