fbpx

La police israélienne détient le photographe palestinien attaqué par des jeunes israéliens lors de la marche des drapeaux à Jérusalem

Partager

Le photographe palestinien Saif Kwasmi, qui a été attaqué mercredi par des jeunes israéliens participant à la marche des drapeaux à Jérusalem, a été arrêté par la police.

Avec Haaretz

Kwasmi, photographe indépendant pour plusieurs médias arabes, a été attaqué mercredi après-midi lors d’une émeute par un groupe d’environ cent garçons quelques heures avant le début officiel de la marche des drapeaux. Alors qu’il tentait de se défendre contre l’un des garçons, une dizaine d’entre eux l’ont entouré, battu et lui ont lancé des projectiles. Kwasmi a été légèrement blessé à la tête.

Il a continué son travail et dans la soirée, vers la fin du défilé, il a été détenu par plusieurs policiers pendant environ une heure et demie, et son matériel a été confisqué. Selon Kwasmi, la police l’a arrêté après qu’un activiste de droite connu de Jérusalem les ait contactés en affirmant que Kwasmi était un agent du Hamas. Pendant la marche des drapeaux, des journalistes et des résidents palestiniens ont été attaqués, tandis que des milliers de jeunes scandaient des slogans racistes et chantaient des chansons de haine et de vengeance. À la fin des événements de la Journée de Jérusalem, la police a annoncé avoir arrêté 18 adolescents soupçonnés de violences et de menaces contre des journalistes et des résidents palestiniens.

LIRE AUSSI  Vincent Hervouët : Commémorer le débarquement en Normandie pour préparer la troisième guerre ?

En réponse, la police israélienne a déclaré que «le suspect n’est pas du tout reconnu comme journaliste avec une documentation pertinente valide en Israël, et il a été récemment interdit de monter sur le Mont du Temple et ses entrées jusqu’en août 2024. Indépendamment de cela, nous prenons très au sérieux la violence contre toute personne, qu’il soit journaliste ou non.»

La police a ajouté qu’«il n’y a aucun lien entre l’incident dans lequel il a été attaqué et son enquête et sa détention suite à un autre rapport reçu pour suspicion d’incitation. Dans ce cas, il a été détenu, interrogé et libéré peu de temps après, et cette plainte contre lui est également en cours d’investigation par la police.»

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

- Advertisement -