fbpx

Abdelfattah al-Sissi - Page 2

La visite du pape François à Rabat éclipse le sommet arabe de Tunis

La tenue ce dimanche 31 mars à Tunis du 30 ème sommet de la Ligue des Etats arabes -fondée en 1945 !- pour une journée n’a pas dérogé aux précédents marqués par le sceau des divisions, tiraillements et des « décisions et résolutions » sans lendemain, posant au passage la question de l’utilité d’une telle institution budgétivore.

Ce sommet sous le thème « Détermination et solidarité » réduit de fait à un mini sommet a été marqué par l’absence de prés de la moitié de chefs d’Etats ou de gouvernements, en présence du Secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, Federica Mogherini, Haute représentante de l’Union européenne pour les affaires étrangères et la politique de sécurité.

Le Maroc a été représenté par le ministre de la justice Mohamed Aujjar. Parmi les chefs d’Etat présents autour du président tunisien, Béji Caïd Essebsi, figurent le monarque saoudien, Salman Ben Abdelaziz, arrivé le 28 mars accompagné d’une forte délégation et une flotte de pas moins de 22 avions ! Visite qui a été très critiquée par une partie de la société et la presse tunisienne, ou le président égyptien Abdelfattah al-Sissi qui a débarqué à Tunis ce dimanche après s’être décommandé quarante huit heures auparavant. L’annonce de sa participation a été vivement contestée par les partis islamistes arabes dont le tunisien Ennahdha au pouvoir et relevant des « Frères musulmans » et son armée médiatique.

Ce sommet a bien traduit encore une fois les divisions inter-arabes. Ainsi et après l’ouverture par les discours du SG de la Ligue et du président tunisien, l’émir du Qatar, Cheikh Tamim Ben Hamad Al-Thani, a quitté prématurément le Palais du Congrès où se tient le Sommet et Tunis Ce qui en dit long.

En clair, ce sommet est un non événement dont le communiqué final n’aura aucun impact sur les sujets à l’ordre du jour soigneusement « choisis » à savoir le dossier palestinien, ou l’annonce par le président américain d’offrir le Golan occupé à Israël.

Concrètement, la visite papale au Maroc hier samedi et ce dimanche a éclipsé, de par les questions abordées par le Roi Mohammed VI et le Souverain pontife, le Sommet arabe.

Les deux Souverains signant l’Appel d’Al Qods Acharif

 

Sur le plan médiatique et contrairement à la réunion de Tunis qui n’a pas provoqué le rush de la presse internationale, le voyage du Pape François a bénéficié d’une couverture médiatique nationale et internationale sans précédent dès son annonce. Les retombées médiatiques écrites et audiovisuelles dans toutes les langues de la planète se comptent par milliers. Et l’annonce de la signature par le Souverain Mohammed VI et le pape François de l’Appel d’Al Qods vaut mieux que 100 sommets arabes de par le poids politique et le respect dont jouissent les deux personnalités.

Poliment, le Maroc a tiré le tapis sous les pieds du Sommet de Tunis dans la mesure où les vraies questions ont été abordées également lors de la visite d’amitié et de travail du Roi Abdallah II de Jordanie à Casablanca. Avec pragmatisme et sans verser dans la rhétorique ,ses pourparlers avec Mohammed VI et le communiqué final a remis les pendules à l’heure sur les diverses questions de l’heure avec un rappel à l’ordre aux pétrodollars que la souveraineté du Maroc n’est ni négociable encore moins monnayable !

Sommet arabo-européen à Charm el-Cheikh les 24 et 25 février

La station balnéaire égyptienne de Charm el-Cheikh abritera les 24 et 25 février courant le Sommet Ligue des Etats arabes–Union européenne avec la participation de plusieurs chefs d’Etats. Côté arabe, on confirme déjà la présence du roi d’Arabie saoudite, Salmane Ben Abdelaziz, le président soudanais, Omar el-Béchir et le tunisien Béji Caïd Essebsi. Côté européen, les noms de la chancelière allemande Angela Merkel, de la première ministre britannique Theresa May et du président français Emmanuel Macron sont confirmés.

Lire ici

32ème Sommet de l’Union africaine : des défis à la pelle

Sous le thème “Réfugiés, rapatriés et personnes déplacées: vers des solutions durables aux déplacements forcés en Afrique”, le 32ème Sommet de l’Union africaine se tient les 10 et 11 février dans la capitale éthiopienne Addis-Abeba. L’on s’attend à ce qu’une quarantaine de chefs d’Etat et de gouvernement et d’organisations internationales y participent. Saad Eddine El Othmani chef du gouvernement, conduira sur instruction du roi Mohammed VI la délégation marocaine. On annonce également la participation du Secrétaire général des Nations-Unies, Antonio Guterres, celui de la Ligue arabe, Ahmed Aboul-Gheit, Federica Mogherini, la haute représentante de l’Union européenne pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, le patron de la Banque africaine de développement, Akinwumi Adesina ainsi que Bill Gates.

Lire ici

Rapprochement UMA/UpM, le jeu d’influence entre Macron et Sissi

Affaiblie, inaudible et surtout en panne, l’Union du Maghreb arabe, la région la moins intégrée d’Afrique et du monde, a signé la semaine dernière un partenariat avec l’UpM, dirigée depuis peu par l’égyptien Nasser Kamel. Un partenariat visant selon un communiqué conjoint à “créer des synergies entre les deux parties au bénéfice des populations de la région du Maghreb”. Mais que cache ce rapprochement et cet intérêt subit entre ces deux organisations ? S’agit-il des préparatifs au grand sommet sur la méditerranée de cet été, voulu par Président Emmanuel Macron, afin “retrouver le fil d’une politique méditerranéenne” ? Ou bien une ambition égyptienne d’accroître son influence dans une zone qui connaît de profondes mutations, notamment en ce qui concerne la situation libyenne, face à laquelle l’Egypte, la Tunisie et l’Algérie se sont constitué en un front uni contre l’accord de Skhirat?

Lire ici

Soudan : Vladimir Poutine vole au secours d’Omar el-Béchir

//

Depuis le 19 décembre dernier, date de l’éclatement du mouvement de protestation au Soudan à la suite d’une décision gouvernementale de tripler le prix du pain, la contestation n’a pas faibli mais a pris de l’ampleur et embrasant pratiquement tout le pays. Un lourd bilan en pertes humaines d’au moins 50 morts dans les rangs des manifestants qui réclament la liberté et justice mais aussi la tête du président Omar el-Béchir au pouvoir depuis 30 ans, et la chute de son régime.

Le maréchal El Béchir, qui se trouve dans de mauvais draps, a cherché appuis et aides auprès de certains Etats comme les Émirats arabes unis, l’Arabie Saoudite, l’Egypte qu’il visite ce lundi pour demander le soutien du Rais Abdelfattah al-Sissi, la Turquie et la Russie en particulier.

Contesté el lâché même par une partie de son parti, le Congrès National, sans oublier la principale formation de l’opposition et son chef Sadek Al-Mahdi qui a appelé vendredi au départ du président

Plusieurs médias et des observateurs n’ont pas hésité à qualifier ce mouvement de « nouvelle vague de printemps arabe » mais sans préciser ses commanditaires. En attendant de voir plus clair, il est fort probable que ce qui se passe au Soudan fasse partie d’une nouvelle guerre froide entre Moscou, d’une part, et Washington et autres puissances, d’autre part, dans le cadre d’une lutte d’influence aussi bien sur le continent africain que dans le monde arabe.

Le Soudan ce vaste pays de plus de 40 millions d’habitants censé être le grenier de l’Afrique, se trouve frappé par la misère en raison d’un régime gangréné par la corruption et le clanisme. Le régime aux abois aujourd’hui cherche par tous les moyens à survivre. Pour ce faire ? El-Béchir n’a pas hésité à demander le secours au chef du Kremlin, Vladimir Poutine.

Une aubaine pour Moscou pour élargir sa zone d’influence. Les médias britanniques ont révélé que des mercenaires russes aident à réprimer les manifestations au Soudan et que des éléments russophones dans la capitale soudanaise ont suscité des inquiétudes quant à la décision du Kremlin de soutenir le régime autocratique du président Béchir.

Les reportages et les photos de Khartoum sont apparus alors que les manifestations antigouvernementales se multipliaient et que le président faisait face à la plus grande menace qui pèse sur sa dictature militaire depuis sa prise du pouvoir il y a 30 ans.

Le déploiement apparent du muscle russe intervient alors que le Kremlin cherche à développer des liens de commerce, de sécurité et de défense avec l’Afrique subsaharienne. Au cours des deux dernières années, il a autorisé des projets d’énergie nucléaire civile en République du Congo, au Nigeria et au Soudan. Les entreprises russes participent également à une entreprise d’extraction de platine d’une valeur de 400 millions de dollars au Zimbabwe, à une immense centrale nucléaire devant être construite en Égypte et à un projet de bauxite de 220 millions de dollars…

The Times : Des soldats de la société privée de services militaires russes Wagner aperçus dans les rues de Khartoum le mois dernier

Information démentie quatre jours plus tard par le gouvernement soudanais par la voix de son ministre de l’intérieur, Ahmed Bilal Osman, qui l’a qualifiée de Fake news !

Manque de pot pour le responsable soudanais, le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov a reconnu ce lundi l’existence d’ «instructeurs russes dans le cadre des relations bilatérales russo-soudanaises qualifiant ce soutien de « légitime ».

Idem pour le vice –ministre des affaires étrangères, Mikhaïl Bogdanov qui a déclaré que des « instructeurs privés et gouvernementaux sont au Soudan pour des missions de formation » !

Droit dans ses bottes, el-Béchir n’arrête pas d’accuser les médias d’attiser la colère des soudanais tout en reconnaissant l’existence d’un véritable malaise: « Il y a un problème. On ne peut pas nier qu’il y a un problème, mais il n’a pas l’ampleur et les dimensions qu’en donnent les médias. C’est une tentative de clonage du Printemps arabe au Soudan. Ce sont les mêmes slogans et une très large utilisation des médias sociaux. Mais le peuple soudanais est en alerte. »

Finira –t-il par subir le même sort que le tunisien Ben Ali, le libyen Kaddafi ou l’égyptien Moubarak ?

Macron en Egypte : La France irrite le pouvoir égyptien

/

Emmanuel Macron a irrité le Maréchal Abdelfattah Al-Sissi à l’issue de leur entrevue ce lundi au Palais présidentiel Al Ittihadiya. En visite officiel depuis dimanche en Egypte, le Président Français n’était pas sur la même longueur d’ondes avec son hôte. Lors de la conférence conjointe tenue à l’issue de leurs entretiens, Emmanuel Macron a estimé que la stabilité est nécessaire en Egypte, mais « dans le respect des libertés». Le Président français a mis l’accent dans ce sens sur la nouvelle loi controversée qui étrangle l’activité des ONG en Egypte et sur les arrestations de militants, en estimant que «l’expression d’une société dynamique était le meilleur rempart face à l’extrémisme».

Lire ici

Liberté conditionnelle pour le blogueur et activiste égyptien Wael Abbas

Un des premiers blogueurs égyptiens et du monde arabe, Wael Abbas, star du web des années 2000, farouche opposant à Moubarak, Morsi et Sissi, vient de gagner une manche dans son procès en bénéficiant de la libération conditionnelle après 6 mois d’incarcération, suite à des accusations très lourdes dont l’incitation au renversement du régime égyptien.

Lire ici

Egypte-Ethiopie-Soudan : Vers la création du Fonds d’investissement le plus important d’Afrique

En dépit des relations particulièrement tendues entre l’Egypte et l’Ethiopie en raison de la construction par cette dernière du barrage de la Renaissance sur le Nil et qui constitue selon les égyptiens une grande menace pour leur approvisionnement en eau, le siège de la banque centrale égyptienne au Caire a abrité les mardi et mercredi, 3 et 4 juillet courant des discussions de haut niveau pour la création d’un Fonds d’investissement et d’infrastructure tripartite entre l’Egypte, l’Ethiopie et le Soudan.

Entrant dans le cadre d’un accord conclu entre les dirigeants des trois pays au début de l’année 2018, les discussions ont abordé toutes les questions relatives à la mise sur pied de ce Fonds, considéré comme le plus important du continent, et notamment ses objectifs, sa gouvernance, son administration et le volume du financement sans donner plus de précision.

Les trois parties ont quand même convenu d’intensifier les consultations pour baliser la voie à un deuxième round de discussions au cours des prochaines semaines. Il aura lieu en marge des réunions annuelles de l’association des banques centrales africaines prévues dans la station balnéaire égyptienne de Charm El Cheikh du 5 au 9 août prochain.

L’accord de lancer ce Fonds tripartite est intervenu le 29 janvier dernier en marge du 30e sommet des chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union africaine tenu à Addis Abeba entre le président égyptien Abdelfattah al-Sissi, le soudanais Omar al Bachir et le premier ministre éthiopien de l’époque Hailé Mariam Dessalegn.

La presse égyptienne indique que les échanges commerciaux entre l’Egypte et le Soudan tournent autour de 529 millions de dollars. Ils sont de l’ordre de 170 millions de dollars entre le Caire et Addis-Abeba.

Grand coup de pub de Facebook pour Bassem Youssef

Après l’arrêt de sa célèbre émission «Al-Bernameg» (l’Émission) dont la diffusion a duré 3 ans, Bassem Youssef, qui s’est exilé aux États-Unis, frappe un grand coup en diffusant un live depuis le siège social de Facebook à Los Angeles.

Les menaces de mort et les pressions exercées par le gouvernement du président Abdel Fattah al-Sisi soutenu par l’armée, l’ont contraint à fuir le Caire. Maintenant âgé de 43 ans, Bassem Youssef, surnommé le «Jon Stewart d’Egypte», chirurgien cardiaque de son état, suit des cours de théâtre, organise des rencontres avec des agents et des producteurs, travaille à son élocution, écrit des scénarios et cherche à se réinventer dans une nouvelle vie aux États-Unis.

Durant cet exil forcé, Bassem Youssef a publié un livre en anglais intitulé «Révolution pour les nuls» – un condensé de satire et de mémoires du printemps arabe. Il est ensuite le héros d’un documentaire sur son expérience dans les médias en Égypte, « Tickling Giants » (Chatouillement des géants), réalisé par la productrice du “The daily Show” de Jon Stewart, Sara Taksler.

«Tout m’a été enlevé chez moi, chez mes parents, au travail, dans le succès, je me retrouve un paria», dit-il. «C’est très frustrant de voir la destruction de mon pays, la destruction de son économie, sa structure sociale, la destruction de la compassion et de l’empathie pour défendre ses droits, la destruction des libertés et l’une des meilleures générations que l’Egypte ait jamais connues. La destruction de l’esprit égyptien.»

Bassem Youssef a animé en 2017 l’émission «Democracy Handbook», une émission de la chaîne américaine Fusion. Il a sillonné les Etats-Unis et commenté la vie politique du pays avec le sens de la formule, le regard de l’étranger, des meetings de campagne de Trump aux politiques d’immigration américaines.

Aujourd’hui Bassem Youssef se lance dans des podcasts décalés qu’il a intitulés : “Remade in America with Bassem Youssef”. Des émissions où il raconte les histoires de personnes qualifiées d’outsiders qui ont réussi à se construire en dehors des sentiers battus.

Dans les questions-réponses de ce live Facebook, Bassem Youssef avoue ne pas pouvoir retourner en Egypte, de peur de ne plus pouvoir en sortir.