fbpx

Les suédois en panique après la menace de guerre annoncée par le ministère de la Défense

Partager

Réalisme ou alarmisme ? Les avertissements des responsables de la défense suédoise de se préparer à la guerre alors que la nation se rapproche de l’adhésion à l’OTAN, ont provoqué une vague de panique au sein des suédois, surtout parmi les enfants, et entraîné une ruée sur les denrées alimentaires les approvisionnements.

La Suède a été secouée cette semaine par des déclarations inhabituelles et alarmantes de ses hauts responsables de la défense, qui ont exhorté les citoyens à se préparer mentalement à la perspective d’une guerre.

Le ministre de la défense civile, Carl-Oskar Bohlin, et le commandant en chef de l’armée, le général Micael Byden, a déclaré lors d’une conférence sur la défense qu’«il pourrait y avoir une guerre en Suède», mettant en garde les Suédois contre la complaisance.

«Pendant près de 210 ans, la paix a été une agréable compagne pour la Suède, et l’idée qu’elle est une constante immuable est commodément à portée de main,» a déclaré Carl-Oskar Bohlin lors de la conférence nationale annuelle Folk och Försvars (Société et Défense) à Sälen, dimanche.

«Mais se réconforter avec cette conclusion est devenu plus dangereux qu’il ne l’a été depuis très longtemps,» a-t-il ajouté. «Beaucoup l’ont dit avant moi, mais permettez-moi de le faire officiellement, plus clairement et avec une clarté nue : il pourrait y avoir une guerre en Suède».

Quelques jours plus tard, son message a été appuyé par le commandant des forces armées suédoises, Micael Byden, qui a montré des images de maisons brûlées et bombardées en Ukraine.

«Croyez-vous que cela pourrait être la Suède ?,» a demandé Byden à l’audience, expliquant plus tard que la question n’était pas rhétorique.

Ce dernier, qui a visité le front Est de l’Ukraine en décembre, s’est également adressé durant la même conférence dimanche, avertissant tous les Suédois de se préparer mentalement à la possibilité d’une guerre alors que leur nation n’est qu’à deux pas de l’adhésion à l’OTAN.

Le ministre suédois de la Défense, Pål Jonson, a émis un avertissement similaire lundi, affirmant qu’«une attaque armée contre la Suède ne peut être exclue».

LIRE AUSSI  Royal Air Maroc renforce son offre pour l’Été 2024 avec de nouvelles lignes et une flotte élargie
Le général Micael Byden a déclaré que les Suédois devaient se préparer mentalement au niveau individuel

Les images de la guerre de Gaza angoissent les enfants suédois

Les appels du gouvernement et de l’armée suédois enjoignant les Suédois à se préparer à la guerre ont déclenché des achats paniqués, effrayé les enfants et suscité un débat houleux dans le pays nordique.

L’organisation de défense des droits de l’enfant -BRIS- a déclaré que son service national d’assistance téléphonique ne recevait généralement pas d’appels concernant la perspective d’une guerre imminente. Mais après les déclarations des militaires, elle a constaté une augmentation des appels inquiets de jeunes qui avaient vu des reportages ou des messages sur TikTok qui en parlaient.

«De nombreux enfants avaient déjà un niveau d’anxiété aggravé par cette nouvelle,» a déclaré dans un communiqué Magnus Jagerskog, secrétaire général de Bris, ajoutant que la pandémie, la guerre en Ukraine et plus récemment Gaza avaient déjà effrayé les enfants.

«C’était bien préparé, ce n’était pas quelque chose d’improvisé», a déclaré Maja Dahl, porte-parole du BRIS, à la BBC. «Ils auraient dû fournir des informations destinées aux enfants lorsqu’ils publient ce genre d’informations pour les adultes».

Concomitamment, les chaînes de magasins ont également signalé une forte augmentation des achats d’articles associés aux crises, tels que les radios d’urgence, les jerrycans et les réchauds de camping, entraînant des étagères vides dans plusieurs magasins.

Les commentaires ont également suscité un débat en Suède sur la plausibilité d’un conflit à grande échelle sur le sol suédois, ou si les avertissements équivalaient à de l’alarmisme.

«C’est une situation sérieuse, mais il est aussi important de préciser que ce n’est pas comme si la guerre était à notre porte,» a déclaré la leader du Parti social-démocrate et ancienne Première ministre Magdalena Andersson à la chaîne de télévision TV4.

Dans un éditorial du journal de référence du pays, Dagens Nyheter, le commentateur de gauche Goran Greider a déclaré qu’il croyait que les commentaires du commandant révélaient “un désir secret de tester enfin les forces de combat suédoises.”

Il a également dit que le véritable message était probablement : «Donnez-nous plus d’argent.»

Le même journal a déclaré dans un éditorial que certaines des réactions critiques à l’appel étaient «absurdes», et qu’au lieu de cela, affirmer que la guerre était une impossibilité était «nonsense».

Les réalités de la guerre sont donc étrangères à la plupart des Suédois.

Bien que la Suède ait contribué à des missions internationales de maintien de la paix, le pays n’a pas été directement impliqué dans un conflit armé depuis l’époque napoléonienne.

Mettant fin à deux siècles de neutralité et de non-alignement militaire, la Suède a demandé à rejoindre l’OTAN en mai 2022, à la suite de l’invasion de l’Ukraine par la Russie, bien que sa candidature soit actuellement bloquée par la Turquie et la Hongrie.

Début décembre, Stockholm et Washington ont signé un pacte ouvrant la voie à l’opération des forces américaines en Suède.

En Russie, les déclarations alarmistes de la Suède ont été accueillies avec dérision

Dans un post sur X, anciennement Twitter, l’ambassade russe à Stockholm a écrit : «Peut-être que les dirigeants suédois devraient arrêter de pousser leur propre peuple vers la paranoïa ?»

https://twitter.com/rusembswe/status/1745141325094113655?s=61&t=QPRu_45LGdmNWXxrJluoFg

Alexey Pushkov, membre de la chambre haute du parlement russe, a commenté dans un post sur Telegram que «parfois il semble que certains officiers militaires et journalistes suédois rêvent presque de la guerre.»

«Ils ne semblent pas pouvoir se calmer depuis la défaite à Poltava,» a-t-il ajouté, faisant référence à une bataille du début du XVIIIe siècle entre la Suède et la Russie en ce qui est maintenant l’Ukraine.

Pour Mark Galeotti, Senior Associate Fellow au Royal United Services Institute (RUSI), la perspective que la Russie se tourne vers la Suède semble farfelue.

«Je comprends que les structures militaires doivent penser aux pires scénarios. Et la Russie s’est avérée être plus agressivement vicieuse que nous l’avions franchement anticipé,» a déclaré Galeotti à l’AFP.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

- Advertisement -