fbpx

Pentagon Leaks : Le FBI arrête un Garde National de l’air de 21 ans soupçonné d’avoir divulgué des documents classifiés

Partager

Les autorités américaines ont arrêté jeudi Jack Teixeira, un jeune homme âgé de 21 ans, membre de la Garde nationale aérienne du Massachusetts. Il est accusé d’avoir publié des documents sensibles du Pentagone dans un groupe de discussion en ligne.

Le FBI a arrêté jeudi un membre de la Garde nationale aérienne du Massachusetts âgé de 21 ans dans le cadre de la fuite de dizaines de documents hautement confidentiels contenant toute une série de secrets de sécurité nationale, notamment l’ampleur de la surveillance que les États-Unis sont en mesure d’exercer sur la Russie.

L’aviateur de première classe Jack Douglas Teixeira a été placé en garde à vue pour répondre à des accusations de fuite de documents classifiés après que les autorités fédérales eurent déclaré qu’il avait publié des lots de renseignements sensibles sur un groupe de discussion de jeux en ligne, appelé Thug Shaker Central.

Alors que des journalistes du New York Times étaient rassemblés près de la maison jeudi après-midi, une demi-douzaine d’agents du F.B.I. ont pénétré dans la maison de la mère de l’aviateur Teixeira à North Dighton, alors qu’un avion de surveillance gouvernemental bimoteur, quadrillait la scène.

«Certains agents sont arrivés lourdement armés» affirme le New York Times. Selon une personne au fait de l’enquête, les forces de l’ordre ont appris avant la perquisition que l’aviateur Teixeira était en possession de plusieurs armes, et le FBI a trouvé des armes à la maison, révèle la même source..

À Washington, le procureur général Merrick B. Garland a annoncé, dans une brève déclaration, l’arrestation de l’aviateur Teixeira et a précisé qu’il serait traduit devant la Cour fédérale de district du Massachusetts.

Jack Teixeira, membre de l’Air National Guardsman, sur une photo publiée sur les médias sociaux.

Le procureur a déclaré que le jeune homme a été arrêté dans le cadre de loi sur l’espionnage (Espionage Act), qui est utilisée pour poursuivre les personnes qui manipulent mal ou volent des renseignements sensibles. L’accusation retenue contre lui est le «retrait, conservation et transmission non autorisés d’informations classifiées relatives à la défense nationale».

Le New York Time a soulevé plusieurs interrogations suite à cette arrestation. Notamment sur les raisons pour lesquelles un jeune aviateur avait accès à un tel éventail de secrets potentiellement dangereux.

«Pourquoi des mesures de protection adéquates n’avaient pas été mises en place après les fuites précédentes et pourquoi un jeune homme risquait sa liberté pour partager des informations sur la guerre en Ukraine avec un groupe d’amis qu’il connaissait par le biais d’un site de médias sociaux consacré aux jeux vidéo», s’est interrogé le journal américain.

Ill est difficile de trouver un mobile à cette affaire, souligne le New YorkTimes qui rapporte les témoignages de personnes qui ont connu en ligne l’aviateur Teixeira. «Ce n’était pas un lanceur d’alerte» ont-ils témoigné. Contrairement aux précédentes fuites massives d’informations, poursuit le journal, des Pentagon Papers à WikiLeaks en passant par les révélations d’Edward Snowden, l’indignation suscitée par des actes répréhensibles ou des politiques gouvernementales ne semble pas avoir été un facteur déterminant.

Le F.B.I. s’est concentré sur l’aviateur Teixeira pendant plusieurs jours, en suivant ses propres indices d’enquête ainsi que certaines des informations que le Times et le Washington Post avaient pu glanner sur le groupe Discord où l’accusé avait partagé les documents, ont indiqué des responsables américains.

L’aviateur Teixeira a été formé en tant que spécialiste des systèmes de cybertransport, un poste qui peut comporter une variété de tâches, telles que le maintien en état de marche des réseaux de communication de son unité. Il était affecté à la 102e escadre de renseignement de la base de la Garde nationale aérienne d’Otis, qui fait partie de la base conjointe de Cape Cod, selon une porte-parole de l’armée de l’air.

En juillet dernier, la page Facebook officielle de la 102e escadre de renseignement a félicité l’aviateur Teixeira et ses collègues pour leur promotion au rang d’aviateur de première classe, rapporte le New York Times.

Les responsables n’ont pas voulu répondre aux questions des médias sur les fonctions de l’aviateur Teixeira qui nécessiterait qu’il ait accès aux diapositives quotidiennes sur la guerre en Ukraine, et encore moins au déluge quotidien de rapports de renseignement de la C.I.A., de la National Security Agency et de l’Office of the Director of National Intelligence (bureau du directeur du renseignement national). Certaines unités de la base traitent les renseignements recueillis par les drones et les avions espions U-2, mais il est douteux que ce travail nécessite à lui seul un accès au large éventail d’informations classifiées qui ont fait l’objet de fuites sur le serveur Discord.

Le Pentagon sous tension

À Washington, la crise provoquée par les fuites a commencé à la fin de la semaine dernière, lorsque certains documents ont commencé à faire surface sur Telegram et Twitter.

Le secrétaire à la défense, Lloyd J. Austin III, a été informé de la fuite dans la matinée du 6 avril. Les responsables du Pentagone ont tenté, en vain, de faire supprimer certains messages de Telegram et de Twitter montrant des photos de certains des documents initialement mis au jour.

Le lendemain, vendredi dernier, Austin a commencé à organiser des réunions à l’échelle du département pour faire face aux révélations de plus en plus nombreuses. Des fonctionnaires du Pentagone et d’autres responsables américains ont commencé à contacter des membres du Congrès et des alliés pour les alerter sur les fuites, qui ont déclenché des tempêtes de feu politiques dans certains pays.

Vendredi dernier également, l’état-major interarmées, qui avait produit un grand nombre des diapositives qui ont fait l’objet de fuites, a mis en place des procédures visant à limiter la distribution des documents d’information hautement sensibles et à restreindre la participation aux réunions au cours desquelles des cahiers d’information contenant des copies papier des documents étaient disponibles.

Mardi, lors de ses premiers commentaires publics sur les fuites, Austin s’est efforcé d’expliquer pourquoi le ministère de la défense n’avait appris l’existence des fuites que longtemps après qu’elles aient fait surface sur Discord.

Jeudi matin, Austin a convoqué une réunion avec les cadres supérieurs pour discuter de la crise.

Au même moment, le FBI préparait déjà le mandat de perquisition pour la maison de North Dighton, et les enquêteurs ont commencé à assurer aux fonctionnaires du Pentagone que l’auteur de la fuite serait bientôt attrapé.

- Advertisement -