fbpx

Gaza – L’incertitude entoure un deuxième échange d’otages israéliens

Partager

L’incertitude entoure un deuxième échange d’otages israéliens contre des prisonniers palestiniens. Le Hamas a déclaré samedi qu’il retardait la libération d’un deuxième groupe d’otages détenus à Gaza, suscitant des craintes que la fragile trêve entre Israël et le groupe armé palestinien ne soit sur le point de s’effondrer moins de deux jours après son entrée en vigueur.

Le Hamas devait libérer plus d’une douzaine d’otages israéliens samedi en échange de la libération de dizaines de Palestiniens détenus dans les prisons israéliennes. Vendredi, les deux parties ont réussi à échanger 13 Israéliens contre 39 Palestiniens. Dix ressortissants thaïlandais et un Philippin ont également été libérés.

Mais samedi soir, le Hamas a publié un communiqué déclarant que son aile militaire « retarderait la libération du deuxième lot de prisonniers jusqu’à ce que l’occupation respecte les termes de l’accord ». Le Hamas a accusé Israël de revenir sur certaines parties de l’accord de cessez-le-feu liées à la livraison d’aide à Gaza nord et à la libération de prisonniers.

Lors d’un point de presse au Liban plus tard samedi soir, un responsable du Hamas, Osama Hamdan, a accusé Israël de « jouer avec les noms » des prisonniers à libérer, et a critiqué les soldats israéliens pour avoir prétendument tiré sur des résidents de Gaza qui tentaient de retourner chez eux dans le nord de Gaza vendredi. Le groupe n’a pas donné plus de détails.

LIRE AUSSI  Nezha Hayat, seule femme arabe et africaine à la tête d'un Comité Régional de l'IOSCO

Israël a nié avoir rompu les termes de l’accord et a laissé entendre que le cessez-le-feu de quatre jours prendrait fin prématurément si le Hamas ne libérait pas un deuxième groupe d’otages. Le lieutenant-colonel Richard Hecht, porte-parole de l’armée israélienne, a déclaré : « Nous respectons notre part de l’accord. »

Interrogé sur la reprise de l’invasion de Gaza par Israël si les otages n’étaient pas libérés, le colonel Hecht a déclaré : « Notre gouvernement devra décider. »

La brève trêve a commencé vendredi matin et est déjà la plus longue pause dans un conflit de 50 jours qui a débuté le 7 octobre, lorsqu’un raid dirigé par le Hamas dans le sud d’Israël a tué environ 1 200 personnes et conduit à l’enlèvement d’environ 240 personnes, ont déclaré des responsables israéliens.

Bien que ni l’une ni l’autre partie n’ait publié les termes complets de l’accord, les deux ont déclaré qu’il impliquait non seulement l’échange de captifs, mais aussi la livraison de plus d’aide à Gaza, où la guerre a causé de graves pénuries de carburant et de nourriture. L’aide devait atteindre à la fois le sud de Gaza, toujours contrôlé par le Hamas, et le nord de Gaza, largement capturé par Israël et où les combattants restants du Hamas sont sous une pression considérable.

COGAT, le bureau de liaison militaire d’Israël avec les Palestiniens, a déclaré plus tôt samedi que les responsables israéliens facilitaient le transfert d’aide à Gaza nord en coordination avec les Nations Unies. Le Croissant-Rouge palestinien a déclaré avoir envoyé 61 camions, chargés de nourriture, d’eau et de médicaments dans le nord.

Les autorités israéliennes étaient prêtes à libérer 42 prisonniers et détenus palestiniens une fois qu’elles auraient reçu les otages israéliens, a déclaré le service pénitentiaire israélien samedi matin. Selon des responsables israéliens et du Hamas, un Israélien sera libéré pour trois Palestiniens dans les échanges, ce qui signifie que jusqu’à 14 otages israéliens seraient probablement libérés.

Le bureau du Premier ministre israélien a déclaré dans un communiqué vendredi soir que les responsables de la sécurité examinaient une liste d’otages devant être libérés samedi. Au cours des quatre jours de la trêve — qui a pris effet à 7 heures, heure locale, vendredi — au moins 50 otages devraient être libérés par le Hamas en échange de 150 Palestiniens sous garde israélienne.

- Advertisement -