fbpx

Le Maroc et l’Espagne entament une ère de «loyauté absolue»

Partager

Le 19 janvier dernier, en marge de sa rencontre à Rabat avec son homologue marocain Abdelouafi Laftit, le ministre espagnol de l’Intérieur a créé l’événement en bousculant la sémiotique diplomatique usuelle. Fernando Grande-Marlaska a évoqué la « loyauté absolue » qui caractérise résolument les relations bilatérales entre le Maroc et l’Espagne. Une déclaration qui marque une étape inédite dans l’expression de la consolidation de l’axe Rabat-Madrid, un corridor de paix et de sécurité, tutélaire du très névralgique choke point, Gibraltar.

Le ministre des Affaires étrangères espagnol ne s’est finalement pas rendu ce lundi en Algérie. José Manuel Albares envisageait par cette visite, d’atténuer la crise diplomatique provoquée par le soutien du gouvernement socialiste Pedro Sánchez au plan marocain d’autonomie pour le Sahara.

La position de Madrid sur ce dossier a été violemment accueillie par Alger. Le régime militaire en place a exercé une série de représailles notamment par le rappel de son ambassadeur à Madrid à la mi-décembre 2023, la suspension du traité d’amitié et le gèle de tous les échanges non liés au gaz, infligeant des milliards d’euros de préjudice économique à Alger et à Madrid.

Aujourd’hui, avec le refus du président Tebboune de recevoir le chef de la diplomatie espagnol, provoquant l’annulation à la dernière minute de la visite de «réconciliation», la crise entre les deux pays s’enlise.

Rabat-Madrid : Une ère de loyauté absolue

Depuis la formation du gouvernement Sánchez II, les indices d’un renforcement historique des liens entre Rabat et Madrid se sont considérablement accrus.

En effet, le 17 novembre 2023, 24 heures seulement après l’annonce de la constitution d’une majorité gouvernementale par Pedro Sánchez, le Maroc révèle l’octroi à l’Espagne le projet de construction et d’exploitation de la future station de dessalement d’eau de mer de Casablanca, la plus grande du continent africain, à l’Espagne. Le mégaprojet porte la garantie du Chef du gouvernement, Intuitu personae, à travers ses deux sociétés Afriquia Gaz et Green of Africa, pour un investissement estimé à 800 millions d’euros.

Outre la symbolique du timing et du partenariat, ce projet revêt une grande importance étant donné qu’il intervient durant une période de sécheresse sévère au Maroc

Un mois après la formation du gouvernement Sánchez, ​le Ministre des Affaires étrangères espagnol José Manuel Albares, consacre son premier voyage bilatéral officiel de la nouvelle législature, au Maroc.

Le mois suivant, le 19 janvier 2024 précisément, c’est autour du ministre espagnol de l’Intérieur, Fernando Grande-Marlaska, de réserver son premier déplacement à l’étranger au Maroc.

Grande-Marlaska a rencontré son homologue marocain Abdelouafi Laftit, l’occasion de réaffirmer le partenariat exceptionnel entre le Maroc et l’Espagne, qualifiant dans une déclaration à la presse que la coopération entre les deux royaumes d’être résolument fondées sur «la confiance réciproque et la loyauté absolue».

C’est sémantique nouvelle et lourde de sens a été suivie par une série de déclarations et de rencontres entre les responsables des deux pays, couronnée ce mardi par le tête à tête entre le Chef de la police secrète espagnole, Eugenio Pereiro Blanco et le l’homme fort de la sécurité nationale marocaine et des renseignement Abdellatif Hammouchi.

Les preuves de l’engagement du Maroc dans sa coopération renforcée avec l’Espagne ont émanées également des Forces Armées Royales qui ont annoncé depuis le début de l’année pas moins de trois opérations d’interception de migrants depuis les côtes marocaines du Sahara.

Entre Rabat et Madrid, un grand ballet diplomatique, économique et sécuritaire. Timeline:

13/02/2024

Hammouchi s’entretient avec le Commissaire général d’information espagnol

Le Directeur général de la Sûreté nationale et de la Surveillance du territoire, Abdellatif Hammouchi, a eu mardi 13 février à Rabat, des entretiens avec le Commissaire général d’information espagnol, Eugenio Pereiro Blanco, actuellement en visite de travail dans le Royaume à la tête d’une importante délégation sécuritaire.

07/02/2024

L’armée marocaine intercepte 93 migrant au large de Tan-Tan

Un navire de surveillance côtière de l’armée marocaine intercepte une embarcation près du port de Tan Tan avec 93 migrants à bord.

04/02/2024

Les FAR interceptent 79 migrants au large du Sahara

L’armée marocaine a intercepté une embarcation avec à son bord 79 personnes originaires de pays subsahariens naviguant près du port de Boujdour, au large de la côte du Sahara, a indiqué l’état-major des FAR dans un communiqué.

04/02/2024

Mohcine Jazouli appelle à l’intensification des investissements espagnols

Le ministre délégué en charge de l’Investissement, Mohcine Jazouli, appelle dans une interview à EFE à intensifier les investissements espagnols au Maroc et souligne que les pays voisins ont six ans pour renforcer leur coopération en matière d’infrastructures avant la Coupe du monde 2030.

03/02/2024

L’armée marocaine intercepte 104 migrants subsahariens en route vers les îles Canaries

Des unités des Forces Armées Royales (FAR) chargées de la surveillance des côtes ont intercepté 104 migrants de différentes nationalités subsahariennes qui voyageaient à bord d’un cayuco dans l’océan Atlantique avec l’intention d’atteindre les îles Canaries.

02/02/2024

Le Gouverneur de la Banque centrale d’Espagne participe à une conférence à Marrakech

Le gouverneur de la Banque d’Espagne, Pablo Hernández de Cos, a participé à la conférence sur l’impact macroéconomique du changement climatique organisée à Rabat par la Bank Al-Maghrib, présidée par Abdellatif Jouahri.
Les deux responsables ont insisté sur “l’importance” de leur contribution à la lutte contre le changement climatique et la sécheresse afin de préserver la stabilité financière.

02/02/2024

La MAP et EFE signent à Rabat un nouvel accord de coopération

L’Agence de presse officielle, MAP, et l’Agence de presse espagnole (EFE) ont signé à Rabat, un Mémorandum d’entente (MoU) portant sur le renforcement de leur coopération dans le domaine des médias.
L’accord a été paraphé par le Directeur général de la MAP, Fouad Arif, et le Président directeur général d’EFE, Miguel Ángel Oliver.

29/01/2024

La filiale espagnole d’Alstom livrera 80 tramways au Maroc d’ici fin 2024 pour étendre sa ligne.

Lors d’une visite d’une délégation de responsables marocains à l’usine d’Alstom à Barcelone, il a été annoncé la filiale espagnole d’Alstom livrera 80 tramways au Maroc d’ici à la fin 2024 pour l’extension de ses lignes 3 et 4 à Casablanca. Le contrat est d’une valeur de 150 millions d’euros.

20/01/2024

Albares : Le Maroc, la première priorité de la politique étrangère espagnole

Le chef de la diplomatie espagnole, José Manuel Albares, a déclaré lors d’une rencontre organisée par Nueva Economía Fórum, que pour tous ses prédécesseurs et tous les anciens chefs du gouvernement espagnol, le Maroc est “la première priorité de la politique étrangère espagnole”.

19/01/2024

Fernando Grande-Marlaska consacre son premier voyage à l’étranger pour rencontrer Laftit

Le ministre espagnol de l’Intérieur, Fernando Grande-Marlaska, s’est rendu à Rabat le 19/01/2024 pour discuter avec son homologue marocain, Abdelouafi Laftit, de la coopération en matière de contrôle de l’immigration irrégulière.
Il s’agit de son premier voyage à l’étranger depuis sa confirmation à ce poste.

Big Picture : L’axe Madrid-Rabat un corridor de paix et de sécurité

L’Espagne semble avoir tourné la page à la diplomatie de l’ambiguïté vis-à-vis du Maroc ainsi que le rôle de gendarme qu’on persistait à l’attribuer, tout en répondant favorablement à l’invitation du Roi Mohammed VI pour clarifier sa position sur le dossier du Sahara. Madrid ne le fait pas par simple complaisance envers Rabat, mais agit par pragmatisme.

Le gouvernement Sanchez mise désormais sur le rôle géostratégique de premier plan de l’axe Madrid-Rabat pour faire face aux crises économiques, énergétiques et migratoires provoqués par les tensions mondiales post-Covid.

Il faut dire que les intérêts de l’Espagne, de l’Europe et même des États-Unis sont menacés par les tensions accrues sur les routes commerciales maritimes, la violence latente qui pourrait éclater suite à la guerre à Gaza et l’entente stratégique et énergétique de pays comme l’Iran, l’Algérie et la Russie.

A ce titre, dans une analyse publiée sur The National Interest, Ahmed Charaï détaille ces menaces notamment celles qui se profilent sur de nombreuses routes maritimes, de la Méditerranée (Gaza) à la mer Noire (Ukraine) et à la mer Rouge (Yémen), jusqu’aux îles du Pacifique (Taïwan).

M. Charaï décrit une situation sombre pour l’équilibre de l’ordre mondial :

  • Une guerre froide latente avec la Chine qui assemble sa puissance militaire pour expulser les États-Unis du Pacifique occidental et peut-être devenir la puissance prédominante mondiale.
  • L’écroulement éventuel de l’Ukraine de moins en moins outillé pour la guerre d’usure, qui profite davantage à la Russie grâce à sa population et son économie bien plus importantes de la Russie.
  • La constitution d’un vaste continent eurasien contre l’Occident. La Russie fournit à la Chine de l’énergie et autre matière première et compte sur elle pour les munitions, les obus d’artillerie et l’équipement de détection sophistiqué.

Dans ce contexte, le régime algérien dévoilant de plus en plus ses tendances à la violence, sa propension à la confrontation militaire et son racisme anti-Noirs, devient un partenaire incommode et menaçant.

Encouragée par les manoeuvre de l’Iran à Bab-el-Mandeb, l’Algérie chercherait à créer une tension similaire au niveau du choke point de Gibraltar, dont les tutélaires ne sont autres que le Maroc et l’Espagne.

Pour le régime militaire d’Alger en faillite, une crise au sixième passage maritime mondial, lui donnerait un “levrage”, moyen de pression et d’influence, pour faire mal à son voisin africain de l’Ouest et accroitre la pression sur l’Europe, la Grande-Bretagne et l’Otan.

Sachant que le détroit de Gibraltar est plus qu’un passage maritime, c’est une porte, un verrou et une interface stratégique entre l’océan Atlantique, la Méditerranée, l’Europe et l’Afrique, de l’axe Espagne-Maroc dépend la sécurité de toute l’Afrique Atlantique de Tanger au Cap Vert.

Il faut dire qu’Alger est toujours sous le choc de l’annonce fracassante du Roi du Maroc, qui a décidé d’ouvrir l’accès de certains pays du Sahel à l’Atlantique. Cela est d’autant plus frustrant pour le régime militaire en place qui a dépensé des milliards de dollars au cours des quarante dernières années dans l’espoir d’atteindre un tel accès.

Dans le cadre du paysage géopolitique mondial actuel, la collaboration étroite entre le Maroc et l’Espagne dans la lutte contre le terrorisme, la traite des êtres humains et le trafic de drogues revêt une importance capitale pour assurer la stabilité à la fois régionale et continentale, ainsi que pour gérer efficacement les flux migratoires

En effet, la collaboration entre ces deux nations transcende leurs frontières, influençant la sécurité et les politiques migratoires à l’échelle de la région méditerranéenne au sein de l’Union européenne et en Afrique.

Le partenariat exemplaire entre le Maroc et l’Espagne pourrait inspirer d’autres nations confrontées à des défis similaires. L’organisation conjointe de la Coupe du Monde de football 2030 par le Maroc, l’Espagne et le Portugal illustre parfaitement le succès de cette coopération.

Intelligence analyst. Reputation and influence Strategist
20 années d’expérience professionnelle au Maroc / Spécialisé dans l’accompagnement des organisations dans la mise en place de stratégies de communication d’influence.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

- Advertisement -