fbpx

La ministre allemande des affaires étrangères met en garde contre un «scénario d’horreur» dans le détroit de Taïwan

Partager

La ministre allemande des Affaires étrangères a qualifié un conflit militaire dans le détroit de Taïwan de «scénario d’horreur» qui affecterait directement son propre pays, adoptant un ton différent de celui du président français, Emmanuel Macron, qui a récemment été critiqué pour avoir déclaré que l’Europe ne devait pas s’impliquer dans les différends avec les États-Unis.

Après avoir rencontré le ministre chinois des affaires étrangères, Qin Gang, à Pékin, Annalena Baerbock a déclaré qu’une confrontation entre la Chine et Taïwan provoquerait des «ondes de choc» dans le monde entier.

«Une déstabilisation aurait des conséquences pour tous les pays, pour l’économie mondiale et pour l’Allemagne», a déclaré Baerbock, membre du parti écologiste allemand. «Nous observons avec beaucoup d’inquiétude les tensions croissantes dans le détroit de Taïwan» a-t-elle souligné.

Son homologue chinois a accusé les gouvernements étrangers de soutenir les séparatistes de l’île d’Asie orientale, que Pékin considère comme une province chinoise. Si les pays veulent respecter le principe d’une seule Chine, il convient de s’opposer résolument à l’indépendance de Taïwan, a déclaré le Chef de la diplomatie Qin.

La semaine dernière, Emmanuel Macron a suscité la colère et l’inquiétude en Europe et aux États-Unis par les déclarations qu’il a faites à son retour d’une visite de trois jours en Chine.

«Avons-nous [les Européens] intérêt à une accélération sur le sujet de Taïwan ?», a déclaré le président français. «La pire des choses serait de penser que nous, Européens, devrions être suivistes sur ce sujet et nous adapter au rythme américain et à une surréaction chinoise.»

Lors d’un voyage prévu à l’avance à Pékin après les déclarations du président français, la cheffe de la diplomatie allemande a tenté de calmer le jeu et de clarifier la position de l’Europe sur les relations avec la Chine.

Baerbock et Qin ont tous deux souligné l’importance des liens commerciaux entre les deux puissances industrielles mondiales, la ministre allemande affirmant qu’un «découplage» des deux économies n’était pas dans l’intérêt de son gouvernement.

«La dernière chose dont la Chine a besoin, c’est de se faire donner des leçons par l’Occident»

Annalena Baerbock a déclaré que sa priorité était de «réduire les risques» de l’économie nationale afin de s’assurer qu’elle ne dépende pas trop des exportations d’un seul pays, comme l’Allemagne l’a fait avec le gaz russe.

Cela signifie que les partenaires commerciaux de l’Allemagne doivent souscrire non seulement à des règles du jeu équitables, mais aussi à des idéaux communs en matière de droits de l’homme. «Lorsque les entreprises obtiennent des avantages au détriment des droits de l’homme, il n’y a pas de concurrence loyale», a déclaré Baerbock.

Elle a indiqué que son gouvernement avait noté avec inquiétude que «les droits de l’homme sont de plus en plus bafoués» en Chine.

Son homologue chinois a répondu qu’il n’existait pas de normes uniformes en matière de droits de l’homme dans le monde, déclarant aux journalistes présents que «la dernière chose dont la Chine a besoin, c’est de se faire donner des leçons par l’Occident».

Baerbock a également exhorté la Chine à exercer son influence sur la Russie au sujet de l’Ukraine, déclarant que l’Allemagne souhaitait que «la Chine influence la Russie pour qu’elle mette fin à son agression».

Bien qu’elle ait salué la volonté de la Chine de trouver une solution à la guerre en Ukraine, elle a émis des réserves quant au point de départ des pourparlers de paix fixé par Pékin. «Je dois être honnête et dire que je me demande pourquoi le positionnement de la Chine n’inclut pas l’appel à l’agresseur qu’est la Russie pour qu’il arrête la guerre».

Son homologue chinois a déclaré que son pays n’envoyait pas d’armes aux parties impliquées dans le conflit et qu’il ne le ferait pas à l’avenir.

La Chine n’enverra pas d’armes aux parties impliquées dans le conflit ukrainien, déclare le ministre.

Le ministre allemand des affaires étrangères devait initialement faire des apparitions conjointes en Chine avec le responsable de la politique étrangère de la Commission européenne, Josep Borrell, mais son voyage a été annulé après qu’il a contracté le Covid-19.

Dans un discours publié vendredi, Borrell a déclaré que la position de l’UE sur Taïwan n’avait pas changé et qu’elle restait attachée à sa «politique d’une seule Chine», qui reconnaît Pékin comme le seul gouvernement légal de la Chine. Toutefois, en ce qui concerne Taïwan, «toute tentative de modifier le statu quo par la force serait inacceptable», a-t-il déclaré.

- Advertisement -