fbpx

Politico : L’Égypte accentue la famine à Gaza

Partager

Les restrictions imposées par l’Égypte sur l’approvisionnement en carburant compliquent les efforts humanitaires à Gaza, selon le média américain Politico, citant des groupes d’aide présents sur le terrain. Alors que le carburant s’amenuise, ces groupes peinent à obtenir des ressources supplémentaires de l’Égypte, mettant en péril leurs opérations.

Les images en provenance de Gaza sont terribles. Des milliers de Palestiniens avec des plats en main font la queue pour obtenir de la nourriture gratuite. La cause serait l’Égypte. Selon les sources humanitaire de la bande meurtrie, Le Caire retient le carburant pour compliquer l’assistance humanitaire israélienne à Gaza pendant son opération à Rafah.

« C’est le sang de la réponse », a déclaré à Politico Scott Anderson, directeur de l’UNRWA pour Gaza, la principale organisation d’aide opérant dans la région. « Le manque de carburant nous oblige à choisir : doit-on maintenir les boulangeries, les hôpitaux ou les pompes à eaux usées en fonctionnement ? Chacun de ces choix a des conséquences différentes mais significatives sur la population. »

LIRE AUSSI  Soutenir Gaza, c'est désormais «Woke», et c'est un problème !

La décision de l’Égypte a considérablement affaibli la capacité des groupes d’aide à non seulement transporter des ressources vers Gaza, mais aussi à soutenir les opérations humanitaires, notamment dans les hôpitaux, provoquant la colère des responsables américains. Faute de pouvoir acheter du carburant à prix réduit en Égypte, les groupes d’aide doivent se fournir à prix du marché en Israël, explique Anderson. L’ONU exige que l’UNRWA maintienne certains niveaux de carburant pour opérer à Gaza, mais cela ne laisse guère de marge pour d’autres activités.

Le directeur de la CIA, William Burns, est rentré à Washington depuis Le Caire le 9 mai, après que l’invasion de Rafah par Israël a interrompu les dernières discussions. Les négociations restent en suspens, et le directeur n’a pas actuellement prévu de rencontrer ses homologues, bien que cela puisse changer si l’Égypte modifie sa position.

Les restrictions de l’aide de l’Égypte ne sont pas le seul facteur compliquant les discussions. Israël a annoncé son intention de poursuivre et d’étendre ses opérations à Rafah dans les semaines à venir pour expulser le Hamas de la région. Le Hamas, pour sa part, a publiquement déclaré s’être retiré des négociations en raison de l’invasion de Rafah par Israël.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

- Advertisement -