fbpx

Scandale : Les Émirats prévoient d’utiliser la COP28 pour conclure des accords pétroliers

Partager

Une conseillère du comité principal de la COP28 a démissionné à la suite d’informations révélées par la BBC selon lesquelles la présidence des Émirats arabes unis prévoyait d’utiliser les réunions du COP pour proposer des contrats pétroliers et gaziers.

Dans un développement surprenant au sommet sur le climat COP28, un membre éminent du conseil consultatif principal a démissionné vendredi. Cette démission fait suite aux rapports indiquant que la présidence émiratie prévoyait d’utiliser la réunion pour sécuriser des accords sur le pétrole et le gaz, selon une lettre de démission envoyée à la presse.

Hilda Heine, ancienne présidente des Îles Marshall, un archipel particulièrement vulnérable au changement climatique, a exprimé sa profonde déception face aux rapports selon lesquels les Émirats Arabes Unis envisageaient de discuter de possibles accords commerciaux sur le gaz naturel et autres, en amont des pourparlers sur le climat de l’ONU. «Ces actions sapent l’intégrité de la présidence de la COP et du processus dans son ensemble», a écrit Heine dans la lettre adressée au président de la COP, Sultan al-Jaber.

LIRE AUSSI  Nezha Hayat, seule femme arabe et africaine à la tête d'un Comité Régional de l'IOSCO

Elle a ajouté que la seule façon pour Jaber de restaurer la confiance dans le processus était de “produire un résultat démontrant votre engagement à éliminer progressivement les combustibles fossiles”.

En réponse à la démission de Heine, un porte-parole de la présidence de la COP28 s’est dit «extrêmement déçu».

« Nous avons apprécié ses conseils tout au long de l’année et nous aurions seulement souhaité qu’elle soit avec nous ici aux Émirats Arabes Unis pour célébrer l’adoption d’un fonds qui soutiendra les États insulaires vulnérables et ceux les plus affectés par les impacts climatiques», a déclaré le porte-parole.

Jaber a nié les rapports de la BBC et du Centre for Climate Reporting.

«Nous avons été tout à fait clairs, ouverts et honnêtes tout au long de ce processus et il est honteux de voir des rapports non vérifiés affecter notre équipe et saper la meilleure chance du monde de garder 1,5 à portée de main» – en référence à l’objectif de limiter les augmentations de température à 1,5C par rapport aux niveaux préindustriels.

Les pourparlers de la COP28 ont commencé jeudi avec un accord pour créer un fonds pour “pertes et dommages” qui a déjà mobilisé des millions de dollars.

Heine a été une figure de proue dans les négociations climatiques mondiales, représentant les pays les plus vulnérables aux impacts du climat et une voix leader dans l’appel à la création d’un fonds pour aider les pays touchés par le changement climatique.

Les documents de la BBC font état d’un éventuel accord avec la Chine sur le gaz naturel liquéfié

Les documents obtenus par des journalistes indépendants du Centre for Climate Reporting travaillant avec la BBC – ont été préparés par l’équipe des Émirats arabes unis chargée de la COP28 en vue de réunions avec au moins 27 gouvernements étrangers avant le sommet de la COP28, qui commence le 30 novembre.

Ils comprennent des propositions de «points de discussion», tels que celui destiné à la Chine, qui indique qu’Adnoc, la compagnie pétrolière nationale des Émirats arabes unis, est «disposée à évaluer conjointement les opportunités internationales de GNL [gaz naturel liquéfié]» au Mozambique, au Canada et en Australie.

Les documents suggèrent de dire à un ministre colombien qu’Adnoc «est prête» à aider la Colombie à développer ses ressources en combustibles fossiles.

Il existe des points de discussion pour 13 autres pays, dont l’Allemagne et l’Égypte, qui suggèrent qu’Adnoc souhaite collaborer avec leurs gouvernements pour développer des projets de combustibles fossiles.

- Advertisement -