fbpx

INSS décrypte la vision russe du conflit Israël-Hamas

Partager

INSS, un influent cercle de réflexion, prend une pause émotionnelle de la guerre à Gaza et décortique avec intérêt et détachement le discours parmi les experts russes sur la vision de Moscou de la guerre à Gaza et ses implications pour Israël.

Bat Chen Druyan Feldman et Arkady Mil-Man, les auteurs de ce rapport estiment que la Russie adopte une position pro-Hamas dans le conflit Israël-Hamas, reflétant la vision de Poutine d’un monde en transition vers un ordre multipolaire.

Enumérant les déclarations d’une dizaine d’experts russes qui offrent diverses perspectives sur le conflit, soulignant l’importance du monde musulman dans ce nouvel ordre. Notamment celle d’Aleksandr Dugin : «Si le monde musulman ne parvient pas à s’unir pour former un pôle unifié, le processus de transition vers un monde multipolaire sera retardé».

Le rapport recommande aux décideurs d’Israël de comprendre cette dynamique dans le cadre de la tension croissante entre la Russie et les États-Unis, et interpréter les actions de la Russie à travers ce prisme.

Ci-après les idées principales du rapport «Russia’s ‘New World Order’ and the Israel-Hamas War» publié ce lundi 18 décembre :

  • Position pro-Hamas de la Russie : Depuis l’attaque du Hamas le 7 octobre, la Russie a adopté une ligne distinctement pro-Hamas, liant le sort de la Russie à celui du peuple palestinien.
  • Transition vers un ordre multipolaire : Cette position s’inscrit dans la vision de Poutine d’un monde en transition d’un ordre unipolaire à un ordre multipolaire, où Israël est perçu comme faisant partie du pôle occidental hostile à la Russie.
  • Consensus parmi les experts Russes : Un consensus existe parmi les universitaires russes et les experts en politique étrangère sur cette perception de la guerre à Gaza et ses implications pour Israël.
  • Narratives de Poutine sur la guerre Israël-Hamas : Poutine accuse les États-Unis d’être responsables du conflit et d’autres conflits régionaux, cherchant à maintenir l’ordre mondial unipolaire dirigé par les États-Unis.
  • Explications alternatives des experts russes : D’autres experts russes offrent des explications différentes pour l’attaque du Hamas, se concentrant sur des facteurs régionaux et minimisant le rôle des États-Unis.
  • Divergences parmi les experts russes : Certains experts, bien qu’alignés sur la politique présidentielle, diffèrent des narrations officielles, critiquant les actions du Hamas et reconnaissant la réponse d’Israël.
  • Échec de la politique américaine au Moyen-Orient : D’autres se sont mis d’accord sur l’échec de la politique américaine au Moyen-Orient, notamment en ce qui concerne le conflit Israël-Hamas.
  • Importance du monde musulman dans le nouvel ordre mondial : Certains experts soulignent le rôle crucial du monde musulman dans l’établissement du nouvel ordre mondial multipolaire envisagé par Poutine.
  • Diversité d’Opinions parmi les Experts Russes : Bien qu’il y ait un consensus général sur la transition vers un ordre mondial multipolaire, il existe une diversité d’opinions parmi les experts russes.
  • Implications pour Israël : Israël doit comprendre et interpréter les actions de la Russie dans le contexte de l’aspiration de la Russie à un monde multipolaire, en particulier en ce qui concerne ses liens avec diverses nations et organisations.

Résumé des opinions des experts mentionnés dans le rapport :

  1. Vladimir Poutine (Président russe) : Poutine a adopté une position pro-Hamas, liant le sort de la Russie à celui du peuple palestinien. Il considère que le monde passe d’un ordre unipolaire à un ordre multipolaire et voit Israël comme faisant partie du pôle occidental, hostile à la Russie.
  2. Vasily Kuznetsov (Institut d’études orientales, Académie des sciences de Russie) : Kuznetsov propose diverses raisons pour l’attaque du Hamas, y compris la dynamique interne palestinienne, la crise domestique israélienne et le symbolisme de la guerre du Yom Kippour.
  3. Vladislav Tolstykh (Institut d’État des relations internationales de Moscou) : Tolstykh pointe les liens plus étroits entre l’Arabie Saoudite et Israël comme un catalyseur clé des attaques du Hamas, ainsi que les politiques israéliennes en Cisjordanie et envers les prisonniers palestiniens.
  4. Alexander Dynkin (Conseil russe des affaires internationales) : Dynkin rejette l’idée que les États-Unis aient orchestré l’attaque du Hamas, arguant que cela ne serait pas aligné avec le soutien américain au processus de normalisation entre Israël et l’Arabie Saoudite.
  5. Fyodor Lukyanov (Expert en politique étrangère) : Lukyanov considère l’attaque du Hamas comme futile et décrit les militants du Hamas comme des “fanatiques religieux”. Il diverge de la position officielle russe, reconnaissant la gravité des actions du Hamas et leurs conséquences.
  6. Timofey Bordachev (Club de discussion de Valdaï) : Bordachev discute de l’échec de la politique américaine au Moyen-Orient, soulignant les contradictions dans les engagements américains envers divers acteurs de la région.
  7. Veniamin Popov (Ancien ambassadeur, Conseil russe des affaires internationales) : Popov adopte une position anti-Israël, critiquant la politique américaine pour avoir marginalisé la question palestinienne et considérant la guerre de Gaza comme préjudiciable à la politique étrangère américaine.
  8. Ruslan Mamedov (Centre d’études arabes et islamiques, Moscou) : Mamedov souligne l’importance du monde musulman dans le nouvel ordre mondial multipolaire et critique les États arabes pour leur inaction sur la question palestinienne.
  9. Aleksandr Dugin (Idéologue nationaliste russe) : Dugin voit la guerre de Gaza comme faisant partie d’un conflit plus large entre la Russie et l’Occident, éstimant que le monde musulman s’alignera avec la Russie et la Chine dans la bataille pour un monde multipolaire.
No.-1801

Traduction intégrale du rapport

Le ‘Nouvel Ordre Mondial’ de la Russie et la Guerre Israël-Hamas : Analyse du discours parmi les experts en Russie révèle comment Moscou perçoit la guerre à Gaza et éclaire les implications pour Israël

Depuis l’attaque du Hamas le 7 octobre, la Russie a adopté une ligne nettement pro-Hamas, et le président Vladimir Poutine a même lié le sort de la Russie à celui du peuple palestinien. Cette position découle d’une approche adoptée par Poutine selon laquelle le monde passe d’un ordre unipolaire à un ordre multipolaire. Selon cette approche, Israël appartient à l’Occident, dirigé par les États-Unis, et fait donc partie du pôle hostile à la Russie. Le discours parmi les universitaires russes, les faiseurs d’opinion et les experts en politique étrangère révèle un consensus dans leurs vues concernant cette perception. Par conséquent, sur fond de tensions accrues entre la Russie et les États-Unis, Israël doit comprendre les croyances qui façonnent la politique russe, qui cherche à briser l’ordre mondial existant. Israël doit également reconnaître le rôle critique que la Russie attribue au monde musulman dans le nouvel ordre mondial qu’elle cherche à établir.

Les récits présentés par le président russe Vladimir Poutine concernant la guerre entre Israël et le Hamas affirment que l’Occident, dirigé par les États-Unis, est responsable de ce conflit et d’autres conflits régionaux. Poutine blâme les États-Unis pour la guerre, ainsi que pour l’échec du processus politique entre Israël et les Palestiniens, une fois que Washington s’est approprié le rôle de seul médiateur et a mis de côté le Quartet. De plus, Poutine accuse les États-Unis d’attiser les flammes de la guerre et allègue que Washington essaie d’utiliser le chaos subséquent pour affaiblir ses rivaux, y compris la Russie. Il le fait, selon le dirigeant russe, pour contrecarrer l’émergence d’un nouvel ordre mondial multipolaire et pour assurer que l’ordre de la superpuissance unique dirigée par les États-Unis survive. Poutine affirme que la Russie ne reste pas les bras croisés, et elle a lancé une campagne de libération nationale contre “l’hégémonie américaine” sur les champs de bataille de l’Ukraine, où “le sort de la Russie, et du monde entier – y compris le sort du peuple palestinien – sera déterminé.

LIRE AUSSI  Ahmed Charaï dans La Razón : la position claire de Sanchez sur le Sahara rend justice à l'histoire

En contraste, de nombreux experts russes – universitaires et membres d’institutions de recherche ayant des liens étroits avec le régime de Poutine – fournissent des explications différentes pour l’éclatement de la guerre.

La plupart de ces explications sont liées aux processus et circonstances au Moyen-Orient ces dernières années, mais abordent à peine la question de la responsabilité américaine et occidentale, comme l’insiste Poutine.

Par exemple, Vasily Kuznetsov, de l’Institut d’études orientales de l’Académie des sciences de Russie, propose diverses raisons pour l’attaque du Hamas le 7 octobre, y compris :

  • une tentative de l’organisation d’entraver tout rapprochement entre Israël et l’Arabie Saoudite et d’arrêter le processus de normalisation régional ;
  • les luttes de pouvoir internes entre factions palestiniennes et les efforts du Hamas pour prendre le contrôle de l’Autorité Palestinienne ;
  • et la crise intérieure israélienne, qui a conduit le Hamas à croire qu’Israël était affaibli.

Selon Kuznetsov, le moment des attaques a été déterminé par le symbolisme de la guerre du Yom Kippour – la seule guerre dans laquelle, selon la perspective arabe, Israël a échoué et a été vaincu.

Vladislav Tolstykh, professeur à l’institut prestigieux d’État des relations internationales de Moscou, souligne qu’au niveau régional, les liens plus étroits entre l’Arabie Saoudite et Israël ont été un catalyseur clé pour les attaques du Hamas, surtout étant donné que Riyad se voit comme le leader actuel du monde arabe. Selon Tolstykh, la construction israélienne en Cisjordanie et son traitement des prisonniers palestiniens étaient également parmi les raisons de l’attaque.

Alexander Dynkin, le chef du Conseil russe des affaires internationales, rejette vigoureusement l’affirmation selon laquelle les États-Unis étaient derrière l’attaque du Hamas et soutient qu’il est peu probable qu’ils aient planifié l’attaque tout en soutenant le processus de normalisation entre Israël et l’Arabie Saoudite, ajoutant que Washington ne bénéficie pas d’une escalade entre Israël et le Hamas. En passant, aucun de ces chercheurs n’écrit sur les liens entre le Hamas et l’Iran.

Au sein de la communauté des experts, il existe différentes voix, distinctes des récits présentés par Poutine. Fyodor Lukyanov, l’un des principaux experts en politique étrangère et proche des mécanismes présidentiels, soutient que l’attaque du Hamas, qu’elle ait été menée “seule ou avec la participation de leurs bons amis d’Iran”, n’a rien accompli. Il a poursuivi en décrivant les militants du Hamas comme des “fanatiques religieux”. Contrairement à la position officielle russe, Lukyanov déclare que “les actions totalement barbares du Hamas ont tout naturellement provoqué une réponse proportionnée d’Israël” et soutient que le Hamas semble indifférent au nombre de victimes palestiniennes. Selon Lukyanov, les membres du Hamas ne se cachent pas derrière la population civile – ils “croient que c’est une mission sacrée pour laquelle il vaut la peine de mourir”. Il souligne qu’il ne voit pas comment le conflit peut être résolu.

Certains experts ont abordé l’échec de la politique américaine au Moyen-Orient.

Par exemple, Timofey Bordachev, le directeur du programme du Club de discussion de Valdaï – auquel Poutine a participé pendant de nombreuses années – a également évoqué l’échec de la politique américaine, qu’il considère comme le résultat d’engagements envers trop d’acteurs qui ne peuvent pas être tenus. Par exemple, en ce qui concerne la guerre à Gaza, les États-Unis soutiennent ouvertement Israël, et ce soutien met en danger leur position dans le monde musulman ; en même temps, la pression américaine sur Israël n’est pas bien perçue par les Israéliens, qui voient les États-Unis comme un allié inconditionnel.

L’ancien ambassadeur russe et soviétique au Yémen, en Libye et en Tunisie, Veniamin Popov, est chercheur principal au Conseil russe des affaires internationales et détient une position violemment anti-Israël. Il soutient que les actions des États-Unis ont délibérément marginalisé la question palestinienne et que la guerre à Gaza est un coup dur pour la politique étrangère américaine – malgré les succès remportés par les États-Unis dans la région, notamment le processus de normalisation entre plusieurs pays arabes et Israël, c’est-à-dire les Accords d’Abraham.

Désormais, le soutien américain à Israël et l’assistance militaire qu’il fournit ont fait de Washington “un partenaire dans la tragédie”. Selon Popov, l’un des aspects les plus significatifs de la guerre de Gaza est que le monde musulman est devenu uni.

Il cite comme preuve la résolution adoptée le 11 novembre lors du sommet de la Ligue arabe à Riyad et de l’Organisation de la coopération islamique, qui a remis la question palestinienne à l’ordre du jour mondial. Popov estime que le monde musulman peut défendre ses propres intérêts – en d’autres termes, il peut devenir l’un des pôles du nouvel ordre mondial multipolaire que Poutine aspire à créer.

Nouvel ordre mondial multipolaire et importance du monde musulman

En effet, les commentaires de Poutine sur la guerre à Gaza font partie de sa perception du nouvel ordre mondial multipolaire qu’il cherche à établir.

Dans ses discours les plus récents, Poutine a attaqué les États-Unis, affirmant que la « dictature de l’hégémonie américaine » s’affaiblit et qu’elle est dangereuse pour le reste du monde. Il a affirmé que la situation à Gaza en est la preuve. Ce motif apparaît également dans les discours et articles d’autres personnes.

Ivan Timofeev, directeur général du Conseil russe des affaires internationales (qui entretient des liens étroits avec le régime présidentiel), soutient que la guerre entre Israël et le Hamas reflète la faiblesse de l’ordre mondial unipolaire. En même temps, il déclare que la guerre de Gaza, comme d’autres conflits, est le résultat de la faiblesse des États-Unis et du déséquilibre dans le système des relations internationales, et non le résultat d’une politique américaine délibérée visant à maintenir l’ordre mondial actuel, comme le soutient Poutine.

Lukyanov soutient également que la guerre à Gaza est une autre étape dans la reconstruction de l’ordre mondial, qui a commencé au début du siècle actuel.

Certains de ces experts soulignent l’importance du monde musulman dans l’avènement du nouvel ordre mondial.

Ruslan Mamedov, chercheur principal du Centre d’études arabes et islamiques de l’Institut d’études orientales à Moscou, notoirement anti-israélien, soutient que les dirigeants des États arabes sont encore englués dans l’ancien ordre mondial unipolaire.

Ce n’est qu’en brisant ce paradigme, soutient-il, qu’un nouvel ordre mondial pourra être créé. Il critique l’inaction des États arabes sur la question palestinienne, mais il est également conscient des divergences d’opinion entre les pays (les Émirats arabes unis, l’Arabie saoudite et l’Égypte) et le Hamas, qu’ils considèrent comme une menace pour leurs régimes.

Aleksandr Dugin, l’un des idéologues les plus en vue du camp nationaliste extrémiste russe, présente la guerre à Gaza comme faisant partie d’un conflit plus large entre la Russie et l’Occident.

Selon Dugin, maintenant que les nations occidentales et leur « proxy israélien » attaquent le monde musulman, les pays musulmans reconnaîtront que le conflit entre Israël et le Hamas fait partie de la bataille pour le nouvel ordre mondial, et comprendront alors mieux la guerre que la Russie mène en Ukraine. Il estime que la Russie et la Chine sont les alliés du monde musulman dans la bataille pour un monde multipolaire. Chacun des pôles devra prouver son droit à l’existence à travers une lutte : la Russie contre l’Ukraine ; la Chine contre Taïwan ; et le monde musulman en trouvant une solution au conflit israélo-palestinien.

«Si le monde musulman ne parvient pas à s’unir pour former un pôle unifié, le processus de transition vers un monde multipolaire sera retardé» soutient l’idéologue de Poutine.

- Advertisement -