fbpx

Boris Johnson était le chouchou de Kiev. Maintenant qu’il s’en va, Zelenskyy craint le pire

Start

Lorsque Boris Johnson a finalement annoncé qu’il quittait son poste de Premier ministre britannique jeudi, après avoir désespérément tenté de s’accrocher au pouvoir malgré une rébellion historique du gouvernement, sa décision a suscité un sentiment de soulagement au palais de Westminster -la chambre du parlement-. À Kiev, c’est la douche froide et le désespoir.

Avec CNN & VOA

Le Premier ministre britannique Boris Johnson a été l’un des plus ardents soutiens occidentaux de l’Ukraine dans sa guerre contre la Russie. Sa démission, annoncée jeudi, interpelle les ukrainiens et les observateurs internationaux sur le futur de la politique Britanique envers le conflit.

Boris Johnson a été l’un des plus ardents défenseurs de l’Ukraine, avant et après l’agression russe. Il a alloué le deuxième plus important budget d’aide militaire et humanitaire au gouvernement de Zelenskyy après les Etats-unis. Plus de 4,6 milliards de dollars depuis le début de l’année. Une manne financière et un appui militaire et de renseignement désormais menacés après l’annonce de la démission du premier ministre Britanique jeudi dernier.

Le premier ministre démissionnaire a été l’un des premiers dirigeants occidentaux à se rendre à Kiev après l’invasion russe, défilant dans les rues de la capitale aux côtés du président ukrainien Volodymyr Zelenskyy, quelques jours seulement après le retrait des troupes russes de la périphérie de la ville.

Les deux hommes ont tissé des liens étroits, postant fréquemment des messages publics d’admiration et de soutien l’un envers l’autre sur les médias sociaux. Ces dernières semaines, Zelenskyy a explicitement exprimé son souhait de voir Johnson rester en poste.

Dans son discours de démission de jeudi, Johnson a fait une mention spéciale de l’Ukraine. «Permettez-moi de dire maintenant au peuple ukrainien que je sais que nous, au Royaume-Uni, continuerons à soutenir votre combat pour la liberté aussi longtemps qu’il le faudra», a-t-il déclaré.

Johnson a parlé à Zelenskyy au téléphone immédiatement après sa démission, réitérant le soutien de la Grande-Bretagne. Selon des responsables gouvernementaux, il a terminé la conversation en disant au président ukrainien : «Vous êtes un héros, tout le monde vous aime».

«Nous avons tous appris cette nouvelle avec tristesse. Pas seulement moi, mais aussi toute la société ukrainienne», a déclaré Zelensky à Johnson lors de cet appel téléphonique. «Nous ne doutons pas que le soutien de la Grande-Bretagne sera préservé, mais votre leadership personnel et votre charisme l’ont rendu spécial», a ajouté Zelensky.

Si l’Ukraine et Zelensky peuvent toujours compter sur l’appui de l’ensemble du complexe militaro-intellectuel, d’aucun des dirigeants du monde occidental ne pourra justifier une engagement aussi poussé que celui de Boris Johnson. Ce dernier a par ailleurs toujours cultiver une animosité irréductible envers Poutine. Les affaires d’empoisonnement d’opposants politiques russes, notamment Navalny, Skripal et Litvinenko ont accéléré la dégradation des relations entre deux pays.

L’audace de Johnson vs la timidité de Scholz et le double jeu de Macron

Kristine Berzina, chargée de la politique de sécurité et de défense au German Marshall Fund des États-Unis, a déclaré qu’outre le soutien militaire du Royaume-Uni, la personnalité de Boris Johnson a joué un rôle important dans la manière dont les Ukrainiens le perçoivent.

«L’éclat et l’audace du soutien de Johnson au combat de l’Ukraine … contrastent fortement avec le soutien discret apporté par le chancelier allemand (Olaf) Scholz. Voilà un dirigeant d’une grande puissance européenne, une puissance nucléaire, qui n’avait pas peur de soutenir l’Ukraine et d’interpeller la Russie», a-t-elle déclaré à CNN dans un courriel.

Alors que le président français Emmanuel Macron a fait l’objet de critiques de la part de Zelensky, qui l’a accusé de tenter d’apaiser le président russe Vladimir Poutine, alors que Boris Johnson a toujours été considérée comme un soutien sans équivoque.

Le Premier ministre britannique sortant est si populaire en Ukraine que plusieurs villes ont déjà proposé de donner son nom à des rues. Lorsque la nouvelle de sa démission a été annoncée, la principale chaîne de supermarchés, Silpo, a ajouté à son logo une illustration de la tignasse de cheveux blonds en désordre, caractéristique de Johnson.

Le conseiller présidentiel ukrainien Mykhailo Podolyak a qualifié Johnson de «héros», tandis que le ministre des affaires étrangères Dmytro Kuleba a déclaré que le dirigeant britannique était «un homme sans peur, prêt à prendre des risques pour la cause à laquelle il croit».

Peter Kellner, expert britannique en matière de sondages, journaliste et chercheur invité à Carnegie Europe, a déclaré que le dévouement de Johnson envers l’Ukraine était probablement inspiré par l’histoire — et par ses propres ambitions politiques.

«L’Ukraine a donné à Johnson une rare chance d’imiter son héros : prendre une position dure et sans compromis sur une question à la fois morale et militaire», a-t-il déclaré à CNN, faisant référence à l’admiration bien connue de Johnson pour le leader britannique de la Seconde Guerre mondiale, Winston Churchill. L’expert en sondage politique a ajouté que Bori Johnson a souvent essayé d’utiliser la crise ukrainienne en période de crise dans son propre pays.

L’invasion russe est survenue à un moment où Johnson était submergé par les scandales, notamment le «Partygate». L’inflation historique qui secoue le Royaume-unis lui a été fatale, a-t-il noté.

«Il n’est pas le premier, et ne sera pas le dernier, dirigeant national à utiliser la fermeté à l’étranger pour masquer la faiblesse à l’intérieur.», souligne l’expert.

Boris Johnson a utilisé la guerre en Ukraine «pour détourner le regard du public» : Ex-conseiller principal du Kremlin au Royaume-Uni

L’ex-conseiller en chef de Johnson, Dominic Cummings, estime cependant que le Premier ministre britannique «utilisait la guerre en Ukraine pour distraire le public» des questions relatives à sa propre gouvernance en Grande-Bretagne.

Glyn Morgan, professeur associé de sciences politiques à l’université de Syracuse, a également mis en doute les motivations de Johnson.

«Si l’on était cynique, on pourrait penser que l’engagement de Johnson en Ukraine reflétait un effort éhonté pour détourner l’attention de ses relations de longue date avec des intérêts commerciaux russes et de sa popularité en chute libre au Royaume-Uni à l’époque», a-t-il déclaré.

«Si l’on était romantique, on pourrait penser que l’engagement de Johnson en faveur de l’Ukraine reflétait un penchant très britannique pour l’outsider, le héros courageux qui s’oppose à la grande brute. Johnson n’est rien d’autre qu’un romantique, qui se voit comme le héros d’une épopée.»

La Russie, quant à elle, a formulé des allégations similaires à l’encontre de Johnson, affirmant que le chef de l’État britannique tentait de distraire le public avec le mantra «Moscou, Kremlin, Poutine».

La porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova, a déclaré que le parti au pouvoir du Premier ministre britannique était «incapable de distraire le public.»

«Les gens savent qui a provoqué la situation en Grande-Bretagne qui les a poussés au bord de l’effondrement économique», a déclaré Zakharova. Le gouvernement britannique tente de détourner l’attention du public en se livrant à «des activités anti-russes, des provocations en Ukraine, une déstabilisation économique mondiale et une piraterie financière», a-t-elle affirmé.

https://twitter.com/russianembassy/status/1545347389967503360?s=21&t=VEY0eY5-9mkwPN2LWV_8cQ

Tristesse de Zlenskyy

C’est dans l’une vidéo de ses fameuses vidéos où il apparait dans son éternel tee-shirt kaki, Zelenskyy a exprimé sa «tristesse» face à la démission de Boris Johnson.

«Le rôle de la Grande-Bretagne dans la protection de la liberté est véritablement mondial», a-t-il déclaré dans une vidéo enregistrée jeudi soir.

«Bien qu’il s’agisse d’un reflet de la position de la société britannique, le leadership et le charisme des dirigeants de l’État revêtent toujours une importance particulière. Surtout en cette période – celle de la guerre anti-européenne à grande échelle de la Russie, qui a lancé une attaque contre toute l’Europe via notre pays. Il n’est donc pas surprenant que les Ukrainiens éprouvent une gratitude personnelle envers Boris».

Deuxième pays après les États-Unis pour le montant de l’aide militaire

La Grande-Bretagne est le deuxième pays après les États-Unis pour le montant de l’aide militaire qu’elle a accordée à l’Ukraine – notamment des roquettes antichars, des systèmes de missiles, de l’artillerie et, plus récemment, des systèmes avancés de roquettes à lancement multiple ou MLRS. Des centaines de soldats ukrainiens reçoivent une formation en Grande-Bretagne.

Sa démission entraînera-t-elle un changement dans le niveau de soutien de la Grande-Bretagne à l’Ukraine ? Peu probable, selon l’analyste John Kampfner, directeur exécutif de la U.K. in the World Initiative à Chatham House à Londres.

«Celui qui succédera à Johnson poursuivra, à mon avis, la politique telle qu’elle est. Non seulement parce qu’elle a été, par rapport aux normes de ce conflit, aussi réussie que l’approche de n’importe quel pays, mais aussi parce qu’elle est populaire au niveau national», a-t-il déclaré.

Le ministre britannique de la défense, probable successeur de Johnson, rassure

Le ministre britannique de la défense, Ben Wallace, lui-même candidat possible au poste de premier ministre, a souligné que le soutien militaire apporté à l’Ukraine bénéficiait du soutien de tous les partis.

«La Grande-Bretagne les soutient pleinement. Vous savez, l’aide que nous apportons à l’Ukraine n’est pas le fait d’une seule personne, ni de moi, ni du Premier ministre, c’est un effort collectif», a déclaré Wallace à la presse jeudi.

Moscou a salué la démission de Boris Johnson. Un porte-parole du ministère des affaires étrangères a déclaré que la morale de l’histoire était «ne cherchez pas à détruire la Russie».

AUKUS, l’héritage Boris Johnson

Boris Johnson a cherché à repositionner la Grande-Bretagne dans d’autres arènes de sécurité, en soulignant l’importance du pacte de sécurité AUKUS avec l’Australie et les États-Unis dans l’Indo-Pacifique tout en poussant à l’éviction de la France

«Cette réorientation vers l’Asie et plus particulièrement vers la puissance et la menace que représente la Chine, qui a été exposée dans « l’Integrated Review » du gouvernement il y a un peu plus d’un an, constitue une importance capitale», a déclaré Kampfner.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.