Mohammed VI

«Optimisme dans la Responsabilité» tel est le chemin tracé par le Roi Mohammed VI pour la nouvelle législature

/

Key Points :

  • Ce vendredi 8 octobre le roi Mohammed VI a adressé un discours au Parlement à l’occasion de l’ouverture de l’année législative qui coïncide avec la nomination d’un nouveau gouvernement issu des élections du 8 septembre.
  • Le discours royal dénote par son ton optimiste et son appel au rassemblement et à la mutualisation des efforts autour des priorités stratégiques en ce qui concerne le développement et la souveraineté.
  • Le souverain a donné un diagnostic positif et encourageant concernant la gouvernance du pays et de sa résilience face à la pandémie tout en alertant les marocains sur la conjoncture internationale qui «charrie dans son sillage défis, risques et menaces».
  • Le roi a utilisé le terme «sécurité stratégique» pour qualifier les risques d’approvisionnement des produits alimentaires, sanitaires et énergétiques et a appelé à la création d’un dispositif national intégré pour s’en prémunir.
  • Alors que le nouveau Chef de gouvernement avait qualifié durant sa campagne le nouveau modèle de développement de projet sur le long-terme préférant mettre en avant son programme électoral, le roi Mohammed a tenu à recadrer le gouvernement Akhannouch en appelant l’actuelle législature «à marquer le départ d’une dynamique volontariste ambitieuse incarnant l’intelligence collective des Marocains, en relation avec l’opérationnalisation du NMD».
  • Le sujet du Haut-Commissariat au Plan a été mis sur la table par le souverain appelant à sa refonte substantielle et à sa modernisation. Serait-il un signal de la fin du règne de l’indéboulonnable Ahmed Lahlimi sur cet institution, source de querelles interminables avec le gouvernement et Bank Al-Maghrib.

L’évènement

Le Roi Mohammed VI accompagné du Prince Héritier Moulay El Hassan et du Prince Moulay Rachid, a adressé, vendredi, un discours au Parlement à l’occasion de l’ouverture de la 1ère session de la 1ère année législative de la 11ème législature. Un discours très attendu au lendemain de la nomination du nouveau gouvernement présidé par Aziz Akhannouch.

Le souverain va donner le ton en décidant le non port du masque durant le discours par les princes Moulay El Hassan et Moulay Rachid. Une première depuis le début de la pandémie en mars 2020 tout en choisissant des versets du Coran qui s’apparentent plus à des prières de succès et de réussite qu’à des paroles moralisatrices.

Le roi Mohammed VI va d’emblée se féliciter du succès des dernières élections que se soit en terme d’organisation, et cela concerne le travail d’Abdelouafi Laftit, qu’en terme de taux de participation et d’alternance politique. Le roi a qualifié ce scrutin de «victoire du choix démocratique fait par le Maroc, ainsi que la normalité des alternances dans la gestion des affaires publiques».

A cet égard, Nous tenons à saluer la bonne organisation des dernières élections : elles se sont déroulées dans un climat positif et ont été marquées par une large participation, notamment dans nos Provinces du Sud.

Roi Mohammed VI

A ce titre, le roi a tenu à souligner son équidistance des formations politiques et sa neutralité quand au jeu politique : «Nous, ce qui importe, ce n’est pas que telle formation ou telle autre remporte les élections : Nous accordons en effet un intérêt équivalent à tous les partis.» a-i-il insisté.

Point focal : Trois priorités stratégiques

Tout en gardant un ton positif, le roi Mohammed VI a néanmoins tenu, sans tomber dans l’alarmisme, à dessiner les contours des défis qui attendent le nouveau gouvernement et le nouveau parlement. Fait important, le souverain a évoqué une «phase nouvelle» dans laquelle le Maroc s’engage désormais en mettant en avant deux axes : le processus de développement et les défis extérieurs.

«Cette législature s’amorce à un moment où le Maroc entre dans une phase nouvelle qui requiert la mutualisation des efforts autour des priorités stratégiques. Ainsi, notre pays sera plus apte encore à poursuivre son processus de développement et à relever les défis extérieurs» a soutenu le roi.

Des défis que le souverain a structuré autour de trois priorités stratégiques :

  1. Consolidation de la place occupée par le Maroc et la défense impérieuse de ses intérêts supérieurs
  2. Gestion de la crise pandémique et la poursuite de la relance économique
  3. Opérationnalisation du modèle de développement et au lancement d’une nouvelle génération de projets et de réformes intégrés

1 – Défense impérieuse des intérêts supérieurs du Royaume

Le premier volet prioritaire cité par le roi Mohammed VI dans son discours est celui de la Souveraineté. Un thème qui revient en force, selon le souverain, dans le contexte de la crise pandémique.

«De fait, la crise pandémique a révélé le retour en force du thème de la Souveraineté. Qu’elle soit sanitaire, énergétique, industrielle, alimentaire ou autre, sa préservation est devenue l’enjeu d’une véritable compétition qui suscite des réactions fébriles chez certains», a noté le roi.

Toutefois, poursuit le souverain, le Maroc a réussi, lui, à gérer ses besoins en la matière et à assurer un approvisionnement normal et suffisant de ses marchés.

Face à cette situation, le roi a appelé à la création d’un dispositif national intégré dans le but de consolider la sécurité stratégique du Maroc.

«Afin de consolider la sécurité stratégique du pays, Nous appelons à la création d’un dispositif national intégré ayant pour objet la réserve stratégique de produits de première nécessité, notamment alimentaires, sanitaires et énergétiques et à la mise à jour continue des besoins nationaux en la matière» a dit le roi.

2 – Gestion de la crise pandémique et la poursuite de la relance économique

2.1 – Gestion de la pandémie : Acquis solides et responsabilité des citoyens

Le roi Mohammed VI s’est félicité des «acquis solidement engrangés» en termes de protection de la santé des citoyens et de soutien aux secteurs et aux catégories touchés par la pandémie.

Rappelant l’effort de l’État dans sa lutte contre le Covid en assurant la gratuité du vaccin, en dépit du coût qui se chiffre en milliards, le roi appelé la responsabilité des citoyens à se protéger et à prémunir leurs familles en se faisant vacciner et en se protégeant.

2.2 – Economie nationale : Réalisme, responsabilité et patriotisme

Le souverain a mis en exergue l’embellie significative de l’économie nationale, grâce aux mesures adoptées sous son impulsion, en dépit des effets inédits générés par la crise et le repli de l’économie mondiale. Une embellie qu’il a argumenté par des chiffres de croissance de l’année :

  • +5,5% de taux de croissance en 2021
  • +17% de croissance du secteur primaire
  • +16% des IDE à fin août
  • +46% des transferts des MRE
  • + 7 mois d’importation des réserves de change
  • 1% taux d’inflation

«Tous ces indicateurs, Dieu soit loué, portent à l’optimisme et à l’espoir, renforçant la confiance des citoyens et des ménages et stimulant l’esprit d’initiative chez les opérateurs économiques et les investisseurs» s’est-il félicité.

Le roi Mohammed VI a assuré à ce titre que l’État poursuivra l’effort national, notamment à travers l’investissement public, l’appui apporté aux entreprises et l’adoption de mesures incitatives en leur faveur.

Face à cet optimiste et ce contexte positif le roi a insisté sur le fait de garder le cap avec responsabilité et patriotisme sans tomber dans le négativisme.

Dans ce contexte positif, nous devons demeurer réalistes et poursuivre notre action avec responsabilité et patriotisme, loin de tout pessimisme et à l’écart d’une certaine rhétorique négativiste

Roi Mohammed VI

3 – Opérationnalisation du nouveau modèle de développement

Le roi Mohammed VI a réservé la dernière partie de son discours à l’opérationnalisation du nouveau modèle de développement (NMD). S’adressant au parlement et au gouvernement, il a rappelé l’esprit du NMD et le sens du «Pacte national pour le Développement» qui symbolise l’engagement national souscrit envers le roi et à l’égard des Marocains.

«L’actuelle législature devrait marquer le point de départ d’une dynamique volontariste ambitieuse incarnant l’intelligence collective des Marocains, en relation avec l’opérationnalisation du Nouveau modèle du développement (NMD) et le lancement d’une nouvelle génération de projets et de réformes intégrés» a-t-il souligné. 

Le roi a ensuite appelé le gouvernement à pousuivre la mise en oeuvre des grands projets encours, notamment celui de la généralisation de la protection sociale.

«Il incombe au gouvernement également de parachever les grands projets déjà lancés, au premier rang desquels le chantier de généralisation de la protection sociale auquel Nous accordons une sollicitude toute particulière», a-t-il dit.

Dans la liste des chantiers prioritaires, le roi a cité :

  • La Santé, appelant à une synergie entre le public et le privé,
  • La réforme des entreprises et établissements publics,
  • La réforme fiscale, qu’il convient de conforter, avec la plus grande célérité, par une nouvelle charte compétitive de l’investissement,
  • La refonte substantielle du HCP

Concernant ce dernier point, le roi s’est attardé sur sa volonté de faire du Haut-commissariat au plan un «mécanisme d’aide à la coordination stratégique des politiques de développement et d’accompagnement de la mise en œuvre du modèle de développement».

A ce titre, il a recommandé à ce que cette institution soit «adossée à des normes rigoureuses et à des outils modernes de suivi et d’évaluation».

Ce qu’on doit retenir : «Optimisme dans la Responsabilité»

Le discours royal de cette rentrée législative s’est achevé par le même optimisme avec lequel il a été entamé, en plus d’un appel solennel à la responsabilité collective et individuelle.

L’«optimisme» royal a été exprimé à l’endroit des parlementaires et des membres du gouvernement par ces mots : «Le début de la présente législature intervient dans une conjoncture qui s’annonce prometteuse pour l’essor de notre pays». Des mots qui seront suivies par le thème de la «responsabilité» qui occupera l’ensemble de la suite du discours

«Votre responsabilité, au gouvernement comme au Parlement, en tant que majorité et au sein de l’opposition, est d’œuvrer de concert avec toutes les institutions et les forces vives de la Nation pour le succès de cette étape.

À cette fin, vous devez faire preuve d’esprit d’initiative et d’engagement responsable.

Soyez donc, que Dieu vous garde, à la hauteur de la lourde responsabilité nationale qui est la vôtre, car la charge de représenter les citoyens et de gérer les affaires publiques, aux niveaux local, régional et national, nous incombe à tous.

“Et quiconque aura fait de bonnes œuvres tout en étant croyant, ne craindra ni injustice ni oppression”. Véridique est la parole de Dieu.» a conclut le roi.

En axant son discours sur l’optimisme et la responsabilité, le roi Mohammed VI s’est adressé en même temps à une nation qui est passée par l’épreuve de la pandémie, les tensions de la campagne électorale et la guerre médiatiques des adversaires du pays, mais également à une communauté internationale qui scrute les moindres faits et gestes d’un pays qui connait une dynamique exceptionnelle dans un contexte mondial mouvementé.

Contrairement à d’autres Chefs d’Etats qui dans leur démarche stérile font systématiquement recours à la victimisation, et à la recherche des boucs-émissaires, le roi Mohammed VI a choisi la responsabilité qui exige à d’abord prendre beaucoup sur soi, à ne pas se défausser sur les autres dans une posture d’exemplarité, de sérénité et d’optimisme qui fera sans aucun doute tâche sur l’ensemble du Maroc et des marocains.

Gouvernement Akhannouch : Découvrez la liste des nouveaux ministres nommés par le Roi Mohammed VI

/

C’est un gouvernement resserré composé de 25 ministres dont 7 femmes que le Roi Mohammed VI a nommé ce jeudi 07 octobre 2021. Finalement, Abdelouafi Laftit et Nasser Bourita gardent leur portefeuille tandis que Moulay Hafid Elalamy et Mohamed Benchaâboun perdent les leurs. Les fidèles de Aziz Akhannouch ont été récompensés, à l’image de Mohamed Sadiki, Nabila Rmili, Mustapha Baitas, Fatim-Zahra Ammor et Mohcine Jazouli. Le PAM récompense également ses jeunes les qui ont accompagné la naissance du parti à savoir Fatima Ezzahra El Mansouri, Younes Sekkouri et Mehdi Bensaid. Par ailleurs, l’architecte du nouveau modèle de développement, l’ambassadeur du Royaume à Paris, Chakib Benmoussa, fait son grand retour au gouvernement en prenant en charge le très sensible portefeuille de l’Education auquel il lui a été rattaché le Sport. L’autre particularité du gouvernement Akhannouch est la rebaptisation de deux ministères. Ainsi, le «Ministère de l’Energie et des Mines» devient celui de la «Transition énergétique et du Développement durable » et le «Ministère du Travail et de l’Insertion professionnelle» devient celui de «l’Inclusion économique, de la Petite entreprise, de l’Emploi et des Compétences». Enfin, la transformation digitale a été rattachée au Chef du Gouvernement au même titre que la réforme administrative.

Le Roi Mohammed VI accompagné du Prince Héritier Moulay El Hassan et du Prince Moulay Rachid, a présidé, jeudi 07 octobre 2021 au Palais Royal à Fès, la cérémonie de nomination des membres du nouveau gouvernement.

Voici la composition du nouveau gouvernement:

Chef du gouvernement :

  1. Aziz Akhannouch:

Ministres femmes :

  1. Nadia Fettah Alaoui, ministre de l’Economie et des Finances
  2. Nabila Rmili : ministre de la Santé et de la Protection sociale.
  3. Fatima Ezzahra El Mansouri : ministre de l’Aménagement du territoire national, de l’Urbanisme, de l’Habitat et de la Politique de la ville.
  4. Fatim-Zahra Ammor : ministre du Tourisme, de l’Artisanat et de l’Economie sociale et solidaire.
  5. Leila Benali : ministre de la Transition énergétique et du Développement durable.
  6. Aouatif Hayar : ministre de la Solidarité, de l’Insertion sociale et de la Famille.
  7. Ghita Mezzour : ministre délégué auprès du chef du gouvernement chargé de la Transition numérique et de la Réforme administrative.

Ministres jeunes :

  1. Ryad Mezzour : ministre de l’Industrie et du Commerce.
  2. Younes Sekkouri : ministre de l’Inclusion économique, de la Petite entreprise, de l’Emploi et des Compétences.
  3. Mohamed Mehdi Bensaid : ministre de la Jeunesse, de la Culture et de la Communication.
  4. Mohamed Abdeljalil : ministre du Transport et de la Logistique.

Ministres régaliens :

  1. Abdelouafi Laftit : Ministre de l’Intérieur.
  2. Nasser Bourita: Ministre des Affaires étrangères, de la coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger.
  3. Ahmed Toufiq: Ministre des Habous et des Affaires islamiques.
  4. Abdellatif Loudiyi : ministre délégué auprès du Chef du gouvernement chargé de l’administration de la Défense nationale.

Ministres fidèles d’Akhannouch :

  1. Mohamed Sadiki : ministre de l’Agriculture, de la Pêche maritime, du Développement rural et des Eaux et Forêts.
  2. Mustapha Baitas : ministre délégué auprès du chef du gouvernement chargé des Relations avec le parlement, Porte-parole du gouvernement
  3. Mohcine Jazouli : ministre délégué auprès du chef du gouvernement chargé de l’Investissement, de la Convergence et de l’évaluation des Politiques publiques.

Ministres techniques :

  1. Abdellatif Ouahbi : Ministre de la Justice.
  2. Nizar Baraka, ministre de l’Equipement et de l’Eau.
  3. Chakib Benmoussa : ministre de l’Education nationale, du Préscolaire et des Sports.
  4. Faouzi Lekjaa, ministre délégué auprès du ministre de l’Economie et des Finances, chargé du Budget.
  5. Mohamed Hajoui : Secrétaire général de gouvernement.
  6. Abdellatif Miraoui : ministre de l’Enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de l’innovation.

Selon le communiqué du Cabinet Royal, il sera procédé ultérieurement à la nomination de secrétaires d’Etat dans certains départements ministériels.

Cette cérémonie s’est déroulée en présence également du chambellan du Roi, Sidi Mohammed El Alaoui.

Le Roi Mohammed VI adresse vendredi un discours au parlement

/

A l’occasion de l’ouverture de la 1ère session de la 1ère année législative de la 11ème législature, le Roi Mohammed VI adressera vendredi un discours au parlement, annonce jeudi le ministère de la Maison Royale, du Protocole et de la Chancellerie dans un communiqué.

Ci-après le texte du communiqué

« Le ministère de la Maison Royale, du Protocole et de la Chancellerie annonce qu’à l’occasion de l’ouverture de la 1ère session de la 1ère année législative de la 11ème législature, Sa Majesté le Roi Mohammed VI, que Dieu L’assiste et Le glorifie, va adresser un discours au parlement demain vendredi 8 octobre 2021.

Compte tenu des mesures préventives en vigueur imposées par l’évolution de la situation sanitaire, SM le Roi va adresser le discours d’ouverture à partir du Palais Royal. Le discours Royal sera diffusé à l’intérieur de l’enceinte du parlement et retransmis sur les ondes de la radio et à la télévision demain à partir de 16H00.

Dans ce contexte, Sa Majesté le Roi, que Dieu Le préserve, a donné Ses Hautes Orientations afin de garantir la sécurité des parlementaires, notamment à travers le respect de l’ensemble des mesures préventives adoptées ».

Décès de SAR la Princesse Lalla Malika tante du Roi Mohammed VI

Le ministère de la Maison Royale, du Protocole et de la Chancellerie a annoncé le décès, mardi à Rabat, de SAR la Princesse Lalla Malika, fille de feu le Roi Mohammed V, sœur de feu le Roi Hassan II et tante du Roi Mohammed VI.

«Le ministère de la Maison Royale, du Protocole et de la Chancellerie a annoncé, avec une grande émotion et une profonde affliction, le décès de la regrettée Son Altesse Royale la Princesse Lalla Malika, fille de feu Sa Majesté le Roi Mohammed V, sœur de feu Sa Majesté le Roi Hassan II, que Dieu ait leurs âmes, et tante de SM le Roi Mohammed VI, que Dieu L’Assiste, qui a répondu à l’appel de Dieu, ce mardi 20 Safar Al Kheir 1443 de l’Hégire, correspondant au 28 septembre 2021 à Rabat», indique le ministère dans un communiqué.

En cette douloureuse circonstance, le Ministère de la Maison Royale, du Protocole et de la Chancellerie et l’ensemble du peuple marocain présentent «leurs vives condoléances et leurs sincères sentiments de compassion au Roi Mohammed VI et à tous les membres de l’Illustre Famille Royale pour cette perte cruelle, la volonté divine étant imparable, implorant le Très-Haut d’accueillir la défunte en Sa sainte miséricorde et Son vaste paradis».

Vu les mesures préventives en vigueur à cause de l’évolution de la situation sanitaire, le Roi Mohammed VI a veillé à ce que les obsèques de la défunte se déroulent dans un cadre familial privé avec une présence très limitée, dans le respect total de ces mesures, précise la même source.

Législatives au Maroc : frappe chirurgicale de haute précision dans un contexte régional explosif

/

Du plus haut sommet de l’Etat en passant par de simples citoyens, le constat était unanime: «l’offre politique marocaine est faible». Le lancement du processus électoral a placé le Maroc durant des mois dans l’expectative et la crainte de l’incapacité des acteurs politiques de faire le job. Mais étonnamment, la victoire écrasante de Aziz Akhannouch dans le scrutin du 8 septembre a apporté soulagement et apaisement. De plus, la déconfiture inattendue du PJD a été accueillie avec une grande satisfaction par l’ensemble des marocains. Et pour cause, en plus d’avoir été pris en flagrant délit de mensonge et de manipulation, le parti dit islamiste, porté par le printemps arabe, avait fini par démanteler ce qui restait du fragile équilibre du paysage politique marocain, dans sa quête prédatrice du pouvoir.

Pendant ce temps là, la planète a accéléré le pas vers l’inconnu. L’hyperpuissance américaine a mis en branle sa grande artillerie pour reprendre le contrôle de l’ordre mondial : recadrage du Moyen-Orient, des relations américano-israéliennes et des accords d’Abraham, réhabilitation des talibans, marginalisation de l’Union Européenne, domination informationnelle et logistique de la crise du Covid et, last but not least, déclaration d’hostilité directe envers la Chine. Quand on superpose ces calques géopolitiques et sécuritaires et qu’on y rajoute l’état d’hystérie et de rage de la France après le plus grand affront jamais infligé à ce membre du conseil de sécurité par les États-unis, l’éjectant de tout influence militaire et d’intelligence du Pacifique, on ne peut que reconnaitre que la tenue des élections marocaines était en elle-même une grande prouesse. Le Maroc aurait pu réagir comme son voisin et mettre le pays sous cloche. Il ne l’a pas fait, sachant que tout le poussait à le faire. En effet, alors que le scrutin battait son plein, Paris était prête à incendier le Maghreb. «Vous m’avez éjecté du Pacifique, je vais vous éjecter de mon Maghreb !». En une semaine, la Tunisie s’enfonce dans l’inconnu, le processus démocratique libyen se gèle, des routiers marocains sont tués au Mali, les mercenaires de Wagner s’invitent au Sahel avec la bénédiction de l’Elysée, Alger et Paris se laissent couler des petites larmichettes sur les harkis et lancent conjointement une série d’attaques hostiles contre les intérêts économiques marocains visant entre autres l’OCP et la RAM.

Les législatives au Maroc ont été menées telle une frappe chirurgicale de haute precision. La hauteur de la monarchie a été déterminante pour ne pas précipiter le pays dans une hyperfebrilité improductive le préservant du scénario sanguinaire égyptien et de la dilettante suicidaire tunisienne. Il faut reconnaitre aussi, que Aziz Akhannouch a réussi tant bien que mal le pari de la constance durant cette campagne électorale à haut risque. Cela a été déterminant.

Les rangs resserrés, la cohérence retrouvée, le mélanome Benkirane extirpé, les marocains ont tout à gagner en faisant confiance à leurs institutions, car la guerre de survie ne fait que commencer.

Aziz Akhannouch a fait le job

Loin des commentaires puérils des bisounours et des herbivores de la politique, la Maroc à travers Aziz Akhannouch a réussi l’essentiel. Le personnage a finalement été capable de dérouler une campagne électorale dans la constance et sans écarts significatifs. Son poids dans l’appareil de l’Etat, son réseau de femmes et d’hommes et ses moyens financiers ont permis de mettre fin à toutes les tergiversations qui avaient altéré durant une décennie la construction d’une coalition gouvernementale cohérente et resserrée.

Akhannouch n’a pas eu que des cadeaux. Des medias outlets dits proches du deep state à l’image de Barlmane.com n’ont pas cessé de mettre en doute sa capacité à former un gouvernement. Abdellatif Ouahbi, Secrétaire général de la deuxième formation politique du Royaume a eu des mots très durs et parfois très graves à l’encontre de celui qui deviendra après son Chef de gouvernement.

De plus, Akhannouch est parti à la conquête de la chefferie du gouvernement avec un parti démembré. Mis à part les technocrates, Moulay Hafid Elalamy, Mohamed Benchaaboun et Nadia Fettah, tous les anciens ministres du RNI étaient complètement «cramés». Malgré cela, il les a impliqués dans la campagne à l’image de Rachid Talbi Alami et Mohamed Boussaid.

Aziz Akhannouch a réussi également à désactiver le roi du blocage et de l’incohérence des alliances politiques, à savoir Driss Lachgar, SG du parti de l’USFP. Le nuisible trouble fête et maître chanteur a capitulé après le dramatique suicide d’un de ses anciens lieutenants Abdelouahab Belfquih.

Le nouveau Chef de Gouvernement sera-t-il à la hauteur de la fonction ? Pourra-t-il naviguer dans les eaux troubles d’un monde devenu très dangereux ? Réussira-t-il à preserver la confiance de la monarchie ? Le temps nous le dira.

Bataille économique et bataille sécuritaire

La faillite des états est devenue la nouvelle manifestation de l’expression du malaise géopolitique mondial. Si, durant la vague du printemps arabe, le soulèvement de la rue était le point culminant des stratégies de ruptures ciblant des régimes en particulier, aujourd’hui c’est la banqueroute couplée à un vide institutionnel chronique qui placent une région du monde sous haute tension.

Deux pays sont actuellement en mode faillite dans le laboratoire du nouvel ordre mondial, le Liban et la Tunisie. Leur spectre plane sur l’ensemble des pays émergents dont les économies ont connu un arrêt brutal à cause du Covid. Le voisin algérien n’est pas mieux loti. La crise économique et institutionnelle est telle que le pays vit sous le risque d’une implosion imminente. D’ailleurs plusieurs rapports internes algériens prévoient un afflux massif de migrants algériens vers la frontière est marocaine en cas de la chute du régime.

Côté marocain, la tache reste très importante également. Au delà du renforcement de la sécurité alimentaire et énergétique, le gouvernement Aziz Akhannouch aura la lourde mission de relancer une économie très affaiblie par la crise sanitaire.

Une bataille économique qui s’inscrit dans un nouveau jeu d’alliance stratégique du Royaume. Repositionné dans l’échiquier international, le Maroc est passé à un mode dynamique de gestion de sa diplomatie et de sa souveraineté sur ses territoires.

Le rapprochement avec Israël est un fait indéniable. Un «Game Changer» qui n’est absolument pas au goût de l’Europe franco-allemande. Les fruits de cette dynamique ont été efficaces et immédiats: succès historique sur le dossier du Sahara, terrassement du polisario et du régime algérien, mise à niveau technologique et tactique décisive sur le plan militaire et de renseignement, négociation d’égal à égal avec se partenaires européens, etc.

D’ailleurs, il n’est pas anodin que la nouvelle ère Akhannouch soit synonyme de la nomination d’un nouvel inspecteur général des Force Armées Royales, en la personne du Général de Corps d’Armée, Belkhir El Farouk, en remplacement de Abdelfattah Louarak nommé après les élections de 2016.

Héros de la gestion de la crise de Guerguarat et architecte des manœuvres militaires avec les États-unis, «Africa lions 2021», Belkhir El Farouk incarne le marocain conquérant, intransigeant et décisif.

La déception française

Le pays qui se voit en 2050 le Liban de l’Europe et qui envisagerait de déporter 5 millions de musulmans s’ils ne changent pas de prénom n’a trouvé de bon durant les legislatives marocaines que de mettre en branle sa machine à salir. Même la chute du PJD ne semblait pas satisfaire le régime macronien, qui voit dans le succès du RNI un danger pour la stabilité du Maroc et dans le phosphate marocain un danger pour l’environnement mondial et dans l’accord de construction militaire avec Israël un danger sur ses intérêts en Algérie.

A sept mois des élections, Emmanuel Macron a pris l’affront anglo-saxon à l’encontre du poids de son pays dans l’échiquier international et le silence complice de la communauté internationale de manière très personnelle. Il ne cache plus qu’il utiliserait tous les moyens pour rétablir les rapports de forces, notamment en jouant les troubles fêtes au Maghreb et en Europe en attaquant les intérêts américains et britanniques dans notre région du monde.

Les américains ne semblent pas très pressés de calmer Emmanuel Macron. Ils tablent probablement sur sa défaite dans les présidentielles pour sceller les alliances occidentales en vue de l’affrontement imminent avec l’empire chinois.

«Nous reconnaissons que la réconciliation avec Paris prendra du temps et beaucoup de travail», a d’ailleurs déclaré le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken lors d’une conférence de presse en marge de l’Assemblée générale annuelle de l’ONU à New York tenue cette semaine.

Les marocains ne comprennent absolument pas la posture condescendante de la France et sa haine envers leur pays.

Les marocains ne supportent plus et n’acceptent plus ces chantages médiatiques sales et basses, pratiques désuètes d’un autre siècle.

Le régime algérien doit prendre au sérieux l’ultime main tendue du Roi Mohammed VI

/

Le discours du trône de cette année a été très attendu. Libéré du complexe de «Vira Lata», le Maroc a imposé à la communauté internationale son propre agenda, priorisant ses intérêts souverains. Une stratégie de rupture qui a déchaîné les passions et a dévoilé au grand jour les relents colonialistes et impérialistes des premiers partenaires européens du Royaume. L’attente du discours a été récompensée. Le Roi Mohammed VI décide de prendre de la hauteur par rapport à tous les débats et les polémiques médiatiques et prône le pragmatisme et la bienveillance envers le régime algérien. Il ne fallait pas attendre la fin du discours pour que les commentaires affluent de tous bords. Les premières lectures précipitées ont fait état d’un rétropédalage du Maroc face à sa fermeté affichée vis-à-vis l’Algérie. C’est faux. Le Roi Mohammed VI n’a pas rompu avec le changement du paradigme dans la diplomatie marocaine. Le souverain a tenu à donner une dernière chance aux locataires du palais d’El Mouradia  en prenant à témoin les peuples marocains et algériens et la communauté internationale. Le régime algérien est devant ses choix, soit jouer propre et trouver une solution pérenne au dossier Sahara dans un esprit de fraternité et de bon voisinage, soit se renfermer dans sa posture suicidaire et replonger dans ses actes hostiles et malveillants, auquel cas il devra en assumer les conséquences.

Les régimes algériens qui se sont succédés ont priorisé l’obédience idéologique au communisme à l’esprit de bon voisinage et de fraternité. Sur plus de quarante années, ils ont mené une propagande nationale et internationale contre le Maroc dans le seul objectif de le diviser et de le déstabiliser. Ils ont fait du mal au Maroc en finançant, soutenant, accueillant  et armant un groupe de séparatistes. Gare à toute voix dissonante qui appelle à la réconciliation entre les deux pays, elle est systématiquement exécutée. À l’image du valeureux président Mohamed Boudiaf, assassiné en public pour qu’il serve d’exemple.

Face aux réussites économiques spectaculaires du Maroc, pays non pétrolier, diaboliser le voisin est devenu le cache misère des gouvernements et des militaires algériens. La propagande médiatique a assuré le service après vente mais sans résultats probants, il fallait fermer les frontières avec le Maroc et couper toute relation qui pouvait occasionner la comparaison.

Pour sa part, le Maroc n’a jamais souhaité du mal à son pays frère. Il a défendu durant 45 ans ses territoires libérés du colonialisme espagnol avec sagesse et retenue. Au moment où l’Algérie jouait le jeu de l’ancien colonisateur, qui n’a jamais oublié comment le défunt Hassan II lui a fait avaler la couleuvre avec l’organisation de la marche verte.

Une vérité historique qui s’exprime par la chaleur de l’accueil des algériens au Maroc, qu’ils soient artistes, politiques ou de simples citoyens.

D’ailleurs, le Roi Mohammed VI s’est appuyé sur cette réalité ancrée dans la croyance collective des peuples marocains et algériens dan son discours du trône de ce samedi.

«Je rassure Nos frères en Algérie : vous n’aurez jamais à craindre de la malveillance de la part du Maroc qui n’est nullement un danger ou une menace pour vous. En fait, ce qui vous affecte nous touche et ce qui vous atteint nous accable.» a assuré le souverain.

« Aussi, Nous considérons que la sécurité et la stabilité de l’Algérie, et la quiétude de son peuple sont organiquement liées à la sécurité et à la stabilité du Maroc. Corollairement, ce qui touche le Maroc affecte tout autant l’Algérie ; car les deux pays font indissolublement corps. » a-t-il affirmé.

Le Maroc n’est ni dupe, ni faible. Il a conscience de la légitimité du leadership royal et du consensus national au sujet du dossier du Sahara. Le monde entier le sait aujourd’hui : le Sahara est une ligne rouge pour les marocains. Demandez aux leaders d’opinion sur les réseaux sociaux de n’importe quel pays, il vous décriront comment ils se font lynchés quand le fameux trait s’affiche sur la carte du pays.

Dans un geste que seuls les Rois en connaissent le secret, Mohammed VI a exprimé toute sa bienveillance et sa fraternité, donnant encore une fois la chance au régime algérien, malgré son adversité maladive, repoussant le rubicon à ne pas franchir, tout en prenant à témoin l’ensemble du peuple algérien en premier lieu, son peuple et la communauté internationale.

Le Roi Mohammed VI a été clair et précis dans son appel à la raison envers le régime algérien : « Nous appelons à faire prévaloir la sagesse et les intérêts supérieurs de nos deux pays. Nous pourrons ainsi dépasser cette situation déplorable qui gâche les potentialités de nos deux pays, au grand dam de nos deux peuples et des liens d’affection et de fraternité qui les unissent ». Si après cette main tendue royale, le palais d’El Mouradia persiste dans sa stratégie de provocation et poursuit ses atteintes aux intérêts suprêmes du Royaume, d’aucun ne blâmera le Maroc de défendre bec et ongles le moindre millimètre carré de son territoire.

Le Maroc de Mohammed VI veut en finir avec «le grincement culturel» appelé sous d’autres cieux le complexe de «Vira Lata». Grace à des micros décisions, le pays a réussi à casser le plafond de verre de l’aliénation culturelle et s’investit à mettre fin à ce processus de dévalorisation systématique qui caractérise les pays émergents. Il s’agit là de l’unique façon de faire bouger les lignes et de sortir des schémas de cercles vicieux destructeurs.

Le PDG de Recipharm ému devant le roi Mohammed VI

A l’occasion de la signature des accords visant entre autres à faire entrer le Maroc dans le cercle très fermé des producteurs du vaccin anti-Covid, M. Marc Funk, PDG du 5ème plus grand sous-traitant mondial de l’industrie biotechnologique Recipharm, est apparu particulièrement ému devant le Roi Mohammed VI. Respectueux à l’égard du souverain, M. Funk ponctuait son allocution de l’expression propre aux sujets marocains «Que Dieu l’assiste».

Le protocole et le rituel ancestral de la Maison Royale a fait son effet sur Marc Funk, PDG de la société suédoise Recipharm. Sa voix trahissait son émotion, lundi, lors de la cérémonie de signature des accords devant le roi Mohammed VI qui consacrent l’autosuffisance, la complémentarité et la souveraineté sanitaire.

«Sa Majesté Que Dieu L’assite, merci de vitre invitation et votre hospitalité. C’est pour moi un immense honneur et privilège d’être présent ici à cette cérémonie, et d’assister au nom du groupe que je représente Recipharm, d’aider à construire ici un centre de compétence et de manufacture.» a-t-il entamé son allocution.

Le projet d’établissement de capacités de fabrication de vaccins au Maroc, dont le mémorandum d’accord a été signé lundi sous la présidence de SM le Roi Mohammed VI, est en phase avec la stratégie sanitaire du Royaume, a indiqué M. Marc Funk.

M. Funk a souligné que le projet de la société Recipharm au Maroc a pour objectif d’accroître les possibilités d’accès aux campagnes vaccinales, qu’elles soient préventives, endémiques ou pandémiques.

La contribution de Recipharm vise à démontrer que le Maroc sera, le plus rapidement possible, «le premier centre d’excellence de remplissage de vaccins injectables par voie parentérale au service du peuple marocain et du Continent africain», a poursuivi M. Funk, notant que Recipharm aidera à poursuivre l’ambition en créant dans un second temps la manufacture des vaccins complets (forme active et remplissage) en partenariat avec les compagnies innovantes dans la branche.

Réitérant l’engagement de Recipharm au service de l’Initiative Royale de production de vaccins et de biothérapies, M. Funk a affirmé que son groupe apportera son assistance au pilotage de la construction de l’usine de remplissage de vaccin.

Il contribuera également à la formation des équipes de travail au Maroc et en Europe dans les usines Recipharm, au transfert de technologies de manufacture en salle blanche et savoir-faire adéquat, à la gestion de l’usine au Maroc et la garantie de la qualité des lots fabriqués, a-t-il poursuivi.

Au sujet de l’impact du projet sur le plan sanitaire, social et économique, M. Funk a assuré que Recipharm contribuera à l’amélioration de la sécurité sanitaire du peuple marocain, comme il favorisera les échanges avec les États partenaires africains en exportant dans les meilleurs délais les futurs vaccins nécessaires pour anticiper les futures vagues de maladies infectieuses endémiques ou pandémiques.

Ce projet pilote contribuera à la création d’un centre de compétences marocain pour la fabrication des vaccins de demain selon le modèle «Public-Private Partnership», ainsi qu’à la création d’emplois dans ce secteur d’avenir et au développement d’une expertise dans le secteur.

«Son Excellence, Que Dieu l’assiste. Merci de votre invitation. Soyez assuré de notre total engagement» a-t-il conclut non sans moins d’émotion.

1 2 3 48