fbpx

Netanyahu dissout le cabinet de guerre sans intention d’en former un nouveau

Partager

Benjamin Netanyahu, a officiellement dissous le cabinet de guerre composé de de six membres. Une décision largement attendue après le départ du gouvernement de l’ancien général centriste Benny Gantz. Aucun nouveau cabinet ne sera formé, a annoncé le Premier ministre israélien. Désormais, Netanyahu tiendra des consultations sur la guerre de Gaza avec un groupe restreint de ministres, excluant de facto les des deux ministres extrémistes Ben-Gvir et Smotrich.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a annoncé la fin du cabinet de guerre lors d’une réunion dimanche avec le Cabinet de Sécurité Nationale, a confirmé lundi un porte-parole du bureau du Premier ministre.

«Le cabinet faisait partie de l’accord de coalition avec [le député de l’Unité Nationale Benny] Gantz à sa demande. Dès que Gantz est parti – il n’y a plus besoin de cabinet,» aurait déclaré Netanyahu lors de la réunion du NSC.

LIRE AUSSI  Victoria Starmer : Une première dame juive qui apporte le Shabbat à Downing Street

Selon Netanyahu, aucun nouveau cabinet ne sera formé avec les dirigeants des partis de la coalition, une idée précédemment proposée par les ministres d’extrême droite Bezalel Smotrich et Itamar Ben-Gvir.

Au lieu de cela, le NSC statutaire se réunira plus fréquemment et Netanyahu tiendra également des «consultations de sécurité» ad hoc lorsque cela sera nécessaire, a déclaré le porte-parole.

La plupart des observateurs voient dans cette décision une stratégie de Netanyahu pour détourner la demande de Ben-Gvir et Smotrich d’être ajoutés au cabinet de guerre. Le Premier ministre s’était précédemment abstenu de partager certaines informations sensibles avec le NSC par crainte de fuites, et il reste à voir comment le NSC fonctionnera à cet égard.

Le cabinet de guerre avait été formé après que Gantz avait rejoint Netanyahu dans un gouvernement d’unité nationale au début de la guerre en octobre. Il incluait également le partenaire de Gantz, Gadi Eisenkot, et Aryeh Deri, chef du parti religieux Shas, en tant qu’observateurs. Cependant, Gantz et Eisenkot ont quitté le gouvernement la semaine dernière, citant l’échec de Netanyahu à former une stratégie pour la guerre de Gaza.

Lors de la réunion hebdomadaire du cabinet gouvernemental dimanche, Netanyahu a déclaré que «pour atteindre l’objectif d’éliminer les capacités du Hamas, [j’ai] pris des décisions qui n’étaient pas toujours acceptables pour l’échelon militaire.»

«Nous avons un pays avec une armée et non une armée avec un pays,» a conclu le Premier ministre.

Netanyahu a dû faire face à des demandes de la part de partenaires nationalistes-religieux de sa coalition, tels que le ministre des Finances, Bezalel Smotrich, et le ministre de la Sécurité nationale, Itamar Ben-Gvir, pour être inclus dans le cabinet de guerre. Cette inclusion aurait pu intensifier les tensions avec des partenaires internationaux, y compris les États-Unis.

Ce mouvement marque un changement dans la stratégie et le processus de prise de décision du gouvernement israélien alors qu’il continue de naviguer dans le paysage sécuritaire complexe de la région.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

- Advertisement -