fbpx

Une première : Alarmé, l’INSS lance une alerte stratégique dans le sillage de la réforme judiciaire qui divise le pays

Partager

C’est une première dans l’histoire du plus important Think Tank israélien. L’INSS vient de lancer ce mardi matin une alerte stratégique en raison de la détérioration de la situation politique interne du pays avec la reforme judiciaire portée par Netanyahu. Le centre de réflexion estime qu’Israël fait face à de graves défis sur trois fronts: 1) menaces pour la sécurité nationale; 2) la détérioration de sa position à l’international; 3) crise économique. «Face à cette crise grave, l’INSS émet pour la première fois, par sens profond des responsabilités et le cœur lourd, cette alerte stratégique.» se désole le premier Think Tank israélien.

INSS a été fondé en 1977 et compte parmi ses membres, Tzipi Livni l’ancienne ministre israélienne des affaires étrangères et vice-première ministre et Meir Ben-Shabbat, ancien conseiller à la sécurité nationale d’Israël.

Ci-après la traduction intégrale de l’alerte de l’INSS.

Israël est confronté à une combinaison inquiétante de menaces graves pour sa sécurité nationale, à des dissensions croissantes dans ses relations avec les États-Unis et à des risques économiques croissants dans le contexte de la crise économique mondiale.

Concomitamment, la société israélienne se trouve au cœur d’un conflit interne sans précédent découlant de la réforme judiciaire proposée, qui amplifie ces menaces et compromet notre capacité à y faire face.

Sans s’attarder sur le contenu controversé de la réforme, une chose est claire : la réforme proposée implique un changement profond du régime politique et judiciaire d’Israël, un changement que beaucoup perçoivent comme une menace sérieuse pour la démocratie. En outre, la réforme est mise en œuvre à la hâte, sans réelle possibilité de parvenir à un large accord. En conséquence, un tollé général s’étend et s’intensifie, s’infiltrant inévitablement dans tous les aspects de la vie en Israël, y compris au sein de l’armée israélienne.

La réforme judiciaire proposée par le gouvernement Netanyahu implique un changement profond du régime politique et judiciaire d’Israël, un changement que beaucoup perçoivent comme une menace sérieuse pour la démocratie

INSS – 21/03/2023

Il y a vingt ans, Israël a été confronté à une combinaison fatale de crises sur deux fronts : la deuxième Intifada et l’éclatement de la bulle Internet. Nous avons pu les surmonter en nous appuyant sur la force de la solidarité sociale et l’unité d’action.

Cette fois-ci, nous devons faire face à de graves défis sur trois fronts, à savoir les menaces qui pèsent sur :

  1. la sécurité nationale d’israël,
  2. la position internationale d’Israël,
  3. la robustesse économique d’Israël.

Cependant, au lieu de resserrer les rangs comme nous l’avons fait à l’époque, la réforme judiciaire proposée exacerbe la polarisation politique et les fractures sociétales et affaiblit la résilience sociale, qui est l’un des principaux piliers de la sécurité nationale. En outre, la réforme déplace l’attention du gouvernement et les énergies collectives d’Israël vers ce conflit interne corrosif, au détriment d’une gestion adéquate des menaces extérieures.

La réforme judiciaire déplace l’attention du gouvernement et les énergies collectives d’Israël vers ce conflit interne corrosif, au détriment d’une gestion adéquate des menaces extérieures.

INSS – 21/03/2023

I. Menaces pour la sécurité d’Israël

Les menaces pour la sécurité d’Israël se sont récemment intensifiées sur des fronts clés, même avant l’introduction de la réforme judiciaire :

1. L’Iran

L’Iran est devenu de facto un État du seuil nucléaire, a acquis une expertise militaire précieuse grâce à son rôle dans la guerre en Ukraine et s’apprête à recevoir des systèmes d’armement avancés de la Russie. La république islamique renforce simultanément son influence régionale et améliore ses relations avec ses voisins du Golfe, sous l’égide de la Chine.

2. Le front palestinien

Israël est actuellement confrontée à une escalade inquiétante sur le front palestinien, avec une vague d’attaques «terroristes» dans le sillage de la faiblesse de l’Autorité palestinienne et de la croissance des groupes extrémistes, alors que le Ramadan approche et avec lui le potentiel de troubles plus importants, en particulier autour du Mont du Temple.

3. Le Hezbollah

Le Hezbollah a adopté un comportement plus agressif, ce qui indique que la dissuasion pourrait s’éroder.

Dans ces circonstances désastreuses, on aurait pu s’attendre à ce qu’Israël se concentre entièrement sur la lutte contre ces menaces très sérieuses, mais malheureusement, les dissensions internes affectent gravement sa capacité à le faire.

LIRE AUSSI  Maroc-France : Comment Macron a avalé son chapeau

L’impact le plus grave concerne l’armée israélienne, la seule organisation qui a toujours été au-dessus des conflits internes, et la volonté de servir dans cette armée, qui repose non seulement sur la conscription, mais aussi sur un profond sentiment d’appartenance et d’éthique partagée.

L’impact le plus grave de la polarisation interne de la société concerne l’armée israélienne, la seule organisation qui a toujours été au-dessus des conflits internes, et la volonté de servir dans cette armée

INSS – 21/03/2023

L’impact est particulièrement sévère sur les réservistes, notamment dans les unités d’élite volontaires – l’armée de l’air, les commandos et le renseignement militaire. Les officiers supérieurs s’efforcent de naviguer entre la nécessité de protéger les Forces de défense israélienne des effets corrosifs du conflit et leur familiarité avec ceux qui protestent contre la réforme, dont beaucoup servent dans les unités les plus élevées de l’armée.

Les ennemies d’israël en embuscade

Il ne fait aucun doute que des dommages importants ont déjà été causés, non seulement en termes de volonté de se porter volontaire, mais aussi en termes de cohésion et de confiance mutuelle au sein des équipes de l’armée, et entre celles-ci et leurs commandants.

En outre, la foi dans la justesse de la cause d’Israël peut vaciller si, aux yeux de beaucoup dans les rangs de Tsahal, ceux qui sont responsables de décisions fatidiques telles que l’entrée en guerre, cessent de se conformer aux principes démocratiques.

De plus, la lutte interne absorbe l’attention du gouvernement et même de l’establishment de la sécurité, sapant leur capacité à traiter les questions urgentes de sécurité – l’Iran, les Palestiniens et le front nord.

Enfin, il ne fait aucun doute que les ennemis d’Israël sont encouragés par nos dissensions internes et peuvent même être tentés d’entreprendre des actions dangereuses en conséquence.

II. Dégradation des relations avec les États-Unis et de la position internationale d’Israël

Le monde suit de près l’agitation interne provoquée par la réforme proposée, et la réaction quasi universelle est la perplexité et la profonde inquiétude, depuis les chefs d’État jusqu’aux manifestations de rue. En particulier, la relation spéciale avec les États-Unis, fondée non seulement sur des intérêts mais aussi sur des valeurs partagées, montre des signes de tension croissante à la suite de la réforme.

Cette évolution est alarmante, car face à la menace sécuritaire la plus pressante à laquelle Israël est confronté, à savoir l’Iran, nous avons plus que jamais besoin du soutien ferme des États-Unis.

Les Émirats arabes unis, en particulier, sont désormais plus réticents à approfondir leurs relations avec Israël

INSS – 21/03/2023

En outre, la volonté d’étendre les accords d’Abraham à d’autres pays en tant qu’objectif central de la politique étrangère d’Israël dépend dans une large mesure de la bonne volonté des États-Unis. Par conséquent, la détérioration de ces relations met en péril l’une des pierres angulaires de la sécurité nationale d’Israël et remet en question le bien-fondé de la poursuite de la réforme judiciaire.

La position d’Israël dans les autres démocraties occidentales est également affectée, et même les États autocratiques s’interrogent sur le manque de stabilité et les dissensions internes que la crise révèle. Les pays de la région en prennent également acte – les Émirats arabes unis, en particulier, sont désormais plus réticents à approfondir leurs relations avec Israël, et d’autres pays prennent également leurs distances.

Pour étendre les accords d’Abraham à d’autres pays Israël a besoin de la bonne volonté des États-Unis

INSS – 21/03/2023

III. La crise économique

Le virus Corona, la guerre en Ukraine et l’escalade du conflit entre les États-Unis et la Chine ont ébranlé l’économie mondiale ces dernières années, provoquant une forte inflation, des hausses de taux d’intérêt et le recul de la mondialisation.

Les ondes de choc atteignent également Israël, alimentant l’inflation, provoquant des licenciements dans le secteur de la haute technologie et nuisant à la croissance. La situation est suffisamment grave et aurait dû inciter toutes les parties responsables à s’en occuper – le Trésor, la Banque d’Israël et le Premier ministre – comme ce fut le cas lors de la grande crise de 2008.

Au lieu de cela, la réforme proposée risque de porter un nouveau coup à l’économie, suscitant de vives inquiétudes dans les milieux économiques à l’étranger, qui mettent en garde contre les conséquences désastreuses qui pourraient s’ensuivre.

L’effondrement soudain de la banque SVB a illustré la fragilité de l’économie mondiale, ainsi que les conséquences fatales lorsque la confiance dans les institutions est ébranlée.

Le secteur de la haute technologie en Israël est particulièrement sensible à ces risques, car il est orienté vers l’exportation et dépend du flux continu de capital-risque en provenance de l’étranger. Les efforts déployés pour mettre en œuvre la réforme ont accru l’instabilité politique et l’incertitude économique en Israël, nuisant ainsi à la confiance des investisseurs et à leur volonté d’investir dans le pays.

Le secteur de la haute technologie en Israël est particulièrement sensible aux risques financiers tels que celui de l’effondrement Soudan de la banque américaine Silicon Valley Bank – SVB.

INSS – 21/03/2023

En outre, les employés et les entrepreneurs du secteur de la haute technologie ont pris une part active et visible aux manifestations contre la réforme, et certains d’entre eux ont même annoncé leur intention de retirer leur activité commerciale du pays.

Comme dans le cas des réservistes, la question n’est pas de savoir si ces déclarations sont justifiées, mais plutôt le fait qu’elles reflètent des sentiments profonds qui peuvent avoir des conséquences.

Si la législation sur les réformes se poursuit, la notation financière ( la dette ) d’Israël baissera très probablement, ce qui aura des conséquences désastreuses pour l’économie. Surtout, il sera très difficile de réparer les dommages causés à l’image d’Israël en tant que pays associé à la réussite économique, qui s’est construite au fil de décennies de politique économique responsable, de stabilité du régime et d’un système judiciaire indépendant et fiable.

Face à cette grave crise, l’INSS émet pour la première fois, par sens profond des responsabilités et le cœur lourd, cette alerte stratégique.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

- Advertisement -