fbpx

Blinken : «la visite de Xi à Moscou offre une couverture diplomatique aux crimes de guerre de Poutine»

Partager

Trois jours après que la Cour pénale internationale a accusé le président russe Vladimir Poutine de crimes de guerre en Ukraine, le président chinois Xi Jinping est arrivé à Moscou pour une visite d’État. Laquelle visite serait selon les déclarations du secrétaire d’État américain, « une couverture diplomatique de la Chine à la Russie pour qu’elle continue à commettre des crimes de guerre».

Xi Jinping, le dirigeant chinois, et le président russe Vladimir V. Poutine se sont rencontrés face à face ce lundi à Moscou, où Xi a salué les deux nations comme de «bons voisins et des partenaires fiables» lors d’une visite d’État qui a été suivie de près par Kiev et ses alliés occidentaux.

Alors que les responsables chinois ont tenté de présenter Xi Jinping comme un médiateur capable de négocier une résolution pacifique en Ukraine, les responsables américains se sont montrés méfiants à l’égard de l’implication de la Chine. Le secrétaire d’État Antony Blinken, qui avait déjà averti que Pékin pourrait fournir des armes à la Russie, a déclaré lundi que la visite à Moscou du président chinois, quelques jours après que la Cour pénale internationale a lancé un mandat d’arrêt contre le président russe Vladimir Poutine, revenait pour Pékin à fournir «une couverture diplomatique à la Russie pour qu’elle continue à commettre des crimes de guerre».

La visite du président Xi Jinping «suggère que la Chine ne se sent pas obligée de demander des comptes au président pour les atrocités commises en Ukraine», a déclaré Blinken à propos de Poutine.

Blinken a fait cette déclaration après une longue critique du rôle que la Chine a cherché à jouer dans la guerre en proposant un vague plan de pourparlers de paix que Kiev et ses alliés occidentaux ont balayé d’un revers de main. Il a mis en garde contre tout effort de règlement du conflit qui pourrait conduire à une «issue injuste» ou offrir à la Russie une chance d’obtenir un avantage tactique dans les combats.

«Le monde ne doit pas être dupe d’une quelconque manœuvre tactique de la Russie, soutenue par la Chine ou tout autre pays, visant à geler la guerre selon ses propres conditions» a-t-il alerté.

Le rapport annuel du département d’État sur les droits de l’homme dans le monde, qui condamne sévèrement les forces russes pour une litanie d’atrocités en Ukraine, y compris «des rapports crédibles d’exécutions sommaires, de tortures, de viols et d’attaques indiscriminées», notamment contre des civils, a été publié à l’occasion de la réunion de M. Blinken à Washington.

Le rapport indique également que le gouvernement russe «s’est engagé dans la déportation forcée de civils de l’Ukraine vers la Russie», y compris d’enfants – l’objet des accusations portées contre Poutine et annoncées vendredi par le tribunal international.

Le ministère a également relevé de graves problèmes en matière de droits de l’homme en Ukraine, notamment des arrestations et des meurtres arbitraires, ainsi que des mesures inadéquates pour punir les fonctionnaires ayant commis des actes répréhensibles. Le rapport précise toutefois que ces problèmes ne sont «pas comparables à l’ampleur des violations commises par la Russie».

Blinken a déclaré qu’il s’attendait à ce que la Chine profite du voyage de Xi Jinping pour réitérer ses appels passés en faveur d’un cessez-le-feu dans le cadre de la proposition de paix en 12 points que la Chine a présentée le mois dernier. Mais il a exprimé son profond scepticisme quant aux efforts chinois, déclarant qu’un appel au cessez-le-feu qui n’inclurait pas le retrait des forces russes d’Ukraine «reviendrait en fait à soutenir la ratification de la conquête russe», a-t-il déclaré. «Cela reviendrait à reconnaître les tentatives de la Russie de s’emparer par la force du territoire d’un voisin souverain».

Il a ajouté que les États-Unis accueilleraient favorablement toute initiative de paix pour l’Ukraine «qui favorise une paix juste et durable», et qu’ils soutiennent certains éléments de la proposition chinoise, notamment la protection des civils et la garantie de la sûreté nucléaire.

«Si la Chine s’engage à soutenir la fin de la guerre sur la base des principes de la charte de l’ONU, comme le prévoit le point 1 de son plan, elle peut s’engager avec Zelensky et l’Ukraine sur cette base», a-t-il affirmé Blindent.

Mais l’élément fondamental de tout plan visant à mettre fin aux combats doit être «le maintien de la souveraineté et du territoire de l’Ukraine», a-t-il déclaré, ajoutant : «Tout plan qui ne donne pas la priorité à ce principe essentiel est au mieux une tactique dilatoire, ou cherche simplement à faciliter une issue injuste».

Il a ajouté que les efforts de Poutine pour annexer le territoire ukrainien et les attaques incessantes de son armée contre les civils prouvent que Poutine «n’a aucun intérêt» pour une telle paix.

- Advertisement -