Benjamin Netanyahu - Page 2

Israël: Netanyahu veut instaurer un troisième confinement national

Selon la chaine israélienne Channel 13, Benjamin Netanyahu envisage de réunir son gouvernement dès que possible afin de discuter d’un «confinement strict».

Le premier ministre israélien a affirmé dimanche au comité gouvernemental chargé de suivre la pandémie du coronavirus qu’il préférait un confinement complet plutôt que des limitations partielles dans la mesure où il fonctionnera «plus efficacement», selon Channel 13.

La réunion du comité qui a duré plus de six heures n’a abouti à aucune décision sur le resserrement des restrictions, alors que le nombre d’infections continue à augmenter dans le pays.

Netanyahu devient le premier Israélien à recevoir le vaccin contre le coronavirus

«Une petite injection pour l’homme et un grand pas en avant pour notre santé à tous», a déclaré le premier ministre israélien après avoir reçu une injection du vaccin Pfizer contre le Covid-19. Netanyahu promet que des millions de doses du vaccin du laboratoire américain arriveront en Israël d’ici fin décembre.

Le Premier ministre Netanyahu a lancé ce samedi le début de la campagne nationale de vaccination contre le COVID-19 comme un «très grand jour» pour Israël.

S’exprimant au centre médical Sheba à Ramat Gan, où il devient le premier Israélien à recevoir le vaccin, il promet que des millions de doses arriveront d’ici la fin du mois et exhorte tous les Israéliens à se faire vacciner.

«J’ai demandé à être le premier à être vacciné, avec le ministre de la Santé Yuli Edelstein, pour servir d’exemple et vous encourager à vous faire vacciner», a-t-il dit avant de recevoir le vaccin.

Le médecin qui a administré le vaccin montre le flacon contenant la dose aux caméras avant de le remettre à une infirmière pour qu’elle se prépare.

Il montre ensuite le flacon et la seringue.

Le processus prend quelques minutes, avec beaucoup de vérifications et de revérifications, et le médecin tente ensuite d’injecter Netanyahu dans son bras gauche. Le Premier ministre, qui est droitier, le redirige vers son bras droit.

«Une petite injection pour l’homme et un grand pas en avant pour notre santé à tous», dit Netanyahu après avoir reçu le vaccin. Il souhaite «plein succès» à la campagne de vaccination et exhorte tous les Israéliens à «aller se faire vacciner».

Le ministre de la Santé Yuli Edelstein a été vacciné après lui.

«Mister D» le nouveau espion en Chef d’Israël

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a annoncé cette semaine la nomination du remplaçant de Yossi Cohen, l’un des architectes des «Abrahams Accords» et le responsable des opérations spéciales contre le nucléaire iranien, à la tête du Mossad. Mais on sait peu de choses sur le mystérieusement nommé «D» qui dirigera l’agence d’espionnage.

Le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou a déclaré mardi que son choix a été fait concernant le prochain chef du Mossad.

Identifié uniquement par la lettre hébraïque «Dalet», le successeur de Yossi Cohen, serait l’ancien directeur adjoint du Mossad, responsable de l’unité en charge de la collecte de renseignements, des opérations secrètes et de la lutte contre le terrorisme en Israël. «D» avait occupé ce poste durant deux ans.

L’actuel chef des renseignement, Yossi Cohen, a fait l’exception dans les pratiques de l’agence d’espionnage de l’Etat hébreu.

En effet, Israël ne divulgue pas habituellement les noms des hauts responsables du Mossad pour des raisons de sécurité. Ce qui n’a pas été le cas pour Cohen qui a été largement considéré comme ayant un profil public plus important que de nombreux anciens chefs des services de renseignement étrangers.

Que connait-on de «Mister D» ou «Dalet»

«“D” est un vétéran accompli du Mossad», a déclaré un communiqué du bureau du Premier ministre israélien.

Selon le journal israélien le Jerusalem Post, “D” a servi dans une unité d’élite de reconnaissance des Forces de défense israéliennes.

Le nouveau directeur aurait également servi dans plusieurs divisions du Mossad, y compris en tant que chef de la division Tsomet qui recrute des espions et en tant que chef adjoint de la section des écoutes électroniques de Keshet.

L’ancien chef du Mossad, Danny Yatom, et l’ancien chef adjoint du Mossad, Ram Ben Barak, ont tous deux salué cette nomination, a rapporté le Jerusalem Post.

Remplacement de Cohen : «Pressions iraniennes» ou «Mission accomplie»

Yossi Cohen a été nommé à la tête du Mossad en 2015 après avoir été conseiller à la sécurité nationale de Netanyahu et auparavant chef adjoint de l’agence d’espionnage.

Le nom de Yossi Cohen est devenue publique depuis ces voyages médiatisés dans le monde arabe pour préparer le fameux deal du siècle. Il a effectué des visites clés aux Émirats arabes unis et à Bahreïn dans le cadre des accords de normalisation négociés par Israël et les États-Unis.

Son dernier déplacement a eu lieu le mois dernier en Arabie Saoudite, accompagnant Netanyahu pour des entretiens secrets avec le prince héritier Mohammed Ben Salman.

Si Cohen a joué un rôle politique majeur dans ses discussions avec les dirigeants du monde arabe, rôle qui lui ouvre la porte à reprendre les rênes du Likoud, son nom a également été lié aux opérations de liquidation du général iranien Qassem Soleimani et du scientifique nucléaire Mohsen Fakhrizadeh.

Certains analystes avancent que le «limogeage» de Yossi Cohen serait une conséquence de pressions iraniennes suite à l’assassinat de Fakhrizadeh au cœur de son territoire, l’ultime opération après des mois d’autres opérations tactiques contre le dispositif nucléaire de la république islamique.

L’annonce du départ de Cohen seraient également en anticipation de la nouvelle stratégie de l’administration Biden sur le dossier du nucléaire iranien.

Que se passe-t-il ensuite?

Le remplacement de Cohen doit être approuvé par le Comité consultatif de la fonction publique, dirigé par l’ancien juge de la Cour suprême Eliezer Goldberg, indique le communiqué du gouvernement. Le Jerusalem Post a rapporté que, s’il était approuvé, l’installation de «Mister D» à la tête du Mossad aurait lieu en juin 2021.

«Le Mossad a de grands et importants défis à relever pour préserver la sécurité de l’État d’Israël. Nous attendrons l’approbation de la Commission Goldberg et souhaitons à Dalet plein de succès dans ses fonctions», a affirmé le ministre de la Défense, Benny Gantz.

Une délégation américano-israélienne prendra le premier vol direct de Tel Aviv à Rabat la semaine prochaine

/

Un responsable de la Maison Blanche a annoncé ce mardi 14 décembre qu’une équipe dirigée par Jared Kushner et Avi Berkowitz est attendue en Israël lundi 21 décembre, pour décoller le lendemain à Rabat dans le cadre de l’accord de reprise des relations entre le Maroc et Israël annoncé par le roi Mohammed VI et Donald Trump.

Une délégation conjointe américano-israélienne doit se rendre au Maroc la semaine prochaine à bord du tout premier vol sans escale de Tel Aviv à Rabat, a déclaré mardi un haut responsable de l’administration américaine au Times of Israël.

Une délégation américaine de haut rang, dirigée par le conseiller spécial du président américain Donald Trump, Jared Kushner, et l’envoyé de l’administration dans le conflit israélo-palestinien Avi Berkowitz, doit atterrir en Israël lundi prochain.

Le lendemain, ils seront rejoints par le conseiller à la sécurité nationale du Premier Ministre Benjamin, Meir Ben-Shabbat, et d’autres responsables israéliens pour le vol vers la capitale marocaine depuis l’aéroport Ben Gourion. Des représentants des médias israéliens devraient pouvoir accompagner la délégation.

Le voyage historique aura lieu moins de deux semaines après que roi Mohammed VI a annoncé la reprise des relations diplomatiques avec l’État hébreu.

Les tout premiers vols commerciaux directs d’Israël vers les pays arabes ouverts aux accords d’Abraham sont devenus une sorte de cérémonie, auxquels ont participé des hauts fonctionnaires tels que Kushner, Berkowitz, Ben-Shabbat. Ces vols ont été l’occasion de tenir des réunions de haut niveau pour faire avancer les accords de normalisation.

Le Maroc a annoncé jeudi une «reprise des relations» avec Israël, peu de temps après que Trump a tweeté que Rabat et l’État hébreu avaient «convenu de relations diplomatiques complètes».

Israël et le Maroc ont établi des relations diplomatiques de bas niveau dans les années 90 à la suite du dégel des relations entre Israël et les Palestiniens. Ces contacts ont toutefois été suspendus en 2002 en réponse à la deuxième Intifada. Depuis lors, la relation s’est poursuivie de manière informelle, avec des dizaines de milliers d’Israéliens se rendant au Maroc chaque année. Quelque 3 000 Juifs vivent encore au Maroc, qui abritait autrefois des centaines de milliers de personnes.

Un sommet Netanyahu al-Sissi au Caire dans le pipe

Le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu préparerait une visite officielle en Égypte dans les prochaines semaines, sur invitation du président égyptien, Abdel Fattah al-Sissi.

Avec Anadolu Agency

Le journal israélien Maariv a révélé dans un article publié lundi que «des responsables des deux pays ont entamé actuellement des pourparlers avant la visite officielle du Premier ministre, Benjamin Netanyahu au Caire, dans les semaines à venir».

Le journal a souligné que les discussions entre les deux dirigeants seront centrées sur les questions économiques.

«Une réunion bilatérale aura lieu entre les délégations économiques israélienne et égyptienne, au cours de laquelle il sera question des projets économiques conjoints et du renforcement des relations commerciales entre les deux pays». précise la même source.

Maariv a rappelé que Netanyahu et Al-Sissi se sont rencontrés secrètement en Égypte, en mai 2018.

Et de conclure : «Cette fois, selon des sources politiques, Netanyahu a l’intention de se rendre ouvertement au Caire et de traiter principalement des questions économiques.»

Google prévoit de connecter via un réseau à fibre optique l’Arabie saoudite et Israël

Google prépare le terrain pour un réseau à fibre optique qui, pour la première fois, reliera des «ennemis historiques», l’Arabie saoudite et Israël, tout en ouvrant un nouveau couloir pour le trafic Internet mondial, rapporte le Wall Street Journal. Le nouveau système de câble devrait contribuer à réduire la congestion d’Internet sur les liaisons internationales traversant l’Égypte.

Le projet reliant l’Inde à l’Europe est le dernier projet de construction Internet de Google à travers le monde. La filiale Alphabet Inc. rivalise avec Facebook Inc. pour renforcer la capacité de son réseau afin de répondre à la demande croissante des utilisateurs de vidéos, de résultats de recherche et d’autres produits.

Une connectivité étendue entre l’Europe et l’Inde aiderait Google à déployer des centres de données à l’échelle mondiale et à se développer dans le secteur du cloud computing à la demande, tout en rapprochant les services des consommateurs et des petites entreprises.

Google a nommé le projet «Blue Raman» en l’honneur du physicien indien Chandrasekhara Venkata Raman, selon le WSJ. Un projet de câble sous-marin d’une telle longueur, à plus de 5 000 miles, coûterait jusqu’à 400 millions USD, selon la société de télécommunications basée à Dubaï Salience Consulting.

Google devrait partager les coûts du projet en s’appuyant sur les opérateurs de télécommunications, notamment Omantel et Telecom Italia, qui contribuent au financement de l’itinéraire en contrepartie de l’utilisation de cette infrastructure de fibre.

L’itinéraire sera probablement composé d’un câble sous-marin entre l’Inde et l’Arabie saoudite avec des liens vers des pays voisins comme Oman. Il traverserait par voie terrestre la Jordanie et Israël, probablement via les réseaux de fibre actuels. À partir de là, Google se chargera de poser un autre câble sous-marin qui traversera la Méditerranée vers l’Europe.

Google est toujours en train d’obtenir des approbations réglementaires dans des pays dont l’Arabie saoudite.

Netanyahu et MBZ nominés pour le prix Nobel de la paix

Le lauréat du prix Nobel de la paix, Lord David Trimble, qui a contribué à l’accord de paix entre le Royaume-Uni et l’Irlande, a déposé la candidature du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu et du Prince Héritier des Emirats Arabes Unis au prix Nobel de la paix.

Le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahu et Mohammed ben Zayed Al-Nahyan, prince héritier d’Abou Dhabi et commandant suprême adjoint de l’armée des Émirats arabes unis, ont été nominé mardi pour le prix Nobel de la paix, pour la récente série d’accords de paix entre Israël et les États arabes «modérés».

La nomination a été déposée par Lord David Trimble, un ancien législateur nord-irlandais qui a joué un rôle déterminant dans les négociations qui ont conduit à l’Accord du Vendredi Saint de 1998, qui a mis fin au conflit entre protestants et catholiques en Irlande du Nord.

Trimble est lui-même lauréat du prix Nobel de la paix, reçu en 1998.

Étant donné que Netanyahu et MBZ ont été nominé par un lauréat, le comité du prix doit se réunir pour examiner la nomination.

L’information a été confirmée par le compte officiel du premier ministre israélien en arabe.

«Lord David Trimble, qui a remporté le prix Nobel de la paix en 1998 pour ses efforts visant à trouver une solution au conflit en Irlande du Nord, m’a proposé, ainsi que le prince héritier d’Abu Dhabi, Sheikh Mohammed ben Zayed, pour le prix Nobel de la paix.» a-t-il écrit.

WP2Social Auto Publish Powered By : XYZScripts.com