fbpx

Soutien et solidarité au journaliste Ahmed Charaï

Partager

Ahmed Charaï est un patriote, un vrai. Un homme qui a choisi d’être un ambassadeur de la voix du Maroc qui rayonne sur un continent déserté par beaucoup de Marocains, souvent francophiles, à savoir les États-Unis. A l’aune des espoirs de paix naissants au Moyen-Orient et la signature de l’Accord tripartite Maroc-USA-Israël devant le Roi Mohammed VI, M. Charaï n’a pas caché sa volonté à insuffler de la substance et du dialogue à cette nouvelle voie de coopération fructueuse entre les trois nations.

En effet, dès le lendemain de la signature de cet accord historique le 23 décembre 2020, il a annoncé publiquement un partenariat entre L’Observateur et le Jerusalem Post. Sept mois plus tard, il lance un projet encore plus audacieux mais délicat : la création d’une plateforme d’échange destinée aux décideurs américains et israéliens, visant à générer de nouvelles idées sur le monde contemporain et à explorer les potentialités de l’alliance entre le Maroc, les États-Unis et Israël. Cette initiative dénommée «The Jerusalem Strategic Tribune» aspire également à impliquer un public diversifié, venant de tous horizons, dans ce processus de réflexion.

Aujourd’hui, Ahmed Charaï est la cible d’une campagne de haine et d’incitation de la violence, initiée par une bande de lâches qui surfe sur la colère populaire contre les terribles exactions du gouvernement Netanyahu contre les palestiniens de Gaza. Ces imposteurs qui se sont tus depuis décembre 2020, ont profité d’une marche en soutien à la Palestine pour menacer physiquement le journaliste et le patriote Ahmed Charaï, juste pour avoir exprimé, auprès du public amériain, sa compassion et celle de sa plateforme JST au lendemain de l’attaque du Hamas, avant même le début de la riposte sanglante israélienne.

Face à la gravité des faits, le syndicat national de la presse marocaine (SNPM) n’a pas hésité à affirmer son soutien indéfectible à Ahmed Charaï, soulignant l’obligation de garantir la liberté d’opinion et d’expression à tous.

Dans une ère où la liberté d’expression est d’une importance capitale, il est alarmant de constater l’émergence de comportements qui tentent de la saper, surtout lorsque ces actes proviennent de ceux qui influencent l’opinion publique. En effet, la marche de solidarité avec le peuple palestinien à Tanger, a été le théâtre d’attaques verbales inacceptables amplifiées par haut-parleur, visant les deux confrères journalistes, Ahmed Charaï et Ridouane Erramdani. Les termes utilisés s’inscrivent dans une logique de diffamation, d’incitation à la haine et à la violence qui ne peut être tolérée dans aucun contexte.

Le Syndicat National de la Presse Marocaine a pris une position ferme contre de telles pratiques.

LIRE AUSSI  Ahmed Charaï : «Le leadership Américain doit vaincre les menaces et non se contenter de les gérer»

«Le SNPM a pris connaissance d’un extrait vidéo d’une marche organisée à Tanger en solidarité avec le peuple palestinien, qui comprenait des slogans diffusés par haut-parleur contenant des attaques contre les confrères Ahmed Charaï et Redouane Ramadan, et les qualifiant de termes qui relèvent de la diffamation, de l’incitation et de la haine.» a déclaré le syndicat dans un communiqué publié ce lundi 6 novembre.

Il convient de noter que le Syndicat National de la Presse Marocaine a renouvelé son soutien au peuple palestinien dans sa lutte contre les crimes de l’occupation israélienne, et a rendu hommage aux journalistes, martyrs du devoir professionnel dans la bande de Gaza, tout en mettant en garde contre les dangers d’exploiter les sentiments de solidarité sincères et spontanés qui traduisent la position du Maroc, État et peuple, aux côtés des Palestiniens, à des fins de règlements de comptes politiques ou personnels contre des citoyens ou des institutions ou des organismes.

«Nous, à le SNPM, considérons que la liberté d’opinion et d’expression doit être garantie pour toutes les parties et protégée, et nous refusons toute violation qui la touche, que la violation émane des autorités, des entités politiques, ou des individus qui exploitent des situations particulières pour appeler à bâillonner les bouches, sous n’importe quel prétexte.», martèle le syndicat de Abdellah El Bakkali.

L’expression de la solidarité avec Ahmed Charaï par le SNPM est un rappel puissant que la liberté de pensée et d’expression doit être préservée et protégée pour tous, et que tout acte de violence verbale ou physique à l’encontre des journalistes est une attaque contre les fondements même de la démocratie et de la liberté de presse.

Ecran de fumée

L’appel du SNPM à valoriser le dialogue responsable et mature, ainsi qu’à respecter les opinions divergentes, est un appel à la raison dans un climat politique souvent chargé et polarisé. La condamnation de toute forme d’incitation, quelle que soit son origine, est une position qui devrait être universellement adoptée.

À noter que la haine exprimée lors de la marche de Tanger a pour origine une série de vidéos diffusées par un Youtubeur qui a passé un mois entier à diffamer Ahmed Charaï. Ses invités, entre imposteurs et niais se sont mis en ordre de bataille pour canaliser la colère populaire vers la personne du journaliste.

Ahmed Charaï est un patriote qui a choisi de défendre les intérêts de son pays en navigant sur un terrain miné par la démagogie, l’hypocrisie, la bien pensance et la volatilité géopolitique. Il a le mérite de prendre beaucoup de risque dans l’obejectif de service son pays. Contraitement aux rétifs au changement, décrits par Machiavel par ceux qui « prospèrent sans doute tant que leur marche s’accorde avec celle de la Fortune ; mais ils se perdent dès que celle-ci vient à changer, faute pour eux de suivre cette déesse aveugle dans ses variations ».

L’heure est à la vigilance et à l’action concertée pour préserver les acquis en matière de liberté d’expression et pour protéger les journalistes contre toute forme de violence, qu’elle soit physique, verbale ou psychologique. C’est un principe qui doit être défendu avec acharnement, sans relâche, pour garantir que la vérité et la pluralité des opinions continuent de guider le cours de nos sociétés

Intelligence analyst. Reputation and influence Strategist
20 années d’expérience professionnelle au Maroc / Spécialisé dans l’accompagnement des organisations dans la mise en place de stratégies de communication d’influence.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

- Advertisement -