Abdallah II

La Jordanie récupère ses dernières terres agricoles prêtées gratuitement à Israël il y a 25 ans

Des agriculteurs israéliens ont officiellement rendu l’usage jeudi à la Jordanie des dernières terres agricoles que leur avait prêtées le royaume pendant plus d’un quart de siècle dans le cadre d’un accord de paix entre les deux pays.

Les annexes du traité de paix jordano-israélien de 1994 autorisaient la «mise à disposition gratuite» de terres dans les régions de Baqoura/Naharayim et Ghoumar/Tzofar, le long de la frontière commune, à des propriétaires privés israéliens pour une période initiale de 25 ans.

Cet accord est arrivé à échéance en novembre dernier, et la Jordanie n’a pas souhaité le reconduire.

Mais dans le cas du site de Ghoumar (sud de la frontière), les agriculteurs israéliens avaient finalement obtenu une extension au 30 avril afin de cultiver les terres qui s’étendent sur environ quatre kilomètres carrés.

Ce délai arrive à expiration ce jeudi et les forces israéliennes étaient présentes autour du site pour en bloquer l’accès aux fermiers israéliens, selon un journaliste de l’AFP sur place.

Les fermiers, qui faisaient pousser des poivrons sur ces terres, ont quitté les lieux à 14H30 (11H30 GMT), a précisé Erez Gibori, un fermier local, pour qui la reprise des terres par la Jordanie est “contraire à l’esprit de l’accord de paix” entre les deux pays.

La décision de la Jordanie de récupérer ces terrains, annoncée en octobre 2018 par le roi Abdallah II quelques jours avant le délai d’un an imparti pour dénoncer ces annexes du traité, avait eu un retentissement considérable en Israël.

La Jordanie est, avec l’Egypte, l’un des deux seuls pays arabes à avoir fait la paix avec l’Etat hébreu.

A Amman, le ministère des Affaires étrangères jordanien a confirmé jeudi que le délai supplémentaire accordé aux fermiers israéliens pour cultiver des terres à Ghoumar expirait ce jour.

«Ce soir (jeudi) expire le délai supplémentaire accordé par le royaume aux fermiers israéliens pour récolter ce qu’ils avaient semé dans le secteur de Ghoumar (…)», a indiqué le ministère dans un communiqué.

Le roi Abdallah II de Jordanie avait proclamé le 10 novembre dernier devant le Parlement à Amman «la fin de la validité des annexes de l’accord de paix concernant Baqoura et Ghoumar, et le rétablissement de notre souveraineté totale sur ces territoires».

Israël avait alors dit «regretter» la décision de la Jordanie.

«Deal du Siècle» : Acculé, Jared Kushner se résout à consulter le Maroc et la Jordanie

/

Jared Kushner, le très influent “conseiller spécial” du président américain, a choisi le Maroc comme première étape de sa tournée de promotion de son plan de paix palestinien, connu sous le nom du «Deal du Siècle». Il se rendra par la suite en Jordanie puis en Israël. En raison de la position commune et intransigeante des deux monarchies au sujet de la préservation des droits des palestiniens et du statut d’Al-Qods, le gendre de Donald Trump, n’a pas eu le choix que de leur consacrer une visite spéciale, car c’est sa crédibilité et son avenir politique et de celui de ses sponsors, MBS, MBZ et Netanyahu qui sont en jeux.

Lire ici

Tournée royale dans le Golfe : Vers un réchauffement des relations avec l’Arabie Saoudite

Si la situation dans le monde arabe sera certainement au centre de la tournée qu’effectuera le roi Mohammed VI dans le Golfe, la qualité des relations bilatérales sera aussi à l’ordre du jour, surtout avec l’Arabie Saoudite, leader des monarchies pétrolières. Si les signes d’un réchauffement sont là, il restera à la diplomatie marocaine de définir les limites sur lesquelles le Royaume sera intraitable.

Lire ici

Jordanie : un proche du roi Abdallah II impliqué dans un Complot de déstabilisation du pays

/

En exil depuis 2013 en Grande Bretagne, Walid Al Kurdi, le mari de la princesse Basma bint Talal, tante du roi Abdallah II, serait impliqué dans un complot de déstabilisation de la Jordanie. Selon des informations révélées, ce jeudi, par le journal koweïtien, Al Qabas, plusieurs personnes se seraient mêlées à cette conspiration qui visait à exacerber le mécontentement populaire. Le journal électronique Alhurra, appartenant au groupe saoudien, Asharq al-Awsat, évoquait, le même jour, l’état d’urgence dans lequel serait plongée la Jordanie, à l’approche du mois de ramadan, date d’anniversaire des manifestations qui ont fait tomber, l’an dernier, le gouvernement de Hani Moulki.

Lire ici

Le Roi Mohammed VI, porteur d’une vision alternative pour « l’amélioration de l’ordre mondial »

/

La visite du Pape François au Maroc a été l’occasion pour le roi Mohammed VI de dévoiler sa vision sans ombrage, jusque là distillée au fil du temps à travers des actions et des discours. La vision d’un nouvel ordre mondial plus équilibré et moins violent, en juxtaposition d’une disruption négative alimentée soit par les pétrodollars ou le communautarisme fermé et intolérant.

Lire ici

Le Maroc et la Jordanie réagissent de concert suite aux déclarations roumaines sur Al-Qods

/

La déclaration du Premier ministre roumain, Viorica Dăncilă, depuis Washington, au sujet de la décision de son pays de déplacer son ambassade en Israël de Tel Aviv à Al-Qods, a suscité beaucoup de réactions dans les pays arabes, notamment en Jordanie et au Maroc qui vont réagir de concert à cette déclaration. Ainsi, le Roi Abdallah II annulera, à la dernière minute, sa visite officielle en Roumanie qui était prévue pour le 25 Mars et le Maroc décidera de reporter la visite du président du Sénat roumain qui devait avoir lieu aujourd’hui, mercredi 27 Mars.

Lire ici