/

Ryad Mezzour : ce qu’il faut retenir de la première sortie médiatique du nouveau Ministre de l’Industrie et du Commerce

Start

Le nouveau Ministre de l’Industrie et du Commerce a effectué sa première sortie médiatique depuis sa prise de fonctions le 8 octobre dernier. Il s’est exprimé ce vendredi au siège de l’Institut des métiers de l’aéronautique (IMA), à Nouaceur, devant les membres du Groupement des Industries Marocaines Aéronautiques et Spatiales (GIMAS).

L’évènement

Ryad Mezzour, le successeur de Moulay Hafid Elalamy à la tête du Ministère de l’Industrie et du Commerce a entamé son mandat en se réunissant avec les opérateurs industriels de l’un des secteurs qui a le vent en poupe, l’aéronautique.

Le nouveau ministre a choisi le siège de l’Institut des métiers de l’aéronautique pour organiser une rencontre à huit clos avec le Groupement des Industries Marocaines Aéronautiques et Spatiales (GIMAS) consacrée à la feuille de route du développement du secteur aéronautique au Maroc.

La réunion a vu la participation de Karim Cheikh et Hamid Benbrahim El Andaloussi, respectivement président et président d’honneur du GIMAS.

Ce qu’il faut retenir

  1. Secteur aéronautique, une attention royale très particulière

Ryad Mezzour a déclaré aux médias que le secteur aéronautique jouit d’une attention «très particulière» du roi Mohammed VI. A ce titre, le ministre a souligné que l’agilité du secteur de l’aéronautique, on la doit aux avancées enregistrées grâce à la vision clairvoyante du souverain, ayant permis au Maroc de se doter d’une plateforme aéronautique de classe mondiale, d’acteurs de référence, de métiers nouveaux et de chaines de valeur qui se sont fortement enrichies et consolidées.

  1. Le secteur aéronautique va doubler sa capacité de création d’emploi et d’exportation durant les deux prochaines années

Le ministre a salué la résilience et la réactivité dont ont fait preuve pendant . Chiffres à l’appui, M. Mezzour affirme que le Maroc n’a enregistré aucune fermeture de site de production en activité et a même connu le lancement d’importants investissements malgré la morosité du secteur au niveau mondial, en raison de la pandémie du Covid-19.

Le ministre a argumenté la résilience et réactivité des les opérateurs du secteur aéronautique en rappelant l’opération de rachat, en plein crise sanitaire, de Bombardier par Spirit Aerosystems et la confirmation de l’extension de l’usine, en octobre 2020, l’inauguration du nouveau site de production LPF (pièces de réacteurs) ou encore l’accord conclu entre SABCA et PILATUS, pour la réalisation des aérostructures de l’aéronef PC-12.

  1. Positionner le Maroc dans la propulsion verte à l’horizon 2035-2040

«La première grande mutation attendue dans le secteur concerne le moteur aéronautique et les évolutions environnementales. Notre ambition est de positionner le Maroc comme un acteur important dans la propulsion verte, et nous ne ménagerons aucun effort pour y parvenir » a déclaré M. Mezzour.

Hamid Benbrahim El Andaloussi, président d’honneur du GIMAS a évoqué une deuxième phase de construction aéronautique au Maroc caractérisée par des «ruptures technologiques nouvelles» dont l’avion à zéro émission qui utilise l’hydrogène comme carburéacteur à horizon 2035-2040.

  1. Renforcer l’intégration des écosystèmes existants

Le nouveau ministre ambitionne de renforcer l’intégration des écosystèmes existants et de développer pleinement l’écosystème d’ores et déjà connecté à la locomotive historique Safran et, tout récemment, aux motoristes Rolls Royce.

  1. Un carnet de commande bien fourni

Interrogé par nos confrères de Médias24, M. Mezzour affirme avoir dans le pipe plusieurs entreprises qui souhaitent s’installer au Maroc.

«Des signatures très importantes ont eu lieu ou sont en cours. Il y a des choses qu’on ne peut pas annoncer tout de suite, mais ce que je peux affirmer, c’est qu’il y a de belles perspectives de développement pour le secteur de l’aéronautique. Et un beau carnet de commandes aussi» a-t-il révélé.

  1. 11.000 emplois créés dont 40% de femmes

Le secteur a créé, depuis 2014, dans le cadre du Plan d’accélération industrielle (PAI), plus de 11.000 emplois très qualifiés, s’est félicité le ministre.

Cette industrie poursuit-il, compte plus de 40% de femmes et participe donc à l’autonomisation de la femme. C’est un marqueur important du Maroc moderne. Nous sommes en droite ligne avec le Nouveau Modèle de Développement voulu par le souverain.

The big picture

En entamant son mandat ministériel par un focus médiatique consacré à l’industrie aéronautique, Ryad Mezzour s’inscrit dans la continuité de son prédécesseur. En effet, Moulay Hafid Elalamy avait effectué durant le temps mort de l’ancien exécutif un roadshow aux Etats-unis, dans l’objectif de densifier l’écosystème Boeing dans le Royaume.

Si Elalamy a balisé le terrain pour une offre industrielle aéronautique marocaine attractive et mature, Ryad Mezzour a la lourde tâche d’accompagner le redémarrage mondiale du secteur malmené par la pandémie et de mettre en oeuvre les nouvelles ambitions du Royaume dans la construction aéronautique.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.