fbpx
//

Garde tes distances, Emmanuel !

Start

Tous les chefs d’Etats savent aujourd’hui comment Emmanuel Macron joue à fond la com’ au corps à corps. Le toucher, la poignée de main et l’accolade sont autant d’armes qu’use à volonté le président français pour «mettre les gens dans sa poche». Une stratégie bien huilée qui a fonctionné jusqu’à ce qu’elle se brise face à plus calculateur et darwinien que lui, Vladmir Poutine. Le président russe à tout simplement installé son homologue français, venu en Russie pour renforcer sa stature de chef d’Etat et jouer au président de l’UE, au bout d’une table de plus de trois mètres. L’image de la rencontre diffusée par le Kremlin a fait le tour du monde. Poutine a réussi à imposer sa communication dans son bras de fer contre l’OTAN tout en mettant en échec toute tentative de récupération d’Emmanuel Macron dans sa course aux présidentielles.

«Dans sa relation avec les gens, il met peu d’affecte mais il sollicite celle des autres et déclenche des sentiments quasiment amoureux. Une séduction qui doit s’exercer en face-à-face parce qu’elle est très physique. Ça commence par le regard. Il a un regard bleu transparent. Il vous fixe, vous harponne (…) Et puis, il est très tactile. Plus avec les hommes qu’avec les femmes parce qu’avec les femmes, il sent qu’il faut maintenir quand même un peu de distance. Donc il commence à vous prendre la main, le bras, l’épaule et vous êtes ferré et vous y croyez. Et il vous dit, comme tous les bons séducteurs, ce que vous avez envie d’entendre». Ceci est un extrait du livre «Président cambrioleur» écrit par la journaliste politique Corinne Lhaïk, sorti en 2020.

Emmanuel Macron, séducteur calculateur, et darwinien a trouvé plus fort que lui. En une photo, le président russe, plus jamais autant sur de lui, après sa rencontre avec Xi Jinping, a transformé la dernier médiation d’un dirigeant occidental sur l’Ukraine en un symbole de sa puissance et de son ascendant sur l’Europe.

En installant son homologue français face à lui sur une table ovale d’une longueur démesurée, après l’avoir fait attendre 1h30, Vladimir Poutine semble lui dire : « Garde tes distances, Emmanuel !».

Privé de son besoin tactile vital, Macron a été plus que jamais dans sa zone d’inconfort la plus extrême. Lui, le président-candidat qui espérait décrocher une concession du président russe et s’approprier une désescalade des tensions dans la crise ukrainienne, afin de renforcer sa stature de chef d’Etat et sa légitimité en tant que président de l’Union Européenne.

Le Président français a été tellement mal à l’aise, qu’il a choisi comme photo officielle de sa visite en Russie, une perspective où il n’apparaît que de dos mais où l’on ne voit pas la distance imposée par le président russe.

«Photo officielle de l’Élysée tentant de détourner l’image (terrible) de la table de 4 mètres de long qui séparait #Poutine et #Macron. Ce dernier n’a pas même décroché la promesse d’une réunion prochaine des chefs d’Etat du format Normandie (Russie, Ukraine, Allemagne et France)» écrit sur Twitter Florence Desruol, une observatrice de la politique française.

Pourtant avant son départ pour Moscou, Macron a tenté de préparer le terrain. Au cours du week-end dernier, il a fait allusion à la stratégie potentielle de Poutine consistant à utiliser principalement la crise ukrainienne pour améliorer les règles de cohabitation de la Russie avec l’OTAN et l’UE, sur un continent où les séquelles de la Seconde Guerre mondiale ont autrefois établi des sphères d’influence géopolitique claires.

«Les arguments de Moscou devaient être écoutés», a-t-il affirmé.

Le porte-parole du Président russe, Dmitri Peskov, a qualifié la visite de Macron de «très importante», mais a cherché à tempérer les attentes, déclarant que «la situation est trop complexe pour espérer une percée décisive après une seule réunion».

Il a noté que «l’atmosphère est restée tendue», ajoutant que les États-Unis et leurs alliés ont continué à ignorer les demandes de sécurité de Moscou.

Table démesurée et distance glaciale: objet de tous les détournements sur les réseaux sociaux

Vladimir Poutine a réussi à faire un grand buzz avec sa distanciation exagérée face à Macron. Les internautes se sont donnés à cœur joie en détournant la photo de la rencontre entre les deux présidents.

«Poutine manque de respect au président français Macron en plaçant une table massive pour séparer les deux présidents lors de la réunion. C’était aussi un acte intentionnel pour impliquer une « distance » entre la Russie et l’OTAN», poste un compte Twitter proche de l’armée israélienne Tsahal.

https://twitter.com/terror_alarm/status/1490733202721452035

«L’histoire raconte qu’un fuseau horaire sépare Macron et Poutine» écrit sur Twitter, Romain Herreros, journaliste politique du Huffington post.

«Distanciation sociale spectaculaire pour Macron et Poutine aujourd’hui» commente le journaliste américain Ian Bremmer.

«Même selon les critères de feu Hafez el-Assad, Poutine et Macron semblent étrangement éloignés l’un de l’autre», tweet l’écrivain israélien Louis Fishman.

«De la rencontre Poutine Xi Jinping à la rencontre Poutine-Macron. #Géopolitique» a noté Velina Tchakarova directrice du think tank autrichien, AIES.

«Quelle photo!», commente tout simplement l’économiste, Maxime Sbaihi.

«Rencontre Emmanuel Macron – Vladimir Poutine, 2018 vs 2022», commente Brut France.

«Ukraine : Macron et Poutine passent à table #Poutine #UkraineConflict», caricature Placide.

«Macron à table avec Poutine : cinq heures et pas de désescalade à se mettre sous la dent», ironise Libération.

D’autres détournements plus farfelus sont devenus viraux.

https://twitter.com/WUTangKids/status/1490805566100455426

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.