fbpx

Wagner menace de se retirer de l’Ukraine

Partager

Le chef du groupe paramilitaire russe Wagner a menacé sur une vidéo publiée sur les réseaux sociaux de retirer ses troupes de la ligne de front en Ukraine, invoquant des pertes croissantes, ce qui ravive les tensions entre les chefs militaires de Moscou à l’approche d’une offensive attendue des forces de Kiev.

Le propriétaire de l’entreprise militaire russe Wagner, Yevgeny Prigozhin, a menacé vendredi de retirer ses troupes la semaine prochaine de la longue bataille pour la ville de Bakhmut, dans l’est de l’Ukraine, accusant le commandement militaire de Moscou de priver ses forces de munitions.

https://www.youtube.com/watch?v=ZSWGFgpoac0

Yevgeny Prigozhin, riche entrepreneur lié de longue date au président russe Vladimir Poutine, a affirmé que les combattants de Wagner avaient prévu de s’emparer de Bakhmut avant le 9 mai, jour férié russe de la Victoire célébrant la défaite de l’Allemagne nazie. Mais ils étaient sous-approvisionnés et subissaient de lourdes pertes, a-t-il déclaré, et ils devaient remettre les opérations à l’armée régulière le 10 mai.

Ce n’est pas la première fois que Prigozhin s’emporte contre le manque de munitions et rejette la faute sur l’armée russe, avec laquelle il est depuis longtemps en conflit. Connu pour ses fanfaronnades, il a déjà fait des déclarations invérifiables et des menaces qu’il n’a pas mises à exécution.

Les porte-parole de Prigozhin ont également publié une vidéo le montrant vendredi en train de crier, de jurer et de pointer du doigt une trentaine de corps en uniforme gisant sur le sol. Il affirme qu’il s’agit de combattants de Wagner morts dans la seule journée de jeudi et réclame des munitions au ministre russe de la défense, Sergei Shoigu, et au chef de l’état-major général, Valery Gerasimov.

«Ce sont les pères et les fils de quelqu’un», déclare Prigozhin. «La racaille qui ne nous donne pas de munitions mangera ses tripes en enfer.»

Wagner a été le fer de lance de la lutte pour Bakhmut, la bataille la plus longue – et probablement la plus sanglante – de la guerre. Le porte-parole du Conseil national de sécurité des États-Unis, John Kirby, a déclaré lundi que les États-Unis estimaient que près de la moitié des 20 000 soldats russes tués en Ukraine depuis décembre étaient des combattants de Wagner à Bakhmut.

Un retrait de Wagner serait un coup dur pour la campagne russe.

Du côté ukrainien, Bakhmut est devenu un symbole important de la résistance à l’invasion russe. Le président Volodymyr Zelenskyy estime que sa perte pourrait renforcer le soutien international en faveur d’un accord qui pourrait obliger l’Ukraine à faire des compromis inacceptables.

Les responsables ukrainiens se sont montrés sceptiques quant aux affirmations de Prigozhin concernant la pénurie de munitions. Le représentant du renseignement militaire Andrii Cherniak a déclaré à l’Associated Press que Prigozhin essayait de «justifier ses actions infructueuses» à Bakhmut.

Le ministre de la Défense russe Sergeï Shoigu n’a pas répondu immédiatement au patron de Wagner, mais son ministère a indiqué vendredi qu’il avait ordonné à un haut fonctionnaire d’assurer un «approvisionnement continu» de toutes les armes et de tous les équipements militaires nécessaires aux troupes russes. En contrepoint de la visibilité de Prigozhin, une vidéo officielle a montré Shoigu inspectant des chars et d’autres équipements militaires destinés aux troupes russes en Ukraine.

À la fin de l’année dernière, les États-Unis estimaient que Wagner avait environ 50 000 personnes combattant en Ukraine, dont 10 000 contractuels et 40 000 détenus que la société a enrôlés. Elle ne représente donc qu’une petite partie des forces de combat russes.

Les relations acrimonieuses de Prigozhin avec les hauts gradés de l’armée remontent à la création de Wagner en 2014. Pendant la guerre en Ukraine, il a publiquement accusé certains hauts responsables militaires russes d’incompétence – un comportement très inhabituel dans le système politique étroitement contrôlé de la Russie.

Prigozhin a allégué vendredi que l’armée régulière russe était censée protéger les flancs alors que les troupes de Wagner poussaient vers l’avant, mais qu’elle «s’y accroche à peine», déployant «des dizaines et rarement des centaines» de soldats.

- Advertisement -