Câbles - Page 2

Deuxième Fausse mort de Abdallah Laroui : Les réseaux sociaux emballent les médias

/

En moins de deux mois, une des figures emblématiques de la scène littéraire et philosophique marocaine, Abdallah Laroui, est annoncé mort par les réseaux sociaux puis par les médias électroniques nationaux. Et pour la deuxième fois, il a fallu une déclaration des proches de l’écrivain pour tenter d’arrêter un emballement devenu pesant.

Il est 21h00 quand les réseaux sociaux ont commencé à crépiter. Abdallah Laroui est mort. Il n’a pas fallu longtemps pour que l’information soit reprise par les médias électroniques. «Intellectuel reconnu, à la renommée mondiale, Abdallah Laroui décède à l’âge de 88 an» titre Le360 un article publié à 21h40 tapante.

Alors que les condoléances et les témoignages d’affection affluent sur Facebook, Twitter et Instagram, une voix tente de calmer la surchauffe des médias sociaux en mal de «trending topic». Il s’agit du journaliste et animateur télé, Abdellah Tourabi. «Encore une fois, en nom de Dieu, c’est honteux ce que vous faites avec cette information sur la mort de Laroui.» a-t-il publié sur son compte Facebook à 21h50.

Il faut dire que Tourabi a été à l’origine du démenti de la première fausse mort de l’historien marocain le 5 févier dernier, en prenant la peine de contacter la famille de l’intéressé.

Ce lundi 15 mars 2021, c’est encore l’animateur de l’émission phare de la chaine télé 2M, Confidence de presse, qui transmettra à ses followers le message d’un membre de la famille Laroui excédé : «Cette rumeur est devenue insupportable, Ssi Abdellah n’est même pas au courant, il est en train de regarder une vidéo tranquillement à la maison».

L’éditeur de M. Laroui, Cenre Culturel du Livre, a également réagit à cette rumeur en publiant sur sa page officielle un message à l’encontre des colporteurs des fausses informations : « Que Dieu vous pardonne, Dr Abdallah Laroui est en
bonne santé, que Dieu prolonge sa vie. Arrêtez vos allégations»

Quand Zola s’inquiétait de la surexcitation nerveuse du journalisme

En 1888, Emile Zola a choisi pour la préface de «La Morasse, nouvelles», un ouvrage publié par les secrétaires de rédaction des principaux journaux de Paris, une étude sur le journalisme contemporain. Un sujet plus que jamais d’actualité.

Mon inquiétude unique devant le journalisme actuel, écrivait Emile Zola, «c’est l’état de surexcitation nerveuse dans lequel il tient la nation. Et ici je sors un instant du domaine littéraire, il s’agit d’un fait social. Aujourd’hui, remarquez quelle importance démesurée prend le moindre fait. Des centaines de journaux le publient à la fois, le commentent, l’amplifient».

Si l’écrivain avait vécu dans l’ère des réseaux sociaux, il n’aurait, sans aucun doute, pas hésiter à dégainer une seconde fois son célèbre «J’accuse» à l’endroit des tweets et des posts.

La deuxième fausse mort d’Abdallah Laroui vient nous rappeler la nécessité des professionnels de l’information mais également de tout citoyen, de tourner ses dix doigts, au moins sept fois avant d’interagir avec les feeds d’actualité qui ne cesseront de s’accélérer.

Pour le moment, il nous reste la MAP, source ultime de l’information officielle vérifiée.

Le forum des Alternatives Maroc (FMAS) lance la nouvelle version de sa plateforme e-joussour.net dédiée aux contenus associatifs, citoyens et d’intérêts publics

A l’occasion de la Journée Mondiale de la Radio, célébrée le 13 février de chaque année, le Forum des Alternatives au Maroc (FMAS) lance, via son pôle médias, E-JOUSSOUR, une nouvelle version de sa plateforme digitale www.e-joussour.net. Un espace interactif de production et de diffusion de contenus citoyens, de proximités et d’intérêts publics.

Le lancement de la nouvelle plateforme digitale est prévu pour le samedi 13 février 2021, à partir 13h. Il s’incrit comme contribution aux activités organisées par la radio E-JOUSSOUR et l’ensemble des radios associatives marocaines, à l’occasion de la commémoration de la Journée Mondiale de la Radio, date phare de mobilisation pour la promotion de ce média et de la diversité de ces acteurs.

En plus des contenus médiatiques précédemment publiés sur le portail de la société civile maghreb-Machrek E-JOUSSOUR – qui fêtera cette année son 15ème anniversaire – plus de 250 contenus radiophoniques produits par des radios associatives ainsi que des jeunes créatrices et créateurs de contenus seront disponibles à l’interaction, au partage ou au téléchargement. Des contenus produits tout au long de l’année 2020 et le début de l’année 2021, sur des questions et des problématiques liées aux jeunes issus de prés de 10 régions du Maroc, dans le cadre du projet RADIO IMPACT et des activités du portail E-joussour.

L’évènement virtuel (du fait des contraintes sanitaires) connaitra aussi la diffusion d’une émission spéciale « Nouveau monde, Nouvelles Radios », avec la participation de chercheurs, de professionnels des médias ainsi que de représentant(e)s de radios associatives et de créatrices et créateurs de contenus médiatiques. L’évènement virtuel sera aussi l’occasion de présenter une vidéo retraçant les principales réalisations du projet RADIO IMPACT ainsi qu’une vidéo de présentation de la nouvelle plateforme et quelques unes de ses fonctionnalités.

Les activités organisées par E-JOUSSOUR ainsi que les radios associatives marocaines, lors de la journée mondiale de la radio, depuis sa proclamation par l’UNESCO le 13 Février 2011, s’inscrivent plus largement dans une dynamique importante de plaidoyer pour la liberté d’expression, et plus particulièrement pour la reconnaissance juridique et institutionnelle des radios associatives et communautaires, comme tiers secteur médiatique, seul garant du pluralisme et de la diversité du paysage médiatique national. Ceci en plus de la contribution à la promotion des valeurs de tolérance, de coexistence et la lutte contre les discours de haine.

Une mission affirmée à travers la production et la diffusion par les radios et les médias associatifs marocains, durant toute l’année 2020, de dizaines de contenus médiatiques et d’initiatives visant à lutter contre la désinformation, les fake news, le cyberharcèlement…etc. Des phénomènes exacerbés par le contexte sanitaire de la COVID 19.

Inwi obtient la certification PCI-DSS sur ses services Entreprises «inwi Business»

En obtenant la certification PCI-DSS pour son «système d’information cartes de paiement», l’opérateur télécom inwi, filiale du groupe Al Mada, démontre la volonté de son nouveau président, Azzedine El Mountassir Billah, de donner un coup de fouet à l’offre Entreprises «inwi Business» en garantissant le plus haut de niveau de sécurisation des données bancaires dans le respect des normes internationales les plus exigeantes.

PCI-DSS, – Payment Card Industry Data Security Standard- , est une norme largement répandue dans les pays anglo-saxons. Il s’agit d’une mesure de protection des données bancaires pour tous les sites marchands et fournisseurs de solutions de paiement qui traitent, transportent et stockent des données de cartes bancaires. L’obtention de ce certificat est conditionnée par un audit approfondi qui passe au crible de 255 règles l’ensemble des éléments de la chaine de traitement des données carte aussi bien les hommes, les processus que les outils techniques de l’entreprise.

C’est ce standard que l’opérateur télécom inwi, qui nourrit des ambitions fortes aussi bien pour le marché national que continental, annonce avoir obtenu pour ses activités d’hébergement au sein de son datacenter.

D’ailleurs, inwi dispose de plusieurs «centre de données» cumulant une superficie totale de 4.000 m² sur l’ensemble du territoire national, soit la plus grande surface dédiée aux Data centers au Maroc.

Il est à rappeler que la filiale du groupe Al Mada a déployé ces dernières années un plan d’investissement important dans les infrastructures matérielles et logicielles pour accompagner les entreprises marocaines dans leur divers processus de transformation digitale. Lesquels processus ont connu une forte accélération en raison de la crise sanitaire mondiale. C’est à ce titre qu’inwi muscle son offre commerciale B2B, en assurant des services fiables et sécurisés aux standards internationaux, participant à l’édification de solutions Cloud souveraines.

«La certification selon la norme PCI-DSS, qui s’ajoute aux certifications ISO 27001& TIER III précédemment obtenues, vient consolider les efforts de Inwi pour doter le Maroc d’infrastructures et de technologies de pointe», a souligné, Ouassim El Arroussi, Directeur Etudes et Développement chez Inwi, cité par le communiqué.

Et de soutenir: «En tant que fournisseur de solutions souveraines d’hébergement, de cloud et de sécurité, il est primordial pour Inwi d’obtenir cette certification pour accompagner davantage nos clients dans une approche de sécurité globale».

Dans son communiqué, inwi, qui affirme son leadership en matière de Cloud, de sécurité et de transformation digitale des entreprises, souligne que la certification PCI-DSS, consolide ses efforts pour «accompagner la transformation digitale des entreprises marocaines».

Une certification, poursuit le communiqué, basée sur une évaluation effectuée auprès des services Entreprises «inwi Business» de l’opérateur, rendus depuis ses Datacenters et destinés à sa clientèle professionnelle opérant dans le domaine de la monétique et du paiement par carte bancaire (banques, sociétés de service de monétique, ou encore plateformes de paiement en ligne, sites du e-commerce, etc).

Maroc-Israël : Medi1TV programme mercredi une émission exceptionnelle sur les expressions culturelles de la composante juive de l’identité marocaine

//

La reprise des relations entre le Maroc et Israël va bon train. Après la réouverture du bureau de liaison israélien avenue Mehdi Ben Barka à Rabat, la programmation d’un échange de visites de délégations à Tel-Aviv, ce mois de février, Nasser Bourita s’est entretenu aujourd’hui avec le ministre israélien des affaires étrangères, Gabi Ashkenazi. Dans ce contexte favorable au dialogue et aux échanges, MEDI1TV diffusera demain mercredi 03 février 2021 à partir de 21h00 GMT+1 sur ses canaux linéaires et numériques, une émission exceptionnelle sur les expressions culturelles de la composante juive de l’identité marocaine.

Intitulée «Tamaghrabit», cette initiative relève du projet culturel de MEDI1TV pour revisiter la diversité et la richesse culturelles du patrimoine marocain, et refléter l’esprit de tolérance qui caractérise et rassemble la société marocaine dans sa diversité culturelle, précise un communiqué de la chaine tangéroise annonçant la programmation de ce mercredi.

MEDI1TV prévoit un plateau de deux heures de direct avec des invités prestigieux : artistes, universitaires, historien, personnalités publiques et citoyens du monde, avec des témoignages exclusifs, des reportages et images inédites, symboles de la présence juive millénaire au Maroc.

«Tamaghrabit permettra aux téléspectateurs et internautes au Maroc et ailleurs, de redécouvrir l’apport de la culture juive dans l’identité marocaine», indique le communiqué de MEDI1TV.

Dans la bande d’annonce de l’émission dévoilée ce lundi, on voit des marocains de confession juive, témoigner de leurs relations toujours fortes avec leur pays d’origine et évoquer avec tendresse leurs souvenirs personnels dans les rues, les synagogues et les écoles marocaines.

L’émission sera diffusée en arabe à 21h00 simultanément sur les canaux Maghreb et Arabic, et en version française à la même heure sur le canal Afrique et à 23h00 sur le canal Maghreb.

Le match des think tanks à l’international : le Maroc se maintien dans le top 10 MENA, grâce au Policy Center for the News South affilié à l’OCP

Le «2020 Global Go-To Think Tanks Index» publié ce weekend est particulièrement intéressant. Il consacre le sérieux du think tank lancé par Mostafa Terrab en 2014, Policy center for The New South, qui se maintient dans la septième place du classement Mena. Lequel classement a connu un chamboulement important avec la montée en puissance des Emirat Arabes Unis et de l’Egypte aux dépends du Qatar.

Le premier think tank marocain, Policy center for The New South qui fête ses 6 ans, se maintient, pour la deuxième année successive, au septième rang sur la région Mena selon le classement de l’Université de Pennsylvanie, derrière la qatarie Brookings Institution.

Ce sont cinq centres de recherches marocains qui figurent toujours dans les cinquante meilleurs think tanks de la région.

Think Tank marocains20192020
Policy Center for the New South- Ex- OCP Policy Center77
Centre d’Etudes et de Recherches en Sciences Sociales1212
Royal Institute for Strategic Studies (IRES)2221
Moroccan Institute for International Relations3332
Amadeus Institute4443
Classement des think tanks marocain selon le 2020 Global Go-To Think Tanks Index

Le Maroc est également présent dans le classement mondial des meilleures conférences :

2020
Policy Center for the New South- Ex- OCP Policy Center16
Amadeus Institute68
Royal Institute for Strategic Studies (IRES)78
Casablanca Institute (Morocco and United Kingdom)94

Emirates Policy Center se hisse de la 6ème à la 2ème place, Al Jazeera Centre for Studies (AJCS) dégringole à la 11ème place

Alors que l’israélien INSS confirme son leadership régional, la libanaise Carnergie Endowment Middle East perd sa deuxième place au profit de l’Emirates Policy Center qui gagne 4 places.

En revanche, Al Jazeera Centre for Studies, think tank de la chaine d’information du même nom s’est fait sortir du top 10 par l’Egyptian Center for Economic Studies.

Think TankPays20192020
Institute for National Security Studies (INSS) Israel11
Emirates Policy Center E.A.U62
Carnegie Endowment for International Peace Middle East CenterLiban23
Al-Ahram Center for Political and Strategic Studies (ACPSS)Egypte34
Egyptian Center for Economic Studies (ECES)Egypte115
Brookings InstitutionQatar56
Policy Center for the New South – EX OCP Policy CenterMaroc77
Rasanah: International Institute for Iranian StudiesArabie
Saoudite
88
Israel Democracy Institute (IDI)Israêl99
Turkish Economic and Social Studies Foundation (TESEV)Turquie1010

Les AD Talks 2020 du Policy Center de l’OCP, un carton

Au total, 17 sessions impliquant 80 intervenants issus de 37 pays sur quatre continents (Afrique, Amériques, Europe, Asie), ont traité de l’impact de la pandémie sur la géopolitique, l’économie et la démocratie, lors de la dernière édition des AD Talks du Policy Center for the New South (PCNS).

Ces débat ont été l’occasion d’effectuer un passage en revue de la Covid-19 au Nord et au Sud, qui a permis de rappeler l’actualité du principe de non alignement en Afrique, un continent qui ne veut pas choisir entre la Chine et l’Occident, dans un monde où les notions d’Ouest, de Nord et de Sud semblent de plus en plus dépassées.

Glen Invest de Hassan Bennis et la Fondation «FRDISI» d’André Azoulay s’engagent pour l’inclusion économique des jeunes

/

Hassan Bennis, Président de la société d’investissement Glen Invest et André Azoulay, Président de la Fondation de Recherche, de Développement et d’Innovation en Sciences et Ingénierie (FRDISI), ont ratifié la semaine dernière un partenariat pour l’inclusion économique des jeunes à travers la promotion de l’innovation à l’échelle nationale et internationale. Cet accord s’inscrit dans le cadre de la dynamique insufflée par le Roi Mohammed VI lors du lancement de la phase III de l’INDH en 2018 et qui s’articule autour de quatre principaux programmes, dont notamment l’inclusion économique des jeunes et l’impulsion du capital humain des générations montantes. La cérémonie de signature s’est déroulée en présence de Moulay Hafid Elalamy, Ministre de l’Industrie, du Commerce et de l’Économie Verte et Numérique, Mohammed Fikrat, Président Directeur Général de COSUMAR et de Abderrahim El Hafidi, Directeur Général de l’Office National de l’Electricité et de l’Eau Potable (ONEE).

Le ralentissement économique dû à la crise sanitaire du Covid-19 remet à l’ordre du jour la situation précaire des jeunes de par le monde. En effet, après moins de 12 mois de pandémie, plusieurs organisations mondiales ont tiré la sonnette d’alarme, constatant l’aggravation de l’impact socioéconomique du virus sur les jeunes :

  • difficultés de formation et d’orientation,
  • arrêt des stages et des projets professionnels,
  • chômage,
  • précarité des familles,
  • perte de revenus,
  • détresse psychologique.

«Les personnes âgées ont payé les plus lourdes conséquences du coronavirus en matière de santé, les jeunes vont subir l’essentiel de ses retombées économiques», avait alerté le directeur de l’Observatoire des inégalités français en novembre dernier.

André Azoulay, très réactif

Au Maroc, la question de l’inclusion économique des jeunes a longtemps été au cœur des préoccupations du Roi Mohammed VI et il en avait fait l’essentiel de ses discours. Le souverain avait en effet : exigé des gouvernements qui se sont succédés à prioriser la jeunesse dans leurs stratégies; appelé le secteur privé et bancaire à soutenir la formation professionnelle et l’entreprenariat; tenu à inclure la problématique de l’inclusion financière des jeunes au centre de la phase III de l’Initiative nationale, hautement stratégique, pour le développement humain (INDH).

La Fondation de Recherche, de Développement et d’Innovation en Sciences et Ingénierie (FRDISI), présidée par André Azoulay, a été l’une des premières ONG à s’inscrire dans cette dynamique insufflée par le roi Mohammed VI.

En s’appuyant sur des partenariats publics privés, le Conseiller royal multiplie depuis, les conditions favorables à la jonction entre monde universitaire, les secteur privé et le secteur public.

Face à la pandémie et les alertes sur la précarité des jeunes, M. Azoulay a été particulièrement réactif en lançant une série d’initiatives visant à participer à l’effort national de relance économique sous l’angle de l’inclusion économique de la jeunesse marocaine.

C’est à ce titre que durant ce mois de janvier, M. Azoulay a signé pas moins de trois conventions avec des partenaires publics et privés et a lancé une plateforme pour l’insertion économique des jeunes à Sidi Bennour.

Glen Invest, innovation industrielle et engagement social

Glen Invest, société d‘investissement spécialisée dans la création, l’accélération et le développement d’entreprises industrielles, qui entame un tournant stratégique dans son développement, fait partie de ces acteurs privés qui accompagnent la prestigieuse Fondation «FRDISI», d’André Azoulay dans son engagement pour l’innovation au profit des jeunes.

En effet, le 15 janvier dernier, Hassan Bennis, Président de Glen Invest et M. Azoulay ont paraphé un accord qui vise à mettre en œuvre un plan d’action pour une meilleure inclusion économique et sociale des jeunes marocains à travers la promotion de l’innovation à l’échelle nationale et internationale. Glen Invest mettra à disposition, son conseil, ses ressources humaines et ses diverses études et recherches. Une démarche sociétale qui s’appuiera sur une approche intégrée visant à améliorer l’employabilité des jeunes, à créer de la valeur ajoutée locale, et à assurer la pérennité des projets industriels.

Cette cérémonie s’est déroulée en présence de Moulay Hafid Elalamy, Ministre de l’Industrie, du Commerce et de l’Économie Verte et Numérique, de Mohammed Fikrat, Président Directeur Général de COSUMAR et de Abderrahim El Hafidi, Directeur Général de l’ONEE ainsi que d’autres personnalités et invités.

« Nous sommes heureux de ce partenariat important avec la Fondation FRDISI qui nous permettra de porter notre contribution aux efforts et à l’engagement de M. André Azoulay pour l’inclusion économique des jeunes surtout en cette période complexe de crise sanitaire. Nous allons œuvrer avec les équipes de la Fondation pour apporter des solutions permettant de surmonter les barrières à l’inclusion des Jeunes à travers la promotion de l’innovation, la sensibilisation, l’accompagnement, la formation, l’entreprenariat et la création des start-ups », s’est félicité le PDG de Glen Invest à l’issue de cet événement.

Hassan Bennis, un serial entrepreneur, est tout d’abord un industriel. Il a été à la tête durant plus de 30 ans d’un fleuron de l’industrie du Royaume, les laboratoires pharmaceutiques Laprophan.

Avec ce partenariat avec la Fondation « FRDISI », Hassan Bennis affirme son engagement social et donne un avant goût de son plan développement dans lequel il prend le pari gagnant d’investir dans l’industrie nationale et dans la jeunesse marocaine.

D’après nos informations, Hassan Bennis s’active depuis des mois, en toute discrétion, à déployer une nouvelle stratégie de développement de sa société d’investissement, Glen Invest. Son objectif serait de lancer et d’accélérer des projets industriels marocains inédits créateurs de valeur ajoutée locale.

Vidéo – Le Roi Mohammed VI reçoit une dose de vaccin Sinopharm

Le Roi Mohammed VI a donnée, ce jeudi 28 janvier au Palais Royal à Fès, le coup d’envoi de la campagne nationale de vaccination contre le Covid-19. Le souverain a reçu la première dose du vaccin, un geste fort en symboles, immortalisé par les caméras de la télévision nationale. Le reportage diffusé au journal télévisé de la chaîne nationale, montre que le vaccin administré au Roi était celui des laboratoires chinois Sinopharm.

Comme pour le port du masque et pour les gestes barrières, le Roi Mohammed VI continue de donner l’exemple aux citoyens marocains tout le long de cette lourde crise sanitaire planétaire.

En effet, ce jeudi 28 janvier, en s’injectant devant les caméras, sans protocole et dans une tenue décontractée, le souverain réussi en 1min30 ce que toutes les campagnes de publicité n’auraient réalisé en 6 mois de tapage:

  • La démarche agile du Roi rassure les marocains sur sa santé,
  • Débarrassé de tout protocole, le roi partage une forme d’intimité, créant une atmosphère de proximité et de chaleur,
  • Le vaxxie royal a immunisé ce jeudi tous les réfractaires à la vaccination,
  • En montrant la boite du vaccin qu’il s’est administré, le roi tue dans l’œuf toute éventuelle allégation de simulation de vaccination tout en rassurant les citoyens marocains sur la qualité du produit chinois des laboratoires Sinopharm.

L’avalange des réactions et des commentaires sur les réseaux sociaux suite à la publication de la vaxxie du Roi attestent de l’impact important de ce geste fort en symbole sur l’opinion publique marocaine.

Ce jeudi soir, les marocains sont rassurés, optimistes et reconnaissants. Rassurés sur la santé du roi et sur la campagne de vaccination, optimistes quant à la sortie de la crise sanitaire et reconnaissants à leur Roi pour la disponibilité et la gratuité du vaccin, résultats de la proactivité, la vision et l’influence royale. Des qualités qui ont fait défaut à plusieurs gouvernants du monde et surtout de notre continent.

https://twitter.com/BouchtaJebli/status/1354838394715648001