Saad Eddine El Othmani - Page 3

Le programme de la visite du prince Harry au Maroc et de son épouse dévoilé

Le programme de la visite que comptent effectuer le duc et la duchesse de Sussex au Maroc du 23 au 25 février courant a été dévoilé ce lundi après-midi par le site britannique cheatsheet. Le prince Harry et son épouse Meghan Markle se rendent au Maroc dans le cadre d’une mission pour le compte du gouvernement britannique laisse-t-on entendre à Londres. Ils y seront reçus par les plus hautes autorités du royaume chérifien.


Un porte-parole du palais de Kensington a expliqué au site people cheatsheet que la visite « s’appuiera sur les relations étroites existant entre le Royaume-Uni et le Maroc. Le duc et la duchesse se réjouissent de cette visite qui mettra en exergue les rôles vitaux que jouent l’éducation des filles et l’autonomisation des jeunes dans le Maroc moderne, et qui le façonnent.»

Au cours de leurs deux journées au Maroc, le prince Harry et Meghan Markle seront reçus par le roi Mohammed VI ainsi que par le chef du gouvernement, Saad-Eddine El Othmani. Le duc et la duchesse de Sussex visiteront également les principaux sites touristiques du royaume.

Meghan Markle, la Duchess de Sussex

Malgré sa grossesse, la duchesse de Sussex, Meghan Markle, a tenu à effectuer ce voyage officiel au Maroc aux côtés de son époux. Les causes relevant de l’éducation et concernant les jeunes lui tiennent à cœur, précise le journal anglais.

Sur ce registre, cheatsheet rappelle que lors de la visite de l’ancienne Première Dame américaine, Michelle Obama avait déclaré au sujet de l’éducation des jeunes femmes au Maroc «que le Maroc avait fait d’énormes progrès en matière d’éducation, et que presque toutes les filles y vont à l’école primaire… mais beaucoup d’entre elles quittent l’école précocement et seulement 14% des filles dans les zones rurales marocaines vont au lycée».

Féministe passionnée, Meghan Markle porte un intérêt particulier à l’éducation des femmes et des filles à travers le monde.

32ème Sommet de l’Union africaine : des défis à la pelle

Sous le thème “Réfugiés, rapatriés et personnes déplacées: vers des solutions durables aux déplacements forcés en Afrique”, le 32ème Sommet de l’Union africaine se tient les 10 et 11 février dans la capitale éthiopienne Addis-Abeba. L’on s’attend à ce qu’une quarantaine de chefs d’Etat et de gouvernement et d’organisations internationales y participent. Saad Eddine El Othmani chef du gouvernement, conduira sur instruction du roi Mohammed VI la délégation marocaine. On annonce également la participation du Secrétaire général des Nations-Unies, Antonio Guterres, celui de la Ligue arabe, Ahmed Aboul-Gheit, Federica Mogherini, la haute représentante de l’Union européenne pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, le patron de la Banque africaine de développement, Akinwumi Adesina ainsi que Bill Gates.

Lire ici

Report à une date «ultérieure» du Conseil de gouvernement prévu vendredi

Le Conseil de gouvernement qui devait initialement se tenir ce vendredi a été reporté à une date ultérieure, annonce le Département du Chef du gouvernement dans un communiqué.

Le Conseil devait examiner trois projets de loi relatifs respectivement à la tutelle administrative sur les communautés soulaliyates et à la gestion de leurs biens, à la délimitation administrative des terres des communautés soulaliyates et aux terres collectives situées dans les périmètres d’irrigation.

La réunion devait également examiner des propositions de nomination à de hautes fonctions, conformément à l’article 92 de la Constitution.

MAP

H1N1 et fièvre aphteuse : Quand les départements de Akhannouch et Doukkali ont tenté de flouer les marocains

Il n’a fallu que quelques jours pour que deux des plus importants départements ministériels du royaume se fassent décrédibiliser auprès de l’ensemble de la population marocaine. Pire encore, le manque de courage de leurs responsables respectifs et leur irresponsabilité ont fait plonger l’ensemble des marocains dans une psychose sanitaire alarmante et qu’on aurait pu éviter avec un minimum de lucidité et de sens de l’Etat. Cette situation nous renvoie à cette incapacité de l’Exécutif actuel à gérer le pays dans un environnement et un monde mouvants et dangereux .

Lire ici

Amérique latine, nouveau terrain de prédilection de la diplomatie marocaine

/

Après sa déconvenue aux Nations Unies, le Polisario est en perte de vitesse sur le plan de la guerre diplomatique qu’il livre au Maroc. La visite entamée en fin d’année par Saâd Eddine El Othmani au Brésil a consacré l’avancée de la diplomatie offensive du Maroc face aux séparatistes. Dans plusieurs pays qui avaient reconnu le pseudo Polisario, il y a eu un changement d’attitude. Présent à Brasilia sur ordre du roi Mohammed VI pour le représenter à la cérémonie d’investiture du nouveau président brésilien, Jair Bolsonaro, le Chef de gouvernement a eu plusieurs entretiens concluants. Arrivé à la veille de la Saint-Sylvestre au Brésil, El Othmani a assisté mardi dernier en compagnie de Nabil Adghoghi, Ambassadeur du Maroc à Brasilia, à l’investiture de Jair Bolsonaro. Plusieurs chefs d’Etat et de gouvernement étaient présents à Brasilia dont le président chilien, Sebastian Piñera, le président de l’Uruguay, Tabaré Vázquez, le président du Pérou, Martin Vizcarra et le mandataire du Honduras, Juan Orlando Hernández.

Lire ici

Maroc-Russie : Un accord sur le nucléaire civil sur le point d’être signé et Gazprom entre en jeu

//

La visite de travail de Dimitri Patrouchev, ministre de l’Agriculture de la Fédération de Russie au Maroc a été une occasion de renforcer les relations bilatérales et de montrer l’intérêt des deux parties à développer leurs intérêts. Les deux pays, qui cherchent à développer les échanges agricoles au regard du grand potentiel de coopération dans ce secteur, se préparent aussi à signer un accord dans le nucléaire civil et dans le domaine des transports. Pour l’anecdote, le site Sputnik, proche des centres de décision russes, a estimé que le « Maroc a froissé ses partenaires serbes et indirectement russes» quand le chef du gouvernement marocain Saâd Eddine El Othmani a rencontré le Chef de la diplomatie du Kosovo en marge de l’Assemblée générale des Nations unies. Mais il semble que Moscou a oublié cette «maladresse».

Lire ici

Nations Unies : Un dispositif marocain de choc pour faire avorter les manoeuvres de Pretoria et d’Alger

Quand Nasser Bourita s’accapare les micros et les pupitres à l’ONU, d’autres balisent le terrain et défrichent les champs minés par les adversaires du Maroc. Et quand Nasser Bourita, connu pour aimer travailler seul et faire le vide autour de lui, multiplie les entretiens protocolaires avec ses homologues étrangers, d’autres préparent les dossiers de fond, analysent les situations ad hoc et tentent d’anticiper les coups bas notamment ceux des délégations de l’Algérie et de l’Afrique du sud. Nasser Bourita, chef de la délégation marocaine à New York pour deux jours ne l’est plus depuis quelques heures, et c’est Saad Eddine El Othmani qui a été dépêché aux Nations unies pour représenter le Maroc aux travaux de la 73ème session de l’Assemblée générale. En plus du chef de la diplomatie marocaine, le chef du gouvernement sera épaulé dans cette mission par Mohamed Yassine Mansouri et Omar Hilale qui sont les véritables chevilles ouvrières de ce «commando» qui a dû faire face, lundi, à un examen difficile lors du Sommet de la paix Nelson Mandela, tenu à New York.

Lire ici