MBZ projetait d’évacuer des touristes israéliens bloqués au Maroc sans consulter les autorités du Royaume

Décidément les relations entre Rabat et Abou Dhabi ne sont pas encore prêtes à s’apaiser. A quelques jours d’un raid émirati contre le gouvernement marocain sur Twitter, qui a été suivi par une réaction de dénonciation massive des internautes marocains, Abu Dhabi, remue le couteau dans la plaie, et provoque la colère de Rabat en coordonnant avec Tel Aviv le rapatriement des touristes israéliens, bloqués à Marrakech et à Casablanca en raison de la pandémie du Coronavirus.

C’est la radio de l’Armée israélienne, Galatz, animée et gérée par les conscrits du service militaire obligatoire, qui a dévoilé l’information sur ses ondes ce jeudi, durant la matinale «Bonjour Israël» .

«Les EAU ont offert de secourir des Israéliens bloqués au Maroc – Une initiative contrecarrée par le Royaume», peut-on lire sur le compte twitter de la station.

Le directeur de publication de Galatz, Jacky Hugi, va ensuite enchainer une série de tweets détaillant l’affaire : «Le rapatriement des Israéliens du Maroc retardé en raison du conflit entre le Maroc et un pays tiers, qui est aussi, comment dire, un ami israélien».

«Israël a coordonné avec le Maroc le rapatriement d’un groupe d’Israéliens coincés dans le Royaume après la crise de Corona. Le Maroc a donné son accord de principe. Ces Israéliens étaient censés faire la Pâque juive dans le pays, mais “Phil est ensuite entré dans la salle” – les Emirats Arabes Unis» a ironisé le journaliste.

«Au début de la crise (sanitaire), les Émirats arabes unis ont secouru 180 de ses ressortissants bloqués au Maroc, mais 74 autres n’ont pas réussi à prendre le vol. Suite à cela, les EAU se sont tournés vers Israël et ont proposé d’envoyer un avion au Maroc, qui allait emmener les Israéliens et ses citoyens dans le même vol», précise la même source.

«Israël a accepté (le Maroc interdit les vols directs de la El Al – Israel Airlines), mais Rabat, furieuse a opposé son veto. Le gouvernement marocain prend comme une insulte, l’accord conclu sans lui, exigeant à Abu Dhabi de coordonner directement avec le Royaume, et non avec Israël. Il s’avère que les EAU ont également offert à d’autres pays un plan de sauvetage conjoint du Maroc, mais ont rencontré un veto similaire» a poursuivi Jacky Hugi.

«Ainsi, les Israéliens se sont retrouvés au centre d’un conflit entre deux États arabes. Le Maroc, a imposé une fermeture de ses frontières et les Israéliens sont actuellement hébergés dans deux villes: des hôtels à Marrakech aux frais du gouvernement marocain et des logements de la communauté juive à Casablanca» a tweeté le rédacteur en chef de la radio militaire. Puis, il conclut son «thread» en évoquant les raisons de cet imbroglio diplomatique : « une campagne de diffamation des EAU contre le roi est en cours, présumant que son gouvernement, sous le contrôle des islamistes, était faible et en chute. Ce sont des allégations farfelues, et sont susceptibles d’être la raison du rapprochement entre le Maroc et le Qatar, le rival régional des Emirats Arabes Unis. Suite de l’histoire – dans les prochains jours»

«Jerusalem post» neutre, «The Time Of Israel» qualifie la démarche des EAU de «rare geste d’amitié»

Les médias israéliens ont largement relayé l’information dévoilée par la radio de l’armée. La situation des personnes bloquées dans les pays étrangers attisent en effet les passions et suscitent le débat au sein des populations confinées.

Alors que la radio Galatz a fait preuve d’objectivité, d’autres ont choisi soit une neutralité dans une situation qui les dépasse, à l’image du Jerusalem Post, et une minorité qui a épousé la propagande émiratie.

Dans un article publié sur The Time Of Israel, le journaliste Raphael Ahren désigne la démarche irréfléchie d’Abou Dhabi «d’effort conjoint israélo-émirati qui rapatrierait les touristes bloqués dans le pays d’Afrique du Nord»

Les internautes marocains ont réagi massivement à la compagne de diffamation orchestrée par Mohammed Ben Zayed

M. Ahren va poussé jusqu’au bout son argumentaire en qualifiant la proposition de MBZ de rare geste d’amitié, insistant sur le fait que les Emirats ont même proposé de payer le vol commun.

Pour donner une certaine crédibilité à son papier, le journaliste évoque le cas d’un responsable israélien qui aurait participé à une conférence sur la sécurité à Marrakech. Une participation qu’il explique comme étant un signe de réchauffement des liens entre Jérusalem et Rabat, qui, selon lui, entretiennent depuis longtemps des liens de renseignement informels mais étroits.

Puis dans un geste devenu classique chez les médias proche de Benjamin Netanyahu: «brandir la carte du Sahara marocain». En effet, le journaliste de Time of Israel, conclut son article en rappelant la manoeuvre ratée de Bibi qui avait médiatisé, la veille d’un des rounds interminables des élections israéliennes, une offre qui consistait à conclure un accord tripartite par lequel les États-Unis reconnaîtraient la souveraineté marocaine sur le Sahara, en échange du fait que le Maroc prenne des mesures pour normaliser ses relations avec Israël. Une manoeuvre à laquelle le Royaume avait répondu que le Sahara Marocain n’était pas à vendre.

L’épineuse question des citoyens bloqués loin de leurs pays d’origine

Partout dans le monde plusieurs milliers de personnes se sont retrouvées bloquées suite à la suspension des liaisons aériennes et la fermeture des aéroports. Les décisions de rapatriement exigent la coordination entre un grand nombre d’intervenants. Ce qui rend ces opérations particulièrement compliquées à mener, un véritable casse tête surtout que le risque sanitaire plane encore sur l’ensemble de la planète.

Selon le rapport réalisé par la radio de l’armée israélienne, Galatz, quelque 80 000 étrangers ont quitté le Maroc dans 50 vols depuis le début de la crise.

Israël de son côté a en grande partie fermé ses portes aux compagnies aériennes étrangères en raison de la pandémie du Covid-19. Tandis que les compagnies aériennes israéliennes n’effectuent plus que des vols sporadiques pour récupérer leurs citoyens bloqués.

Nawfal Laarabi

Nawfal Laarabi

Intelligence analyst at UBERAL
Social media strategist / Intelligence analyst. 20 années d’expérience professionnelle au Maroc / Spécialisé dans l’accompagnement des organisations dans la mise en place de stratégies de communication d’influence.
Nawfal Laarabi

2 Comments

  1. Je ne pense pas qu le maroc a des problemes avec tel ou tel etat , sauf avec l’algerie et l’afrique du sud qu’il a aidé , financé et mis a disposition de leurs mouvements de liberation les terrains d’entrainement a oujda au maroc .
    Ces 2 pays sont entrain d’essayer de le priver de ce dont il les a aidés .
    Plus ingrat que cela tu meurs car impossible de respirer plus que cette ingratitude .
    Sinon , en ce qui concerne les EAU et israel aucun probleme , pourvu que les droits des palestiniens soient respectés et que les EAU rectifient leur gaffe .
    Bien a vous .

  2. je crois qu’en ce moment difficile que vit l’humanité nous avons besoin de solidarité quelque soit nos origines ou nos croyances. Il faut sortir de cette épreuve plus humain et plus humble. On est bien peu de chose….

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Article précédent

Covid-19 : Les bidonvilles de Paris, dans la crainte de l'hécatombe

Article suivant

Abdelmalek Alaoui à Africanews : le succès de la stratégie du Maroc face au Coronavirus est la conjonction de l’opportunité, du moment et du leadership du Roi Mohammed VI

Derniers articles de Israël - Palestine

522 Shares
Share via
Copy link
Powered by Social Snap