fbpx

Maariv : Pour les Bibistes, Netanyahu est le messie annoncé

Partager

Les bibistes, fervents partisans de Benjamin Netanyahu, le perçoivent désormais non seulement comme un leader politique, mais comme une figure messianique dont le rôle dépasse les simples enjeux électoraux. Cette croyance, soutenue par certains rabbins et amplifiée par les médias, le présente comme l’émissaire divin annonçant la rédemption. Alors que la situation sécuritaire et politique en Israël se détériore, ces prophéties trouvent un écho croissant, redéfinissant la figure de Netanyahu au sein d’une vision apocalyptique et messianique. Ben Caspit explore dans un article publié sur Maariv, cette transformation et ses implications dans un contexte de crises multiples, offrant un regard critique sur le phénomène et ses répercussions sur la société israélienne.

«Faites une recherche en ligne et vous découvrirez des rabbins prêchant que Netanyahou est le dernier Premier ministre avant le Messie. Que fait-on quand l’image du “leader fort” se brise en morceaux ? On raconte que toutes les catastrophes autour de nous sont en réalité les signes de la rédemption». C’est ainsi que le journaliste israélien Ben Caspit a entamé son Elon article paru ce vendredi sur Maariv, sous le titre : Les bibistes ont couronné Netanyahou comme le Messie – et il a même un second !

Le sentiment de chaos et de désespoir

Le sentiment est que tout s’effondre. La campagne à Gaza est incurable. À Rafah, une victoire totale ne nous attend pas. Le terrorisme est vaincu avec obstination et systématisme pendant des années. La plupart reste à venir. L’accord pour libérer les otages est bloqué. Sinwar est calme et dicte le rythme. La situation au nord n’est pas meilleure. Au contraire, elle est pire. L’ennemi qui nous fait face là-bas est beaucoup plus fort que le Hamas. Tsahal n’a pas de solution pour les drones volant bas, et une attaque contre le Liban apporterait un désastre non seulement à eux, mais aussi à nous.

L’épuisement des forces et l’isolement international

Les forces combattantes, régulières et de réserve, s’épuisent. Les entrepôts ne se remplissent pas. Le manque de personnel est aigu. Le Shin Bet et le coordonnateur des activités dans les territoires avertissent d’une troisième Intifada en Judée et Samarie dans un avenir proche. Le désespoir parmi les Palestiniens atteint des sommets, les braises sont incandescentes et les explosifs s’accumulent. La position internationale d’Israël s’effondre rapidement.

L’Espagne a rejoint la plainte de l’Afrique du Sud à La Haye, mais c’est notre plus petit souci. Nous sommes ostracisés et bannis presque partout sur terre. Le coefficient de risque de nos obligations d’État monte rapidement. Nous sommes déjà cotés comme le Maroc. En conséquence, dans trois ans, nous paierons 12 milliards de shekels d’intérêts sur nos dettes. Juste des intérêts.

L’apathie et l’enthousiasme des bibistes

Et pourtant, du côté bibiste, les gars semblent détendus. Pas seulement détendus, ils sont ravis. Le studio des “Patriotes” ressemble à la fête de Meron (*) (à l’époque où elle avait encore lieu). Les gens ont du mal à cacher leurs sourires. Selon eux, notre situation n’a jamais été meilleure. La rédemption est en route.

(*) Elle a lieu généralement en mai, en Israël comme en diaspora, donnant lieu à des feux de joie et, pour certains, à des pèlerinages sur les tombes des justes, en particulier le mausolée supposé de Rabbi Shimon, au mont Meron.

Les figures de la rédemption

Le prophète de la rédemption le plus cohérent et influent est Yinon Magal. Il répète souvent : «Seul le Messie remplacera Bibi», il le répète encore et encore, «vous pensez qu’après Bibi ce sera mieux ici?», a-t-il demandé une fois, «vous avez raison, car après Bibi vient le Messie».

Parfois, il semble qu’il dit cela en plaisantant. Parfois, cela semble plus sérieux. Cette semaine, j’ai compris qu’il ne plaisante pas. Il est sérieux. Et ce n’est pas seulement lui. C’est un phénomène. Ce n’est pas nouveau, mais cela se renouvelle.

Jusqu’au 7 octobre, Bibi était «l’émissaire de Dieu». Ou «celui que Dieu a touché”» Depuis le massacre, l’affaire prend une autre ampleur et une autre compréhension. Nous sommes dans la guerre de Gog et Magog. Apocalypse. Selon les prophéties, après cette guerre viendra le Messie.

Autrement dit, toutes les catastrophes autour de nous sont en réalité les signes de la rédemption. Tout est planifié. Tout vient du ciel.

Le messianisme des partisans de Netanyahou

Cette messianité se fixe de plus en plus parmi des publics non négligeables, certains bibistes, d’autres ultra-orthodoxes nationalistes, qui regardent autour d’eux, voient que tout s’enflamme et se remplissent d’espoir. Voici, la rédemption est en route.

Une croyance qui se répand

Cette messianité se fixe de plus en plus parmi des publics non négligeables, certains bibistes, d’autres ultra-orthodoxes nationalistes, qui regardent autour d’eux, voient que tout s’enflamme et se remplissent d’espoir. Voici, la rédemption est en route. Encore un petit effort, encore une guerre ou deux, encore un peu de feu et de soufre autour, et nous y sommes. Si vous vous demandez pourquoi Itamar Ben Gvir, un autre porteur du flambeau de Gog et Magog, est monté avant-hier sur le Mont du Temple, a prié et a déclaré ensuite à haute voix que le statu quo sur le Mont du Temple était rompu et que les Juifs prient librement, répondez-vous : lui aussi croit probablement en la théorie de la rédemption.

Les rabbins et les réseaux sociaux

Faites une recherche en ligne et vous découvrirez tout. Des rabbins qui prêchent sur leurs chaînes YouTube que Netanyahou est le dernier Premier ministre avant le Messie, des groupes Facebook appelés «Netanyahou, l’émissaire de Dieu béni soit-il». Des livres comme «De Rachel notre mère à Netanyahou: la royauté, alors et aujourd’hui».

«Dieu l’a touché», sont-ils convaincus, «la providence divine est avec lui», répètent-ils, et il ne reste plus qu’à demander ce qu’il en est de nous. Qui est avec nous, en attendant. «Netanyahou est-il une étincelle du roi Saül et du Rabbi de Loubavitch, ou une étincelle du prophète Samuel?», demande un kabbaliste. Je regarde autour de moi et je comprends que la dernière chose dont nous avons besoin maintenant, c’est d’une étincelle.

Ofer Winter, le Messie en second

Qui aurait approuvé le raid d’une unité d’élite israélienne sur l’hôpital Shifa, alors même que l’armée manquait d’information complète s’il avait été chef d’état-major? Clairement : le brigadier général Ofer Winter! Si Bibi est le Messie, alors Winter est le remplaçant du Messie. Numéro 2 dans la messianité. L’héritier présomptif. Vous connaissez déjà la théorie. Tsahal a besoin de commandants comme Winter. Des chevaux galopants, pas des bœufs paresseux

L’apocalypse imminente selon Avigdor Lieberman

Selon Avigdor Lieberman, la situation actuelle n’est qu’un prélude à une attaque majeure de l’Iran dans deux ans, où tous les proxys agiront ensemble pour infliger un coup fatal à Israël. Ceux qui rejettent cette prophétie doivent se rappeler que celle de Gaza s’est réalisée.

La crise de leadership et la réalité militaire

Netanyahou est critiqué pour son leadership alors que les avertissements de Gadi Eizenkot et d’autres experts militaires ont été ignorés. Eizenkot avait prévenu de la possibilité d’une catastrophe semblable à celle de Yom Kippour, mais ces avertissements n’ont pas été pris au sérieux.

La déconnexion du gouvernement et la montée des critiques

Le gouvernement est accusé de négligence et d’incompétence. Des ministres comme Bezalel Smotrich et Miri Regev ont fait des déclarations controversées qui soulignent leur déconnexion de la réalité. Smotrich a tenté de se dédouaner de toute responsabilité concernant les événements du 7 octobre, tandis que Regev s’est vantée de réalisations douteuses.

Les tensions internes et la désinformation

Les tensions au sein du gouvernement et les campagnes de désinformation se poursuivent. Des rumeurs non fondées sur des opérations militaires et des accusations contre les commandants de Tsahal circulent, semant la confusion et la discorde.

Le rôle controversé de Netanyahou et ses alliés

Netanyahou continue de polariser l’opinion. Sa visite à Kiryat Shmona et l’exclusion du maire en exercice au profit d’un partisan fidèle illustrent sa gestion controversée. Cette approche divise davantage la société israélienne et alimente les critiques.

Israël, une nation en quête de rédemption

Alors que la situation sécuritaire et politique en Israël reste précaire, les croyances messianiques autour de Netanyahou persistent. Pour certains, il est l’émissaire divin qui nous mène vers la rédemption, tandis que pour d’autres, il incarne l’échec du leadership. Dans ce contexte complexe, l’avenir d’Israël reste incertain, entre prophéties et réalités.



Les bibistes ont couronné Netanyahou comme le Messie – et il a même un remplaçant | Ben Caspit

Faites une recherche en ligne et vous découvrirez des rabbins prêchant que Netanyahou est le dernier Premier ministre avant le Messie. Que fait-on quand l’image du “leader fort” se brise en morceaux ? On raconte que toutes les catastrophes autour de nous sont en réalité les signes de la rédemption.

Les fous de la prophétie

Le sentiment est que tout s’effondre. La campagne à Gaza est incurable. À Rafah, une victoire totale ne nous attend pas. Le terrorisme est vaincu avec obstination et systématisme pendant des années. La plupart reste à venir. L’accord pour libérer les otages est bloqué. Sinwar est calme et dicte le rythme. La situation au nord n’est pas meilleure. Au contraire, elle est pire. L’ennemi qui nous fait face là-bas est beaucoup plus fort que le Hamas. Tsahal n’a pas de solution pour les drones volant bas, et une attaque contre le Liban apporterait un désastre non seulement à eux, mais aussi à nous.

Les forces combattantes, régulières et de réserve, s’épuisent. Les entrepôts ne se remplissent pas. Le manque de personnel est aigu. Le Shin Bet et le coordonnateur des activités dans les territoires avertissent d’une troisième Intifada en Judée et Samarie dans un avenir proche. Le désespoir parmi les Palestiniens atteint des sommets, les braises sont incandescentes et les explosifs s’accumulent. La position internationale d’Israël s’effondre rapidement. L’Espagne a rejoint la plainte de l’Afrique du Sud à La Haye, mais c’est notre plus petit souci. Nous sommes ostracisés et bannis presque partout sur terre. Le coefficient de risque de nos obligations d’État monte rapidement. Nous sommes déjà cotés comme le Maroc. En conséquence, dans trois ans, nous paierons 12 milliards de shekels d’intérêts sur nos dettes. Juste des intérêts.

Tout cela avant même la prophétie d’Avigdor Lieberman, selon laquelle tout cela n’est qu’un prélude, car l’Iran va lancer une véritable attaque dans deux ans, au cours de laquelle tous les proxys réunis autour de nous agiront ensemble, y compris l’Iran elle-même, pour infliger à Israël le coup mortel. Ceux qui rejettent cette prophétie d’un geste de la main doivent se rappeler que la prophétie précédente de Lieberman concernant Gaza s’est entièrement réalisée.

Et pourtant, du côté bibiste, les gars semblent détendus. Pas seulement détendus, ils sont ravis. Le studio des “Patriotes” ressemble à la fête de Meron (à l’époque où elle avait encore lieu). Les gens ont du mal à cacher leurs sourires. Selon eux, notre situation n’a jamais été meilleure. La rédemption est en route.

Cette semaine, je crois que c’était le lendemain de la terrible nuit des incendies en Haute Galilée, j’ai fait écouter à Yinon Magal des propos tenus par une panéliste de la chaîne 14, Dana Veron, disant : “Les choses sont écrites dans la Mishna, la Galilée sera détruite et le Golan sera déserté, et les gens des frontières erreront de ville en ville, la Mishna se réalise en nous littéralement, je suis heureuse de cela.” Je lui ai demandé comment on peut être heureux en voyant la destruction et les incendies en Galilée. Ma question n’a pas altéré l’humeur de Magal. Au contraire. “Elle a expliqué que c’est en fait une prophétie sur les jours du Messie”, m’a-t-il expliqué, “c’est incroyable, la prophétie se réalise, le sentiment est que nous approchons de Gog et Magog… ce que Dana Veron a dit, comme la prophétie que la Galilée est déserte et que les gens quittent les frontières… je sais que la prophétie de la rédemption se réalisera”.

Le prophète de la rédemption le plus cohérent et influent est Yinon Magal. Récemment, il répète souvent : “Seul le Messie remplacera Bibi”, il le répète encore et encore, “vous pensez qu’après Bibi ce sera mieux ici?”, a-t-il demandé une fois, “vous avez raison, car après Bibi vient le Messie”. Parfois, il semble qu’il dit cela en plaisantant. Parfois, cela semble plus sérieux. Cette semaine, j’ai compris qu’il ne plaisante pas. Il est sérieux. Et ce n’est pas seulement lui. C’est un phénomène. Ce n’est pas nouveau, mais cela se renouvelle. Jusqu’au 7 octobre, Bibi était “l’émissaire de Dieu”. Ou “celui que Dieu a touché”. Depuis le massacre, l’affaire prend une autre ampleur et une autre compréhension. Nous sommes dans la guerre de Gog et Magog. Apocalypse. Selon les prophéties, après cette guerre viendra le Messie. Autrement dit, toutes les catastrophes autour de nous sont en réalité les signes de la rédemption. Tout est planifié. Tout vient du ciel.

J’ai demandé à Magal s’il était sérieux. S’il croit vraiment que les horreurs autour de nous sont en fait la guerre de Gog et Magog après laquelle viendra le Messie. “Oui”, a-t-il répondu simplement, “mais je l’accepterai même si cela ne se produit pas… je crois que oui mais je prends en compte que le Messie peut encore tarder un peu”. Comment cela est-il lié à Netanyahou, ai-je demandé. “Netanyahou est l’émissaire de Dieu”, a-t-il répondu. L’émissaire de Dieu, ou le Messie? ai-je demandé. “Il est l’émissaire, pas le Messie”, a-t-il répondu. Plus tard, il a ajouté que cette conception est effectivement courante dans le camp bibiste. Croient-ils vraiment que nous nous approchons de jours grands et glorieux, ai-je demandé. “Oui, bien sûr”, a-t-il répondu, “c’est la nature d’un juif, nous sommes dans un processus de rédemption, il n’y a pas de doute là-dessus, les prophéties se réalisent”.

Non, il ne s’agit pas d’une autre hallucination ou d’une blague de Yinon Magal. Ce n’est pas non plus né d’hier. Le 26 juillet 2018, Shimon Riklin et Erel Segal étaient dans un studio quelconque, et en parlaient ouvertement. “Je vais te le dire de manière brutale”, a dit Riklin à l’intervieweur, “je leur ai dit une fois, Netanyahou est l’émissaire de Dieu, voilà, je le dis comme ça”. Segal, ne voulant pas être oublié lors de la rédemption, s’est empressé d’ajouter : “Je pense la même chose”. Depuis, Riklin a ajouté de nombreux tweets dans ce sens. “Émissaire de Dieu. En effet”. Des trucs comme ça. Il ne précise pas quelle est la mission de l’émissaire. Peut-être qu’il a été simplement envoyé pour nous envoyer tous en enfer?

Un autre messianologue, plus éloquent, est un certain Yedidya Meir. Voici une chronique qu’il a écrite en février 2021 : le titre : “Chantez pour le Roi”. Le texte : “Je ne suis pas bibiste, je suis diviniste. L’année dernière, j’ai du mal à voir Netanyahou uniquement à travers des lunettes politiques. Pour moi, il est l’émissaire de la providence divine pour guider l’État d’Israël, un État sur lequel les yeux de l’Éternel notre Dieu sont fixés du début à la fin de l’année, dans la période historique et défiant que nous vivons. Je n’ai pas d’autre explication à ses succès, à ses forces, à ses capacités, à sa fraîcheur, à sa survie”.

Eh bien, depuis que cette chronique a été écrite, nous avons pu constater quel genre d’émissaire nous avons affaire. Peut-être que la providence divine ne faisait pas assez attention avant de choisir l’émissaire? Depuis quand Dieu choisit-il un laïc ardent, mangeur de crevettes et marié à une goy, comme émissaire sur terre? Et qu’en est-il des succès, des forces, des capacités, de la fraîcheur et de la survie, qui n’ont pas vraiment résisté à l’épreuve du temps? Avec de telles performances, si cet émissaire travaillait chez Wolt, il aurait déjà été cloué au sol depuis longtemps. Oui, il survit pour le moment. Le problème est que l’État survit moins.

LIRE AUSSI  La police israélienne détient le photographe palestinien attaqué par des jeunes israéliens lors de la marche des drapeaux à Jérusalem

Cette messianité se fixe de plus en plus parmi des publics non négligeables, certains bibistes, d’autres ultra-orthodoxes nationalistes, qui regardent autour d’eux, voient que tout s’enflamme et se remplissent d’espoir. Voici, la rédemption est en route. Encore un petit effort, encore une guerre ou deux, encore un peu de feu et de soufre autour, et nous y sommes. Si vous vous demandez pourquoi Itamar Ben Gvir, un autre porteur du flambeau de Gog et Magog, est monté avant-hier sur le Mont du Temple, a prié et a déclaré ensuite à haute voix que le statu quo sur le Mont du Temple était rompu et que les Juifs prient librement, répondez-vous : lui aussi croit probablement en la théorie de la rédemption. Je ne suis pas sûr qu’il soit convaincu que Bibi est l’émissaire de Dieu. Il est plus enclin à penser que le véritable émissaire, c’est lui. Bibi, selon cette conception, est l’âne de l’émissaire. Bibi est celui qui a nommé Ben Gvir, qui lui a donné l’opportunité, qui l’a choisi pour ce poste vital, peu après avoir déclaré qu'”il ne serait pas ministre dans mon gouvernement” (dans une interview avec Yonit Levi) et refusé de se faire photographier avec lui à Kfar Habad. Pourquoi Netanyahou a-t-il changé d’avis ? Il a probablement reçu une note de la providence divine. Et qui est le véritable émissaire parmi les deux? Lequel d’entre eux a plus de chances de nous apporter l’apocalypse? Il y a ici une course serrée. Vraiment une course de relais.

Combien de personnes croient à ces absurdités? Je ne sais pas. J’estime que plusieurs dizaines de milliers y croient de tout cœur et autour d’eux, il y a un cercle plus large de ceux qui y réfléchissent de temps en temps. Ce processus est en hausse, parallèlement à l’effondrement de la croyance populaire précédente selon laquelle Benjamin Netanyahou est “Monsieur Sécurité” et “fort contre le Hamas”. Il n’y a rien à faire, dans la situation actuelle, la probabilité pour Netanyahou de maintenir son image de “fort”, sur laquelle il a travaillé pendant des décennies, tend vers zéro. Alors que fait-on? On retourne la situation : ce n’est pas qu’il est faible, c’est la prophétie. C’est ce qui doit arriver. C’est ce que nous attendions depuis des générations. Bibi est l’émissaire de Dieu, il apporte l’apocalypse et après lui viendra le Messie. C’est son rôle historique.

Faites une recherche en ligne et vous découvrirez tout. Des rabbins qui prêchent sur leurs chaînes YouTube que Netanyahou est le dernier Premier ministre avant le Messie, des groupes Facebook appelés “Netanyahou, l’émissaire de Dieu béni soit-il”. Des livres comme “De Rachel notre mère à Netanyahou: la royauté, alors et aujourd’hui”. Intentionnellement, je n’apporte pas ici les noms des auteurs et des rabbins pour ne pas augmenter leur trafic, mais la présence du phénomène dans les espaces plus délirants de l’internet est frappante et variée. “Dieu l’a touché”, sont-ils convaincus, “la providence divine est avec lui”, répètent-ils, et il ne reste plus qu’à demander ce qu’il en est de nous. Qui est avec nous, en attendant. “Netanyahou est-il une étincelle du roi Saül et du Rabbi de Loubavitch, ou une étincelle du prophète Samuel?”, demande un kabbaliste. Je n’ai pas eu la patience de lire la réponse. Je regarde autour de moi et je comprends que la dernière chose dont nous avons besoin maintenant, c’est d’une étincelle.

Cette théorie a une lointaine cousine, encore plus délirante, récemment diffusée sur la plateforme nationale des fake news bibistes, à savoir la chaîne 14. La “recherche” selon laquelle plus les opinions d’une personne sont de gauche, meilleures sont ses chances d’être assassiné par des terroristes. Un examen superficiel des principes de cette théorie raciale mène à la conclusion évidente qu’il y a ici de l’amateurisme mêlé de stupidité, avec une dose d’insensibilité (selon le goût), mais la conclusion est simple. Comme expliqué à maintes reprises dans ces pages, l’objectif des diffuseurs de ce poison n’est pas de prouver que c’est vrai, car ce ne l’est pas, mais d’implanter ce fake venimeux dans les cœurs. À partir de là, il se répand et acquiert une vie éternelle.

Alors, en résumé : si vous êtes de gauche ou anti-Bibi, vous avez de bonnes chances d’être assassiné. Si vous êtes bibiste ou de droite, vous avez de bonnes chances de survivre et de vivre pour voir les jours du Messie, qui approchent à grands pas, juste après que nous mourrons tous dans la guerre de Gog et Magog que Bibi et Ben Gvir, pas forcément dans cet ordre, nous apporteront.

Remplaçant du Messie

Hier, un extrait est apparu sur Twitter datant d’il y a un an, où l’on entend le “commentateur” Yaakov Bardugo dire les choses suivantes (la maladresse est d’origine) : “Gadi Eizenkot, quiconque se promène à la Knesset sait que ces derniers temps, l’un des instigateurs de la peur, de la panique, de la confusion, c’est lui, les députés de toutes les factions le disent, de sa manière oursonne, ce qu’on appelle, rondelette, il décrit des scénarios de cauchemar comme si nous étions au bord de l’annihilation. Nous nous souvenons aussi de ses phrases sur la comparaison avec l’avant-guerre de 1973”.

Ce n’est pas la première évaluation absurde et irresponsable de Bardugo. Je me demande pourquoi un Juif noyé dans ses mentons et dont le ventre pend des kilomètres devant lui, doit décrire Gadi Eizenkot, qui a passé 40 ans de sa vie à protéger des types comme lui, de la manière dont il le décrit. Mais ce n’est pas la question. La question est l’arrogance. La suffisance. La condescendance et la prétention. L’assurance trompeuse, feinte, de celui qui sait tout et ne sait rien. Car Bardugo récite la voix de son maître (sans le baryton). Il régurgite ce qu’il entend, après une nécessaire touche de maladresse. Il n’invente pas les choses. Il les entend et les transmet. C’est ce qu’il entendait de Netanyahou à cette époque. De la famille, pas de l’homme. Il a entendu, et nous a vendu.

Cet extrait le ramène un an en arrière. Je connais Gadi Eizenkot depuis qu’il était le secrétaire militaire de Ehud Barak et Ariel Sharon. C’est généralement une personne calme, sereine, presque indifférente. Un Juif qui a vu une chose ou deux dans sa vie, a même pris une balle dans la tête une fois. Pendant les six mois à un an avant le massacre du 7 octobre, j’ai entendu Eizenkot de nombreuses fois. Dans des conversations privées, mais aussi dans des discours, des réunions, des documents qu’il a rédigés. J’ai entendu, et j’étais confus. Car je ne l’avais jamais vu aussi agité. Parfois même effrayé. Ses avertissements étaient explicites, criants, réels. Oui, Bardugo avait raison, Eizenkot parlait explicitement d’une situation ressemblant à l’avant-guerre de Yom Kippour. D’un danger clair et immédiat de catastrophe. De l’état déplorable de Tsahal, de l’indifférence de l’échelon politique, de la concentration dangereuse de vapeurs d’essence et de facteurs accélérateurs et de processus de mauvais augure.

Eizenkot a crié, mais il n’y avait personne pour entendre. Comme personne n’a entendu les avertissements de l’AMAN et personne ne voulait écouter le chef d’état-major et personne, surtout pas Netanyahou, ne s’est ému des demandes du chef du Shin Bet de frapper préventivement le Hamas. Le système tout entier faisait la fête, se saoulait, se rassasiait et se noyait dans ses excès. Quand Benjamin Netanyahou est arrivé à la veille du massacre sur la chaîne 14, avec ce même Yinon Magal, et a été interrogé sur les avertissements de guerre, il a répondu brièvement et directement : “Il y a une exagération ici”. Puis il a ajouté que nous étions prêts pour tout scénario.

Maintenant, ils prétendent ne pas avoir su, ne pas avoir été avertis, que personne n’a réveillé Netanyahou la nuit et que personne ne l’a tiré par la manche le matin. Je me suis souvenu de ces excuses le lendemain de la grande nuit des incendies en Galilée. Encore une fois, il semble que personne ne l’a réveillé, ne l’a averti, ne lui a expliqué. Le pauvre, vraiment un bébé captif.

En ces temps de crise, ils s’attaquent à l’armée. Herzi Halevi est devenu le punching-ball officiel. Halevi n’est pas exempt d’erreurs et sa responsabilité dans la farce du 7 octobre est claire et centrale. De là à ce qu’il subit de la part de la machine à poison, il y a un long chemin. Cette semaine, une histoire fake a été diffusée selon laquelle dans les premiers jours après le massacre, il y avait un plan opérationnel prêt pour un raid audacieux de la Shayetet 13 sur l’hôpital Shifa, où de nombreux otages étaient détenus. Celui qui l’a fait échouer, selon l’histoire, était Halevi. Il l’a simplement rejeté. Pourquoi ? Comme ça. Peut-être que Herzi Halevi est en fait le véritable mari de Shikma Bressler et le partenaire secret de Yahya Sinwar, Ehud Barak et George Soros, qui ont vendu secrètement Israël aux Qataris?

Oui, il existe un modèle de raid d’une unité d’élite israélienne sur l’hôpital Shifa, préparé il y a des années et mis à jour de temps en temps. Oui, il y avait des renseignements initiaux après le massacre selon lesquels certains otages étaient détenus à Shifa. C’était des informations très partielles, très initiales, non détaillées, brutes, ne permettant pas un raid ni même des réflexions sur un raid. Je connaissais cela en temps réel et aussi cette semaine, après vérification, les détails n’ont pas changé. Le commandant du commandement, Yaron Finkelman, un Juif qui s’efforce de faire des raids et de contacter, a déclaré qu’il s’agissait d’une opération incomplète très loin d’être prête, à travers tous les niveaux : ils étaient tous d’accord qu’envoyer la Shayetet 13 et la moitié de Tsahal pour un raid en profondeur à Gaza (avant la manœuvre) nécessitait des renseignements très précis, il fallait savoir combien d’otages il y avait, où exactement, dans quelle pièce, dans quel tunnel, etc. Ce que le chef d’état-major a fait, c’est donner l’ordre de continuer à recueillir des renseignements et des préparations, dans le but d’atteindre une faisabilité, qui n’est jamais venue. Maintenant, ils ont tourné cela contre lui.

Qui aurait approuvé ce raid s’il avait été chef d’état-major? Clairement : le brigadier général Ofer Winter! Si Bibi est le Messie, alors Winter est le remplaçant du Messie. Numéro 2 dans la messianité. L’héritier présomptif. Vous connaissez déjà la théorie. Tsahal a besoin de commandants comme Winter. Des chevaux galopants, pas des bœufs paresseux. Courageux et cherchant le contact, pas paresseux et cherchant à rentrer chez eux. Winter a parlé cette semaine quelque part et a dit, entre autres, les choses suivantes : “La chose la plus incroyable, c’est qui est ce Hamas après tout, combien de Palestiniens misérables, vraiment misérables, qui se disent Hamas, et nous disons que c’est difficile”.

Ignorez un moment le mépris pour une organisation qui a mis Israël à genoux, massacré ses soldats et ses citoyens, lui a fait une classique tromperie de film et a conquis des colonies et des bases en son sein pendant presque une journée, ce qui ne s’était pas produit depuis 1948. Tout cela est arrivé précisément à cause du ton méprisant et condescendant que vous détectez dans les paroles du brigadier général Winter. Mais il y a autre chose ici. Comme publié ici auparavant, entre le massacre du 7 octobre et le début de la manœuvre de Tsahal dans la bande, plusieurs semaines se sont écoulées. Pendant ce temps, il y avait deux officiers qui tournaient parmi les décideurs de l’armée et du gouvernement et faisaient des adeptes pour stopper la manœuvre. Ne pas lancer d’opération terrestre.

Ils parlaient d’un piège mortel que le Hamas préparait pour Tsahal, du fait que l’armée n’était pas prête ni apte (surtout Barak), qu’il fallait se concentrer sur les frappes aériennes et ne pas entrer (Winter). Ils ont également insisté auprès de Netanyahou et ont presque réussi. Après tout, il n’est pas difficile d’effrayer Netanyahou. Où est passé le cheval galopant? Où est passé celui qui cherchait le contact? Pas clair. À l’époque, j’ai appelé Winter, qui n’a pas nié ce qui est affirmé ici. Cela a également été publié ailleurs. Et alors? Cela n’empêche pas la machine à poison et à haine de continuer à promouvoir la théorie selon laquelle Herzi Halevi, Yaron Finkelman, Dan Goldfus, Itzik Cohen, Dado Bar Kalifa et Barak Hiram sont paresseux et inactifs et seuls Ofer Winter et Bibi sont des chevaux galopants. Je tends à être d’accord qu’ils galopent. La question est, vers où.

Gafni ne savait pas

C’est le gouvernement le plus négligent, le plus insensible, le plus déconnecté et le plus inactif qu’Israël ait jamais eu. Ses membres battent chaque semaine leurs propres records. C’est difficile à suivre. Il s’agit d’un manège de manque de talent, de stupidité et d’arrogance qui se mélangent et s’améliorent avec le temps. Essayons de passer en revue les événements récents :

Bezalel Smotrich. Quelques jours après le massacre, il s’est présenté et a dit les choses suivantes : “Citoyens d’Israël. Je me tiens devant vous aujourd’hui et j’assume la responsabilité. La responsabilité de ce qui s’est passé, et la responsabilité de ce qui va se passer. Il faut admettre avec honnêteté et douleur et avec la tête baissée : nous avons échoué. La direction de l’État et du système de sécurité ont échoué à protéger nos citoyens”. Cette semaine, il a annoncé qu’il n’avait aucun lien avec le massacre du 7 octobre. Quel rapport avec lui? C’est une affaire privée du chef d’état-major et d’autres. Qu’ils se débrouillent.

Cela s’est produit après qu’il a été interrogé par Asaf Liberman sur le fait qu’en 2027, les intérêts que nous paierons sur nos dettes augmenteront de 12 milliards de shekels, de 48 milliards maintenant à 60 milliards, il a dit quelque chose comme “pourquoi faire un drame, le soleil se lèvera aussi demain”.

Ensuite : Miri Regev. Le cadeau qui ne cesse de prendre. Après que l’enquête de “La Source” a révélé la bassesse, la superficialité, l’amateurisme, la méchanceté et la corruption maligne, apparemment, dans ce qui est censé être le “ministère des Transports”, elle a encore réduit et a déclaré cette semaine : “Ce gouvernement fait des choses incroyables. Des choses incroyables! Tant de gens sont dans des hôtels et tout est financé par le gouvernement !!! … Nous avons apporté des budgets pour un train de Kiryat Shmona à Eilat”, et ainsi de suite.

C’est réel. Elle se vante que “tant de gens sont dans des hôtels”. Bien, ce serait justifié si elle était ministre du Tourisme. Mais elle est ministre des Transports. Et si je puis me permettre, avant qu’il y ait un train de Kiryat Shmona à Eilat, il vaut mieux s’assurer qu’il y ait une Kiryat Shmona. Et pour l’instant, ce pont sur la route 1 est plus connecté qu’elle. Et aussi plus intelligent qu’elle.

Et puisque nous sommes déjà arrivés au pont, l’entreprise Solel Boneh, censée effectuer les travaux de raccordement, a envoyé cette semaine une lettre urgente à Israël Railways avec un avertissement sévère que l’annulation des travaux le samedi et leur dispersion sur plusieurs jours dans la semaine ont conduit à un changement de méthode de démolition. “Au lieu de démolir la structure au cours d’un seul week-end, vous avez décidé de le faire en sept nuits, chaque nuit laissant une partie non démolie et la circulation sur la route en dessous continue. Le changement a rendu la démolition beaucoup plus complexe et dangereuse et a nécessairement créé un risque pour le public voyageant sur la route 1”.

La publication de cette lettre dans les nouvelles de la chaîne 12 a-t-elle déplacé quelqu’un? Non. Alors les conducteurs peuvent mourir, et alors? C’est effrayant, mais les religieux sont plus effrayants. Après qu’une catastrophe se produira, ils diront qu’ils n’ont pas été avertis. Que personne ne les a tirés par la manche. Que c’était une conception, mais pas la leur, celle du Shin Bet.

Cette semaine, il s’est également avéré que le président de la commission des finances, Moshe Gafni, ne sait pas que la note de crédit d’Israël a été abaissée. Il faut répéter cette phrase plusieurs fois pour la digérer. Vérifiez-moi sur Google. Cela s’est produit cette semaine. À la commission des finances. Lorsque les députés Vladimir Beliak et Orit Farkash HaCohen lui ont expliqué que la situation était grave, etc., il a demandé “alors comment se fait-il que la note de crédit n’a pas baissé?”. “Elle a baissé”, l’ont-ils mis à jour. Eh bien, elle a baissé le samedi. Et si on ne peut pas connecter un pont le samedi, que voulez-vous de Gafni?

Cette semaine, il s’est avéré également que le député Almog Cohen ne sait pas qu’Ehud Barak

a été Premier ministre ici (et sa surprise a été grande quand on lui a dit cela), tout comme il a été révélé récemment que Yitzhak Goldknopf ne sait pas que Metula est évacuée. Imaginez ce qui se passera quand Goldknopf découvrira que Metula n’est pas seulement évacuée, mais aussi détruite. Comme Manara. Et quand il comprendra que Kiryat Shmona a failli brûler cette semaine. D’un autre côté, même si elle avait brûlé, que s’est-il passé? Après tout, il n’y a pas de gens là-bas. Un miracle du ciel prouve que le Messie est vraiment en route.

Le parti des feux de signalisation

Puisque nous sommes déjà arrivés à Kiryat Shmona : Benjamin Netanyahou y est également arrivé cette semaine. Juste cet événement, à lui seul, prouve que cet homme n’est pas apte à son poste. Il n’est pas apte à tout autre poste. Il a complètement perdu la raison. Il est perturbé, aliéné, déconnecté et distant. Il n’est pas avec nous. Un Premier ministre en Israël arrive à Kiryat Shmona, une ville dont les habitants sont dispersés dans 460 endroits différents à travers le pays depuis huit mois. Une ville bombardée, abandonnée, entourée de fumée d’incendies, de roquettes et de drones. Une ville dont le maire se bat pour elle avec les dents et les ongles et personne ne vient à son secours. Alors le Premier ministre y arrive, mais évite le maire et ne le rencontre pas.

Pourquoi ? Parce qu’il doit rencontrer son rival, celui qui doit se présenter contre lui, un certain Eli Zafrani. Maintenant, suivez-moi : quiconque connaît la famille Netanyahou connaît le nom de Zafrani. Il est connu depuis deux décennies comme le “responsable de la famille Netanyahou dans le nord”. C’est un nom de code pour celui qui est responsable de tous les caprices de Madame Netanyahou, au nord de Hadera.

Lorsque l’humiliation de Netanyahou a été révélée, et ce Zafrani a téléchargé sur son Instagram un tas de photos de pose et de style avec le Premier ministre lors de la tournée cette semaine, le bureau de Netanyahou a annoncé qu'”aucun civil n’a été invité à la visite”. Zafrani, ont déclaré les gens de Netanyahou, s’est glissé. Ils pensent vraiment que nous sommes tous stupides. Netanyahou est protégé par l’unité de protection des personnalités du Shin Bet avec des niveaux de panique fous. Il n’y a personne dans le monde qui est protégé de cette manière. Partout où Netanyahou va, il y aura une stérilité totale. Seuls ceux qui ont été vérifiés à l’avance, approuvés à l’avance, avec des peignes de fer, seront autorisés à s’approcher de lui. Tout est serré, planifié, soigné. On ne peut pas “se glisser”. Alors peut-être que des “personnes civiles” n’ont pas été invitées à la visite, mais Zafrani n’est pas une personne civile. Il est le représentant du souverain. Et le souverain, c’est Madame Netanyahou. Alors Avi Haim Shtern, le maire en exercice, attendra son tour, qui ne viendra pas.

Oui, c’est à cela que ressemble ce pays. Le système de signalisation fonctionne, et Miri Regev n’a pas l’exclusivité. C’est la méthode courante. Shai Hermesh, un père en deuil qui a perdu son fils et dont la maison a brûlé le 7 octobre, et qui fait également partie des libérateurs de Jérusalem, a écrit un article contre Bibi ? Alors il ne dira pas le “Kaddish” à Jérusalem Day à Givat HaTachmoshet. Eyal Waldman, un dirigeant de la high-tech israélienne qui a perdu sa fille Danielle le 7 octobre, s’est exprimé contre Bibi ? Il ne recevra pas le prix Israël. Attention aux familles des otages ? Oui, à condition qu’elles soient “des nôtres”. Visites de condoléances aux familles endeuillées ? Seulement de notre base électorale. Et ça marche.

Dans ce contexte, les petites erreurs comme celle du ministre Amichai Shikli, qui a été surpris cette semaine en train de mener une “opération d’influence” utilisant des réseaux de profils et de bots faux pour influencer les législateurs américains, semblent anecdotiques. À Washington, cependant, cela semble sérieux. Ou Simcha Rothman, qui a dit aux familles des otages quelque chose comme “ceux qui les ont enlevés et sont responsables d’eux, c’est le Hamas, pas le gouvernement israélien”, qui est relégué au rayon des trivialités. Ou David Amsalem, qui a encore dit que la perte de dissuasion israélienne n’a rien à voir avec le gouvernement. La question est de savoir ce qui a à voir avec ce gouvernement. À part la honte.

Intelligence analyst. Reputation and influence Strategist
20 années d’expérience professionnelle au Maroc / Spécialisé dans l’accompagnement des organisations dans la mise en place de stratégies de communication d’influence.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

- Advertisement -