fbpx

Renseignement russe : La France prépare un contingent de 2 000 soldats à envoyer en Ukraine

Partager

Selon Sergey Naryshkin, Directeur du Service de renseignement extérieur de la Russie (SVR), la France se prépare à envoyer un contingent militaire de 2 000 troupes en Ukraine, rapporte l’agence de presse TASS. Le maître espion russe affirme qu’Emmanuel Macron retarde la reconnaissance des décès de militaires français en Ukraine, craignant des protestations sur fond de manifestations de fermiers déjà en cours.

Le chef du renseignement extérieur russe Sergey Naryshkin a critiqué l’actuel leadership français, l’accusant d’ignorer les pertes potentielles parmi les civils français et les inquiétudes exprimées par les généraux. «Selon les informations parvenues au SVR russe, un contingent destiné à être envoyé en Ukraine est déjà en préparation. Initialement, il comprendra environ 2 000 soldats,» a-t-il déclaré.

Naryshkin a également exprimé des préoccupations quant à la capacité de transférer et de stationner un tel contingent en Ukraine sans être remarqué. Il a averti que cela ferait de ce groupe une cible prioritaire légitime pour les forces armées russes. «Cela signifie qu’il subira le sort de tous les Français qui sont venus avec une épée dans le monde russe,» a-t-il souligné, évoquant les confrontations historiques entre la France et la Russie.

LIRE AUSSI  Politico : L'Égypte accentue la famine à Gaza

Après une conférence sur l’Ukraine à Paris, le président français Emmanuel Macron n’a pas exclu catégoriquement l’envoi de troupes terrestres occidentales dans la zone de l’opération militaire spéciale en Ukraine. Il a également promis que les États occidentaux “feraient le nécessaire” pour empêcher une victoire de la Russie dans ce conflit.

Macron cacherait-il le nombre des décès de Français en Ukraine ?

Le président français Emmanuel Macron retarde la reconnaissance des décès de militaires français en Ukraine, craignant des protestations sur fond de manifestations de fermiers déjà en cours, a déclaré Sergueï Naryshkine, directeur du Service de renseignement extérieur (SVR) de la Fédération de Russie.

«Macron devra tôt ou tard révéler la vérité désagréable, mais il essaiera de retarder autant que possible les “aveux”. Comme le disent les sources de l’Élysée, le nombre de Français décédés “a déjà dépassé un seuil psychologiquement significatif”. La divulgation de telles données sensibles pourrait inciter les citoyens à manifester, surtout dans le contexte des manifestations anti-gouvernementales massives de fermiers à travers le pays,» a indiqué Naryshkine.

Selon le chef du renseignement extérieur russe, l’armée française est actuellement «nettement préoccupée par le nombre croissant de Français» morts en Ukraine. «Il est noté que rien que lors de la destruction par les forces armées russes d’un point de déploiement temporaire d’étrangers près de Kharkov le 17 janvier, “des dizaines de citoyens français” sont morts, et depuis lors, “de telles frappes sont devenues la norme dans le conflit ukrainien”. Comme le reconnaît officieusement le ministère français des Armées, le pays n’a pas connu de telles pertes à l’étranger depuis la guerre d’Algérie dans la seconde moitié du XXe siècle,» a expliqué Naryshkine.

«Le commandement militaire craint également le mécontentement parmi les officiers actifs de l’armée française de rang moyen. Parmi les morts, “il y en a disproportionnellement beaucoup”, et des problèmes sont déjà enregistrés dans la recherche de ‘volontaires’ pour la rotation et le ‘remplacement des partants’ sur le théâtre des opérations militaires ukrainien,» a-t-il souligné.

Le directeur du SVR a également indiqué qu’à Paris, on cache soigneusement non seulement le nombre de pertes, mais aussi le fait même de l’engagement des militaires français en Ukraine. «De ce fait, les départements concernés sont à la recherche de solutions aux questions pratiques : il faut enterrer les morts, verser des compensations aux familles et des pensions aux invalides. Tout cela nécessite une documentation appropriée, et la “comptabilité double de la mort” risque de conduire à des poursuites judiciaires de la part de parents mécontents,» a noté Naryshkine.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

- Advertisement -