Mostafa Terrab

Moulay El Hassan poursuivra des études de Gouvernance, de Sciences Politiques et Sociales à l’Université Mohammed VI polytechnique – UM6P

«Le Prince héritier Moulay El Hassan a jeté son dévolu sur l’Université Mohammed VI polytechnique (UM6P) de Benguerir, près de Marrakech, après avoir eu l’accord du roi Mohammed VI qui a tenu à ce que son fils et héritier accomplisse son cursus au sein du pays où il est appelé à régner» nous informe Maghreb Intelligence ce jeudi 15 Octobre.

Après avoir décroché cet été son baccalauréat en Sciences Economiques et Sociales avec la mention «Très Bien», le Prince Héritier, Moulay El Hassan a finalement choisi de poursuivre ses études universitaires au Maroc et plus précisément, à l’Université Mohammed VI polytechnique (UM6P) de Benguerir, croit savoir Maghreb Intelligence.

Contrairement aux spéculations qui donnaient le Prince Héritier futur élève de l’école de l’armée de l’air de Marrakech, Moulay El Hassan a opté pour la faculté de Gouvernance, des Sciences Economiques et Sociales de l’UM6P.

Composante de l’Université Mohammed VI Polytechnique, la Faculté de Gouvernance, Sciences Économiques et Sociales (FGSES-UM6P) est un établissement d’enseignement supérieur et de recherche qui propose des formations initiales et exécutives en sciences humaines et sociales axées sur les politiques publiques et sur les questions spécifiques qu’elles soulèvent au Maroc et à l’échelle du Continent africain.

Orientée vers l’Afrique et la coopération Sud-Sud, la FGSES-UM6P forme des décideurs visionnaires capables de :

  • Réformer les politiques publiques
  • Comprendre et anticiper les enjeux géopolitiques de l’Afrique
  • Développer des modèles de développement économique et social pour l’Afrique
  • Comprendre les évolutions de la société et participer au décloisonnement des savoirs

Il est à rappeler que l’Université Mohammed VI polytechnique a été créée par Mostafa Tarrab sous l’impulsion du roi Mohammed VI dans le cadre des grands projets de développement du Groupe OCP.

L’UM6P a ouvert ses portes en 2013, quatre années avant son inauguration par le roi Mohammed VI le 12 janvier 2017. Mostafa Terrab a fait de cette université un laboratoire grandeur nature de modèle d’enseignement universitaire au Maroc et en Afrique. UM6P est un mix entre le modèle anglosaxon type MIT et le modèle français type Ecole Polytechnique Paris qui se veut proche du monde économique tout en ayant un cachet d’université de recherche.

L’inscription du prince héritier à l’UM6P confirme la réussite du pari de Mostafa Terrab et donnera à cette université la possibilité de connaitre une renommée qui dépasserait les frontières du Royaume.


Exclusif – OCP investit dans une usine d’engrais indienne valorisée à 280 millions de dollars

Dans sa note annonçant un profit warning pour le premier trimestre 2020, le conseil d’administration de la société indienne d’engrais Zuari Agro Chemicals Ltd dévoile avoir approuver la cession de son usine à Goa, valorisée à 280 millions de dollars. L’acquéreur n’est autre que Paradeep Phosphates Ltd (PPL), une JV qu’elle avait constitué depuis 1981 avec le groupe OCP. La note d’information annonce également que le géant des phosphates marocain avait fait, décembre dernier, une offre de 46,5 millions dollars pour le rachat de sa filiale Zuari Farmhub Limited spécialisée dans le commerce d’engrais. Une offre qui a finalement été approuvée par le Conseil qui cherche à réduire les tensions sur la trésorerie de la société engendrée par la pandémie du Coronavirus.

Mostafa Terrab profite de la crise du Coronavirus pour renforcer sa présence en Inde. En effet, le conseil d’administration de son partenaire indien, Zuari Agro Chemicals Ltd vient d’approuver une double opération qui va permettre au Groupe OCP de contrôler une usine de production d’engrais dans la région indienne de Goa, qui abrite l’un des meilleur ports commerciaux du pays et une société spécialisée dans la commercialisation de fertilisants.

En plus du fait que le groupe indien trouve son compte en se rapprochant davantage du premier exportateur mondial du phosphate, Zuari Agro Chemicals subit de plein fouet les effets de la crise sanitaire.

Dans son rapport d’audit financier, Zuari Agro déclare «qu’en raison des retards importants dans la réception des subventions du gouvernement indien au cours des périodes précédentes, la société a constaté une détérioration conséquente de ses liquidités». Et que de plus, «elle n’a pas été en mesure de répercuter l’augmentation des prix des matières premières sur les agriculteurs, ce qui a impacté négativement les flux de trésorerie de l’entreprise».

C’est dans ce contexte que le Conseil d’administration de Zuari tenu fin de semaine dernière a approuver les offres du Groupe OCP.

Il a donc été acté la cession de l’usine d’engrais de GOA pour un montant de 280 millions de dollars au profit Paradeep Phosphates Ltd (PPL), une JV entre la société et l’OCP, de droit indien spécialisée dans la production d’engrais phosphatés (DAP/NPK) avec une capacité de 1,6 million de tonnes par an.

Le produit de la cession de l’usine sera utilisé pour faire face aux passifs à long terme de la société, assure le management de Zuari. Lequel espère également de faire de Paradeep Phosphates Ltd (PPL) une grande entreprise d’engrais ayant accès à différents types de produits et marchés desservis par Zuari et l’OCP.

Il est à rappeler que Paradeep Phosphates, PPL, est détenue à hauteur de 80,45% par Zuari Maroc Phosphates Pvt. Ltd (ZMPPL) qui est elle même détenue à part égale 50/50 par Zuari Agro et OCP. Le reste du capital de PPL est détenu par le gouvernement indien.

Zuari Maroc Phosphates Pvt. Ltd est piloté par un directoire constitué de six directeurs, trois indiens et trois marocains. Du côté marocain, on retrouve Ghislane Guedira, Directrice financière du Groupe OCP, Mohamed Belhoussain, Vice-Président en charge des ventes et du Marketing et l’homme de confiance de Mostafa Terrab, Mohamed Soual.

De plus, le Groupe OCP a eu le feu vert pour entrer dans le capital de la filiale Zuari, Zuari Farmhub Limited qui est spécialisée dans les opérations commerciales relatives à la vente de détail des fertilisants spéciaux, des produits chimiques de protection des cultures, des semences et des engrais mélangés. Terrab devrait débourser pour cela 46,5 millions $.

Endin, la finalisation de l’opération dépendra des opérations de due diligence qu’opèrent les équipes d’OCP mai aussi de l’accord des autorités compétentes

Mustapha ElOuafi, ancienne cheville ouvrière de l’OCP, nommé Président de Maya Gold Silver Maroc

Le groupe canadien Maya Gold Silver, spécialisé dans l’exploration et la mise en valeur des ressources minières, a nommé le 14 mai dernier au poste de Président de sa filiale marocaine, l’ancien Directeur Général Adjoint du Groupe OCP, Mustapha ElOuafi. Homme exigeant, discret et travailleur, le nouveau PDG, aura pour mission, entre autres, la mise en exploitation du site polymétallique de Boumadine, dont l’Etat détient 15% des parts à travers l’ONYHM.

Diplômé de l’école Mohammadia d’Ingénieurs et de l’École des Ponts Business School, Mustapha ElOuafi a fait toute sa carrière professionnelle au sein du Groupe OCP où il a gravi les échelons jusqu’au poste de Directeur Général Adjoint.

Mustapha ElOuafi va en effet passer 15 ans en tant qu’ingénieur des mines à Khouribga avant d’être propulsé en 2007, Directeur Commercial Asie, Moyen Orient et Océanie, puis Directeur du site de Jorf Lasfar en 2011. Deux années plus tard il sera nommé Directeur Exécutif Commercial, Marketing et Achats de matières premières. En juillet 2015, ElOuafi sera désigné par Mostafa Terrab, Directeur Général Adjoint.

Ce tracking record exemplaire va pousser l’un des acteurs miniers les plus importants du pays Maya Gold Silver à jeter son dévolu sur ce profil rare pour accompagner une phase importante de sa croissance.

Maya Gold Silver est une société canadienne qui concentre depuis plusieurs années le principal de ses activités sur l’acquisition, l’exploration et l’évaluation de propriétés minières situées au Maroc. Ses projets phares sont la mine d’argent Zgounder, située à 260 kilomètres à l’est d’Agadir, dans le massif protérozoïque de Siroua de la chaîne de l’Anti-Atlas ainsi que le gisement polymétallique de Boumadine, situé à l’intérieur de la fenêtre protérozoïque d’Ougnat dans l’ouest du Maroc. L’Office National des Hydrocarbures, ONYHM est associé à hauteur de 15% dans ces deux projets stratégiques.

La société possède également d’autres actifs miniers dans le pays, tels que la propriété Amizmiz, la propriété Azegour, le permis minier N° 233263 et la propriété Touchkal. Tandis que son unique investissement en dehors du Maroc se situe au Mexique, La Campana Property, une mine à 70 kilomètres à l’est de la ville de Mazatlan, près de la rivière Baluarte

Deuxième Cadre supérieur de l’OCP à faire partie du Top Management de Maya

Mustapha ElOuafi est le deuxième marocain et cadre supérieur du Groupe OCP à être débauché par la société canadienne pour faire partie de son Top Management. En effet, en Juin 2010, Maya Gold Silver avait fait appel à l’ancien haut cadre du Groupe OCP et de Managem, Noureddine Mokaddem, qui deviendra au bout de quelques mois Administrateur, Président Directeur général.

Le départ en retraite de ce dernier, maintenu au poste d’administrateur, a précipité la réorganisation de Maya. Le groupe va nommer dans un premier temps, le 27 avril dernier, un nouveau Président, le canadien Benoit La Salle, puis dans un deuxième temps Mustapha ElOuafi au poste de PDG de Maya Maroc.

Boumadine, un site prometteur

Dans son édition du 10 mars 2020, notre confrère Africa Intelligence va révéler la création par Maya Gold & Silver et l’ONHYM de la société de droit marocain Boumadine Global Mining.

La création de cette entité, dédiée à l’exploitation du site Boumadine dans la province d’Errachidia, a été qualifiée par la même source comme preuve que la campagne de forages qui dure depuis des années sur le site était concluante. D’ailleurs, révèle le site d’information, Maya avait mandaté, en septembre 2019, la banque d’affaire CIBC World Markets pour l’accompagner dans une levée de fonds internationale destinée à financer ce projet qui vise la production d’or, de l’argent, du zinc, du plomb et du germanium.

Le Cabinet Royal dévoile la liste des membres de la Commission Spéciale sur le Modèle de Développement

Le Roi Mohammed VI a procédé ce jeudi 12 décembre à la désignation des membres de la Commission Spéciale sur le Modèle de Développement. Outre le Président, la Commission est composée de 35 membres ayant des parcours académiques et professionnels pluriels et une connaissance importante de la société marocaine et des questions politiques, économiques et sociales, culturelles et environnementales. La Commission mobilise des compétences marocaines travaillant tant au Maroc qu’à l’international, actives et engagées dans les secteurs public, privé ou de la société civile.

Lire ici

L’année 2018, une année de croissance pour le Groupe OCP

/

L’année 2018 aura été un bon cru pour le Groupe OCP. A lire les résultats annuels publiés par l’office aujourd’hui, force est de constater que la quasi-totalité des indicateurs sont au vert et enregistrent une nette croissance.

Portées par une croissance de la demande, les ventes de l’office ont progressé de 15% en passant de 48,5 milliards de DH en 2017 à 55,9 milliards de DH en 2018. Une tendance qui s’est reflétée sur l’EBITDA qui a grimpé de 12,7 milliards de DH en 2017 à 17,07 milliards de DH en 2018, soit une croissance de 34%.

Croissance de 34% de l’EBITDA

La marge d’EBITDA dégagée progresse ainsi de 31% en glissement annuel contre 26% en 2017. L’OCP a poursuivi sa politique d’investissement durant l’exercice 2018 puisque les dépenses consentis dans ce sens ont totalisé 10,8 milliards de DH. Pour le management du Groupe OCP, « les résultats d’OCP ont connu une forte croissance en 2018 avec une amélioration significative des principaux indicateurs financiers, et ce en ligne avec la performance positive affichée tout au long de l’année. Grâce à notre programme d’investissements, lequel a contribué à la transformation d’OCP au cours des dix dernières années, nous continuons d’accroître notre productivité et notre excellence opérationnelle durable, tout en nous assurant une position de leader dans le secteur ».

Une conjoncture favorable qui a neutralisé la hausse des intrants

Au cours de l’année écoulée, la conjoncture a été favorable au Groupe avec « la hausse des prix des engrais phosphatés, combinées à un mix produits favorable et à une maîtrise de nos coûts ont contribué à améliorer notre profitabilité en 2018, et ce en dépit de la hausse des prix du soufre », indique la même source. Grâce à son agilité commerciale et à la diversification géographique des exportations, l’office a pu développer ses ventes. Cette performance a été servie par la croissance des segments de l’acide phosphorique et des engrais, se traduisant par une hausse des volumes et des prix sur ces produits, tandis que dans le segment de la roche, les indicateurs sont restés stables. Dans un communiqué, l’office chérifien a indiqué que « ces résultats positifs assoient la position du Groupe en tant que premier exportateur mondial d’engrais phosphatés, particulièrement en consolidant la position de leader d’OCP sur le marché de l’acide phosphorique et de la roche ». Analysées par segments, les ventes ont progressé de 20% pour les engrais (55% du chiffre d’affaires total) avec une croissance des exportations vers l’Amérique du Nord (24%), l’Amérique Latine (23%), l’Afrique (22%), l’Asie (16%) et l’Europe (15%). Les segments de la roche et de l’acide phosphorique (+39%) ont chacun représenté 18% du chiffre d’affaires total. Malgré la hausse des prix des matières premières, et grâce à son efficacité opérationnelle, le Groupe a réalisé une progression de sa marge brute de 18% à près de 37,18 milliards de DH contre 31,6 milliards de DH une année auparavant.

Un groupe flexible, agile et efficace à l’avenir prometteur

« Notre stratégie continue de porter ses résultats et nous évoluons progressivement vers une demande d’engrais de plus en plus adaptés aux besoins des sols et des cultures avec un focus sur l’innovation et une approche orientée vers le fermier », a mis en relief Mostafa Terrab, Président-Directeur Général.

Concernant l’évolution des agrégats au cours du dernier trimestre de l’année 2018, le Groupe indique que le chiffre d’affaires a atteint 14,8 milliards de DH contre 12,5 milliards de DH à la même période de l’exercice précédent, grâce à la croissance des ventes. La marge brute a atteint 9,3 milliards de DH contre 8 milliards de DH au quatrième trimestre 2017. L’EBITDA a été de 4,24 milliards de DH contre 2,62 milliards de DH une année auparavant, ce qui représente une évolution de +62%. La marge EBITDA a avoisiné les 29% contre 21% pour le quatrième trimestre 2017.

Fort de ces résultats, le Groupe OCP appréhende l’avenir avec sérénité, tout en gardant un œil sur ses concurrents, notamment chinois. Grâce à sa flexibilité industrielle, le Groupe a consolidé sa position de leader sur toute la chaîne de valeur. L’année 210 s’annonce placée sous le signe de la croissance continue de la demande et de la consommation, en raison d’une bonne saison agricole en Amérique du Nord et des bonnes conditions météorologiques en Europe, de la forte demande en Afrique et à la reprise des importations au Brésil. Concernant les intrants, l’augmentation de la capacité de production de l’ammoniac, la disponibilité du soufre sur les marchés, devraient se traduire par une baisse des cours en 2019. Pour ce qui est des engrais, l’équilibre entre l’offre et la demande devrait se maintenir en 2019, mais l’OCP devra avoir à l’œil l’évolution des exportations chinoises. A long terme, et fort de ses importantes réserves, de sa grande capacité de production, de sa flexibilité et de son leadership, le Groupe entend maintenir sa stratégie reposant sur des fondamentaux positifs.