Moulay Hafid ELalamy

Mise en garde de Laftit et MHE aux commerçants : déconfinez-vous mais restez prudents et responsables

Les ministères de l’Intérieur et de l’Industrie, du Commerce et de l’Économie verte et numérique appellent les commerçants, les artisans et les professionnels de l’offshoring au respect strict et responsable des mesures préventives et de précaution recommandées par les autorités gouvernementales.

Suite au communiqué conjoint prévoyant les mesures relatives à la mise en oeuvre de la deuxième phase du plan d’allégement du confinement sanitaire, et dans le cadre de l’accompagnement de la reprise de l’ensemble des activités économiques dans le Royaume, les ministères de l’Intérieur et de l’Industrie, du Commerce et de l’Économie verte et numérique appellent les commerçants, les artisans et les professionnels de l’offshoring au respect strict et responsable des mesures préventives et de précaution recommandées par les autorités gouvernementales pour assurer des conditions saines de travail, garantissant la santé et la sécurité des employés et des clients et limitant la propagation du Covid-19, indiquent les deux départements dans un communiqué conjoint publié lundi.

Fermeture de tout établissement contrevenant

Les départements de Laftit et My Hafid Elalamy annoncent avoir constitué des commissions mixtes centrales et locales pour opérer d’intenses opérations de contrôle. Ainsi, sur la base des observations de ces commissions, les autorités compétentes procéderont à la fermeture de tout établissement ou commerce qui n’auront pas respecté les règles de sécurité sanitaire.

Pour ce qui est des opérations de contrôle des entreprises, des unités de production et des centres commerciaux, le communiqué indique qu’elles porteront sur les sept principaux axes prévus par le protocole de gestion du risque de contamination au Covid-19 dans les lieux de travail:

  1. Établissement d’un plan de prévention de la Covid-19,
  2. Organisation du travail,
  3. Formation et à la sensibilisation,
  4. Mesures sanitaires spécifiques,
  5. Restauration,
  6. Transport des salariés,
  7. Prise en charge des personnes symptomatiques.

Ils doivent aussi désigner des responsables parmi leurs employés en tant que principaux interlocuteurs des commissions de contrôle en matière des mesures sanitaires préventives, chargés du suivi strict et régulier du respect de ces mesures.

Le protocole susmentionné, ainsi que les détails des différentes mesures de prévention sanitaire peuvent être consultés sur le site officiel du ministère de l’Industrie, du Commerce et de l’Économie verte et numérique (www.mcinet.gov.ma).

Les deux ministères invitent, à cette occasion, les représentations et associations professionnelles à intensifier les opérations de sensibilisation des opérateurs économiques quant à la nécessité du respect des mesures de prévention sanitaire adoptées pour lutter contre la propagation du virus, conclut le communiqué.

Reprise de l’activité économique au Maroc : Mise en place d’un protocole pour la gestion du risque de contamination dans les lieux de travail

Un protocole a été mis en place pour la gestion du risque de contamination par le Covid-19 dans les lieux de travail, ont indiqué jeudi le ministère de l’Industrie, du commerce et de l’économie verte et numérique et le ministère du Travail et de l’insertion professionnelle.

Les deux ministères ont porté à la connaissance de l’ensemble des employeurs et des partenaires sociaux que le protocole, qui intervient dans le cadre de la reprise des activités économiques, vise à fournir des lignes directrices pour accompagner les entreprises à mettre en place les mesures de précaution émanant des autorités compétentes pour lutter contre la propagation du Covid-19 sur les lieux de travail en vue de protéger la santé des salariés et assurer la continuité des activités et de l’emploi.

Ce protocole a été élaboré conformément aux dispositions du décret-loi 2.20.292 édictant des dispositions particulières relatives à l’état d’urgence sanitaire et aux procédures de sa déclaration, y compris les articles 3 et 5 y afférents, ainsi qu’aux dispositions du décret 2.20.293 relatif à la déclaration de l’état d’urgence sanitaire sur l’ensemble du territoire national pour faire face à la propagation du nouveau Coronavirus.

Les lignes directrices préconisées dans ce protocole, concernent les différentes mesures de santé et sécurité au travail et plus précisément celles relatives à la planification et l’organisation du travail, l’hygiène en milieu de travail, la restauration, le transport, l’accès aux locaux de travail, la prise en charge des personnes symptomatiques, précise le communiqué, notant que des guides sectoriels seront publiés tenant compte des spécificités de chacune des activités économiques.

Après avoir insisté sur l’importance des mesures et des instructions fournies dans le protocole pour la lutte contre la propagation du Coronavirus et ses répercussions, les deux ministères ont appelé tous les employeurs et les salariés à l’impératif de s’y conformer. L’Inspection du travail et les commissions mixtes composées de départements ministériels concernés sont à la disposition des employeurs et des salariés en faveur d’une mise en œuvre optimale du protocole.

Le protocole peut également être télécharger depuis ce lien.

Avec MAP

Coronavirus : Ce qu’il faut retenir de l’intervention de My Hafid Elalamy au Parlement

Porté par le succès de sa stratégie de productions de masques de protection, Moulay Hafid Elalamy n’hésite plus à se prêter à l’exercice des questions/réponses des parlementaires. Moins de trois semaines après sa réunion avec la commission des finances et du développement économique, où il avait exposé sans langue de bois le bilan de l’opération de confection des masques et les fraudes à la CNSS, MHE a intervenu ce 11 mai au Parlement pour la séance des questions orales sur «les répercussions de la pandémie du coronavirus sur l’entreprise marocaine». Ci-après les principaux points de cette intervention.

  • L’économie mondiale connaîtra une crise sans précédent dont les impacts dureront des années;
  • Le Maroc dont la production de masques en tissu totalise près de 10 millions d’unités par jour dans 23 usines, a décidé d’en exporter une partie à l’étranger après avoir atteint l’autosuffisance;
  • Le Royaume a constitué un stock stratégique de 50 millions de masques en tissu dans la perspective de la levée du confinement;
  • L’exportation des masques devrait être suspendue en cas de besoins en approvisionnement du marché national après la levée du confinement;
  • Le Maroc produit 2 millions de bavettes en tissu par jour, lesquelles ne seront pas exportées en raison des  besoins internes;
  • Le Royaume a décidé d’exporter des dispositifs médicaux après avoir atteint l’autosuffisance;
  • Le programme «Imtiyaz» a vu la réussite de 34 projets innovants, alors que le soutien aux moyennes entreprises a totalisé 10 millions de dirhams et 1,5 Million de dirhams aux TPE;
  • 17 certificats d’innovation internationaux ont été obtenus jusqu’à aujourd’hui;
  • Reconstruction de l’usine marocaine de production d’éthanol qui a pu assurer au Maroc l’autosuffisance en matière d’éthanol, un produit essentiel pour la fabrication de désinfectants;
  • Le ministère, en partenariat avec les ministères de l’Intérieur, de la Santé et de l’Emploi, a mené un examen approfondi sur près de 1.590 entreprises, notamment sur la propreté des lieux, la disponibilité des matériaux de désinfection, l’utilisation des masques, la vérification des température des employés, l’aération des locaux…
  • Certains secteurs industriels tels que le secteur automobile ont repris leurs activités depuis deux semaines;
  • La pandémie du coronavirus a montré que le Maroc est un pays capable de s’industrialiser et disposant d’ingénieurs de haut niveau;
  • Il n’y a aucun manque d’approvisionnement en ce mois sacré de Ramadan;
  • C’est grâce aux décisions stratégiques prises au début de la crise que le Royaume a pu approvisionner le marché en alimentation, en gaz ou encore en masques.

«Social Distancing», hygiène : le gouvernement appelle les entreprises marocaines et les unités de production à contribuer à l’effort national visant à atténuer les répercussions du Coronavirus

Le ministère de l’Industrie, du Commerce et de l’Économie verte et numérique et le ministère du Travail et de l’Insertion professionnelle ont appelé les entreprises et unités de production à contribuer à l’effort national visant à atténuer les répercussions du Coronavirus.

Certes, l’interdiction par le gouvernement des rassemblements publics de plus de 50 personnes ne concerne pas les entreprises et unités de production, quels que soient leur taille et le nombre de leurs salariés, mais ces dernières sont appelées à contribuer à l’effort national visant à atténuer les répercussions de ce virus, affirment les deux ministères dans un communiqué conjoint.

Les deux ministères ont souligné la nécessité de respecter les mesures de prévention et de précaution dans les lieux et espaces de travail, appelant les entreprises, unités de production et employés à se conformer à toutes les recommandations et conseils sanitaires, notamment en assurant des produits d’hygiène en quantités suffisantes pour tous les salariés et dans tous les espaces de travail et en veillant au nettoyage de façon continue les lieux de travail en utilisant des produits désinfectants (eau de javel).

Ils incitent, également, les salariés à se laver les mains régulièrement avec de l’eau et du savon et de se couvrir la bouche et le nez avec un mouchoir ou le coude en cas d’éternuements ou de toux.

La même source rappelle aussi qu’il faut éviter tout contact physique entre personnes, veiller à l’aération des lieux de travail, respecter une distance suffisante entre les salariés et éviter la présence de toute personne présentant les symptômes de la maladie (fièvre, toux, essoufflement…).

Les cellules de veille permanentes mises en place par le ministère de l’Industrie, du Commerce et de l’Économie verte et numérique et le ministère du Travail et de l’Insertion professionnelle, ainsi que les directions régionales et provinciales des deux ministères -en fonction de leurs compétences- restent à la disposition des entreprises et unités de production pour les accompagner et leur donner davantage d’informations, conclut le communiqué.

Coronavirus : Moulay Hafid Elalamy tient une réunion avec l’AMITH pour le suivi de l’impact du Covid-19 sur le secteur du textile

Le ministre de l’Industrie, du Commerce, de l’Economie verte et numérique, Moulay Hafid Elalamy, a tenu, samedi au siège de la Wilaya de Tanger-Tétouan-Al Hoceima, une réunion avec l’Association marocaine des industries du textile et de l’habillement (AMITH), et ce dans le cadre du suivi de l’impact du nouveau coronavirus sur le secteur industriel.

Tenue en présence du Wali de la région de Tanger-Tétouan-Al Hoceima, Mohamed Mhidia, cette réunion a permis de faire le point et d’assurer le suivi de l’impact du Covid-19 sur le secteur industriel au Maroc, et plus particulièrement celui du textile et de l’habillement.

«Les problèmes que connaît le monde à cause de la pandémie du coronavirus a des répercussions sur l’ensemble des secteurs, dont celui du textile et de l’habillement», a indiqué le ministre dans une déclaration à la presse à l’issue de la réunion, notant que ce secteur est vital et très important pour l’économie marocaine, puisqu’il emploie environ 170.000 personnes.

A Tanger, plus de 300 usines travaillent dans le secteur du textile et de l’habillement avec de grandes entreprises, qui traversent actuellement certaines difficultés au niveau international, a poursuivi le ministre, faisant savoir que ces difficultés auront un impact sur les entreprises marocaines.

Cette réunion vise donc à discuter avec les textiliens et faire un suivi plus précis des problèmes auxquels ils font face, a expliqué Elalamy, faisant savoir que c’est également l’occasion de les rassurer quant à la détermination du Maroc à demeurer à leurs côtés afin de trouver les solutions nécessaires lors de cette période difficile que traverse le monde.

Pour sa part, le président de l’AMITH, Mohamed Boubouh, a confié que les textiliens sont «conscients» que cette crise mondiale va les toucher, puisque les donneurs d’ordre avec lesquels les usines travaillent sont impactés, ce qui engendre une baisse, voire même des annulations de commandes.

Néanmoins le président de l’AMITH a assuré que les professionnels demeurent sereins et calmes pour gérer cette situation, et que les usines poursuivront leur travail lundi d’une manière «normale et habituelle», se disant «optimiste» quant à un redémarrage du secteur juste après cette crise.

«Nous avons demandé des mesures de soutien à notre gouvernement et à notre ministère de tutelle, qui seront bientôt discutées», a-t-il conclu.

Dans le cadre du suivi de l’impact du Covid-19 sur le secteur industriel, Moulay Hafid Elalamy tiendra également, à Casablanca, une deuxième réunion avec les différentes fédérations professionnelles du secteur industriel.

ALE Maroc – Turquie: Zakaria Garti pointe du doigt la faiblesse structurelle de l’industrie marocaine

Le ton est monté d’un cran entre Rabat et Ankara au sujet des Accords de Libre-échange. L’ultimatum donné par le ministre de l’Industrie, du commerce, de l’économie verte et numérique, Moulay Hafid Elalamy, à l’enseigne du hard discount turque BIM, de «vendre marocain ou partir», marque une escalade sans précédent contre les intérêts turques au Maroc, suscitant de nombreuses réactions des médias et de l’opinion publique.

Zakaria Garti, co-fondateur du Mouvement Maan, n’a pas manqué de réagir à son tour à ce sujet. Dans un post publié sur son compte Facebook, M. Garti a dénoncé la récupération de ce débat par «certains partis politiques» dans le seul objectif de «régler leurs comptes». Puis, tout en rappelant l’historique de la signature des ALE avec la Turquie, il pointera du doigt le manque de compétitivité de notre industrie avant d’applaudir les propositions de l’ASMEX et de l’Alliance des Économistes du Parti de Nizar Baraka pour sortir de cette impasse.

Avec l’accord de l’intéressé, nous publions, ci-après, le texte intégral de sa contribution à ce débat.

Lire ici
1 2 3 8