Turquie : Erdogan gagne son pari

Le président turc Recep Tayyip Erdogan et son parti l’AKP ont remporté ce dimanche 24 juin le double scrutin présidentiel et législatif. La victoire d’Erdogan lui ouvre la voie pour la mise en œuvre de son programme de réformes profondes des institutions dont il a désormais le contrôle presqu’absolu.

Les résultats de ce soir démentent les analyses et pronostics de ces derniers jours parlant d’un double scrutin incertain pour Erdogan et son parti. Ses opposants et autres analystes, notamment occidentaux, se basaient sur sa «dérive autoritaire», la fragilité économique avec une inflation de 12%, la chute de la livre et la réticence des investisseurs étrangers.

Erdogan devient le plus puissant dirigeant turc jamais élu

Après le dépouillement de 96.28% des urnes de l’élection présidentielle, Erdogan est arrivé en tête avec 52,93% des voix alors que son véritable challenger, le social démocrate Muharrem Ince du parti républicain, et qui a immédiatement reconnu sa défaite en félicitant Erdogan, est arrivé deuxième avec 30, 66% des voix, alors que le candidat kurde du parti démocratique des peuples, Salah Eddine Dimirtache a obtenu 7,88% du suffrage contre 7,48% pour l’ancienne ministre de l’Intérieur et représentante de la droite nationaliste du parti Lyi Partisi, Mial Aksener.

Quant aux derniers décomptes des législatives et après dépouillement de 92.80% des bulletins de vote, l’alliance du parti d’Erdogan, s’adjuge la première place avec 53.95% contre 33.97% pour l’opposition et 10.98% pour le parti kurde du parti démocratique des peuples.

LIRE AUSSI  Aux abois, l'Iran appelle le FMI à l'aide

Par ailleurs, les premiers résultats ont démontré que le taux de participation a atteint 87.8% sur un total de près de 56,4 millions d’électeurs et ce après le comptage de 174 067 urnes sur un total de 180 556.

Recep Tayyip Erdogan avait appelé à un référendum en 2017 pour remplacer le régime parlementaire pour un système présidentiel où tous les pouvoirs seront concentrés entre les mains du chef de l’Etat.

Et en avril dernier, il avait annoncé des élections anticipées législatives et présidentielles pour ce dimanche 24 juin, 16 mois avant la date prévue tablant sur une opposition disparate.

Commentant sa victoire, il a souligné dans une allocution que c’est la démocratie turque qui l’a emporté en relevant s’être battu pendant 16 ans contre les putschistes. Il a par ailleurs assuré qu’il n’y aura l’exclusion de quiconque en raison de la religion ou de la langue.

Juste après l’annonce des résultats, plusieurs dirigeants du monde ont félicité, le président Recep Tayyip Erdogan, à leur tête l’Emir du Qatar Tamim Bin Hamed Al-Thani, l’Emir du Koweit, Sabah Al-Ahmad Jaber Al-Sabah, le président palestinien, Mahmoud Abbas, le président soudanais, Omar Al-Bachir, le président somalien Mohamed Abdullahi Mohamed, le président pakistanais Mamnoun Hassine, le président Serbe Alexander Votciç, le président macédonien Georgi Evanonv, le chef du Hamas palestinien, Ismaël Hanieyh, le Grand Rabbin juif de Turquie Ishak Haleva ainsi que le Chef de la Communauté juive turque Ishak Ibrahimzadeh.

LIRE AUSSI  Les Tarawih du Ramadan et le Hajj probablement annulés en raison des craintes de l'explosion du coronavirus en Arabie saoudite

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

Derniers articles de Géopolitique

Allez en Haut de la page
5 Shares
Share via
Copy link
Powered by Social Snap