«Deal du Siècle» : Acculé, Jared Kushner se résout à consulter le Maroc et la Jordanie

Jared Kushner, le très influent “conseiller spécial” du président américain, a choisi le Maroc comme première étape de sa tournée de promotion de son plan de paix palestinien, connu sous le nom du «Deal du Siècle». Il se rendra par la suite en Jordanie puis en Israël. En raison de la position commune et intransigeante des deux monarchies au sujet de la préservation des droits des palestiniens et du statut d’Al-Qods, le gendre de Donald Trump, n’a pas eu le choix que de leur consacrer une visite spéciale, car c’est sa crédibilité et son avenir politique et de celui de ses sponsors, MBS, MBZ et Netanyahu qui sont en jeux.

Le roi Mohammed VI a reçu aujourd’hui, à sa résidence royale de Salé, une délégation conduite par le conseiller spécial de Donald Trump, Jared Kushner. Les discussions ont porté sur «les évolutions et les développements que connaît la région de l’Afrique du Nord et du Moyen-Orient» , ainsi que sur le «renforcement du partenariat stratégique ancien, solide et multidimensionnel entre le Maroc et les Etats-Unis», rapporte la MAP.

Cette rencontre s’est tenue en présence de Jason Greenblatt, envoyé américain au Moyen-Orient, ainsi que du Conseiller du roi Mohammed VI, Fouad Ali El Himma, et du ministre des Affaires étrangères, Nasser Bourita.

Le souverain, accompagné du Prince Héritier Moulay El Hassan a offert par la suite un dîner de rupture du jeûne, en l’honneur de Jared Kushner et sa délégation composée, en plus de Jason Greenblatt, de l’envoyé spécial américain en Iran, Brian Hook, et de l’assistant personnel de Kushner, Avi Berkowitz.

Un contexte explosif

Consacrée une visite réservée uniquement à Rabat et Amman, avec une médiatisation planétaire, remet au devant de la scène internationale le rôle historique des deux capitales dans le processus de paix palestinien. Un rôle rappelé d’une manière fortement symbolique, mars dernier, par le roi Mohammed VI, président du comité Al-Qods, le roi Abdallah II, tuteur des lieux saints d’Al-Qods, et le Pape François, en constituant un front commun contre la judaïsation de la ville sainte.

Mars 2019 – Le Roi Mohammed VI offrait un déjeuner en l’honneur du Roi Abdallah II

D’ailleurs cette position des deux souverains, leur a valu une guerre économique sourde de la part des Emirats Arabes Unis et de l’Arabie Saoudite, sponsors du deal. Pas plus qu’aujourd’hui, le site d’information Maghreb Intelligence a rapporté que les investissements saoudiens au Maroc ont chuté de 68,5 % entre 2014 et 2018 tandis que ceux des émiratis l’ont été de 41,4 % par rapport à 2015. Le même traitement sournois a été infligé à l’économie jordanienne.

Les positions courageuses du roi Mohammed VI et du roi Abdallah II ont largement été salué par l’opinion publique arabo-musulmane, face à la témérité dangereuse et impardonnable de Mohammed Ben Zayed et Mohammed Ben Salmane dans leur gestion de ce dossier.

Par ailleurs, la visite de Jared Kushner, intervient à un moment où Washington se prépare à tenir une conférence internationale à Bahreïn les 25 et 26 juin pour discuter des aspects économiques du plan de paix que Washington à l’intention d’annoncer après le mois de Ramadan. Une conférence au cours de laquelle Kushner devrait dévoiler la première partie de son «Deal du Siècle».

Aussi, cette tournée survient-elle alors que les États-unis ont déployé une nouvelle stratégie américaine de dissuasion envers l’Iran, allant jusqu’à fair brandir la menace de guerre. D’ailleurs, le représentant spécial des Etats-Unis pour l’Iran, Brian Hook, a profité de sa visite au Maroc pour se féliciter du succès de cette stratégie. « La nouvelle stratégie américaine envers l’Iran fonctionne et a permis de rendre le régime iranien et ses relais dans la région plus fragiles », a-t-il affirmé, mardi à Rabat à l’agence officielle MAP. « Nous allons poursuivre et intensifier cette pression économique sur le régime iranien jusqu’à ce qu’il change son comportement. (…) Il a fait valoir, par ailleurs, que le régime iranien doit choisir entre deux options, à savoir; se comporter comme une nation normale ou voir son économie s’effondrer » a insisté Brian Hook.

Kushner va-t-il revoir sa copie ?

Les détails protocolaires soigneusement mis en avant par le roi Mohammed VI, pourraient nous orienter sur l’issue de ses discussions avec Kushner au sujet d’Al-Qods. En effet, en recevant l’envoyé américain dans sa résidence et à la table de son iftar, le souverain marque la haute importance de cet évènement et à son hôte. Toutefois, en évitant de citer le plan de paix dans une communication officielle, peu abondante, tout en précisant avec clarté, que la délégation a été reçue à Salé et non à la capitale, on pourrait comprendre que le Maroc serait resté intransigeant sur sa position sur le « Deal du siècle » ou du moins que le pays n’aurait pris aucun engagement sur ce sujet.

Jared Kushner devrait sans aucun doute revoir sa copie sur son offre de paix, qui est restée entourée jusqu’à aujourd’hui du plus grand secret. Sa rencontre avec le roi Abdallah II devrait être décisive, vu l’impact de toute décision irréfléchie sur la stabilité de la Jordanie, constituée à une grande majorité de réfugiés palestiniens.

Nawfal Laarabi

Nawfal Laarabi

Intelligence analyst at UBERAL Public Affairs
Social media strategist / Intelligence analyst. 20 années d’expérience professionnelle au Maroc / Spécialisé dans l’accompagnement des organisation dans la mise en place de stratégies de communication d’influence.
Nawfal Laarabi

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

Derniers articles de Diplomatie Royale

Allez en Haut de la page
95 Shares
Share via