fbpx

Mohcine Jazouli et Akhannouch en force à Abuja à la Conférence internationale sur le Lac Tchad

Partager

Avec l’appui de l’Unesco, se tient à Abuja, du 26 au 28 février, une conférence internationale sur le Lac Tchad sur le thème : «Sauver le Lac Tchad pour revitaliser l’écosystème du bassin pour une subsistance durable, la sécurité et le développement ». Co-organisé par le gouvernement nigérian et la Commission du bassin du lac Tchad, l’événement a pour objectif d’élaborer un programme complet pour sauver le Lac Tchad de la disparition. Le Maroc y est présent avec une forte délégation comprenant Aziz Akhannouch et Mohcine Jazouli.


Invité à cette conférence par le président du Niger Mahamadou Issoufou, en sa qualité de Président en exercice de la Commission du Bassin du Lac Tchad, le Roi Mohammed VI a chargé Aziz Akhannouch et Mohcine Jazouli de conduire la délégation marocaine qui participe à cet important événement qui se tient dans la capitale du Nigeria, Abuja. Le ministre marocain de l’Agriculture et son collègue chargé des Affaires africaines auront des entretiens en marge de la conférence avec plusieurs chefs des délégations participantes notamment africaines sur les sujets d’intérêt commun.

Plusieurs chefs d’Etat de la région ainsi que les représentants des États concernés, les institutions internationales, des bailleurs de fonds internationaux et des experts, participent à la conférence qui vise à obtenir un soutien mondial pour la restauration et la sauvegarde de l’écosystème du bassin du Lac Tchad qui est en voie d’assèchement et de disparition.

Les enjeux liés à la situation du bassin du Lac Tchad sont à la fois environnementaux, sécuritaires, politiques, géopolitiques, économiques et sociaux.

Le bassin du Lac, qui fournit de l’eau à plus de 30 millions de personnes au Tchad, au Cameroun, au Niger et au Nigeria, représente 8% de la superficie du continent. En 2000 ans, sa taille a été réduite de 2 millions de km2, à 4 516 km2 en 2012 pour atteindre 2 500 km² aujourd’hui, en raison des effets conjugués des changements climatiques et de la surexploitation des eaux. L’économie de la région est très vulnérable aux périodes de sécheresse, le bassin dépendant entièrement des ressources hydriques et de la biodiversité.

Parmi les points à l’ordre du jour, les conférenciers auront à discuter d’un projet titanesque dont l’objectif est de remplir le Lac Tchad. Baptisé « Projet de transfert des eaux du Bassin du Congo au Lac Tchad» ou «Transaqua», l’étude de faisabilité du projet est menée par un consortium sino-italien regroupant la compagnie italienne Bonifica, à l’origine du projet, et le géant chinois The power construction corporation of China -PowerChina, une entreprise connue pour avoir participé à la construction du barrage des Trois-Gorges, au cœur de la Chine, considéré comme le plus grand barrage au monde.

- Advertisement -