fbpx
//

Le Venezuela est l’allié de la Russie, mais est prêt à vendre du pétrole aux États-Unis

Start

Alors que de hauts responsables américains se sont rendus au Venezuela le week-end dernier pour discuter de la production pétrolière, le ministre vénézuélien des affaires étrangères, Felix Plasencia, a déclaré que de telles visites n’avaient «rien de nouveau», tout en exhortant les États-Unis à lever les «mesures unilatérales» prises contre son pays. Le ministre vénézuélien a affirmé également que Caracas était prête à vendre à nouveau du pétrole aux États-Unis, tout en restant «loyale» envers Moscou.

S’adressant à l’agence Anadolu en marge du forum diplomatique d’Antalya, le ministre vénézuélien des affaires étrangères Felix Plasencia a déclaré : «Le fait que des responsables américains se rendent au Venezuela pour parler de la production pétrolière est important. Toutefois, ce n’est rien d’absolument inédit ou nouveau, car nous faisons des affaires avec les Américains depuis longtemps.»

Soulignant que le Venezuela possède les plus grandes réserves de pétrole et de gaz de la planète, Plasencia a déclaré que les exportations pétrolières de son pays avec les États-Unis sont «historiques».

 

«Nous n’avons jamais demandé aux entreprises américaines de quitter le pays», a-t-il ajouté. «Le président Nicolas Maduro a déclaré à plusieurs reprises que le Venezuela était prêt à accueillir les compagnies des hydrocarbures américaines pour qu’elles y investissent et développent des activités pétrolières.»

Plasencia a déclaré qu’il espère que les États-Unis respecteront la souveraineté et la légitimité du gouvernement vénézuélien et lèveront les sanctions contre le Venezuela.

«Le président Nicolas Maduro est le seul président légitime du Venezuela, et s’ils respectent cela, nous pouvons faire beaucoup de choses ensemble en ce qui concerne le commerce du pétrole», a-t-il souligné.

Les États-Unis ont rompu toutes les relations avec le Venezuela en 2019 et ont reconnu le chef de l’opposition pro-américaine Juan Guaido comme «président par intérim» à la place de Maduro.

Loyauté à la Russie ?

Sur la question de l’invasion russe contre l’Ukraine, Plasencia a déclaré que « le Venezuela est toujours pour la paix. Le Venezuela est membre d’un groupe qui vise à protéger la Charte des Nations Unies, et nous visons toujours à mettre la Charte des Nations Unies au premier plan, sur laquelle il y a est un grand consensus. Nous protégeons toujours le droit international, respectons les règles du droit international et les principes de l’opinion publique internationale ».

Soulignant qu’il considère la paix comme la seule voie à suivre, Plasencia a déclaré : « Nous sommes des alliés fidèles du gouvernement russe. Nous considérons Poutine comme un chef de gouvernement responsable, nous le respectons en tant que membre de la communauté internationale. . Nous croyons qu’il fera de son mieux pour son peuple».

«Nous devrions travailler pacifiquement avec la diplomatie au lieu des sanctions» a-t-il affirmé.

De hauts responsables américains se sont rendus au Venezuela la semaine dernière pour rencontrer le gouvernement de Maduro suite à l’invasion de l’Ukraine par la Russie. Le gouvernement américain a sanctionné l’industrie pétrolière russe en réponse au conflit, provoquant une hausse des prix du gaz aux États-Unis. Washington explore depuis les possibilités de se tourner vers le Venezuela comme fournisseur alternatif de pétrole brut pour agir sur la flambée des prix des hydrocarbures.

Le prince héritier saoudien Mohammed ben Salman et le dirigeant de facto des Émirats arabes unis Mohamed ben Zayed auraient rejeté des appels téléphoniques avec le président américain Joe Biden qui souhaitait leur demander d’augmenter la production du pétrole pour agir sur la flambée des cours.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.