fbpx

Reuters : Israël envisage de reconnaître la souveraineté du Maroc sur le Sahara

Partager

Tzachi Hanegbi, conseiller à la sécurité nationale du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu s’est rendu à Rabat mercredi, alors que son gouvernement étudie la possibilité d’annoncer la reconnaissance de la souveraineté du Maroc sur le Sahara, ont indiqué des responsables israéliens à Reuters.

Avec Reuters

«Le Maroc considère que le Sahara lui appartient, mais le Front Polisario, soutenu par l’Algérie, y revendique un État indépendant» écrit Reuters. L’agence rappelle qu’en 2020, le président américain de l’époque, Donald Trump, a reconnu la souveraineté du Maroc sur le territoire en échange d’une amélioration partielle de ses relations avec Israël.

Une source diplomatique a déclaré à Reuters qu’une telle décision de la part d’Israël pourrait conduire à une amélioration complète des liens bilatéraux, les missions respectives des pays, actuellement désignées comme des bureaux de liaison, devenant des ambassades économiques, et un pacte de libre-échange étant possible à terme.

Le ministère israélien des affaires étrangères s’est refusé à tout commentaire sur la question. Mais une source au sein du cabinet de Netanyahu a reconnu que la question était débattue au sein du Conseil national de sécurité (NSC).

Le chef du NCS, le conseiller à la sécurité nationale Tzachi Hanegbi, a rencontré le ministre marocain des affaires étrangères Nasser Bourita mercredi. Aucun détail des discussions n’a été rendu public.

Barak Ravid, journaliste israélien à Axios et Walla a affirmé dans un tweet que le bureau de Netantayhu a gardé confidentiel le déplacement de Tzachi Hanegbi au Maroc.

«Le conseiller à la sécurité nationale, Tzachi Hanegbi, est arrivé pour une visite au Maroc. Le bureau du premier ministre n’a pas rendu publique cette visite. “Le Negev” a rencontré aujourd’hui le ministre marocain des affaires étrangères, Nasser Bourita».

«The Negev» est le surnom donné à Tzachi Hanegbi en Israël.

Un communiqué du bureau de Netanyahu a indiqué que les responsables ont discuté du «renforcement de la coopération entre les deux pays dans les domaines de la diplomatie et de la sécurité».

LIRE AUSSI  Maroc-France : Comment Macron a avalé son chapeau

Le chef de la mission diplomatique israélienne à Rabat a déclaré mardi que les ministères des affaires étrangères israélien et marocain discutaient du Sahara et que «la décision finale sera prise par nos deux ministres».

«Obtenir un soutien pour sa position sur le Sahara est l’objectif ultime de la diplomatie marocaine, qui a été enhardie par la reconnaissance de Trump et le soutien consécutif des puissances occidentales, telles que l’ancien occupant, l’Espagne, pour son plan d’autonomie» écrit Reuters.

FORUM DU NÉGEV

Le ministre israélien des Affaires étrangères, Eli Cohen, a déclaré mercredi que lui et ses homologues des pays signataires des accords d’Abraham se réuniraient au Maroc «dans les semaines à venir».

S’exprimant sur les ondes de la radio israélienne Kan, il n’a pas précisé la date ni le lieu du «Forum du Néguev», du nom du désert israélien où il s’est réuni pour la première fois l’année dernière.

Lors de cette réunion, le ministre marocain des affaires étrangères, Nasser Bourita, avait déclaré : «J’espère que nous nous rencontrerons très bientôt dans un autre désert, mais dans le même esprit».

Les médias marocains ont fait état d’un éventuel projet de réunion dans la ville de Dakhla, au Sahara. Rabat n’a pas encore fourni de détails sur le lieu ou la date de l’événement.

L’organiser dans la ville côtière de Dakhla pourrait constituer un défi pour Washington, qui n’a jamais donné suite à la promesse de Donald Trump d’ouvrir un consulat américain au Sahara.

Vingt-huit autres pays l’ont fait, à Dakhla ou dans la ville de Laayoune, dans ce que le Maroc considère comme un soutien tangible à sa souveraineté sur le Sahara. Parmi ces pays figurent les Émirats arabes unis et Bahreïn, tous deux signataires des accords d’Abraham. D’autres pays du Golfe soutiennent pleinement la revendication de souveraineté du Maroc.

BRIGADE GOLANI EN EXERCICE MILITAIRE AU MAROC

Un commando de douze soldats de la très symbolique brigade Golani d’infanterie des Forces de défense israéliennes (IDF), a atterri ce dimanche 4 juin au Maroc pour participer pour la première fois sur le sol marocain à l’exercice militaire co-organisé entre le Royaume et les États-Unis, le Africa Lion 2023.

Cette participation vient couronner deux années de coopération militaire et de renseignement entre les deux pays.

VISITE HITORIQUE DU PRÉSIDENT DE LA KNESSET

Amir Ohana est entré désormais dans l’Histoire. Il est le premier président de la Knesset, à être invité à effectuer une visite officielle au parlement d’un pays musulman.

M. Ohana a préparé sa venue au Maroc en publiant une tribune en langue arabe et en langue française sur les colonnes du groupe de médias marocain, Global Media Holding.

Le président de la Knesset a fait encore plus fort. Il a ramené dans ses baggages un cadeau très particulier destiné au parlement marocain. Il s’agit d’un nano-Coran réalisé par la société de joaillerie israélienne «Tanaor». Les nanoplaques ont été examinées à l’aide d’un microscope électronique spécial par des scientifiques experts du département de nanotechnologie.

Tanaor est une société de joaillerie israélienne qui décline la nano-bible en un assortiment de bijoux pour hommes et femmes

FESTIVITÉS DE «L’INDÉPENDANCE» D’ISRAEL

Le ballet diplomatique qui marque cette semaine les relations entre Rabat et Tel-Aviv, coincide avec la célébration au Maroc est pour la deuxième fois depuis le 75e anniversaire de l’indépendance de l’État d’Israël. Plus de 400 invités à l’hôtel Fairmont de la capitale ont chanté en hébreu et en arabe les deux hymnes nationaux. les participé à ces festivités organisées par le bureau de liaison dirigé par M. Shai Cohen.

ces festivités organisées par le bureau de liaison dirigé par M. Shai Cohen, comprenaient un défilé de mode réalisé par des étudiants de l’une des plus prestigieuses écoles de design du Maroc. Ils ont conçus des tenues inspirées de la culture judéo-marocaine. La mission diplomatique a invité pour l’occasion deux des plus grands créateurs de mode du Maroc.

Intelligence analyst. Reputation and influence Strategist
20 années d’expérience professionnelle au Maroc / Spécialisé dans l’accompagnement des organisations dans la mise en place de stratégies de communication d’influence.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

- Advertisement -