Nawfal Laarabi

Social media strategist / Intelligence analyst.
20 années d’expérience professionnelle au Maroc / Spécialisé dans l’accompagnement des organisations dans la mise en place de stratégies de communication d’influence.

Khalid Ait Taleb, le Croque-morts

Khalid Ait Taleb, s’est tellement acclimaté avec la mort que les pertes en vies humaines du Covid ne lui suffisent plus. Et c’est dans les gémissements de notre économie agonisante qu’il cherche désormais l’enivrance. Tel le Nahash, il a commencé à suppurer la peur et le désarroi dans l’exécutif, faisant perdre à l’économie nationale 1 milliards de dirhams par jour de confinement. Puis il se mue en un Croque-morts affairiste de la peur et de la mort : des millions de dirhams de masques hors prix importés en devises, des kits de diagnostic du Covid aux prix les plus chers de la planète, des commandes de traitement 20% plus élevées que les prix du marché…etc. Toutefois, le ministre a laissé passer un juteux business qui lui est resté à travers la gorge : le business de la réanimation. Lits et respirateurs ont été très vites investis par l’effort national de nos chercheurs et de nos industriels au moment où notre Croque-morts avait la tête ailleurs, trop occupé par la signature des commandes de grès-à-grès. Le temps d’un confinement nous étions un modèle pour la planète. Le monde entier chantait les louanges de l’ingéniosité de la recherche marocaine à l’Université Mohammed VI Polytechnique et de la réactivité de notre industrie nationale. Mais notre ministre «n’a que foutre» de l’image ni de l’économie du pays tant que lui et son parrain ne se sont pas gavés. Pour assouvir sa vengeance, le Nashash choisi le moment précis de la remontada de la peur, suscitée par la nouvelle vague de la pandémie, pour mettre fin au rêve de l’industrie nationale : «Vous parlez de quels lits, et de quels respirateurs ? » a-t-il osé déclaré non dans un conseil de gouvernement mais à la presse. Le bilan de la gestion de la pandémie se fera tôt ou tard. Les dégâts sont trop importants pour que celui qui a consommé la plus grande part du fonds Covid instauré par le roi Mohammed VI ne soit ni inspecté, ni jugé.

Une vidéo virale circule sur les réseaux sociaux depuis ce lundi met à nu le double language de Khalid Ait Taleb. Vue par plus d’1 million de marocains, elle montre le ministre de la peur félicitant et encourageant un industriel marocain qui s’est hasardé dès le début de la pandémie à s’investir dans la fabrication de respirateurs marocains.

Khalid Ait Taleb, devant les caméras, s’était adressé à notre industriel avec les mots suivants :

«Aujourd’hui nous assistons quand même avec prouesse l’effet de la solidarité marocaine.»

«Le respirateur aujourd’hui a connu des améliorations incroyables en un peu de temps, pour qu’il soit, bien sur, utiliser demain sur le terrain. Là c’est un respirateur qui s’adapte avec le patient.»

«Les réanimateurs sont là aujourd’hui pour certifier, homologuer, valider et tester et demain il sera utiliser. Je demanderai bien sûr à ces potentialités d’encourager la production marocaine. C’est une opportunité pour pouvoir l’utiliser dans le domaine de la réanimation. Je vous dis merci beaucoup, vous êtes la fierté de la national il faudrait que vous soyez quand même un exemple à multiplier et à dupliquer à l’échelle territorial.»

Ah! Quel ministre formidable, patriote et de surcroît doublement pieux si l’on se fie aux deux exemplaires du Saint Coran qui ornent son bureau ministériel.

Mais ce que nous avons appris avec le PJD, c’est que les signes ostentatoires de piété ne garantissent pas systématiquement une parfaite congruence ni avec les actes ni avec le comportement.

Comme par hasard et à une semaine de l’annonce d’un reconfinement en France et dans plusieurs pays européens qui font remonter le baromètre de la peur et de l’angoisse chez les populations, Khalid Ait Taleb trouve le temps de faire le tour de la presse nationale pour dire tout le contraire de ce qu’il a déclaré devant les caméras un 12 mai 2020.

«Il ne suffit pas de sortir un lit et un respirateur. Mais leur utilisation requiert un certain degré de responsabilité important parce qu’il y va de la sécurité du patient » Sic!

« Vous parlez de quel lit de réanimation ? Ni le lit de réanimation ni le respirateur marocains ne sont encore homologués à ce jour. Il faudrait qu’on éclaircisse la situation » Sacrebleu !

Oui, chers lecteurs, vous n’êtes pas atteint de myopie et nous n’avons pas  inventé ces mots, vous pouvez vous en assurer sur le site de nos confrères Maroc Hebdo et Assabah.

Infographie : Le double langage de Khalid Ait Taleb au sujet de la fabrication locale des respirateurs et des lits de réanimation

On aurait pu comprendre ces propos, si les industriels avaient survendu leur capacité au ministre de la santé ou s’ils n’avaient pas fait preuve de sérieux. Mais ce n’est pas le cas. Nous empruntons pour l’occasion l’excellente investigation de notre confrère Le360 sur sujet et qui retrace toutes les tentatives d’homologation avortée par -je cite la même source- «la bureaucratie du ministère de la Santé».

Chronologie de l’industrialisation de la première version du respirateur artificiel 100% marocain

8 avril 2020: lancement de la phase d’industrialisation de la première version du respirateur artificiel 100% marocain. Les approvisionnements ont été réalisés de sorte à honorer la première commande reçue du ministère de la Santé, portant sur un volume initial de 400 respirateurs. Le fabricant en a produit 500.

13 avril 2020: une délégation de médecins militaires fait une visite à la fabrique du respirateur marocain, installée au cœur de l’usine de la SERMP, située dans l’Aéropôle, la zone industrielle de l’aéroport Mohammed V à Casablanca. Selon un témoin présent sur place, la visite a été concluante.

25 avril 2020: la nouvelle version du respirateur a été testée sur une brebis. 

Entre temps, pour valider le respirateur, le ministère de la Santé a installé un Comité scientifique, composé de 10 réanimateurs représentant 10 CHU du Royaume.

12 mai 2020: présentation concluante au siège de la SERMP du respirateur devant le Comité scientifique, en présence du ministre de la Santé, Khalid Aït Taleb et du ministre de l’Industrie, Moulay Hafid Elalamy.

5 juin 2020: le ministère de la Santé annule une cérémonie initialement prévue pour réceptionner les premiers respirateurs. Contre toute attente, le département de Aït Taleb invite le collectif à suivre la procédure d’enregistrement du respirateur en tant que dispositif médical. «Nous aurions pu lancer cette procédure dès fin avril si le ministère nous avait prévenus», déplore un membre du collectif. 

Motivé par l’intérêt manifesté par certains donneurs d’ordre à l’étranger, le collectif a ensuite entamé la procédure de certification «CE médical» pour se tourner vers l’export.  

20 juillet 2020: après un mois et demi de tests auprès des deux centres techniques CETIEV et CERIMME, le respirateur marocain a finalement reçu la certification «CE médical».

28 juillet 2020: le ministère de la Santé trouve encore une fois le moyen d’éterniser la procédure. Cette fois-ci, les équipes de Ait Taleb demandent aux promoteurs du projet d’enregistrer l’entreprise SERMP en tant qu’entreprise médicale avant d’enregistrer le respirateur.

3 août 2020: lancement des démarches pour enregistrer la SERMP auprès des services du ministère.

17 août 2020: le ministère de la Santé impose à la SERMP une nouvelle procédure digitalisée pour obtention d’une autorisation provisoire. L’entreprise a ensuite déposé une nouvelle demande via le canal digital.

A date d’aujourd’hui la SERMP n’est toujours pas enregistrée.  Khalid Ait Taleb a demandé à l’entreprise d’apporter de nouveaux documents avant de vouloir définitivement enterrer le projet en déclarant à la presse : «vous parlez de quel lit de réanimation ? Ni le lit de réanimation ni le respirateur marocains ne sont encore homologués à ce jour». 

Scandaleux!

C’est tellement flagrant qu’on se pose la question fatidique : «qui c’est ce parrain qui guide les pas de Khalid Ait Taleb?»

Réveillez Saad Eddine El Otmani!

Pendant tout ce temps là, le Chef de Gouvernement sensé animer, réguler, suivre et décider les actions du gouvernement est aux abonnés absents. Peut-être est-il entrain de s’émerveiller de la magie du robinet d’eau? Rappelez-vous comment il était excité en expliquant aux marocains comment contrôler le débit de l’eau avec un robinet. Du coup, pour qu’il sache de quoi parle l’industriel des respirateurs il faudrait attendre quelques années.

Nous avons tous constaté que la pandémie a dévoilé les réelles capacités de notre exécutif et du chef de gouvernement. Les cacophonies à répétition ont touché tous les marocains sans exception et ont terni l’image du Royaume à l’international. Mais aujourd’hui ce n’est pas une question d’image, c’est l’avenir de notre pays qui est en jeu. Je vous invite à lire les excellents papiers de Nadia Salah et de Aziz Boucetta, qui ont fustigé chacun de son angle la gravité des actes de Khalid Ait Taleb.

La fondatrice du premier quotidien économique du Royaume, l’Économiste, ne va pas y aller de main morte : «Encore une fois, il (Ait Taleb) a manqué à sa fonction tout en marquant son mépris pour ses collègues. On a en mémoire le pataquès des masques, où son département a fait des pieds et des mains pour empêcher la fabrication puis la distribution locale. Devant ce comportement, des observateurs se sont dits persuadés qu’il y avait d’autres motivations».

Nadia Salah a également résumé le danger que constitue des responsables tels que Khalid Ait Taleb sur les aspirations des marocains et à leur tête le souverain d’un Maroc développé et prospère en donnant l’exemple de l’Inde : «Il y a dix ans le PIB/tête indien était de 998 dollars. Aujourd’hui il est de 2.002 dollars. Dans 7 ans, il dépassera celui du Maroc. Il n’y a pas de miracle».

Aziz Boucetta, pour sa part, a demandé dans son édito des éclaircissements sur qui des Elalamy ou Aït Taleb mentait aux marocains. «Alors, avec plus de 30.000 cas actifs (officiellement recensés) et près de 3.500 morts (qui seront vite dépassés), ne sommes-nous donc pas en droit, voire en devoir, de nous interroger sur qui ment, des deux ministres», s’est-il indigné.

Toutefois, le directeur de publication de Panorapost fait le constat suivant : «Aït Taleb semble avoir oublié ses serments d’Hippocrate ou de technocrate qu’il a prêtés… car, dégât collatéral, par la grâce du ministre de la Santé, voilà une activité à l’export brillamment avortée dans l’œuf.»

Enfin il n’y a pas meilleure conclusion pour que cette chute du même Aziz Boucetta : «Inutile de demander au chef du gouvernement d’intervenir, il est (occupé) ailleurs, mais un jour, une fois que l’on aura arrêté le décompte des morts Covid – et pourquoi pas, avant ? –, le Professeur Khalid Aït Taleb risquera bien de rendre des comptes, et de boire le calice jusqu’à la lie. A notre Santé !»

Polémique sur les aides directes aux artistes, Othman El Ferdaous réagit

Le ministre en charge de la culture, Othman El Ferdaous, a réagit ce jeudi aux vives réactions de la communauté des artistes marocains après la publication de la liste des projets qui ont bénéficié des subventions de l’Etat. Le ministre reconnait dans une publication postée sur son compte Facebook, que la politique de soutien aux Arts est perfectible et se dit être à l’écoute des propositions «constructives». Toutefois, OEF, rappelle que les appels à projets ne peuvent pas remplacer la généralisation de la protection sociale annoncée par le Roi Mohammed VI le 29 juillet dernier.

Depuis 72 heures, un seule sujet occupe les marocains sur les réseaux sociaux : le milliard de centimes distribué aux artistes. Tous les commentaires vont dans le même sens : le ministère a été injuste.

Othman El Ferdaous, en charge entre autres de la Culture n’était pas injuste mais a été, depuis sa nomination, lent et silencieux face à une communauté d’artistes divisée et peu entreprenante. Il a également minimiser les réactions des marocains. Tout en pensant bien faire en débloquant de l’argent dans la conjoncture qui est la nôtre, OEF a oublié que dans notre cher pays, nos concitoyens s’indignent plus facilement à l’annonce de distribution d’un milliard de centimes qu’au gaspillage d’un milliard de dirhams dans un projet foireux. L’erreur politique qu’il partage avec le chef de gouvernement est la perception donné au marocain quant à la facilité avec laquelle du cash pouvait sortir des caisses de l’Etat. Au moment où les marocains commencent à peine à ressentir les répercussions économiques de la crise sanitaire et à quelques semaines de la mise en garde du souverain sur la situation critique du budget de l’Etat.

OEF n’a pas tort : il ne faut pas confondre les subventions des projets et la couverture sociale

Le ministre construit son argumentaire en séparant d’emblée les appels à projets artistiques et les aides directes liées à la pandémie.

«La transparence de l’action publique est toujours préférable et les citoyens ont un droit d’accès à l’information, c’est pourquoi les résultats de l’appel à projet 2020 ont été entièrement publiés sur le site du Ministère pour préserver la clarté sur l’usage du denier public» s’est défendu El Ferdaous dans son post Facebook.

Le ministre donne par la suite le nombre des détenteurs de cartes d’artistes qui avaient profité de bénéficier des dispositifs TadamonCovid :« Les dispositifs transversaux mis en place grâce au Fonds Covid19 ont certes permis à plus 3700 détenteurs de cartes d’artistes (anciennes ou nouvelles) de bénéficier des dispositifs TadamonCovid (Ramed et informel), soit un taux d’acceptation des dossiers de 70%.». El Ferdaous a omis de communiquer l’enveloppe qui leur a été réservée.

Défendant son opération de soutien exceptionnel aux Arts de, objet de la polémique, le ministre en charge de la Culture, annonce avoir adapté le cahier des charges «face aux contraintes à la mobilité et au rassemblement» liées à la crise sanitaire. Il révèle également avoir traité et retenu trois fois plus qu’en 2019.

Le point d’orgue de son argumentaire a été le rappel de l’annonce faite par le roi Mohammed VI de la généralisation de la protection sociale : « les appels à projets ne peuvent pas remplacer la généralisation de la protection sociale annoncée par Sa Majesté le Roi que Dieu l’assiste le 29 juillet dernier».

Le ministre, souligne enfin que le département de la culture lancera dans les prochaines semaines une consultation avec ses différents partenaires pour «préparer la mise en oeuvre de ce chantier stratégique et structurant».

El Ferdaous paie pour tout le gouvernement

Les subventions aux artistes n’a été que la goutte qui a fait débordé le vase. Les marocains qui se sont passionnément déchainés sur leurs smartphones en soutenant tel artiste et en fustigeant un autre n’ont fait que projeter leur inquiétude d’un avenir qui s’assombrit jour après jour ainsi que leur frustration face à l’inertie et à l’échec d’un gouvernement dépassé par les évènements et dont les principaux acteurs pensent déjà aux élections de 2021.

Ceux qui blâment El Ferdaous oublient de blâmer son Chef Saad Eddine El Othmani et oublient de pointer les doigts vers ceux qui ont saigné l’Etat à force d’incompétence et/ou de malhonnêteté.

5G, Mobile Banking, dégroupage, transformation digitale, telles seront les missions du nouveau patron d’INWI

Au lendemain du premier tour d’enchères pour l’attribution des fréquences 5G en France, inwi, le troisième opérateur télécom du pays, opère un changement stratégique dans son organisation. Azzeddine El Mountassir Billah, gardé au chaud à la Fondation Cheikh Khalifa Ibn Zaïd, a été nommé ce mercredi Président Directeur Général de la filiale du groupe Al Mada. L’ancien DG de l’autorité de régulation des télécoms succède ainsi à Nadia Fassi-Fehri, la dame de fer qui a mené avec succès la mission de sauvetage financier d’Inwi. Le profil d’El Mountassir Billah colle parfaitement à la stratégie de développement d’inwi voulue par son actionnaire de référence, à savoir : réussir le virage 5G, renforcer l’offre Mobile Banking, gagner la guerre du dégroupage, accompagner la transformation digitale du pays et internationaliser la société.

«Le départ de Nadia Fassi-Fehri, n’était qu’une question de temps» commente un observateur du secteur à l’annonce du remplacement de la PDG d’inwi. « NFF a atteint ses objectifs fixés par son actionnaire de référence, avec un an d’avance. Elle devait passer le témoin en 2019.» croit savoir la même source.

Nadia Fssi-Fehri, ancienne PDG d’inwi, ancienne DG de FC Com, ancienne DRH du groupe ONA, et ancienne directrice d’exploitation dans une mine de Managem

L’information de la démission de Nadia Fessi-Fihri est tombée en fin de matinée de ce mercredi 30 septembre à l’issu du Conseil d’Administration de Wana Corporate.

«Après l’examen des comptes du premier semestre et un passage en revue des actions entreprises durant cette période, Nadia Fassi-Fehri a présenté sa démission au Conseil d’Administration pour des raisons de convenances personnelles. Le Conseil a accepté la démission de Madame Fassi-Fehri et lui a rendu un hommage appuyé pour les efforts déployés durant les cinq années passées à la tête de la société » a annoncé un communiqué dudit conseil.

«Nadia Fassi-Fehri a rappelé que les objectifs qui lui avaient été confiés lors de sa nomination à savoir la restructuration de la société et le retour de la croissance avec le développement de différentes segments étaient atteints.» précise la même source.

NFF a mis fin à la gabegie de Fréderic Debord et aux poches de résistance héritées de Karim Zaz, a rétabli l’équilibre financier de la société et l’a engagé dans un processus de transformation numérique

Nadia Fassi-Fehri a eu comme missions délicates, dès sa nomination en juin 2015, de tourner la page définitivement au mauvais départ de la marque opéré par Karim Zaz et à l’hémorragie financière causée par son successeur Fréderic Debord. Sous l’œil attentif de son conseil d’administration, Nadia Fassi-Fehri va mener une révolution interne en déstructurant toutes les mauvaises pratiques héritées des anciennes équipes dirigeantes. NFF, n’a pas cherché à plaire. elle se devait d’honorer ses engagements envers ses actionnaires : rétablir l’équilibre financier de l’opérateur et pourquoi pas enclencher un cercle vertueux de rentabilité.

Dès sa deuxième années les efforts de la dame de fer vont commencer à porter leurs fruits pour aller par la suite affronter sereinement la concurrence.

Parmi les décisions stratégiques prises par l’ancienne PDG d’inwi et qui ont engagé l’opérateur dans un investissement très lourd n’est autres que le choix de la solution Vlocity de Salesforce. Le marché parle d’un investissement qui dépasserait 50millions de dirhams. Un investissement qui a permis à l’opérateur télécoms de faire un bond technologique très important distançant tous les concurrents de la place.

Toutefois, si Nadia Fassi-Fehri devait garder un seul sujet d’insatisfaction, ça serait san aucun doute celui de la gestion de sa communication dans l’affaire du dégroupage face à un Ahizoune plus machiavélique que jamais.

Azzeddine El Mountassir Billah, le profil parfait

Ingénieur Télécom Paris, cadre dirigeant de banque, père de l’e-Commerce au Maroc, DG de l’autorité de régulation des télécoms, discret, brillant et travailleur, Azzeddine El Mountassir Billah (AMB) a le profil parfait pour la mission qui lui a été impartie par Al Mada.

AMB est d’ailleurs l’un des très rares profils nationaux à même à accompagner le pays dans la gestion de la quatrième révolution industrielle qui est là et qui s’appuie sur l’émergence des nouvelles technologies.

La 5G, des recettes pour l’état et un nouveau souffle de développement pour le secteur

L’engouement des opérateurs télécom français constaté au premier tour d’enchères pour l’attribution des fréquences 5G, nous donne un avant goût de ce qui va se passer dans notre pays les prochains mois.

L’Etat français s’est assuré d’empocher au moins 2,4 milliards d’euros de la vente de l’ensemble des fréquences 5G en France après les offres présentées mardi 29 septembre, lors de la première journée des enchères organisées par l’Arcep (autorité française de régulation des télécoms).

Et c’est Orange qui a été l’opérateur le plus ambitieux en se positionnant sur le maximum possible des fréquences à savoir 50 MHz de fréquences (en plus des 50 MHz déjà détenus par la société). Orange a demandé cinq blocs de 10 MHz de fréquences sur la bande des 3,5 GHz, au prix unitaire de 85 millions d’euros, au terme du quatrième tour des enchères, qui s’est achevé mardi.

La désignation de Azzeddine El Mountassir Billah tombe donc à point nommé. Avec son expérience à la tête de l’ANRT, le nouveau patron d’inwi sera très probablement décisif dans la gestion de l’appel d’offre des fréquences de la 5G au Maroc.

Le Mobile Money, la bataille de la décénie

Son autre atout indéniable est sa connaissance approfondie de la fintech. AMB maitrise au bout des doigts les interactions électroniques entre les banques vu qu’il a été dirigeant d’Interbanque et de l’ancêtre du CMI. Une compétence qu’a souhaité mettre à profit, Mohamed Horani Président fleuron nationale de la fintech, HPS, en lui confiant des missions de conseil stratégique après son départ de l’ANRT.

Avoir un profil pareil à la tête d’un opérateur télécoms, devrait donner sans aucun doute un boost important au Mobile Money qui bat tous les records en Afrique subsaharienne mais qui fait face à des blocages systémiques dans notre pays. Inwi se donne ainsi les moyens de faire face à la puissance de l’offre banking d’Orange mais également de déployer une offre Afrique complète.

D’ailleurs, l’enjeu du Mobile Money au Maroc est stratégique, car il constitue entre autres la solution aux aides directes de l’état aux populations précaires.

Après trois années de morosité du marché et de la stagnation des offres, la nomination d’Azzeddine El Mountassir Billah est un signal positif donné par Al Mada au secteur. Une nomination qui réveillera un Ahizoune en hibernation en raison des soubresauts des relations diplomatiques entre le Royaume et les Emirats-arabes-unis, ses actionnaires des références, et poussera à réagir le management d’Orange, tapi dans l’ombre prêt à bondir sur le marché de la 5G et du Mobile Money.

David T. Fischer, ambassadeur américain au Maroc reçu par Abdellatif Hammouchi au siège de la DGST

/

Décidemment, les responsables américains semblent apprécier de plus en plus l’accueil de l’homme fort de la «Homeland Security» marocaine, Abdellatif Hammouchi. Dix mois après la visite, première du genre, de l’ancien patron de la CIA et actuel ministre des affaires étrangères Mike Pompeo, c’est au tour de l’ambassadeur des États-Unis au Maroc David T.Fischer de se rendre au siège de la Direction générale de la Surveillance du territoire, pour rencontrer l’homme qui est sur tous les fronts surtout depuis l’éclatement de la crise sanitaire.

Septembre a été un mois marathon pour Abdellatif Hammouchi. Les couacs à répétition de l’exécutif dans la gestion du déconfinement, l’Aïd al-Adha et la rentrée scolaire, ont poussé Hammouchi de reprendre la main sur le dossier sanitaire dans le but d’endiguer la deuxième vague qui semble s’abattre sur le monde entier.

Par ailleurs, les évolutions inquiétantes des conflits régionaux, les transformations majeures dans la géopolitique du Moyen-Orient et de la méditerranée, le retour sur la scène internationale des talibans et l’instabilité politique au Sahel font ressurgir de nouvelles menaces terroristes. Lesquelles menaces que Hammouchi a tenu a y répondre en procédant à un coup de filet et une campagne médiatique bien orchestrée contre des cellules terroristes dormantes dans les quatre coins du pays.

Il faut être dupe pour penser qu’une telle opération soit une simple opération de «personal branding» du responsable sécuritaire. Il s’agit surtout d’un rappel aux citoyens marocains, aux partenaires et au monde entier de la solidité de ses institutions en dépit de la faiblesse de l’exécutif face à l’urgence sanitaire et économique.

Après Pompeo, Hammouchi reçoit Fischer à la DGST à Temara

«Le Directeur général de la Sûreté nationale et de la Surveillance du territoire, Abdellatif Hammouchi a reçu jeudi l’ambassadeur des Etats-Unis d’Amérique accrédité auprès du Royaume du Maroc, David T.Fischer, et ce dans le cadre des relations de coopération bilatérale dans les différents domaines sécuritaires» annonce la DGST dans un communiqué repris par l’agence de presse officielle, MAP.

Cette réunion bilatérale, nous apprend la même source, qui s’est déroulée au siège de la Direction générale de la surveillance du territoire (DGST) à Rabat, a vu la participation des cadres des services centraux de la DGST et des représentants de l’ambassade des Etats-Unis à Rabat.

La DGST a indiqué dans son communiqué que les deux parties ont évoqué les différents sujets sécuritaires d’intérêt commun notamment les mécanismes de coopération et de coordination en matière de lutte contre les risques du danger terroriste, l’extrémisme violent, le crime organisé et leurs liens croissants dans la région de l’Afrique du nord et du Sahel.

Elles ont aussi abordé les moyens à même de mettre en valeur cette coopération devenue un modèle à suivre dans le domaine de la lutte contre le terrorisme, souligne la même source.

Les deux parties ont également passé en revue les mécanismes de développement et de renforcement de la coopération entre les services de la DGSN et la DGST et les agences américaines de sécurité dans le domaine de lutte contre les risques et dangers liés à la criminalité transnationale organisée, outre l’échange d’expertises et d’expériences.

Au terme de cette rencontre, le Directeur général de la Sûreté nationale et de la Surveillance du territoire et l’ambassadeur des Etats-Unis à Rabat se sont félicité du bilan de la coopération stratégique bilatérale dans le domaine sécuritaire, exprimant la disposition des deux pays à développer les niveaux de cette coopération en contribution à la paix et à la stabilité mondiales, conclut le communiqué.

Médicaments importés : l’AMIP saisit le Conseil de la Concurrence et plaide pour la restauration de la souveraineté sanitaire

Il a suffit d’une phrase glissée dans un décret et d’une signature de l’ancien Chef de gouvernement Abdelilah Benkirane pour hypothéquer l’avenir de toute l’industrie pharmaceutique nationale. Fruit d’un lobbying intense des chancelleries étrangères, le deuxième alinéa de l’article 4 du décret n° 2-13-852 relatif aux conditions et aux modalités de fixation du prix public de vente des médicaments, a offert gracieusement aux multinationales 10% de marge sur les médicaments importés au détriment de la fabrication locale. Six ans après, le bilan est sans appel : les importations des médicaments ont augmenté de 46% et la valeur ajoutée locale du secteur a chuté de 50%!

Afin de corriger cette anomalie préjudiciable, au pays, au citoyen et à l’industrie pharmaceutique nationale, l’AMIP a déposé le 14 septembre dernier une saisine auprès du Conseil de la Concurrence. Une démarche par laquelle l’Association Marocaine de l’industrie Pharmaceutique espère que l’avis du Conseil permettra de garantir une souveraineté sanitaire nationale. Mais également d’enclencher une dynamique de transformation de la politique du médicament du Royaume dans un contexte d’urgence  sanitaire et de récession économique.

Le 18 décembre 2013, le gouvernement Benkirane a promulgué un décret qui stipule entre autres ce qui suit : «Pour les médicaments importés, le PFHT retenu est majoré de 10% couvrant la marge importateur, les frais d’approche et les droits de douane. »

Le décret co-signé par Abdelilah Benkirane et El Houssaine Louardi et qui par miracle est passé entre les mailles du filets du SGG va ainsi offrir sur un plateau d’argent plus de 10% de marge aux importateurs qui sont principalement des multinationales. Au moment où les mêmes responsables avaient entamé une guerre sur les marges des officines et des fabricants locaux.

En favorisant le médicament importé, la nouvelle réglementation a condamné la fabrication locale, réduit les recettes de l’état et grugé le pouvoir d’achat du citoyen marocain

C’est par un courrier adressé à Driss Guerraoui, le 14 septembre dernier, que notre rédaction a pu consulter, l’Association Marocaine de l’industrie Pharmaceutique représentée par son président, Ali Sedrati, a procédé à la saisine du Conseil de la Concurrence et ce dans la stricte application de la loi 20.13 relative au dit conseil.

D’emblée l’AMIP fixe le périmètre de la saisine : «L’Association Marocaine de l’Industrie Pharmaceutique introduit la présente demande d’avis spécifiquement à l’Article 4/alinéa 2 du décret n° 2-1 3-852»

Il faut dire que les industriels marocains ont entrepris de multiples démarches auprès de plusieurs institutions nationales avant de s’adresser au Conseil de la Concurrence. Le sujet devient brûlant car au delà de l’inéquité de la réglementation en vigueur, la menace sur l’autonomie du pays en matière de couverture des besoins en médicaments s’est aggravée en raison de la crise sanitaire liée au coronavirus.

De plus, la majoration discriminatoire envers les fabricants locaux stipulé dans le décret n° 2-1 3-852 n’a pas seulement impacté le secteur pharmaceutique, mais également les recettes de l’État et le pouvoir d’achat du citoyen marocain.

En effet, cette mesure qui favorise le médicament importé à celui fabriqué localement, a eu comme conséquence directe le ralentissement des investissements locaux dans l’outil industriel et la fabrication domestique, et la baisse de presque 50% de la valeur ajoutée locale du secteur.

L’impact a été aussi ressenti violemment sur le déficit commercial et augmenter les sorties de devises qui s’est aggravé durablement suite à l’augmentation des importations en prix et en volume. Selon les chiffres de l’Office des Changes, le déficit de la balance commerciale pharmaceutique s’est élevé en 2017 à 4,7 MMDH soit un creusement annuel de presque 10%. Lequel déficit dépassera sans aucun doute la barre des 6 milliards de dirhams à la fin de cette année.

Le citoyen marocain fait également les frais de cette décision puisqu’elle engendre une augmentation du Prix Public de Vente constante de plusieurs médicaments importés. Surtout qu’une part importante de ces médicaments concerne des pathologies lourdes comme le cancer ou les hépatites. Ce qui réduit année après année l’accès à ces médicaments.

Dans sa saisine, l’AMIP rappelle que la réglementation n’a pas toujours été aussi discriminatoire envers l’industrie locale. En effet, une ancienne disposition relative à la fixation des prix des produits importés imposait aux fournisseurs étrangers d’accorder une remise d’au moins 20% à partir du Prix Grossiste Hors Taxes de leur pays d’origine en faveur de l’importateur national. Ce qui greffait au final le Prix Public de Vente au patient et obligeait à déclarer au minimum cette remise de 20% au Maroc. Une approche souveraine permettant un meilleur contrôle des marges et sortie de devises et une meilleure contribution fiscale en faveur du Royaume.

LEMM : le lobby qui milite pour reconquérir la souveraineté sanitaire de la France et mettre en péril celle du Maroc

Autre indicateur alarmant présenté par l’AMIP est celui du taux de couverture des besoins en médicaments par la fabrication locale. Il est passé de presque 80% au début des années 2000 à moins de 60% en 2020. Sachant que la moitié des médicaments importés au Maroc sont
fabricables dans notre pays compromet davantage la souveraineté nationale en matière de médicaments.

Le décret n° 2-1 3-852 promulgué par le gouvernement Benkirane y est pour beaucoup. En raison des des marges élevées à l’importation les acteurs du secteur ont été encouragé à avoir recours à leur importation au détriment de leur fabrication locale. Les importations des médicaments sont passées de 4,8 milliards de dirhams en 2014, année de l’entrée en vigueur du nouveau décret, à 5,7 milliards en 2017. Avec une Croissance moyenne de 7% annuellement, elles devraient se situer à presque 7 milliards de dirhams à fin 2020. Soit 46% d’augmentation en six ans.

Ainsi devant l’indifférence totale de l’exécutif, l’industrie pharmaceutique nationale n’a cessé de perdre de sa compétitivité dans son marché domestique. Au moment où les multinationales qui opèrent dans le pays, intarissables, assiègent littéralement les ministères pour arracher année après année avantages et réglementations à même d’augmenter les dividendes de leurs sociétés mères et de mettre en oeuvre la stratégie sanitaire de leurs pays.

Organisés en association, la LEMM, les représentants de la Big Pharma sont plus que jamais en mode commando en raison de la pandémie du Coronavirus. Appendice de la LEEM, l’organisation professionnelle des entreprises du médicament opérant en France, l’association marocaine suit les orientations stratégiques de la maison mère et son président Frédéric Collet. Ce dernier n’est autre que le porte drapeau de la relocalisation de la fabrication des médicaments en France.

L’urgence de l’élaboration d’une véritable politique nationale du médicament

La crise sanitaire de la Covid-19 a tout changé. Le monde a découvert l’importance de la souveraineté économique, notamment dans le domaine vital de la santé publique. Si la France, estime de manière officielle qu’elle devrait  s’interroger sur les conséquences désastreuses des délocalisations à l’étranger de la fabrication de produits essentiels à la santé de ses citoyens, nous devons également nous en alarmer. Il est temps pour que nos responsables et nos industriels prennent des initiatives fortes pour reprendre la main sur la question de la politique industrielle du médicament délaissée depuis plus d’une décennie.

En dépit de cette conjoncture, l’optimisme est de mise. En effet, la vision développée par le Conseil de la Concurrence au sujet de la vision stratégique future du marché du médicament au Maroc présenté juin dernier est particulièrement ambitieuse et s’inscrit dans la volonté des acteurs du secteur de garantir la souveraineté sanitaire du Royaume. 

Le Conseil recommande à juste titre, l’élaboration d’une véritable politique nationale du médicament qui puisse répondre aux impératifs de sécurisation de l’approvisionnement du pays en médicaments et dispositifs médicaux, en conformité avec les nouvelles priorités épidémiologiques de la population marocaine, avec le pouvoir d’achat des citoyens et avec les exigences de qualité et de respect des normes sanitaires universelles.

Enfin, la sélection d’un laboratoire marocain et non d’une multinationale, en l’occurrence Sothema, un fleuron national qui de plus est dirigé par une femme marocaine, pour conduire les essais cliniques du vaccin chinois, nous comble de fierté et nous rassure sur la capacité de notre industrie pharmaceutique à s’adapter, à innover et faire preuve d’une grande agilité.

Il est donc impératif de profiter de la crise du Coronavirus pour accélérer la mise en place d’une politique de médicament volontariste tout en garantissant à notre industrie locale l’environnement économique et réglementaire idoine.

CGEM : Abdou Diop prend la présidence de la «Commission Afrique»

Le plus marocain des africains, Abdou Diop, patron du cabinet conseil Mazar Maroc, revient à la CGEM par la grande porte. Il vient d’être nommé par le conseil d’administration de la confédération, président de la toute nouvelle «Commission Afrique»

Réuni ce jeudi, le Conseil d’administration de la CGEM a annoncé la création d’une nouvelle commission «Afrique» et la nomination à sa tête de Abdou Diop, associé-gérant du cabinet de conseil Mazars et ancien président de la commission Afrique et Sud-Sud de la confédération patronale, durant le mandat de Miriem Bensalah. Diop sera secondé par Ali Zerouali nommé Vice-Président de la dite commission.

Une excellente nouvelle

La nomination de Salaheddine Mezouar à la tête de la CGEM n’a pas été très bonne pour la dynamique des affaires entre le Maroc et son continent. C’est tout le contraire qui s’est passé. Depuis 15 ans, jamais le sujet Afrique n’a été aussi délaissé que depuis le mandat Mezouar. Les séquelles de cette contre performance ont entaché son successeur Chakib Alj. Ce dernier a d’ailleurs pris la bonne décision de couper le mal à la racine en évinçant Laaziz El Kadiri, l’homme qui a provoqué avec Mezouar un incident diplomatique avec nos partenaires africains en émettant, au nom du patronat, des doutes sur les accords signés par le Royaume au sujet de la Zone de libre-échange continentale africaine (Zleca).

Jusqu’à la veille de la tenu du Conseil d’Administration de la CGEM, El Kadiri lobbyait pour prendre la présidence de la nouvelle commission Afrique et ce malgré un tracking record des plus décevants.

Abdou Diop, le marocain

« Au Sénégal, on m’appelle le Marocain », aime bien répéter Abdou Diop, à ses compatriotes. Fils d’ambassadeur, il s’installera au Maroc dès l’âge de 16 ans. Et c’est au Maroc où il se dit se sentir le plus à l’aise.

Au sein du cabinet conseil Mazar Maroc dont il prend la tête en 2017, Abdou Diop sillonne l’Afrique pour conseiller, écouter, trouver des solutions et rapprocher les idées des dirigeants économiques du continent. Et contrairement à Laaziz El Kadiri, Abdou Diop est un fervent défenseur de l’accélération de la mise en place des structures institutionnelles permettant une plus grande intégration économique du Royaume à l’Afrique.

Les hôpitaux marocains gonfleraient-ils le nombre des décès Covid?

La légende urbaine n’a cessé d’enfler depuis mi-juillet : «hôpitaux et cliniques comptabiliseraient systématiquement toutes les victimes d’arrêts cardiaques, d’AVC et de complications du diabète en décès Covid». Une légende qui prend une nouvelle tournure avec la multiplication d’images partagées sur les réseaux sociaux montrant les morts du coronavirus transportés, entassés les uns sur les autres. Des images souvent accompagnées par des scènes de colère et d’hystérie de familles désarmées, à qui on a demandé de ne rien payer si la cause de la mort est déclarée Covid.

Il a fallu moins de deux mois pour que la rumeur s’installe dans les foyers marocains. Des récits relatant la rapidité surprenante avec laquelle la mort de proches a été comptabilisé «Coronavirus», ont occupé les réunions de famille durant l’été.

Puis une nouvelle rumeur va circuler : «Les hôpitaux gagnent des milliers de dollars pour chaque décès Covid déclaré». De peur de poursuites judicaires et dans l’absence de toute preuve, personne n’en parlait publiquement mais tout le monde y croyait dans l’absence totale d’une communication officielle, transparente et rassurante.

Cependant ce qui va provoquer la levée de boucliers sur le sujet c’est la nouvelle procédure d’inhumation qui semble être devenue la règle dans certains établissements de santé. Le transport des morts ne se fait plus de manière individuelle. Désormais l’ambulance porte quatre corps entassés l’un sur l’autre. Une pratique qui a été documentée dans la vidéo ci-après.

Il est probable que comme le coût de l’inhumation soit pris en charge par l’hôpital et non la famille, un transport collectif permettrait à l’établissement de faire des économies.

Le COVID-19 est aussi une urgence de communication

«Le COVID-19 n’est pas seulement une urgence de santé publique, c’est aussi une urgence de communication», a déclaré le Secrétaire Général des Nations-Unies, Antonio Guterres mercredi dans un message à l’occasion d’une réunion de l’Organisation mondiale de la Santé sur la gestion de l’infodémie.

Le gouvernement marocain fait malheureusement partie de ces pays qui n’ont pas fait de la communication une urgence durant cette pandémie. Les décisions incohérentes du dimanche soir et les chiffres bruts lancés quotidiennement sans explications, ni conseil ni pédagogie ont laissé le champ libre à toutes les rumeurs et à toutes les pratiques.

Préoccupés par les affaires, les élections à venir et leurs carrières les ministres se sont tous déresponsabilisés de la gestion de la pandémie laissant le ministère de l’Intérieur et la DGSN seuls face à des citoyens désemparés.

1 2 3 19