fbpx

Le G7 appelle à des «pauses humanitaires», accentuant la pression sur Israël

Partager

Les ministres des Affaires étrangères des grandes démocraties industrialisées du monde ont appelé mercredi à des “pauses humanitaires” dans les combats à Gaza, afin de permettre l’entrée de davantage d’aide humanitaire et de mieux protéger les civils palestiniens.

La déclaration du Groupe des 7, publiée après une réunion de deux jours des ministres des Affaires étrangères à Tokyo, a ajouté une pression internationale sur Israël pour qu’il fasse une pause dans sa guerre qui dure depuis un mois à Gaza, qui a commencé en réponse aux attaques du 7 octobre par le Hamas, le groupe armé qui contrôle l’enclave.

Cependant, ladite déclaration ne va pas jusqu’à appeler à un cessez-le-feu, ce que le secrétaire d’État américain Antony J. Blinken, s’exprimant devant des journalistes après la réunion de mercredi, a déclaré risquerait de laisser le Hamas en place avec la «capacité de répéter le 7 octobre encore et encore».

«Nous soutenons des pauses et des couloirs humanitaires pour faciliter l’assistance urgente nécessaire, les mouvements de civils et la libération des otages», ont affirmé les ministres du G7. Et d’ajouter : «Nous soulignons l’importance de la protection des civils et du respect du droit international, en particulier du droit humanitaire international».

LIRE AUSSI  Netanyahu dissout le cabinet de guerre sans intention d'en former un nouveau

Les ministres ont condamné les attaques du Hamas contre Israël, qui, selon les autorités israéliennes, ont tué environ 1 400 personnes, pour la plupart des civils. Mais ils ont insisté sur le fait qu’il y avait un besoin urgent de davantage d’aide humanitaire pour les civils vivant à Gaza, où les frappes aériennes israéliennes et une invasion terrestre ont tué plus de 10 000 personnes et en ont blessé plus de 25 000 autres, selon le ministère de la santé de Gaza.

La Maison Blanche, tout en exprimant son soutien au droit d’Israël de se défendre et à son objectif d’éliminer le Hamas, a régulièrement intensifié ses appels à des pauses humanitaires pour acheminer plus d’aide à Gaza, protéger davantage les civils et peut-être augmenter les chances de libérer certains des quelque 240 otages pris pendant les attaques du Hamas.

Lundi, le président Biden a appelé le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu et “a discuté de la possibilité de pauses tactiques”, a indiqué la Maison Blanche.

Netanyahu a déclaré à ABC News dans une interview diffusée lundi que, bien qu’Israël puisse envisager des “petites pauses tactiques”, il n’y aurait pas de cessez-le-feu “sans la libération de nos otages”.

Solution à deux États

Dans la déclaration, les ministres ont exprimé leur préoccupation concernant “la montée de la violence extrémiste des colons contre les Palestiniens” en Cisjordanie. Les ministres ont dit qu’ils travailleraient ensemble “pour priver le Hamas de la capacité de lever et d’utiliser des fonds pour perpétrer des atrocités”, y compris en imposant de nouvelles sanctions.

La déclaration a également appelé à une “solution à deux États” comme “le seul chemin vers une paix juste, durable et sécurisée”.

Déclarations mesurées du Japon

La déclaration semblait s’aligner plus étroitement que les précédentes déclarations du G7 avec l’approche adoptée par le Japon depuis le début de la guerre. Alors que la plupart de ses pairs du G7 ont offert un soutien inconditionnel à Israël, le Japon s’est distingué en émettant des déclarations publiques plus mesurées appelant “toutes les parties” à “faire preuve de la plus grande retenue” dans le conflit, et en exprimant sa préoccupation pour “le nombre de victimes à Gaza également”. Il n’a pas rejoint une déclaration précoce du G7 offrant un “soutien ferme et uni à l’État d’Israël”.

Yoko Kamikawa, la ministre japonaise des Affaires étrangères, s’est rendue au Moyen-Orient ce mois-ci pour rencontrer des responsables israéliens et palestiniens. Lors de ses rencontres en Israël, Mme Kamikawa “a condamné sans équivoque les récentes attaques terroristes” du Hamas, mais a également exprimé sa préoccupation concernant la crise humanitaire à Gaza, a appelé à une pause humanitaire et a déclaré que “toutes les parties doivent agir conformément au droit international, y compris le droit humanitaire international”.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

- Advertisement -