fbpx
/

INSS : Comment la Chine espionne les États-Unis et Israël

Start

En juillet 2021, le groupe de réflexion américain CSIS a publié un rapport détaillant les activités d’espionnage menées par les services de renseignement chinois aux États-Unis, visant des cibles dans les secteurs du gouvernement, de la défense et du civil. Les efforts d’espionnage comprenaient l’utilisation extensive d’organismes gouvernementaux, de partis politiques, d’entreprises et d’universités chinoises. Il est fort probable que les efforts d’espionnage de la Chine soient également en cours en Israël, que la Chine considère comme une puissance technologique de premier plan. Les capacités avancées d’Israël, notamment en matière de technologie d’élite, de cybernétique, de médecine et d’agriculture, peuvent contribuer à presque tous les aspects des plans de développement de la Chine. Par conséquent, il est impératif de se tenir au courant des modèles d’activité de renseignement de la Chine et de réduire le niveau d’exposition des cibles en Israël à ces efforts.

Source : INSS

Le 14e plan quinquennal de la Chine pour les années 2021-2025 décrit ses principaux objectifs stratégiques et vise l’indépendance technologique et économique, tout en réduisant sa dépendance vis-à-vis des pays du monde. Le plan Made in China 2025 définit des objectifs pour lancer la Chine vers son accession au rang de grande puissance technologique et économique, et définit dix secteurs dans lesquels elle doit devenir un leader mondial, notamment : 

  1. les technologies de l’information,
  2. les réseaux 5G,
  3. les véhicules électriques,
  4. les «nouveaux matériaux»,
  5. l’énergie verte,
  6. la robotique,
  7. les équipements médicaux et agricoles,
  8. l’aviation.

Différents rapports provenant des États-Unis et de nombreux autres pays révèlent qu’en plus d’actions et mesures manifestes, la Chine emploie des outils secrets et dissimulés pour la collecte d’informations, et combine des partenariats civils avec diverses activités de renseignement et d’espionnage menées par ses agences de renseignement. L’effort national chinois d’espionnage et de collecte d’informations comprend l’utilisation extensive d’organismes gouvernementaux, de partis, d’entreprises et d’universités ainsi que de particuliers. Il s’agit d’un effort systématique et à long terme au service des objectifs stratégiques de la Chine, qui visent à atteindre une supériorité technologique, à renforcer sa puissance militaire et à créer une dépendance et une influence parmi les pays et les élites étrangers. Les modi operandi de la Chine – au Royaume-Uni, en Allemagne, en Australie et ailleurs – sont similaires, avec les adaptations nécessaires aux conditions locales de chaque pays. Ces observations ont également des implications pour Israël.

L’espionnage chinois aux États-Unis

En juillet 2021, le Center for Strategic and International Studies (CSIS) a publié un rapport sur les modes opératoires et les méthodes d’espionnage des services de renseignement chinois aux États-Unis. Le rapport du think tank américain fait référence à quelque 160 incidents d’espionnage survenus entre 2000 et 2021, dont les détails ont été rendus publics. Le rapport ne tient pas compte d’autres incidents d’espionnage contre des cibles et des objectifs américains dans des territoires étrangers, ni des 1 200 incidents présumés de vol de propriété intellectuelle aux États-Unis. Le rapport souligne une augmentation significative des activités d’espionnage aux États-Unis à partir de 2010, avec 76 % des incidents documentés au cours de la décennie suivante et seulement environ un quart au cours de la décennie précédente (figure 1). Cette tendance fait suite à la nomination de Xi Jinping au poste de secrétaire général du Parti communiste chinois, en 2013, date à laquelle 84 incidents ont été documentés.

Figure 1. Activités d’espionnage chinoises aux États-Unis depuis 2000 | Source : CSIS

Les cibles et les méthodes d’espionnage étaient diverses. La plupart des activités visaient des institutions gouvernementales, notamment la Maison Blanche, des organismes gouvernementaux (Département d’État, Département du commerce, Département de la défense, Sécurité intérieure, Département de l’énergie et Département du travail), des branches militaires, des agences de renseignement (CIA, FBI, DIA) et la National Aeronautics and Space Administration (NASA), ainsi que des industries de défense de premier plan (Lockheed Martin, Boeing et Raytheon). Parmi les activités d’espionnage, 34% visaient à obtenir des technologies militaires, 51% visaient à obtenir des technologies à usage civil et les 15% restants visaient à obtenir des informations sur les agences gouvernementales et les politiciens (Figure 2).

Figure 2. Cibles des activités d’espionnage documentées aux États-Unis

Parmi les cibles civiles (figure 3), le rapport cite les secteurs de la haute technologie, de l’énergie, de l’industrie automobile et de la peinture, les universités et les instituts de recherche, l’aviation, la santé, les communications, la presse et, enfin, les personnalités politiques (candidats à la présidence et au Sénat des États-Unis et autres politiciens).

Figure 3. Espionnage chinois dans le secteur civil

Le rapport montre que les services de renseignement chinois ont adopté diverses méthodes d’opération pour atteindre leurs objectifs aux États-Unis. Un effort notable a été fait pour recruter et utiliser des personnalités du gouvernement, de l’industrie et du monde universitaire pour recueillir et obtenir des informations. Certaines des personnes impliquées étaient conscientes dès le premier contact de l’activité d’espionnage et de ses implications, tandis que d’autres ont été recrutées par la ruse et la tromperie, et ont été progressivement « racolés ». Les services de renseignements chinois ont exploité les possibilités de coopération dans le secteur commercial et civil pour créer des entreprises et des sociétés détenues conjointement par des Américains et des Chinois dans le but d’avoir accès à des connaissances et à une influence précieuses. Une autre méthode principale consistait à attaquer des cibles dans le cyberespace et à obtenir l’accès à des réseaux informatiques, des bases de données, des plans de développement et d’approvisionnement et des projets classifiés. La plupart des personnes accusées dans les affaires d’espionnage étudiées dans le rapport étaient des citoyens chinois (74 %), dont 42 % étaient des fonctionnaires ou servaient dans l’armée, et 32 % n’avaient aucune affiliation organisationnelle avec le gouvernement ou l’armée. Vingt-six pour cent (26 %) des personnes accusées d’espionnage et d’avoir aidé la Chine étaient des citoyens américains (figure 4).

Figure 4. Les auteurs des activités d’espionnage aux États-Unis

 Espionnage chinois en Israël ?

Israël est considéré par la Chine comme une puissance technologique de premier plan. Les capacités avancées d’Israël dans les technologies d’élite, la cybernétique, la médecine, l’agriculture et plus encore ont le potentiel de contribuer technologiquement à presque tous les aspects des plans de renforcement de la Chine. Ainsi, Israël est une source attrayante de technologies dont la Chine a besoin, comme l’exprime explicitement le partenariat global pour l’innovation signé entre les deux pays en 2017. Par conséquent, parallèlement à l’activité manifeste et convenue, il est probable que les agences de renseignement de la Chine travaillent en Israël pour atteindre ses objectifs en matière d’espionnage, ainsi que dans d’autres pays de valeur pour elle. Comme aux États-Unis, on ne peut exclure que des ministères, des industries de défense et des entreprises civiles d’Israël aient été attaqués au service des objectifs de la Chine en matière de renseignement. Il est également probable que le système complexe de relations entre Israël et son allié, les États-Unis, constitue un important centre d’intérêt aux yeux des services de renseignement chinois.

L’establishment de la sécurité et l’Armée de défense d’Israël (Tsahal) sont probablement une cible de ces efforts de renseignement chinois, à la fois en eux-mêmes et compte tenu de leurs liens profonds avec leurs homologues aux États-Unis. 

Les objets de ces efforts comprendraient les principaux systèmes d’armes en Israël qui sont développés en coopération avec les États-Unis ou produits par eux, certaines des industries israéliennes ayant des filiales aux États-Unis, tandis que d’autres produisent des composants qui sont intégrés dans les systèmes d’armes américains. Il est probable que la technologie militaire israélienne avancée destinée à l’exportation soit également la cible des activités de renseignement chinoises, y compris sur le territoire des pays qui l’ont acquise.

Comme dans d’autres pays avancés, il est probable qu’en Israël aussi, le milieu universitaire soit une cible attrayante pour les services de renseignement chinois, en raison des nombreux partenariats de ce secteur avec l’establishment de la sécurité, ainsi qu’avec des institutions en Chine, y compris des recherches conjointes et des échanges de chercheurs. L’accès aux réseaux d’information universitaires, aux études, aux chercheurs de premier plan et aux titulaires de postes, et en particulier à ceux qui sont impliqués dans la recherche et le développement de la défense, est relativement simple. Selon les méthodes de collecte de renseignements documentées aux États-Unis, Israël est assez exposé aux cyberattaques qui visent à voler des connaissances. Cela est dû à l’utilisation intensive d’ordinateurs et d’informations numériques, à l’infrastructure de communication bien établie en Israël, ainsi qu’à la facilité relative d’accès à distance, avec peu de risques pour les attaquants. Cependant, l’espionnage basé sur les citoyens chinois est vraisemblablement moins courant en Israël qu’aux États-Unis, avec sa grande population de citoyens chinois (étudiants, enseignants et travailleurs), ainsi qu’une grande population d’Américains d’origine chinoise, qui est une cible des efforts de la Chine.

Au fil des ans, Israël s’est officiellement abstenu d’accuser la Chine ou d’autres puissances étrangères d’espionnage sur son territoire. Les informations publiques sur les activités de renseignement de la Chine en Israël proviennent principalement de publications de sources commerciales et étrangères. En août, la société internationale de cybernétique FireEye a révélé que des dizaines d’organismes privés et gouvernementaux israéliens de divers secteurs ont fait l’objet d’une cyberattaque coordonnée par un groupe d’attaque, dont l’origine se trouve probablement en Chine. L’objectif de ces attaques était l’espionnage technologique, commercial et industriel. La société a noté dans son annonce que l’incident a fait l’objet d’une enquête en coopération avec les autorités en Israël, bien que les sources officielles israéliennes n’aient pas fait état de l’incident et de ses ramifications.

Le rapport du CSIS ne traite pas directement des investissements étrangers, mais ceux-ci pourraient également servir de plate-forme pour l’acquisition de technologies et pour l’espionnage en participant à la mise en place et surtout à l’exploitation de projets d’infrastructures avancées en réseau. Le Conseil consultatif pour l’évaluation des aspects de sécurité nationale des investissements étrangers, qui a été créé en vertu d’une décision du cabinet politico-sécuritaire en octobre 2019, vise également à répondre à une telle menace de renseignement, mais ses pouvoirs sont limités aux domaines qui sont soumis à la réglementation, et il n’est pas autorisé à examiner les conséquences de sécurité des investissements étrangers dans le secteur privé. 

Conclusion et recommandations

La Chine n’est pas un ennemi de l’État d’Israël, et les relations économiques bilatérales présentent des avantages importants. Cependant, la Chine s’efforce ouvertement de devenir une puissance mondiale de premier plan, et elle déploie des efforts considérables pour obtenir les technologies dont elle a besoin par des méthodes dont la légitimité varie. Les méthodes d’opération et les capacités de renseignement et d’espionnage de la Chine, telles qu’elles sont documentées à l’étranger, constituent également un défi important pour Israël, en tant que cible attrayante et source de technologies avancées.

Il y a peu d’indications publiques réelles d’espionnage chinois en Israël, mais il est probable que la communauté du renseignement en Israël voit une image plus large et plus profonde.

L’hypothèse de travail devrait être que les efforts déployés par la Chine en Israël pour faire avancer ses objectifs économiques et technologiques ressemblent à ceux qu’elle emploie dans d’autres pays avancés, et qu’ils sont menés selon des modes opératoires similaires, avec des adaptations locales. En tenant compte des leçons tirées de l’expérience d’autres pays, il est possible d’estimer le défi qui se pose à Israël, son niveau d’exposition et la réponse nécessaire.

La menace que le renseignement fait peser sur le système militaro-industriel, en mettant l’accent sur ses relations avec les États-Unis, est particulièrement importante et exige d’être protégée et d’assurer le plus haut niveau de réponse existant, tout en coopérant et en coordonnant étroitement avec les agences de sécurité des États-Unis. En outre, il est important d’accroître la résilience des systèmes gouvernementaux, industriels, civils et universitaires face aux activités de renseignement étranger, qui entraînent des risques stratégiques et militaires et la perte de capital intellectuel et de technologie, ainsi que des dommages commerciaux et économiques.

Une première étape essentielle pour faire face à ce défi est d’accroître la sensibilisation au risque et à ses implications. Israël serait bien avisé d’observer et d’apprendre de l’expérience des autres pays du monde en ce qui concerne les mesures et les méthodes de renseignement employées par la Chine pour atteindre ses objectifs, ainsi que les moyens de réagir pour réduire leurs dommages. Ce n’est que par une gestion responsable et professionnelle des risques qu’Israël pourra continuer à entretenir des relations productives et sûres avec la Chine et renforcer ses relations stratégiques avec les États-Unis.

_____________

** Nir Ben Moshe est chercheur invité dans le programme Israël-Chine de l’Institut d’études de sécurité nationale (INSS), et ancien directeur de la sécurité de l’établissement de défense du ministère israélien de la défense.

*** INSS, Institut d’études de sécurité nationale, est un organisme indépendant israélien spécialisé dans les domaines de la sécurité nationale des questions telles que militaires et les affaires stratégiques, le terrorisme et les conflits de faible intensité , l’équilibre militaire dans la Moyen-Orient et cyberguerre. 

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.