Chine

Chine: un logiciel chargé de repérer les comportements suspects chez les Ouïghours

Des musulmans ont été arrêtés dans la région chinoise du Xinjiang (nord-ouest) après avoir été «signalés» par un logiciel qui repère les comportements suspects, a affirmé mercredi une organisation de défense des droits humains.

L’association Human Rights Watch (HRW), basée aux Etats-Unis, rapporte avoir mis la main sur une liste de 2.000 détenus arrêtés entre 2016 et 2018 à Aksu, une préfecture de la région en butte à des tensions entre la majorité ouïghoure, ethnie musulmane apparentée aux Turcs, et la minorité han (Chinois de souche).

Selon HRW, ces détenus se sont retrouvés dans le collimateur des autorités après avoir été repérés par un logiciel baptisé «Plateforme intégrée d’opérations conjointes», qui analyse les mégadonnées collectées par l’énorme dispositif de surveillance électronique en place au Xinjiang.

L’association en déduit que «l’immense majorité» des personnes dénoncées l’ont été sur la base de comportements parfaitement légaux, comme recevoir des coups de téléphone de l’étranger, ne pas avoir d’adresse fixe ou bien éteindre fréquemment son téléphone portable.

Les accusations de «terrorisme» ou «extrémisme», utilisées pour justifier la répression au Xinjiang, n’apparaissent que pour environ 10% des personnes figurant sur la liste, selon HRW.

La liste, dont une partie a été montrée à l’AFP, mentionne dans de nombreux cas que la personne a été simplement «signalée» par le logiciel.

Les policiers ont pu ensuite décider d’envoyer les suspects dans des camps de rééducation politique, estime HRW.

Des experts étrangers affirment qu’un million de Ouïghours ont été placés en détention ces dernières années dans ces camps. Pékin dément ce chiffre et affirme qu’il s’agit de centres de formation professionnelle destinés à éloigner les personnes de la tentation de l’islamisme, du terrorisme et du séparatisme après une série d’attentats attribués à des Ouïghours.

La liste d’Aksu «est une nouvelle preuve que la Chine recourt à la technologie dans sa répression de la population musulmane», accuse HRW.

Des entreprises chinoises ont été accusées par le passé d’avoir mis en place des logiciels de reconnaissance faciale permettant de repérer des personnes d’apparence ouïghoure.

Encore mardi, le géant des télécoms Huawei a été montré du doigt aux Etats-Unis pour avoir été impliqué dans des tests d’un tel logiciel de détection, selon le cabinet de recherche IPVM.

Un rapport interne au groupe chinois (retiré du site internet de Huawei mais encore trouvable sur l’internet) indiquait que ce logiciel de reconnaissance du visage était en phase de tests pour fournir «des alertes à la présence d’Ouïghours» et permettait de reconnaître «l’âge, le sexe, l’appartenance ethnique».

Les autorités d’Aksu et du Xinjiang n’ont pas répondu dans l’immédiat aux questions de l’AFP sur le rapport de Human Rights Watch.

Interrogé lors d’un point de presse, le porte-parole de la diplomatie chinoise, Zhao Lijian, a estimé que les informations ne méritaient «pas même d’être réfutées». Il a accusé HRW de chercher à «semer le trouble» au Xinjiang.

Chine: Progression record de l’activité manufacturière en 10 ans

L’activité dans le secteur manufacturier en Chine a progressé en novembre à son rythme le plus rapide en dix ans, montrent les résultats d’une enquête privée publiés mardi, alors que la deuxième puissance économique mondiale revient à des niveaux pré-pandémie de coronavirus.

Avec Reuters

L’indice PMI manufacturier calculé par Caixin/Markit s’est établi à 54,9 le mois dernier contre 53,6 en octobre, s’installant pour un septième mois consécutif au-delà du seuil de 50 qui sépare contraction et expansion de l’activité.

Il s’agit d’un plus haut depuis novembre 2010 et d’une performance battant le consensus, alors que les économistes anticipaient un léger recul à 53,5.

La publication de ces résultats intervient au lendemain de celle du PMI officiel, qui s’intéresse principalement aux grandes entreprises et groupes publics, indiquant une progression record de l’activité manufacturière en trois ans.

Angela Merkel : La pandémie va conforter la domination économique de l’Asie

La pandémie de coronavirus va encore davantage faire pencher la balance de l’économie mondiale vers l’Asie, a déclaré mardi Angela Merkel alors que l’Allemagne prévoit de lancer sa première campagne de vaccinations d’ici janvier.

«La pandémie nous fera reculer économiquement», a estimé la chancelière allemande lors d’un sommet sur le numérique organisé par le gouvernement. Elle a notamment souligné que des pays comme la Chine et la Corée du Sud bénéficieraient d’une reprise économique plus aisée, dans la mesure où la population de ces deux pays avait facilement accepté le port du masque et les restrictions.

Le mois dernier, les forces de police allemande ont eu recours à des canons à eau et jets de gaz poivré pour disperser des milliers d’opposants venus manifester à Berlin contre les restrictions relatives aux coronavirus.

«Je pense que cela conduira une fois de plus à une nouvelle hiérarchie des régions», a ajouté Angela Merkel, précisant que l’Allemagne devait faire tout son possible pour rester dans la course sur le plan technologique.

L’Allemagne, qui a lutté avec succès contre la première vague épidémique du printemps, a imposé des mesures de confinement plus légères que ses voisins en dépit d’un retour en force du virus en novembre.

Selon les chiffres officiels du pays, 13.604 nouveaux cas de contamination et 388 décès supplémentaires ont été signalés mardi, pour un total de 1.067.473 infections et 16.636 morts.

L’Agence européenne des médicaments a indiqué plus tôt dans la journée qu’elle prévoyait de décider de l’approbation du vaccin développé par Pfizer et BioNTech d’ici le 29 décembre et de celui de Moderna d’ici le 12 janvier.

«Je suppose que nous pourrons commencer à vacciner au plus tard en janvier», a commenté le ministre allemand de la Santé Jens Spahn sur un forum en ligne.

La sonde chinoise «Chang’e-5» se serait posée sur la Lune

La sonde chinoise Chang’e-5, destinée à collecter des échantillons de roches lunaires, s’est posée mardi «avec succès» sur la Lune, a annoncé l’agence de presse officielle Chine nouvelle.

Cette mission Chang’e 5 – du nom d’une déesse de la Lune selon la mythologie chinoise – est la nouvelle étape du programme spatial chinois, qui avait frappé un grand coup début 2019 en faisant atterrir un engin sur la face cachée de la Lune, une première mondiale.

La sonde Chang’e 5, qui a quitté la Terre mardi dernier, a pour objectif de collecter environ 2 kg de roches lunaires, notamment en creusant le sol jusqu’à deux mètres de profondeur.

Ces échantillons seront prélevés dans une zone géologique bien plus jeune que lors des précédentes missions soviétiques et américaines. Ils devraient permettre d’ajouter des pièces supplémentaires au grand puzzle de l’histoire de la Lune.

Le retour des roches sur Terre devrait intervenir début ou mi-décembre.

La télévision publique CCTV a diffusé en ligne mardi une courte séquence montrant la sonde de 8,2 tonnes se poser sur le sol lunaire, tandis que les responsables de cette mission sur Terre applaudissaient devant des écrans de contrôle.

Chang’e 5 est la première tentative de ramener des roches lunaires depuis la mission inhabitée Luna 24, menée avec succès par l’ex-URSS en 1976.

Les Etats-Unis avaient également ramené des échantillons lors de la mission habitée Apollo 17 (1972), mais ceux-ci avaient été directement collectés par les astronautes.

Cette ambitieuse opération permettra également au géant asiatique de tester de nouvelles technologies, cruciales en vue d’envoyer des astronautes sur l’astre lunaire d’ici 2030.

Chine: L’activité manufacturière a progressé à un rythme record en 3 ans

L’activité du secteur manufacturier en Chine a progressé en novembre à un rythme record en plus de trois ans, montrent des statistiques officielles publiées lundi, laissant suggérer que l’économie chinoise pourrait être la première puissance majeure à se remettre pleinement des dégâts de la crise du coronavirus.

Avec Reuters

L’indice PMI manufacturier officiel a grimpé à 52,1 contre 51,4 en octobre, selon les données du Bureau national de la statistique.

Il s’agit d’un plus haut depuis septembre 2017, alors que les analystes anticipaient une progression moins marquée avec un indice de 51,5.

Le vaste secteur industriel chinois revient progressivement aux niveaux constatés avant l’arrivée de la pandémie de coronavirus et les strictes mesures de confinement qui ont paralysé des pans entiers de l’activité plus tôt cette année.

Cependant les nouvelles vagues de contaminations et les mesures de confinement imposées en réponse dans plusieurs pays partenaires commerciaux de la Chine pourraient nuire à la demande pour les produits chinois, alors que les exportations sont de manière inattendue restées solides jusqu’à présent.

Selon les données publiées lundi, le sous-indice des nouvelles commandes à l’exportation s’est établi à 51,5 en novembre, contre 51,0 le mois précédent.

Dans le secteur des services, l’activité a continué de croître pour un neuvième mois consécutif, avec un indice de 56,4 contre 56,2 en octobre. C’est un rythme record depuis juin 2012, alors que la confiance des consommateurs s’est améliorée du fait du faible nombre des nouvelles infections au coronavirus.

Chine: L’activité manufacturière à un plus haut en près de 10 ans

L’activité du secteur manufacturier en Chine a progressé en octobre à son rythme le plus rapide en près de dix ans sous l’effet d’une accélération de la demande intérieure, montre une enquête privée, soulignant la dynamique de l’économie chinoise qui se remet rapidement de l’impact de la crise du coronavirus.

Reuters

L’indice PMI manufacturier calculé par Caixin/Markit a progressé à 53,6 le mois dernier contre 53,0 en septembre, soit un sixième mois consécutif au-dessus du seuil de 50 qui sépare contraction et expansion de l’activité.

Il s’agit d’un plus haut depuis janvier 2011.

Les analystes interrogés par Reuters anticipaient de nouveau un indice de 53,0.

Le vaste secteur industriel chinois revient progressivement à des niveaux aperçus avant la crise sanitaire qui a paralysé des pans entiers de l’économie plus tôt cette année, même si les perspectives mondiales s’assombrissent alors que de nombreux pays occidentaux font face à une hausse des nouveaux cas de contamination au coronavirus et réimposent des confinements.

Si les résultats de l’enquête de Caixin montrent une progression des nouvelles commandes à un plus haut depuis 2010, les nouvelles commandes à l’export ont reculé par rapport à septembre – elles sont toutefois restées en territoire expansionniste.

“La seconde vague d’infections au coronavirus en Europe et la troisième vague aux Etats-Unis ont freiné de manière importante la demande étrangère”, a déclaré Wang Zhe, économiste chez Caixin Insight Group, dans une note accompagnant la publication des résultats.

Exclusif: La Chine s’apprête à ouvrir une enquête contre Google

La Chine s’apprête à lancer une enquête anti-concurrentielle visant Google, filiale d’Alphabet, soupçonnée de profiter de la position dominante de son système d’exploitation Android pour limiter la concurrence de sociétés chinoises, dont Huawei, ont déclaré à Reuters deux personnes proches du dossier.

Reuters

Saisi l’an dernier d’une plainte du géant des télécommunications Huawei, le principal régulateur du marché chinois a demandé au Conseil d’État d’ouvrir une enquête, selon les mêmes sources. La décision d’ouvrir une enquête officielle pourrait intervenir dès octobre.

Cette affaire s’inscrit dans le contexte des vives tensions commerciales entre Pékin et les Etats-Unis.

En pleine campagne pour sa réélection, le président américain Donald Trump s’est attaqué au cours des derniers mois à plusieurs fleurons chinois comme Huawei et ByteDance, propriétaire de TikTok, considérés comme une menace pour la sécurité des Etats-Unis.

Sollicités par Reuters, Google et Huawei n’ont pas fait de commentaires.

En 2018, l’Union européenne avait infligé à Google une amende de 4,3 milliards d’euros pour des pratiques anticoncurrentielles, y compris la préinstallation des applications Google sur les appareils Android.

1 2 3 8