fbpx

Relations Maroc-Israël : Benkirane et Mechaal en ordre de bataille pour faire pression sur le Palais

Partager

En politique, rien n’est le fruit du hasard. Lorsque deux alliés adressent simultanément le même message à la même audience, le même jour, cela suggère une certaine connivence. Ce dimanche, Abdelilah Benkirane, le Chef du PJD, et Khaled Mechaal, l’ancien Chef du Hamas, ont tous deux exhorté les Marocains à intensifier leur mobilisation pour la cause palestinienne. Quel est leur objectif ? Exercer une pression sur le Palais pour qu’il revienne sur les accords de paix signés avec les États-Unis et Israël.

Est-ce que Benkirane, par lâcheté, a briefé et incité Mechaal à commettre la même erreur que Macron en s’adressant directement au peuple marocain ? Si Benkirane cherche à se refaire une virginité après avoir signé les accords de paix avec Israël, quelles pourraient être les intentions de Mechaal, actuellement résident au Qatar ? S’agit-il d’une tentative de rébellion contre le Palais ou d’une stratégie visant à provoquer des troubles régionaux ?

Les Marocains se sont accoutumés aux larmes du saltimbanque Abdelilah Benkirane. Ils se sont habitués également à ses tratagèmes, subterfuges et maquignonnages, souvent utilisés pour leur faire accepter des situations difficiles et leur faire avaler les pires des couleuvres.

Lors d’un rassemblement ce dimanche au théâtre Mohammed V, l’ex-Chef du gouvernement a de nouveau versé des larmes, cette fois pour exprimer ses regrets quant à la signature de l’accord tripartite avec les États-Unis et Israël. Il a ensuite exhorté ses partisans à sensibiliser les Marocains sur la situation critique à Gaza, tout en rappelant que, selon lui, les Juifs sont les ennemis éternels des Musulmans.

Jusque là Benkirane a fait du Benkirane. Il dit aux Marocains que la décision de la normalisation était imposée par le Palais. Il a souligné qu’il ne pourrait jamais s’opposer au Roi Mohammed VI et a présenté son parti comme une victime de cette politique, tout en affirmant que leurs coeurs et leur ADN sont palestiniens.

Toutefois, un développement notable est survenu depuis Doha. Khaled Mechaal, ancien chef du Hamas, s’est adressé en vidéo aux Marocains, les incitant à exercer une pression sur le « dirigeant » du Maroc pour « corriger l’erreur » de la normalisation et pour « expulser l’ambassadeur ».

Mechaal semble bien informé, comme en témoigne sa déclaration : « Si le peuple marocain cher se mobilise en soutien à son dirigeant, le Maroc, tant officiellement que populairement, peut franchir cette étape avec mérite ».

LIRE AUSSI  Comment l'Égypte a saboté l'accord de cessez-le-feu entre Israël et le Hamas

Ce discours fait écho à celui de Benkirane et d’un certain Youtubeur Elmahdaouy, pour ne pas le nommer, qui soutiennent que le Palais requiert l’appui populaire pour influencer les décisions internationales. Plus préoccupant encore, ils suggèrent que la seule façon de communiquer avec le Roi Mohammed VI est d’attiser les tensions populaires et de provoquer des manifestations.

Benkirane, le dindon de la farce

Yahya Sinwar, Tamim et ses invités du Hamas dont Khaled Mechaal, ont rendu un service considérable à l’administration Biden. Seul l’avenir nous révélera comment cette regrettable guerre de Gaza a permis à Washington de neutraliser l’autre «ventre mou» de l’ordre mondial : la nébuleuse Netanyahu, une manœuvre cruciale dans le cadre de la grande confrontation sino-américaine. Rappelons que le premier point faible est l’Europe.

Le système de Netanyahu s’est effondré, et son ambition d’une indépendance totale vis-à-vis des États-Unis a été enterrée sous les ruines de Gaza. Ce résultat est dû en partie à la complicité des dirigeants du Hamas, et le lourd tribut payé en vies innocentes.

Aucun des leaders mentionnés précédemment ne peut reprocher quoi que ce soit aux Américains. Khaled Mechaal et Ismail Haniya doivent leur survie à la protection de Washington. Abdelilah Benkirane et les cadres d’Al Adl wa Al Ihssan doivent également leur longévité politique au soutien de l’ambassade américaine.

Abdelilah Benkirane est le dindon de la farce dans cette affaire. Une tentative malheureuse de récupération des drames de Gaza pour redorer l’image de son parti ternie par la mauvaise gestion. L’agenda de Mechaal, en revanche, est perçu comme étant bien plus vaste et plus pernicieux.

Le Palais et le peuple marocain ont démontré une forte résilience face aux tentatives de déstabilisation. La réaction unanime contre Khaled Mechaal en est une preuve éclatante. Cette situation n’est pas nouvelle pour nous ; nous avons déjà surmonté des défis bien plus grands.

Retranscription du message de Khaled Mechaal

Nous nous adressons à vous au Maroc.

Dans une démarche que le Maroc peut entreprendre, j’invite mes frères au Maroc, le peuple, la masse, les forces islamiques et nationales, de toutes tendances intellectuelles et politiques à s’adresser à la direction du pays, par jalousie pour le Maroc, pour ses intérêts et sa sécurité, et par jalousie pour la Palestine, surtout dans le contexte de ce crime et au vu des cinq réalités que j’ai expliquées et de la révélation du vrai visage de cette entité [Israël], pour :

  1. que les relations soient rompues,
  2. que la normalisation soit arrêtée,
  3. que l’ambassadeur soit expulser,
  4. que la page de ce chapitre qui est survenu hors du contexte naturel d’un État respecté comme le Maroc, soit tournée.

C’est une grande étape, sinon comment les dirigeants américains et occidentaux changeront-ils leur position s’ils ne voient pas de véritables conséquences ?

Si les leviers de pouvoir ne sont pas mobilisés dans le domaine des intérêts économiques, des relations politiques, de la normalisation, tous les leviers que nous possédons.

Levier des intérêts, levier de la politique, levier de pouvoir, si aujourd’hui nous ne les utilisons pas, quand les utiliserons-nous ?

La décision est entre les mains du Maroc

Allez-y ! Allez-y dans cette démarche !

Et si le peuple marocain cher se lève en soutien à son dirigeant, le Maroc, officiellement et populairement, peut franchir cette étape avec mérite

Corriger une erreur, accomplir un devoir, et cela serait un véritable soutien pour le peuple palestinien et une pression sur l’occupation et ses alliés en Occident.

Intelligence analyst. Reputation and influence Strategist
20 années d’expérience professionnelle au Maroc / Spécialisé dans l’accompagnement des organisations dans la mise en place de stratégies de communication d’influence.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

- Advertisement -