fbpx

Mohammed ben Zayed

La glace est enfin rompue entre Mohammed VI et MBZ

Vendredi, le Cabinet royal annonce un échange téléphonique entre le Roi Mohammed VI et le prince héritier Mohammed ben Zayed durant lequel ce dernier s’est enquis de l’état de santé du Souverain en le félicitant du succès de l’opération au coeur qu’il a subi dimanche 14 juin à la clinique du Palais Royal de Rabat.

« Sa Majesté le Roi Mohammed VI, que Dieu L’assiste, a eu ce jour un échange téléphonique avec SA Cheikh Mohamed Ben Zayed Al Nahyane, Prince Héritier d’Abou Dhabi, Commandant suprême adjoint des Forces Armées de l’Etat des Emirats arabes unis», a annoncé le Cabinet Royal dans un communiqué publié par la MAP ce vendredi, 19 juin, 2020.

Au cours de cet échange, Mohammed Ben Zayed a souhaité au Souverain un prompt rétablissement et lui a présenté ses voeux de bonne santé, à la suite de l’intervention que le roi a subie avec succès, dimanche 14 juin à la clinique du palais Royal à Rabat, précise la même source.

Le prince héritier des émirats a pour sa part affirmé sur son compte twitter avoir échangé avec le Roi Mohammed VI tout en lui réitérant ses voeux de bonne santé.

L’agence de presse officielle émiratie a rajouté dans une dépêche que Cheikh Ben Zayed a également souhaité au Roi Mohammed VI de «continuer à diriger avec succès le Royaume frère du Maroc et à assurer une prospérité et des progrès durables à son peuple».

«Le roi du Maroc a remercié Sheikh Mohamed pour ce geste fraternel et a souhaité davantage de succès et de progrès aux Emirats Arabes Unis et à son peuple», conclut l’agence Wam.

C’est échange téléphonique atténue les rumeurs au sujet de la dégradation des relations entre les deux pays qui ont pris de l’ampleur après l’absence du nom de MBZ de la liste des Chefs d’Etat du Golfe qui ont tenu à s’entretenir par téléphone avec le Roi Mohammed VI mercredi dernier.

«Deal du Siècle» : Acculé, Jared Kushner se résout à consulter le Maroc et la Jordanie

/

Jared Kushner, le très influent « conseiller spécial » du président américain, a choisi le Maroc comme première étape de sa tournée de promotion de son plan de paix palestinien, connu sous le nom du «Deal du Siècle». Il se rendra par la suite en Jordanie puis en Israël. En raison de la position commune et intransigeante des deux monarchies au sujet de la préservation des droits des palestiniens et du statut d’Al-Qods, le gendre de Donald Trump, n’a pas eu le choix que de leur consacrer une visite spéciale, car c’est sa crédibilité et son avenir politique et de celui de ses sponsors, MBS, MBZ et Netanyahu qui sont en jeux.

Lire ici

MBZ rappelle son ambassadeur. Tamim nomme un ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire

Un brouillard épais continu de recouvrir le ciel des relations de notre cher royaume avec les pays du Golfe. Le roi Mohammed VI n’a finalement pas effectué sa visite en Arabie Saoudite. MBZ, cet émir de mère marocaine qui a été formé et façonné au collège royal de Rabat, n’a plus d’ambassadeur au Maroc. Des hommes d’affaires émiratis, quittent le pays. Tandis que Tamim renforce sa représentation diplomatique en nommant un ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire. Nous vivons une situation inédite dans l’histoire de la diplomatie du Maroc moderne.

Lire ici

Tournée royale dans le Golfe : Vers un réchauffement des relations avec l’Arabie Saoudite

Si la situation dans le monde arabe sera certainement au centre de la tournée qu’effectuera le roi Mohammed VI dans le Golfe, la qualité des relations bilatérales sera aussi à l’ordre du jour, surtout avec l’Arabie Saoudite, leader des monarchies pétrolières. Si les signes d’un réchauffement sont là, il restera à la diplomatie marocaine de définir les limites sur lesquelles le Royaume sera intraitable.

Lire ici

Crise libyenne : Liaisons dangereuses

//

Jeu hypocrite ou jeu de dupes. La communauté internationale semble victime d’un dédoublement de personnalité. Plusieurs pays adoptent un double jeu dans le dossier libyen en dénonçant du bout des lèvres et en apportant leur appui en douce. Une division qui joue en faveur des forces du Maréchal Haftar qui compte prendre le pouvoir par les armes, appuyé en cela par plusieurs pays.

Lire ici

Bouteflika et l’Algérie humiliés par la mafia au pouvoir

Paraplégique, muet et extrêmement diminué, Abdelaziz Bouteflika a été officiellement déclaré candidat aux présidentielles de 2019 par ses «geôliers», les membres de l’Instance de coordination de l’Alliance présidentielle qui regroupe le FLN, le RND, le TAJ et le MPA. Une décision qui non seulement humilie la carrière et la mémoire de l’homme politique qu’était Abdelaziz Bouteflika mais également l’ensemble du peuple algérien ainsi que la mémoire des 1,5 millions de martyres tombés en luttant pour leur indépendance et leur dignité.

Lire ici

Les Emirats arabes unis espionnent le Qatar et leur allié saoudien via une société israélienne

//

Le gouvernement des Émirats arabes unis aurait utilisé pendant plus d’un an une technologie téléphonique israélienne pour espionner les dissidents émiratis ainsi que de hauts responsables du Qatar et de l’Arabie saoudite, à leur tête le Cheikh Tamim Ben Hamad al-Thani et le prince Meteb Ben Abdellah Ben Abdelaziz, ancien patron de la Garde nationale saoudienne, un corps militaire d’élite formant la garde rapprochée du roi d’Arabie. C’est ce que croit savoir le journal américain The New York Times qui explique que cette technologie permet de transformer secrètement les smartphones en dispositifs de surveillance.


Le ministère qatari des Affaires étrangères dit ce soir qu’il suit de très près l’évolution de cette affaire qui, selon le journal américain, pourrait avoir des répercussions sérieuses sur certaines alliances dans la région, sachant que les Emiratis arabes unis auraient demandé, par e-mail, si cette technologie était capable d’enregistrer les conversations téléphoniques de l’émir du Qatar, de journalistes et même du Commandant de la Garde nationale d’Arabie saoudite, pourtant alliée des Emirats.

Sur le plan technique, on comprend que grâce au logiciel d’espionnage baptisé «Pegasus» par NSO, son concepteur, les communications et emplacements d’un smartphone, notamment les communications iMessage, Gmail, Viber, Facebook, WhatsApp, Telegram et Skype peuvent être enregistrés.

C’est grâce aux deux actions en justice à laquelle fait face NSO Group Technologies, l’une en Israël et l’autre à Chypre, pour espionnage illégal, que le New York Times a réussi de dévoiler des échanges de courriels entre les Emirats et la société israélienne de sécurité.

Pour sa part, le groupe NSO explique que sa mission était de fournir aux « gouvernements autorisés » une technologie leur permettant de lutter contre le terrorisme et la criminalité, et que «les accords signés avec les clients de la société exigent que les produits de la société soient utilisés de manière licite ». Selon NSO, la société n’exploite pas le logiciel pour ses clients, mais le développait simplement. A noter que le ministère israélien de la Défense est un des clients majeurs de la société NSO.

Donald Trump pour inaugurer la nouvelle ambassade US à Al-Qods

/

L’administration américaine a fixé pour le mois de mai la date butoir pour inaugurer les locaux de sa nouvelle ambassade en Israël transférée de Tel Aviv à Al Qods.

Hier, la Maison Blanche avait en effet confirmé cette période, choisie pour coïncider avec le 70ème anniversaire de la proclamation de l’Etat d’Israël.

Donald Trump, selon plusieurs sources, serait personnellement attendu pour présider cet événement. Le président américain pourrait même faire coïncider sa visite avec le 14 mai, date à laquelle son prédécesseur Harry Truman avait reconnu en 1948 l’Etat hébreu.

Avant ce rendez-vous considéré comme historique par le premier ministre israélien, la Maison Blanche sera le théâtre d’importantes activités diplomatiques : le 5 mars, Benjamin Netanyahu sera reçu à Washington par Donald Trump. Dans la foulée, ce dernier recevra successivement l’Emir du Qatar, Tamim Ben Hamad, le prince héritier d’Abu Dhabi, Mohammed Ben Zayd et le prince héritier d’Arabie saoudite, Mohammed Ben Salmane, avant de s’envoler pour Israël au mois de mai pour inaugurer la nouvelle chancellerie américaine au vu et au su d’un monde arabo-musulman impuissant.

Les félicitations du Prince Mohammed Ben Zayed au Maroc pour sa qualification au Mondial 2018

Le prince héritier d’Abu Dhabi et Commandant-adjoint des Forces armées émiraties, Cheikh Mohammed Ben Zayed Al-Nahyane, a publié, sur son compte Twitter, quelques minutes après l’annonce de la qualification du Maroc au Mondial 2018, un message de félicitation au peuple marocain pour cette performance ainsi qu’une reconnaissance du rôle central du Roi du Maroc, Mohammed VI, dans cette victoire. Le Roi Mohammed VI, actuellement aux Emirats Arabes Unis dans le cadre d’une une visite de travail et d’amitié, a eu plusieurs entretiens avec MBZ à la veille de la visite officielle qu’entamera le souverain au Qatar.

Ces felicitations émiriennes ont été accompagnées par l’illumination du Borj Khalifa à Dubaï aux couleurs du drapeau national marocain.

 

LE1

Pronunciamiento aux Emirats arabes unis, l’intox virale qui allait déstabiliser les pays du Golfe

///

«Les preuves disponibles avancent l’imminence d’un coup d’Etat aux Emirats Arabes Unis contre Mohammed ben Zayed », aurait déclaré le Chef des Renseignements généraux saoudien, le général Khalid ben Ali ben Abdallah al-Humaidan, dans un entretien avec la BBC-ARABIC.

Le général Khalid ben Ali ben Abdallah al-Humaidan, qui est également membre du Conseil des affaires politiques et de sécurité de l’Arabie Saoudite, présidé par le Prince héritier Mohamed ben Nayf ben Abdelaziz, aurait aussi affirmé, dans le même entretien, détenir «la preuve formelle qu’un pronunciamiento est fomenté contre Mohammed ben Zayed » (ndlr : prince héritier d’Abou Dhabi et adjoint au Chef des Forces armées). Avant d’ajouter que «tous les experts politiques prédisaient que le prince Sultan ben Zayed était derrière ledit complot qui vise à destituer son propre frère, Cheikh Mohammed ben Zayed Al Nahyan.»

Sauf, qu’après recoupement et identification des différentes sources de l’information, il s’est avéré qu’elle est non seulement dénuée de tout mais qu’il s’agissait d’une opération d’intox très bien étudiée et hautement professionnelle. D’où sa gravité.

Il ne s’agit bien sûr pas du site de la BBC-ARABIC, auquel le général saoudien n’a bien sûr jamais donné d’entretien, mais d’un site pirate similaire qui prend la même dénomination, ce qui a induit en erreur des dizaines de milliers de lecteurs, et qui a failli réellement créer une grave crise diplomatique entre l’Arabie Saoudite et les Emirats Arabes Unis, les deux plus grands alliés des Etats du Golfe.

Pire, cette grave intox fabriquée et créée de toute pièce, met en cause une des personnalités saoudiennes les plus importantes, aux commandes d’un département des plus sensibles, à savoir les Renseignements généraux de l’Etat : les responsables de l’intox ont ainsi ‘fait parler’ le général Khalid ben Ali ben Abdullah al-Humaidan, membre du puissant Conseil saoudien des affaires politiques et de sécurité, à travers une réplique exacte du site de BBC-ARABIC tant au niveau de sa charte graphique que concernant son architecture, au point de tromper les meilleurs professionnels des médias digitaux, à leur tête le très influent «Russia Today» qui est tombé dans le panneau durant des heures avant de s’en rendre compte tardivement et le supprimer.

BBC nie ses relations avec l’affaire

A son tour, la «BBC» est sortie de son mutisme et a catégoriquement nié tout lien avec l’affaire mettant en garde ses lecteurs de faire attention aux sites pirates qui se propagent sauvagement, répandant à leur passage des allégations qui peuvent être lourdes de conséquences, et s’est réservée «le droit de prendre toutes les mesures légales, contre toute partie ou personne, dont l’implication dans cet acte contraire à la loi est avérée.»

 

Russia Today supprime l’article de son site

Supprimée de BCC et de RT, l’information demeure disponible sur le site officiel de l’Etat iranien, ‘Al-Alam’, ce qui a fait dire à plusieurs observauteurs que Téhéran pourrait être derrière cette opération qui vise à destabiliser les pays du Golfe et, surtout de brouiller les relations entre l’Arabie saoudite et les Emirats arabes unis.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Les EAU pointent du doigt l’Iran et les « Frères musulmans »

De l’avis de tous, le faux site a été conçu par des professionnels de très haut niveau, et l’affaire a été prise très au sérieux par les autorités des Emirats arabes unis. En effet, le ministre d’Etat émirati aux Affaires étrangères, Anwar Gargash, a réagi à cette affaire via son compte Twitter, dénonçant ces «tentatives fielleuses de la part de certains médias (…) pour cibler les relations entre l’Arabie Saoudite et les Emirats Arabes Unis» soulignant que cette «confection» était calculée par l’Iran et le groupe des ‘Frères musulmans’ en vue de déstabiliser toute la région.

 

Abdellah El Hattach