fbpx

La variole du singe se propage parmi les homosexuels dans le monde entier

Partager

Key points

  • 550 cas du #Monkeypox ont été officiellement confirmés par l’OMS dans 30 pays.
  • La plupart des cas recensés jusqu’à présent concernent des hommes homosexuels et bisexuels.
  • Les autorités sanitaires britanniques ont exhorté toute personne dont le test de dépistage du virus de la variole du singe est positif à s’abstenir de tout rapport sexuel jusqu’à ce que ses symptômes aient disparu.
  • L’Agence britannique de sécurité sanitaire a également recommandé aux personnes précédemment infectées de continuer à utiliser des préservatifs pendant une période de huit semaines après la disparition du virus afin de lutter contre l’augmentation des cas.
  • Avec 179 cas, la Grande-Bretagne est le pays qui compte le plus grand nombre de cas de monkeypox dans l’épidémie actuelle.

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a maintenant confirmé près de 550 cas de monkeypox dans plus d’une vingtaines de pays, le plus grand nombre se trouvant au Royaume-Uni. Si la plupart des cas recensés jusqu’à présent concernent des hommes homosexuels et bisexuels, les responsables de la santé soulignent que tout le monde peut contracter le virus par contact personnel étroit.

L’Agence britannique de sécurité sanitaire (UKHSA) a signalé le premier cas de l’épidémie actuelle le 7 mai chez un homme qui avait récemment voyagé au Nigeria, où la monkeypox est endémique. Ce cas a été rapidement suivi de deux autres cas qui partagent un même foyer et de quatre cas chez des hommes homosexuels et bisexuels, qui semblent tous avoir contracté le virus localement. Au 23 mai, l’UKHSA a signalé 70 cas confirmés en Angleterre et un en Écosse.

La dernière mise à jour de l'OMS faisait état de 179 cas confirmés. Après le Royaume-Uni, c'est en Espagne et au Portugal que le plus grand nombre de cas a été signalé, et dans plusieurs autres pays européens, au Canada, aux États-Unis et en Australie. Un décompte informel de Global.health, établi à partir de diverses sources, faisait état de plus de 599 cas confirmés ou suspects dans le monde au 31 mai.

LIRE AUSSI  Royal Air Maroc renforce son offre pour l’Été 2024 avec de nouvelles lignes et une flotte élargie

Selon l'OMS, les cas recensés jusqu'à présent ont été identifiés «principalement mais pas exclusivement parmi les hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes». Parmi les cas de Global.health dont le sexe et l'âge sont connus, tous sauf trois sont des hommes jeunes ou d'âge moyen. Beaucoup des hommes touchés s'identifient comme gays ou bisexuels ou ont cherché à se faire soigner dans des cliniques de santé sexuelle. Plusieurs cas seraient liés à un sauna en Espagne et à un festival fétichiste en Belgique. De nombreux hommes ont déclaré avoir récemment voyagé à l'étranger.

La variole du singe

La variole du singe, qui est apparentée à la variole, n'est pas une maladie nouvelle. Malgré son nom, elle est le plus souvent associée aux rongeurs. Bien qu'elle soit principalement observée en Afrique centrale et occidentale, des cas isolés sont occasionnellement signalés en Europe et ailleurs, souvent chez des voyageurs. L'épidémie actuelle est la plus importante jamais observée en dehors de l'Afrique.

La vaccination contre la variole prévient également la variole du singe, et les cas de variole du singe ont augmenté au cours des dernières décennies depuis l'arrêt de la vaccination systématique contre la variole ; l'OMS a déclaré que la variole avait été éradiquée dans le monde entier en 1980. Cela signifie que seules les personnes âgées ont une immunité induite par le vaccin.

Moins grave que la variole, la variole du singe provoque généralement des symptômes semblables à ceux de la grippe (fièvre, fatigue, douleurs musculaires, etc.), un gonflement des ganglions lymphatiques et une éruption cutanée. L'éruption peut apparaître sur le visage, les organes génitaux, les paumes, la plante des pieds et ailleurs sur le corps. Les lésions peuvent être plates, surélevées ou remplies de pus, et peuvent ressembler à d'autres affections telles que l'herpès, la syphilis ou la varicelle. Dans l'épidémie actuelle, plusieurs cas ont d'abord présenté une éruption génitale, et certains n'ont pas signalé d'autres symptômes. La période d'incubation du virus peut aller jusqu'à trois semaines, et la maladie dure généralement de deux à quatre semaines.

Le virus de la variole du singe se transmet par un contact personnel étroit, y compris le contact peau à peau et les baisers. Les contacts étroits peuvent concerner les membres de la famille et les travailleurs de la santé. Le virus peut également se transmettre par les vêtements ou le linge de maison qui ont été en contact avec le liquide des lésions. Les autorités sanitaires affirment que la variole du singe peut être transmise par des gouttelettes respiratoires à faible distance, mais le virus ne semble pas se propager dans l'air sur de longues distances de la même manière que le coronavirus SRAS-CoV-2 à l'origine du COVID-19.

Les experts ont toujours pensé que le virus de la variole du singe ne se transmettait pas facilement entre humains, et l'on ne sait pas pourquoi il se propage maintenant de manière plus importante. Certains ont suggéré que le virus pourrait avoir évolué pour devenir plus facilement transmissible, mais jusqu'à présent, le séquençage génétique ne soutient pas cette hypothèse. Il est plus probable que le virus ait pénétré par hasard dans un réseau social ou sexuel et qu'il y ait trouvé des conditions favorables à sa transmission.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

- Advertisement -