L'intelligence de l'information

 

Maroc-Arabie saoudite : Des relations au plus bas

Un porte-parole du ministère marocain des Affaires étrangères a révélé la raison qui a empêché le roi Salmane Ben Abdelaziz d’Arabie saoudite de se rendre en villégiature au Maroc pour y passer ses vacances dans la ville de Tanger, comme il a toujours eu l’habitude de le faire durant les années précédentes.

Cité par le très influent journal espagnol La Vanguardia, le responsable marocain, dont on ne connaît ni l’identité ni le statut réel, a déclaré que les relations entre le Maroc et l’Arabie saoudite sont «à leur niveau le plus bas» tout en ajoutant que «les vraies raisons de l’abstention du roi Salmane de passer ses vacances à Tanger, relèvent principalement des problèmes internes que confrontent l’Arabie Saoudite et non pas à cause de ses relations avec le Maroc.»

C’est la première fois qu’un responsable diplomatique marocain commente les relations entre Rabat et Ryadh de la sorte.

Même si nous ignorons l’identité de ce porte-parole, c’est la première fois qu’un responsable diplomatique marocain commente les relations entre Rabat et Ryadh de la sorte. Est-ce réellement la position officielle du Maroc ou juste une initiative personnelle de ce porte-parole ? Car, habituellement, les autorités marocaines n’interfèrent pas dans les affaires intérieures des autres pays, notamment ceux qui sont considérés comme «frères» et «amis».

Le journal espagnol évaluent le manque à gagner à quelque de 100 millions de dollars

En outre, la Vanguardia a affirmé dans ce sens que «le roi Salmane a préféré demeurer dans son pays cet été en raison des tensions internes résultant des décisions prises par le prince héritier, Mohammed Ben Salmane qui ont affecté le potentiel de la cohésion au sein de la famille royale.»

Pour le journal espagnol, connu pour être proche d’institutions régaliennes à Madrid, « l’absence du roi Salmane est un coup sévère pour l’économie de la ville de Tanger». La Vanguardia estime les pertes directes à 12 millions d’euros, alors que d’autres sources occidentales citées par le journal espagnol évaluent le manque à gagner à quelque de 100 millions de dollars, montant qu’aurait dépensé le roi saoudien et sa suite à Tanger en 2017.

Notons qu’après avoir renoncé à se rendre à Tanger, et selon un communiqué du Cabinet royal saoudien publié le 31 juillet, le roi Salmane Ben Abdelaziz Salmane passe ses vacances à Neom, un projet de ville futuriste située au nord-ouest de l’Arabie Saoudite.

1 Comment

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

Derniers articles de Off The Record

Facebook
Allez en Haut de la page