Dialogue 5+5 : Le Maroc propose un nouveau format G10 flexible et adaptable

Le chef de la diplomatie marocaine, Nasser Bourita, a conduit aujourd’hui 18 janvier 2019, la délégation marocaine qui prend part à la 15ème réunion des ministres des Affaires étrangères des pays du Dialogue 5+5 de la Méditerranée occidentale, qui se tient à La Valette, à Malte. Sécurité, migration et jeunesse sont les principales thématiques étudiées lors de ce forum dont le ministre marocain a salué la pertinence, la résilience et le leadership au niveau méditerranéen et qui, depuis trois décennies, et oeuvré et oeuvre à la construction d’une Méditerranée solidaire, apaisée, rassemblée et agissante. Cet espace réunit aujourd’hui, outre le Maroc, l’Algérie, la Mauritanie, la Libye, la Tunisie, la France, le Portugal, l’Espagne, l’Italie et Malté.

Dans une allocution à cette occasion, le ministre marocain des Affaires étrangères a souligné la maturité dont aujourd’hui fait preuve le Forum 5+5, tout en estimant le moment opportun de passer à une nouvelle étape, à même d’imprimer à la Coopération entre les membres du 5+5 une vitesse supérieure, une ampleur et une dimension étendues, et ce par la création d’un Groupe de partenariat, dépassant le paradigme classique du 5+5 : Le G10 Méditerranée.

Le Maroc pour un G10

Tout en se réjouissant de l’éclosion de nouvelles initiatives novatrices, telles que l’initiative portée par le président français, Emmanuel Macron, pour un Sommet des deux rives, ou la proposition portugaise d’un Dialogue Euro-Maghreb, Nasser Bourita, lui, propose la mise en place d’un G10, en tant que véritable ambition affichée du Maroc pour une méditerranée libérée des pesanteurs qui entravent parfois la jonction de la volonté à l’action. Pour Nasser Bourita, ce G10 se voudrait un réceptacle pour des dynamiques de coopération à géométrie variable.

Ce nouveau format, flexible et adaptable, devrait permettre de dépasser la logique de rive face à l’autre ou bloc face à l’autre, et favoriser l’émergence de synergies décomplexées, ouvertes et opérationnelles, permettant ainsi d’appréhender efficacement les défis qui s’imposent à tous.

Rabat propose d’organiser une conférence ministérielle sur la Jeunesse

Dans cette même perspective, Nasser Bourita a appelé à développer une déclinaison 5+5 du Pacte Mondial sur la Migration pour, notamment, identifier des instruments d’action qui, à la fois, s’inscrivent dans le Pacte et en même temps sont adaptés à l’espace Méditerranéen.

Soulignant le lien évident entre la jeunesse et la migration, le chef de la diplomatie marocaine a rappelé les propos du roi Mohammed VI dans son message à la Conférence de Marrakech, dans lequel il a souligné qu’à « chaque étape des routes migratoires, à chaque degré d’intégration, à chaque niveau de complémentarité entre développement et migration, c’est la voix de la jeunesse que nous entendons, et c’est à ses besoins que nous répondons ».

Dans ce cadre, Nasser Bourita a estimé que la jeunesse, qui représente, aujourd’hui, plus de 60% de la population des pays membres du 5+5, est, à la fois, une chance et un défi : Une chance, car elle représente un gisement de potentialités. Et un défi, car cette jeunesse doit évoluer dans la dignité du savoir et du travail, trouver du sens dans son présent et être préservée des extrémismes , sous toutes leurs formes. C’est dans cet esprit que le Maroc se propose d’organiser une conférence ministérielle sur la Jeunesse, dédiée à la formation, à l’éducation et à l’emploi. En effet, Il y a un momentum pour s’entendre sur un « Agenda Méditerranéen pour la Jeunesse », et d’y associer de manière effective les différents acteurs et opérateurs concernés.

Réunis en décembre 2018, les ministres de Défense de l’initiative 5+5 ont balisé le terrain


Cette  15ème réunion des ministres des Affaires étrangères des pays du Dialogue 5+5 de la Méditerranée occidentale, intervient un mois après celle qui s’est tenue en Italie et qui a réuni, dans leur 14e session, les ministres de La Défense de l’initiative 5+5, sous la présidence italienne, dans le but d’approfondir la collaboration et la promotion de la coopération sur les questions de sécurité et de défense communes en vue de contribuer à la stabilité régionale et à la compréhension mutuelle entre les pays des deux rives de la Méditerranée occidentale. Le Maroc y était représenté par une importante délégation, civile et militaire, présidée par le ministre chargé de l’administration de la Défense nationale, Abdellatif Loudiyi.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

Derniers articles de Diplomatie

Facebook
Allez en Haut de la page