Diplomatie - Page 2

Omar Hilale nommé facilitateur du processus de renforcement des organes des Traités des droits de l’Homme de l’ONU

Le président de l’Assemblée générale des Nations-Unies, Tijjani Muhammad-Bande, a nommé, mercredi, Omar Hilale, l’ambassadeur représentant permanent du Maroc à New York, en tant que facilitateur du processus de renforcement des organes des Traités des droits de l’Homme de l’ONU.

Omar Hilale, mènera, conjointement avec le Le représentant permanent de la Suisse , Jurg Lauber, également co-facilitateur de ce processus, des consultations avec les États membres, à New York et à Genève, ainsi que le Haut-Commissariat aux droits de l’Homme, les Organes des Traités et les autres parties prenantes concernées.

Les deux co-facilitateurs soumettront, d’ici septembre prochain, un rapport au président de l’Assemblée générale de l’ONU, exposant des recommandations à examiner, afin d’évaluer et de décider des mesures à prendre pour renforcer et améliorer le fonctionnement efficace du système des organes conventionnels des droits de l’Homme.

L’ambassadeur de Suisse au Maroc : «Ensemble pour renforcer les organes des Traités des droits humains de l’ONU»

L’ambassadeur suisse à rabat a félicité la nomination de son compatriote ainsi que celle de Omar Hilale pour cette importante mission.

«Le Maroc et la Suisse ensemble pour renforcer les organes des Traités des droits humains de l’ONU. Importante mission pour deux diplomates hors pair, les ambassadeurs Omar Hilale et Jurg Lauber.» a publié Guillaume Scheurer sur son compte twitter.

https://twitter.com/AmbSuisseMaroc/status/1248209131254755329

Le choix du Maroc représente une reconnaissance des avancées et des réalisations du Royaume dans le domaine des droits de l’Homme, sous l’impulsion du Roi Mohammed VI. Il témoigne, également, du sérieux et de la crédibilité dont le Maroc bénéfice au sein de la communauté internationale, qui trouve en lui un interlocuteur modéré, capable de fédérer les positions et générer des compromis.

Omar Hilale, un diplomate chevronné

Omar Hilale dispose d’une longue expérience multilatérale, en particulier dans le domaine des droits de l’Homme. Il a, en effet, assumé plusieurs responsabilités onusiennes dans ce domaine, dont notamment la présidence de la 3ème Commission de l’Assemblée générale de l’ONU en charge des questions sociales, humanitaires et des droits de l’Homme, ainsi que la présidence du segment des affaires humanitaires du Conseil économique et social de l’ONU.

Le diplomate marocain a également facilité, avec succès, une multitude de processus onusien, particulièrement celui sur la révision du mécanisme de l’Examen périodique universel du Conseil des droits de l’Homme à Genève.

Les Organes des Traités sont des mécanismes du système des Nations-Unies pour la promotion et la protection des droits de l’Homme. Au nombre de huit, ils sont créés par les Conventions internationales des droits de l’Homme.

Ils sont composés d’experts indépendants, qui veillent à l’application des principaux traités internationaux des droits de l’Homme. Le Haut Commissariat aux Droits de l’Homme leur sert de secrétariat.

Sahara marocain: L’AG de l’ONU réaffirme son soutien au processus politique

L’Assemblée générale de l’ONU, a adopté, vendredi sans vote, une résolution approuvée par la 4è Commission en octobre dernier, réitérant son soutien au processus politique mené sous les auspices des Nations-Unies pour le règlement du différend régional sur le Sahara marocain.

La résolution appelle l’ensemble des parties à coopérer pleinement avec le Secrétaire général de l’ONU pour parvenir à une solution politique à ce différend régional. Elle appuie ainsi le processus politique basé sur les résolutions du Conseil de sécurité depuis 2007, en vue de parvenir à une solution «politique juste, durable et mutuellement acceptable» à la question du Sahara marocain.

Le texte loue les efforts déployés dans ce sens, et invite toutes les parties à coopérer pleinement avec le Secrétaire général, et les unes avec les autres, afin de parvenir à une «solution politique qui soit mutuellement acceptable».

Dans cette résolution, l’Assemblée générale de l’ONU se félicite également que les parties se soient engagées à continuer de faire preuve de volonté politique et de travailler dans une atmosphère propice au dialogue, sur la base des efforts consentis et des faits nouveaux survenus depuis 2006, assurant ainsi l’application des résolutions du Conseil de sécurité depuis 2007.

A cet égard, la résolution exprime le soutien de l’Assemblée générale aux résolutions du Conseil de sécurité depuis 2007, qui ont consacré la prééminence de l’initiative d’autonomie présentée par le Maroc, saluée par l’Organe exécutif et l’ensemble de la communauté internationale comme étant une initiative sérieuse et crédible pour le règlement définitif de ce différend régional.

Le texte soutient également les recommandations des résolutions 2440 et 2468 adoptées respectivement en octobre 2018 et avril 2019 par le Conseil de sécurité, et consacrées dans la résolution 2494 du 30 octobre 2019, qui déterminent les paramètres de la solution au différend régional sur le Sahara marocain, à savoir une solution politique, réaliste, pragmatique, durable et reposant sur le compromis.

A noter que les résolutions 2440, 2468 et 2494 ont consacré le processus de tables-rondes et défini, une fois pour toute, ses quatre participants, à savoir le Maroc, l’Algérie, le Mauritanie et le polisario. En effet, les résolutions 2468 et 2494 citent l’Algérie, au même titre que le Maroc, à cinq reprises.

Ces résolutions du Conseil de sécurité saluent, par ailleurs, les mesures et les initiatives prises par le Maroc pour la promotion et la protection des droits de l’Homme dans ses Provinces du sud, et le rôle joué par les Commissions du Conseil national des droits de l’Homme à Laâyoune et Dakhla, ainsi que l’interaction du Maroc avec les mécanismes du Conseil des droits de l’Homme des Nations-Unies.

Elles réitèrent aussi la demande de l’instance exécutive de l’ONU quant à l’enregistrement et le recensement des populations des camps de Tindouf, et exigent le déploiement des efforts nécessaires à cette fin.

Il convient de rappeler également que les résolutions 2414 (avril 2018), 2440, 2468 et 2494, avaient enjoint au polisario de se retirer de la zone tampon de Guergarat et de cesser tous ses actes déstabilisateurs à l’Est du dispositif de défense au Sahara marocain et de s’abstenir de toute action à même de porter atteinte au processus politique onusien.

La Gambie annonce l’ouverture prochaine d’un consulat général à Dakhla

La Gambie a annoncé, jeudi à Rabat, sa décision d’ouvrir dans les plus brefs délais possibles un consulat à Dakhla.

«Nous avons discuté de l’ouverture prochaine d’un consulat de la République de Gambie à Dakhla», a déclaré le ministre des Affaires étrangères de ce pays ouest-africain, Mamadou Tangara, lors d’un point de presse à l’issue d’une réunion avec le ministre des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger, Nasser Bourita.

L’ouverture de ce consulat «se fera dans les plus brefs délais possibles», a souligné Tangara, ajoutant que «nous travaillerons ensemble pour traduire les visions de nos deux chefs d’Etat en réalité».

Le ministre a tenu à réitérer la position de la Gambie, qui «n’a jamais souffert d’ambiguïté sur la question de la marocanité du Sahara, et de l’intégrité territoriale du Maroc».

ll également salué le soutien du Maroc à la Gambie «dans les moments difficiles», ainsi que l’assistance que le Royaume apporte à la Gambie en matière de formation.

https://twitter.com/MarocDiplomatie/status/1205197023215071233

Le chef de la diplomatie gambienne, dont le pays abritera la prochaine conférence de l’Organisation de la Coopération islamique (OCI), a exprimé le souhait de Banjul de «bénéficier de l’expertise du Maroc en matière d’organisation», se disant confiant «qu’avec le soutien et l’appui du Maroc, nous pouvons réussir cette organisation».

De son côté, Nasser Bourita a indiqué que les entretiens avec son homologue gambien ont été l’occasion de «rappeler l’engagement du roi Mohammed VI à développer une coopération sud-sud- forte avec la république soeur de Gambie».

La Gambie «peut toujours compter sur le Maroc comme un pays ami et frère et allié sur toutes les questions qui concernent la Gambie

Il a indiqué que la visite royale en 2006 a été l’occasion de «jeter les fondations de ce partenariat solide qui se poursuit et se renforce aujourd’hui».

Les deux responsables, a poursuivi le ministre, ont discuté des prochaines échéances des relations bilatérales, «notamment la réunion de la commission mixte au début de l’année prochaine à Banjul».

Il a, en outre, assuré son homologue du «soutien total» du Maroc à l’organisation par la Gambie de la prochaine conférence de l’OCI au niveau du sommet. «Cela sera un moment fort où les deux pays vont également déployer leur coopération et coordination pour une organisation réussie de ce grand événement», a dit Bourita.

La réunion Bourita-Tangara, tenue en marge de la célébration à Rabat du cinquantenaire de l’OCI, a permis de passer en revue les questions régionales, et de souligner une «parfaite concordance des vues et une coordination sur l’ensemble des questions à l’ordre du jour de l’Union africain, ou des Nations unies, où les deux pays coordonnent leurs positions et leurs actions».

Nasser Bourita a souligné que conformément aux hautes instructions du roi Mohammed VI, la Gambie «peut toujours compter sur le Maroc comme un pays ami et frère et allié sur toutes les questions qui concernent la Gambie».

Sahara : La Turquie réitère son «plein soutien» à l’intégrité territoriale du Maroc

La Turquie a réitéré, jeudi à Rabat, son «plein soutien» à l’intégrité territoriale du Maroc, soulignant qu’Ankara est favorable à la résolution pacifique de tous les conflits.

«Nous soutenons pleinement l’intégrité territoriale de notre pays frère, le Royaume du Maroc», a dit le ministre turc des Affaires étrangères, Mevlut Cavusoglu, dans un point de presse conjoint avec le ministre des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger, Nasser Bourita.

https://twitter.com/MarocDiplomatie/status/1205149482649817088

Déplorant le «malentendu» sur une vidéo diffusée par l’une des chaînes de télévision turques, qui a été corrigé, le ministre turc a tenu à préciser que la position de la Turquie et de son gouvernement est «très claire» au sujet de l’intégrité territoriale du Royaume.

«Nous ne soutenons aucun groupe séparatiste ni aucun agenda, et tout problème devrait bien sûr être résolu pacifiquement, c’est notre position commune et nous continuerons à soutenir non seulement l’intégrité territoriale de notre pays frère le Royaume du Maroc, mais aussi la stabilité et la sécurité pour ce pays très important pour nous, pour le monde musulman et pour cette partie du monde», a-t-il assuré.

L’ONU dément catégoriquement «les rumeurs» sur la nomination d’un nouvel Envoyé personnel pour le Sahara

L’organisation des Nations-Unies a démenti catégoriquement, mardi, «les rumeurs» sur la nomination par le Secrétaire général de l’ONU d’un nouvel Envoyé personnel pour le Sahara, affirmant que ces allégations sont «fausses et sans aucun fondement».

«Je voulais relever qu’il y avait des rumeurs que le Secrétaire général a pris une décision sur la nomination de son nouvel Envoyé personnel pour le Sahara (…). Ceci est faux et sans aucun fondement», a déclaré Farhan Haq, porte-parole adjoint du Secrétaire général de l’ONU.

«Le processus de sélection d’un Envoyé personnel pour le Sahara est en cours, et le Secrétaire général entend nommer un Envoyé une fois que ce processus est terminé», a précisé le porte-parole adjoint lors de son point de presse quotidien à New York.