The New York Times : Le coronavirus frappe violemment la famille régnante saoudienne

«Coronavirus envahit le sanctuaire saoudien» titre le New York Times dans un article publié mercredi 8 avril. Pas moins de 150 membres de la famille royale saoudienne seraient atteints du Coronavirus, dont le gouverneur de la région de Riyadh, croit savoir le célèbre journal américain. L’information aurait été fuitée de l’hôpital «King Faisal Specialist Hospital» de Riyadh qui a été mis en état d’alerte maximale, mardi soir, et se préparerait à accueillir jusqu’à 500 autres malades VIP.

Plus de six semaines après que l’Arabie saoudite ait enregistré son premier cas, le coronavirus frappe au cœur de la famille royale tentaculaire du royaume.

L’information survient moins de 48h de l’annonce de l’extension d’un couvre-feu total de 24 heures, déjà en vigueur dans certaines villes, à plusieurs autres parties du territoire, dont la capitale Riyad, pour contenir la pandémie de Covid-19.

L’Arabie Saoudite, le pays arabe du Golfe le plus touché, s’attend même à une explosion des infections au Covid-19 les prochaines semaines, selon les résultats d’une étude rendue publique par le ministre de la santé saoudien ce mardi.

«Le nombre d’infections au cours des prochaines semaines pourrait atteindre 200 000 personnes», a-t-il déclaré.

Cet état d’alerte maximal aurait surtout concerné l’hôpital de la capitale Riyadh, le «King Faisal Specialist Hospital» réservé exclusivement à l’élite du pays.

Dans une note interne de cet hôpital, dont à pris connaissance la rédaction du New York Times, les directives étaient alarmantes : « Nous devons être prêts pour accueillir les V.I.P. de tout le pays».

«Nous ne savons pas combien de cas nous recevrons mais l’alerte est élevée» a prévenu le management de l’établissement sanitaire ses médecins chefs.

«Tous les patients chroniques devraient être retirés dès que possible, seuls les cas les plus urgents seront acceptés» précise la note interne.

Parmi les décisions prises également est de transférer les membres du personnel soignant malades, à un autre établissement afin de faire de la place à la famille royale à laquelle 500 lits ont été réservés, écrit New York Time

Le Prince Faisal ben Bandar Al Saoud, gouverneur de la région de Riyadh en soins intensifs

D’après les sources du journal américain, plusieurs dizaines de membres de la famille royale ont été contaminés par le Covid-19. Un proche des Al Saoud a même évoqué le chiffre de 150 membres de la famille régnante qui auraient contracté le virus.

Le rapport du New York Times cite parmi les malades, le Prince Faisal ben Bandar Al Saud, gouverneur de la région de Riyadh et neveu du roi Salmane.

«Le prince Faisal bin Bandar ben Abdelaziz Al Saoud, a contracté le Covid-19 et il est actuellement en soins intensifs» rapporte le journal en citant deux médecins travaillant à l’hôpital King Faisal et deux autres proches de la famille royale.

Le roi Salman, 84 ans, se serait confiné dans un palais insulaire près de la ville de Jeddah sur la mer Rouge, tandis que le prince héritier et homme fort du régime, Mohammed ben Salman, alias MBS, s’est retiré avec de nombreux ses ministres sur un site éloigné sur la même côte. Le site du projet de la ville futuriste «Neom», adjacente aux frontières israéliennes.

«Si cela touche la famille, cela devient un problème urgent», a déclaré au New York times, Kristian Coates Ulrichsen, chercheur à l’Université Rice aux Etats-Unis spécialiste de politique de sécurité dans le Golfe.

La famille royale comprend des milliers de princes, dont beaucoup voyagent régulièrement en Europe. Certains auraient ramené le virus, selon des médecins et des proches.

L’égalitarisme de la pandémie fait que le virus touche aussi bien les princes les plus riches que les travailleurs migrants les plus pauvres sans aucune discrimination – du moins jusqu’au moment où ils commencent à demander des tests ou des traitements, souligne le New York Times.

Pour stopper la propagation du coronavirus, le Roi Salmane veut soigner tous les étrangers du royaume

Les migrants d’Asie du Sud-Est ou des pays arabes les plus pauvres représentent environ un tiers de la population du royaume, soit environ 33 millions d’habitants.

La plupart vivent entassés dans de grands camps à l’extérieur des grandes villes, dormant plusieurs dans une pièce et se rendant au travail entassés dans des bus – conditions idéales pour la transmission du coronavirus. Beaucoup de ces travailleurs ont un accès limité aux soins de santé. Les employeurs sont ostensiblement tenus de fournir une couverture de santé privée à leurs employés étrangers, mais les règles sont rarement appliquées.

Ces travailleurs ne peuvent pas non plus rentrer dans leurs pays maintenant que les liaisons aériennes ont été arrêtées.

Avec la crainte d’une explosion du coronavirus dans le Royaume aussi bien entre les membres de la famille royale que parmi la très large communautés des travailleurs non saoudiens, le roi Salmane a décrété la semaine dernière la prise en charge sanitaire de tout étranger atteint du coronavirus, indépendamment du visa ou du statut de résident.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Article précédent

«On ne l’oubliera jamais», Trump remercie l’Inde pour sa décision d’augmenter les exportations de l’hydroxychloroquine

Article suivant

Aux abois, l’Iran appelle le FMI à l’aide

Derniers articles de MENA

2K Shares
Share via
Copy link
Powered by Social Snap